Tous inégaux face aux banques ?

Besoin d’un crédit bancaire ? Mieux vaut être un homme blanc. C’est le résultat d’une large opération de test de discrimination menée à l’initiative de la municipalité de Villeurbanne auprès des banques locales. Jeanne Lazarus, sociologue au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po (CSO) qui travaille sur les rapports des citoyens aux institutions monétaires, faisait partie du comité scientifique de ce testing. Elle commente les résultats de cette opération.

En quoi cette opération de testing est-elle intéressante ? Quel est son point de départ ?

La ville de Villeurbanne est engagée depuis longtemps dans la lutte contre les discriminations, à travers des actions de sensibilisation, mais aussi des recherches qu’elle finance et qui sont destinées à améliorer la vie de ses administrés. Des associations d’aide à la création d’entreprise supputaient que les personnes qu’elles accompagnaient étaient victimes de discrimination lorsqu’elles demandaient des crédits. Elles ont saisi la ville, qui a décidé de monter un testing. En France, il n’y a aucune étude sur le sujet, par contraste avec les États-Unis, pour deux raisons : d’abord le recueil de données liées à l’origine ethno-raciale est interdit. S’il peut être autorisé par la CNIL pour certaines enquêtes scientifiques, il n’est pas concevable que les banques recueillent ce type d’informations.

La deuxième raison est que les données sur les clients des banques sont internes, et il est presque impossible, y compris pour le régulateur, de dire si les banques prêtent plus aux hommes qu’aux femmes, aux jeunes qu’aux vieux, aux riches qu’aux pauvres. Ainsi, la méthode du testing semblait la seule possible pour mettre le doigt sur le problème, sachant bien sûr qu’une seule enquête ne peut être suffisante, et que celle-ci a pour principal objectif de dévoiler le problème et de faire en sorte que les banques, les pouvoirs publics ou encore les associations militantes s’en emparent.

Les résultats montrent non seulement des discriminations raciales, mais aussi de genre…

Oui, l’enquête s’organisait en deux volets : prêts immobiliers et prêts à la création d’entreprise. Pour le prêt immobilier, l’un des testeurs était un homme « sans origine supposée », selon les termes employés dans l’enquête, l’autre "supposé d’origine sub-saharienne". Pour la création d’entreprise, il y avait trois testeurs : un homme "sans origine supposée", une femme "sans origine supposée" et un homme "d’origine supposée maghrébine". Ces termes visent à nommer sans réifier les catégories et, surtout, à souligner que l’origine n’est jamais un donné, qu’elle est supposée par les interlocuteurs, que c’est donc dans l’interaction que se crée la discrimination.

Les résultats sont sans appel : les personnes d’origine supposée non européenne et les femmes ont moins facilement accès au crédit, et lorsque l’accès leur est donné, c’est à des coûts plus élevés. L’enquête a aussi recueilli des données qualitatives sur l’accueil reçu, et c’est peut-être là qu’est la violence la plus importante : difficulté d’avoir un rendez-vous après avoir annoncé un nom non-européen, rendez-vous expédiés, demande insistante de papiers d’identité, etc. Un détail qui n’en est pas du tout un : le café. L’homme emprunteur de crédit immobilier supposé sans origine s’en est vu proposé à quasiment chaque rendez-vous, l’homme supposé africain, jamais.

Comment les banques ont-elles réagi ?

La réaction des banques est, pour l’instant, décevante. Elles ont d’abord fait un communiqué pour dire que l’enquête n’était pas scientifiquement valide. Sur ce type de questions, elles ont la réaction habituelle, consistant à incriminer non une structure mais des "brebis galeuses" sur lesquelles par malchance les testeurs sont tombés. Toutefois, la force du testing est que, par le nombre (90 tests), on ne peut imaginer que le hasard aurait fait tomber les enquêteurs seulement sur les rares personnes racistes que compte la profession. En réalité, il faut distinguer racisme et discrimination, et considérer qu’il y a des éléments structurels dans l’organisation de l’accueil des clients et de la sélection des emprunteurs qui conduisent à ce résultat discriminatoire, sans que personne ne l’ait voulu.

Trouver où sont les interstices qui produisent ces discriminations, tout en mettant en place des politiques volontaristes pour que tous les clients soient reçus de la même façon est indispensable. Sans l’engagement réel des réseaux bancaires, cela ne fonctionnera pas. L’observatoire de l’inclusion bancaire a été également mis au courant de cette enquête, et pourrait être un espace où réfléchir à ces enjeux et pousser les banques à ne pas considérer qu’elles n’ont pas besoin de traiter le sujet.

Dans votre livre "L'épreuve de l'argent. Banques, banquiers, clients", vous démontrez les relations complexes entre banquiers et clients qui doivent se mettre en conformité pour être un « bon client ». Mais que peut faire un client lorsqu’il est face à une situation discriminante ?

