Tous inégaux face aux banques ?

Besoin d’un crédit bancaire ? Mieux vaut être un homme blanc. C’est le résultat d’une large opération de test de discrimination menée à l’initiative de la municipalité de Villeurbanne auprès des banques locales. Jeanne Lazarus, sociologue au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po (CSO) qui travaille sur les rapports des citoyens aux institutions monétaires, faisait partie du comité scientifique de ce testing. Elle commente les résultats de cette opération.

En quoi cette opération de testing est-elle intéressante ? Quel est son point de départ ?

La ville de Villeurbanne est engagée depuis longtemps dans la lutte contre les discriminations, à travers des actions de sensibilisation, mais aussi des recherches qu’elle finance et qui sont destinées à améliorer la vie de ses administrés. Des associations d’aide à la création d’entreprise supputaient que les personnes qu’elles accompagnaient étaient victimes de discrimination lorsqu’elles demandaient des crédits. Elles ont saisi la ville, qui a décidé de monter un testing. En France, il n’y a aucune étude sur le sujet, par contraste avec les États-Unis, pour deux raisons : d’abord le recueil de données liées à l’origine ethno-raciale est interdit. S’il peut être autorisé par la CNIL pour certaines enquêtes scientifiques, il n’est pas concevable que les banques recueillent ce type d’informations.

La deuxième raison est que les données sur les clients des banques sont internes, et il est presque impossible, y compris pour le régulateur, de dire si les banques prêtent plus aux hommes qu’aux femmes, aux jeunes qu’aux vieux, aux riches qu’aux pauvres. Ainsi, la méthode du testing semblait la seule possible pour mettre le doigt sur le problème, sachant bien sûr qu’une seule enquête ne peut être suffisante, et que celle-ci a pour principal objectif de dévoiler le problème et de faire en sorte que les banques, les pouvoirs publics ou encore les associations militantes s’en emparent.

Les résultats montrent non seulement des discriminations raciales, mais aussi de genre…

Oui, l’enquête s’organisait en deux volets : prêts immobiliers et prêts à la création d’entreprise. Pour le prêt immobilier, l’un des testeurs était un homme « sans origine supposée », selon les termes employés dans l’enquête, l’autre "supposé d’origine sub-saharienne". Pour la création d’entreprise, il y avait trois testeurs : un homme "sans origine supposée", une femme "sans origine supposée" et un homme "d’origine supposée maghrébine". Ces termes visent à nommer sans réifier les catégories et, surtout, à souligner que l’origine n’est jamais un donné, qu’elle est supposée par les interlocuteurs, que c’est donc dans l’interaction que se crée la discrimination.

Les résultats sont sans appel : les personnes d’origine supposée non européenne et les femmes ont moins facilement accès au crédit, et lorsque l’accès leur est donné, c’est à des coûts plus élevés. L’enquête a aussi recueilli des données qualitatives sur l’accueil reçu, et c’est peut-être là qu’est la violence la plus importante : difficulté d’avoir un rendez-vous après avoir annoncé un nom non-européen, rendez-vous expédiés, demande insistante de papiers d’identité, etc. Un détail qui n’en est pas du tout un : le café. L’homme emprunteur de crédit immobilier supposé sans origine s’en est vu proposé à quasiment chaque rendez-vous, l’homme supposé africain, jamais.

Comment les banques ont-elles réagi ?

La réaction des banques est, pour l’instant, décevante. Elles ont d’abord fait un communiqué pour dire que l’enquête n’était pas scientifiquement valide. Sur ce type de questions, elles ont la réaction habituelle, consistant à incriminer non une structure mais des "brebis galeuses" sur lesquelles par malchance les testeurs sont tombés. Toutefois, la force du testing est que, par le nombre (90 tests), on ne peut imaginer que le hasard aurait fait tomber les enquêteurs seulement sur les rares personnes racistes que compte la profession. En réalité, il faut distinguer racisme et discrimination, et considérer qu’il y a des éléments structurels dans l’organisation de l’accueil des clients et de la sélection des emprunteurs qui conduisent à ce résultat discriminatoire, sans que personne ne l’ait voulu.

