Tous inégaux face aux banques ?

Besoin d’un crédit bancaire ? Mieux vaut être un homme blanc. C’est le résultat d’une large opération de test de discrimination menée à l’initiative de la municipalité de Villeurbanne auprès des banques locales. Jeanne Lazarus, sociologue au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po (CSO) qui travaille sur les rapports des citoyens aux institutions monétaires, faisait partie du comité scientifique de ce testing. Elle commente les résultats de cette opération.

En quoi cette opération de testing est-elle intéressante ? Quel est son point de départ ?

La ville de Villeurbanne est engagée depuis longtemps dans la lutte contre les discriminations, à travers des actions de sensibilisation, mais aussi des recherches qu’elle finance et qui sont destinées à améliorer la vie de ses administrés. Des associations d’aide à la création d’entreprise supputaient que les personnes qu’elles accompagnaient étaient victimes de discrimination lorsqu’elles demandaient des crédits. Elles ont saisi la ville, qui a décidé de monter un testing. En France, il n’y a aucune étude sur le sujet, par contraste avec les États-Unis, pour deux raisons : d’abord le recueil de données liées à l’origine ethno-raciale est interdit. S’il peut être autorisé par la CNIL pour certaines enquêtes scientifiques, il n’est pas concevable que les banques recueillent ce type d’informations.

La deuxième raison est que les données sur les clients des banques sont internes, et il est presque impossible, y compris pour le régulateur, de dire si les banques prêtent plus aux hommes qu’aux femmes, aux jeunes qu’aux vieux, aux riches qu’aux pauvres. Ainsi, la méthode du testing semblait la seule possible pour mettre le doigt sur le problème, sachant bien sûr qu’une seule enquête ne peut être suffisante, et que celle-ci a pour principal objectif de dévoiler le problème et de faire en sorte que les banques, les pouvoirs publics ou encore les associations militantes s’en emparent.

Les résultats montrent non seulement des discriminations raciales, mais aussi de genre…

Oui, l’enquête s’organisait en deux volets : prêts immobiliers et prêts à la création d’entreprise. Pour le prêt immobilier, l’un des testeurs était un homme « sans origine supposée », selon les termes employés dans l’enquête, l’autre "supposé d’origine sub-saharienne". Pour la création d’entreprise, il y avait trois testeurs : un homme "sans origine supposée", une femme "sans origine supposée" et un homme "d’origine supposée maghrébine". Ces termes visent à nommer sans réifier les catégories et, surtout, à souligner que l’origine n’est jamais un donné, qu’elle est supposée par les interlocuteurs, que c’est donc dans l’interaction que se crée la discrimination.

Les résultats sont sans appel : les personnes d’origine supposée non européenne et les femmes ont moins facilement accès au crédit, et lorsque l’accès leur est donné, c’est à des coûts plus élevés. L’enquête a aussi recueilli des données qualitatives sur l’accueil reçu, et c’est peut-être là qu’est la violence la plus importante : difficulté d’avoir un rendez-vous après avoir annoncé un nom non-européen, rendez-vous expédiés, demande insistante de papiers d’identité, etc. Un détail qui n’en est pas du tout un : le café. L’homme emprunteur de crédit immobilier supposé sans origine s’en est vu proposé à quasiment chaque rendez-vous, l’homme supposé africain, jamais.

Comment les banques ont-elles réagi ?

La réaction des banques est, pour l’instant, décevante. Elles ont d’abord fait un communiqué pour dire que l’enquête n’était pas scientifiquement valide. Sur ce type de questions, elles ont la réaction habituelle, consistant à incriminer non une structure mais des "brebis galeuses" sur lesquelles par malchance les testeurs sont tombés. Toutefois, la force du testing est que, par le nombre (90 tests), on ne peut imaginer que le hasard aurait fait tomber les enquêteurs seulement sur les rares personnes racistes que compte la profession. En réalité, il faut distinguer racisme et discrimination, et considérer qu’il y a des éléments structurels dans l’organisation de l’accueil des clients et de la sélection des emprunteurs qui conduisent à ce résultat discriminatoire, sans que personne ne l’ait voulu.

Trouver où sont les interstices qui produisent ces discriminations, tout en mettant en place des politiques volontaristes pour que tous les clients soient reçus de la même façon est indispensable. Sans l’engagement réel des réseaux bancaires, cela ne fonctionnera pas. L’observatoire de l’inclusion bancaire a été également mis au courant de cette enquête, et pourrait être un espace où réfléchir à ces enjeux et pousser les banques à ne pas considérer qu’elles n’ont pas besoin de traiter le sujet.

Dans votre livre "L'épreuve de l'argent. Banques, banquiers, clients", vous démontrez les relations complexes entre banquiers et clients qui doivent se mettre en conformité pour être un « bon client ». Mais que peut faire un client lorsqu’il est face à une situation discriminante ?

La difficulté de la discrimination est qu’elle ne se prouve jamais individuellement. Si un conseiller bancaire nous dit non pour un crédit, il y a de multiples raisons possibles. C’est d’ailleurs ce qui fait de la discrimination un mal “sourd” : les personnes qui y sont confrontées se demandent toujours ce qu’elles ont fait de mal, et rechignent à penser que le sort qui leur est réservé est lié à leur couleur de peau ou leur genre. Pour la création d’entreprise c’est d’autant plus difficile que chaque dossier est différent, qu’il y a toujours un pari à prendre, et qu’il est fréquent que les banques refusent de prêter à quelqu’un au début d’un projet.