Trouver où sont les interstices qui produisent ces discriminations, tout en mettant en place des politiques volontaristes pour que tous les clients soient reçus de la même façon est indispensable. Sans l’engagement réel des réseaux bancaires, cela ne fonctionnera pas. L’observatoire de l’inclusion bancaire a été également mis au courant de cette enquête, et pourrait être un espace où réfléchir à ces enjeux et pousser les banques à ne pas considérer qu’elles n’ont pas besoin de traiter le sujet.

Dans votre livre "L'épreuve de l'argent. Banques, banquiers, clients", vous démontrez les relations complexes entre banquiers et clients qui doivent se mettre en conformité pour être un « bon client ». Mais que peut faire un client lorsqu’il est face à une situation discriminante ?

La difficulté de la discrimination est qu’elle ne se prouve jamais individuellement. Si un conseiller bancaire nous dit non pour un crédit, il y a de multiples raisons possibles. C’est d’ailleurs ce qui fait de la discrimination un mal “sourd” : les personnes qui y sont confrontées se demandent toujours ce qu’elles ont fait de mal, et rechignent à penser que le sort qui leur est réservé est lié à leur couleur de peau ou leur genre. Pour la création d’entreprise c’est d’autant plus difficile que chaque dossier est différent, qu’il y a toujours un pari à prendre, et qu’il est fréquent que les banques refusent de prêter à quelqu’un au début d’un projet.

Mais ce qu’a montré le test, c’est que pour le testeur sans origine supposée, les banquiers étaient bien plus aidants, même lorsqu’ils disaient que le dossier n’était pas parfait, ils donnaient des conseils, semblaient y croire davantage. Ce testing a précisément pour but de décrire un fonctionnement structurel, et d’aider les personnes à comprendre ce qui se passe dans leur relation à la banque. Résister à cela peut passer par des associations d’aide à la création d’entreprise, mais le plus souvent, les personnes multiplient les rendez-vous bancaires jusqu’à trouver finalement une offre. Et dans ce cas, cela se paye souvent en taux d’intérêt plus élevés, car ces emprunteurs ne sont pas en mesure de négocier.

À lire

  • L’intégralité des résultats de l’enquête menée à Villeurbanne
  • Jeanne Lazarus, L'épreuve de l'argent. Banques, banquiers, clients, Calmann-Lévy, 2012. Retrouvez cet ouvrage à la librairie et à la bibliothèque de Sciences Po
  • Le blog Money in the USA. Actuellement visiting scholar à l'Université Northwestern aux États-Unis, Jeanne Lazarus nous fait partager son aventure en posant sur les us et coutumes américaines son regard de sociologue de l'argent. Voir notamment cet article dans lequel, elle évoque, en contrepoint de l’expérience de Villeurbanne, la manière dont les discriminations bancaires sont traitées aux États-Unis.

En savoir plus

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Comment lutter contre la corruption ?

Comment lutter contre la corruption ?

Les opinions publiques exigent de leurs dirigeants un engagement en matière de transparence et de régulation des mouvements financiers. Après les mesures qui ont été mises en oeuvre ces dernières années, beaucoup reste encore à faire. Le 11 décembre 2018, Sciences Po recevait une conférence de l’association #StopCorruption destinée à promouvoir les enjeux de bonne gouvernance. Représentants des instances internationales et européennes, responsables politiques, chefs d’entreprise, associations, étudiants, chercheurs… sont venus s’exprimer sur cet enjeu.