Mais ce qu’a montré le test, c’est que pour le testeur sans origine supposée, les banquiers étaient bien plus aidants, même lorsqu’ils disaient que le dossier n’était pas parfait, ils donnaient des conseils, semblaient y croire davantage. Ce testing a précisément pour but de décrire un fonctionnement structurel, et d’aider les personnes à comprendre ce qui se passe dans leur relation à la banque. Résister à cela peut passer par des associations d’aide à la création d’entreprise, mais le plus souvent, les personnes multiplient les rendez-vous bancaires jusqu’à trouver finalement une offre. Et dans ce cas, cela se paye souvent en taux d’intérêt plus élevés, car ces emprunteurs ne sont pas en mesure de négocier.

À lire

  • L’intégralité des résultats de l’enquête menée à Villeurbanne
  • Jeanne Lazarus, L'épreuve de l'argent. Banques, banquiers, clients, Calmann-Lévy, 2012. Retrouvez cet ouvrage à la librairie et à la bibliothèque de Sciences Po
  • Le blog Money in the USA. Actuellement visiting scholar à l'Université Northwestern aux États-Unis, Jeanne Lazarus nous fait partager son aventure en posant sur les us et coutumes américaines son regard de sociologue de l'argent. Voir notamment cet article dans lequel, elle évoque, en contrepoint de l’expérience de Villeurbanne, la manière dont les discriminations bancaires sont traitées aux États-Unis.

En savoir plus

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

L’Europe peut-elle devenir championne de l’intelligence artificielle responsable ?

L’Europe peut-elle devenir championne de l’intelligence artificielle responsable ?

Par Florent Parmentier (Sciences Po) et Christian Dargnat (Sciences Po). « Qui maîtrise l’intelligence artificielle domine le monde » : cette déclaration de Vladimir Poutine, en septembre dernier, à la tonalité prophétique a soulevé de nombreuses questions. Cette perspective faisait-elle référence à une vision essentiellement économique ou à une représentation plus militaire et géopolitique des choses ? Même sans avoir de certitude sur ce sujet, il apparaît bien que l’intelligence artificielle (IA) est un enjeu essentiel, complété par celui non moins important des données (le « nouveau pétrole »).

Lire la suite
Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po inaugure aujourd’hui son premier bureau de représentation sur le continent africain, à Nairobi, au Kenya, et devient ainsi la première université française à ouvrir une délégation en Afrique anglophone. Ce bureau pilotera et animera tout un ensemble d’actions en Afrique Subsaharienne.

Lire la suite
Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Oui, on peut faire son master en apprentissage à Sciences Po ! Près du tiers des formations de 2ème cycle proposent cette possibilité. Une option plébiscitée par tous : les étudiants pour l’insertion professionnelle, les employeurs pour le recrutement, et l’université pour son intérêt pédagogique. Point d’étape avec Cornelia Woll, Directrice des études et de la scolarité. 

Lire la suite
Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Les instances de gouvernance de Sciences Po ont décidé de reconduire Frédéric Mion, directeur depuis 2013, pour un second mandat à la tête de l’institution. L’occasion de revenir sur son bilan, et d’esquisser son projet à l’horizon des 150 ans de Sciences Po : ouvrir, rassembler et innover.
Lire la suite

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Le Prix Claude Érignac récompense chaque année une étudiante ou un étudiant de Sciences po pour son engagement au service de valeurs républicaines et humanistes. Cette année, c'est Luca Vergallo, étudiant en Master politiques publiques qui a été distingué pour son développement d’une pédagogie innovante qui valorise les services publics de secours et sensibilise à la gestion et à la communication de crise.

Lire la suite
“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

Après le succès du Mooc Espace Mondial et ses 25 000 inscrits, Bertrand Badie présente son nouveau cours en ligne intitulé "Afrique et mondialisation, regards croisés", qui démarre sur la plateforme Coursera lundi 12 février 2018. Accessible à tous et réalisé par une équipe de neuf enseignants africains, latino-américains et européens, ce nouveau Mooc propose une vision inédite du continent et de son avenir. Et invite à repenser la gouvernance globale. Entretien. 

Lire la suite
Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Par Didier Demazière (CSO). Le spectre du dopage resurgit avec chaque grand événement sportif. Celui-ci mêle, de façon quelque peu schizophrène, célébration d’une éthique méritocratique fièrement affichée et rumeurs plus ou moins sourdes de tricheries et de manquements à cet idéal. Les Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang en Corée du Sud n’échappent pas à cette règle. En effet, leur préparation a été marquée par l’affaire de la disqualification des sportifs russes, certains étant finalement autorisés à concourir sous la bannière « Olympic Athlete from Russia », sans pouvoir arborer les couleurs de leur pays.

Lire la suite
Une semaine dans la Silicon Valley

Une semaine dans la Silicon Valley

Afin de sensibiliser les étudiants aux révolutions du digital, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po a proposé à quinze d’entre eux de découvrir la Silicon Valley à la rencontre des acteurs du numérique : Facebook, Google, Airbnb... Yaël, en master recherche de théorie politique à l’École doctorale de Sciences Po, et Thomas, étudiant ingénieur à l'École polytechnique, faisaient partie de ce road trip original d’apprentissage par l’immersion. Machine learning, blockchain, data sciences… Ils nous expliquent tout.

Lire la suite
Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Dans l’essai collectif Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance (éd. Presses de Sciences Po), Anne Muxel, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), a réuni plusieurs contributions sur les ressorts de la croyance dans nos sociétés contemporaines. Des fake news à l’engagement djihadiste, un ouvrage qui met en évidence les liens intimes qu’entretiennent croyance et vérité. Interview.

Lire la suite