Lire la suite
Les 7 écoles de Sciences Po répondent à vos questions

Les 7 écoles de Sciences Po répondent à vos questions

Tout au long des mois de novembre et de décembre 2018, les sept écoles de Sciences Po présentent leur offre de masters lors d'émissions en direct sur le site web Campus-Channel. Pendant 40 minutes, les candidats peuvent poser toutes leurs questions aux doyens et aux étudiants de Sciences Po, afin de mieux connaître les programmes et les métiers auxquels préparent les écoles.

Lire la suite
Repenser les politiques migratoires  : pour un « GIEC » des migrations et de l’asile

Repenser les politiques migratoires : pour un « GIEC » des migrations et de l’asile

Face aux questions migratoires, Virginie Guiraudon (CNRS/Sciences Po), Hélène Thiollet (CNRS/Sciences Po) et Camille Schmoll (Paris 7/IUF) ont lancé un appel à la communauté scientifique pour la constitution d’un Groupe International d’Experts sur les Migrations et l’Asile (GIEMA). À l'occasion de la première réunion du groupe qui se tient ce 10 décembre 2018, les chercheuses rappellent les enjeux de cette mobilisation.

Lire la suite
Les droits de l'homme : souvent conquis, jamais acquis

Les droits de l'homme : souvent conquis, jamais acquis

Alors que le monde s’apprête à célébrer les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme signée au Palais de Chaillot le 10 décembre 1948, force est de souligner l’importance pratique que revêt aujourd’hui cette déclaration. Souvent décriée, car vague dans son universalisme, ses contempteurs lui reprochent son déficit d’ancrage matériel ou, à l’inverse, son occidentalo-centrisme, bref de ne parler à personne à force de vouloir parler à tous.

Lire la suite
Quels espoirs pour le sommet de Katowice ?

Quels espoirs pour le sommet de Katowice ?

Par Carola Klöck (CERI). Après des températures dépassant les 40°C l’été dernier et qui restent élevées en ce mois de novembre 2018, le thème du changement climatique est sur toutes les lèvres. Il n'en est pas de même de la politique internationale du climat, bien que le sommet de Katowice, qui aura lieu début décembre, soit déjà la troisième rencontre de haut niveau à être organisée cette année autour de ce sujet.

Lire la suite
“La France s’est réarmée contre le terrorisme”

“La France s’est réarmée contre le terrorisme”

Le 8 novembre 2018, Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre et enseignant à Sciences Po, et Jeh Johnson, ex-Secrétaire à la Sécurité intérieure du gouvernement Obama, donnaient une conférence exceptionnelle à Sciences Po sur les enjeux de la coopération transatlantique en matière de lutte contre le terrorisme. Voir la vidéo.

Lire la suite
ENA & concours administratifs : un excellent palmarès 2018

ENA & concours administratifs : un excellent palmarès 2018

Les résultats d’admission au concours externe d’entrée à l’École Nationale d’Administration (ENA) viennent d’être publiés et 27 étudiants de Sciences Po figurent parmi les 40 admis, soit 68 %. Ces résultats témoignent de l’excellence de la préparation que Sciences Po propose pour les concours administratifs français et de la diversité des profils des étudiants qu’elle accueille.

Lire la suite
Étudier à Sciences Po, combien ça coûte ?

Étudier à Sciences Po, combien ça coûte ?

À Sciences Po, nous pensons que les difficultés financières ne doivent pas être un obstacle pour étudier. Avec une politique de droits de scolarité et d'aide sociale engagée et inclusive, nous avons ainsi fait le choix du volontarisme. Un étudiant sur trois ne paie aucun frais de scolarité. Nos droits de scolarité sont par ailleurs inférieurs à ceux pratiqués par la plupart des grandes universités mondiales.

Lire la suite
Tout savoir sur les admissions

Tout savoir sur les admissions

Vous souhaitez étudier à Sciences Po ? Vous pouvez dès à présent vous porter candidat à nos programmes pour la rentrée 2019. Les dates d’ouverture et de fin de dépôt des candidatures dépendent des formations et des procédures d’admission : découvrez quel est votre calendrier d’admission !

Lire la suite