La difficulté de la discrimination est qu’elle ne se prouve jamais individuellement. Si un conseiller bancaire nous dit non pour un crédit, il y a de multiples raisons possibles. C’est d’ailleurs ce qui fait de la discrimination un mal “sourd” : les personnes qui y sont confrontées se demandent toujours ce qu’elles ont fait de mal, et rechignent à penser que le sort qui leur est réservé est lié à leur couleur de peau ou leur genre. Pour la création d’entreprise c’est d’autant plus difficile que chaque dossier est différent, qu’il y a toujours un pari à prendre, et qu’il est fréquent que les banques refusent de prêter à quelqu’un au début d’un projet.

Mais ce qu’a montré le test, c’est que pour le testeur sans origine supposée, les banquiers étaient bien plus aidants, même lorsqu’ils disaient que le dossier n’était pas parfait, ils donnaient des conseils, semblaient y croire davantage. Ce testing a précisément pour but de décrire un fonctionnement structurel, et d’aider les personnes à comprendre ce qui se passe dans leur relation à la banque. Résister à cela peut passer par des associations d’aide à la création d’entreprise, mais le plus souvent, les personnes multiplient les rendez-vous bancaires jusqu’à trouver finalement une offre. Et dans ce cas, cela se paye souvent en taux d’intérêt plus élevés, car ces emprunteurs ne sont pas en mesure de négocier.

À lire

  • L’intégralité des résultats de l’enquête menée à Villeurbanne
  • Jeanne Lazarus, L'épreuve de l'argent. Banques, banquiers, clients, Calmann-Lévy, 2012. Retrouvez cet ouvrage à la librairie et à la bibliothèque de Sciences Po
  • Le blog Money in the USA. Actuellement visiting scholar à l'Université Northwestern aux États-Unis, Jeanne Lazarus nous fait partager son aventure en posant sur les us et coutumes américaines son regard de sociologue de l'argent. Voir notamment cet article dans lequel, elle évoque, en contrepoint de l’expérience de Villeurbanne, la manière dont les discriminations bancaires sont traitées aux États-Unis.

En savoir plus

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Docteurs honoris causa : 3 profils exceptionnels

Docteurs honoris causa : 3 profils exceptionnels

Après Vaclav Havel, Boutros Boutros Ghali ou Lakhdar Brahimi, Sciences Po s’apprête à honorer, le 12 décembre, trois nouveaux docteurs honoris causa. Une promotion 2017 exceptionnelle à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle distinguera deux femmes, qui rejoignent Helen Wallace, première Docteure honorée en 2011. C’est également la première fois que Sciences Po décerne ce titre à un universitaire d’Afrique subsaharienne. Trois profils remarquables et inédits à découvrir ci-dessous.

Lire la suite
Quartiers fragiles

Quartiers fragiles

Année après année, les politiques dédiées aux quartiers dits “sensibles” s’enchaînent et… rien ne semble changer. Clément Boisseuil, chercheur au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE) s’est intéressé à l’application de ces politiques, en comparant les méthodes utilisées à Chicago et à Paris. Il nous explique pourquoi une telle différence entre les objectifs affichés et des résultats mitigés.

Lire la suite
Sociologie et basket-ball

Sociologie et basket-ball

Après avoir étudié pendant deux années sur le campus de Reims, Lukas Noah Drammeh s’est envolé pour les États-Unis où il effectue actuellement sa troisième année à l’Université de Caroline du Nord, à Chapel Hill. L’occasion d’approfondir ses connaissances en sociologie et en études afro-américaines, mais aussi de réaliser un vieux rêve : intégrer une équipe de basket-ball réputée et jouer une saison sur le sol américain. Portrait vidéo d’un fan de basket.

Lire la suite
Apprendre, ça s’apprend

Apprendre, ça s’apprend

Comment apprendre à apprendre ? C'est le défi de tout élève, en particulier au moment de l'arrivée dans l'enseignement supérieur. Sciences Po a mis en place depuis septembre 2017 une innovation pédagogique qui apporte des réponses pratiques à ce défi :  des cours inédits baptisés "ateliers de métacognition". Objectif de ces séances : mieux connaître le fonctionnement de son cerveau pour améliorer ses stratégies d’apprentissage. 

Lire la suite
Travailler le dimanche est-il vraiment utile ?

Travailler le dimanche est-il vraiment utile ?

Travailler le dimanche est-il utile ? Non, répondent Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard dans leur dernier ouvrage Les Batailles du dimanche. Dépassant les habituels clivages idéologiques, les deux sociologues ont analysé le travail dominical sous l’angle de son utilité sociale. Interview de Laurent Lesnard, chercheur à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) de Sciences Po.

Lire la suite
Christian Dior, un alumnus toujours à la mode

Christian Dior, un alumnus toujours à la mode

Par Serge Carreira, enseignant à Sciences Po. Qui se doute aujourd’hui que Christian Dior a fait un passage à Sciences Po ? Entré rue Saint-Guillaume sous la pression familiale, il a fui aussitôt une carrière de diplomate toute tracée pour le destin de créateur que l’on sait. À l’occasion de l’exposition qui lui est consacrée jusqu’en janvier au musée des Arts Décoratifs, retour sur un alumnus en avance sur son temps, qui a traversé les modes et les époques. Et se serait peut-être davantage épanoui dans le Sciences Po de 2017 ?

Lire la suite
Journée des masters : le replay

Journée des masters : le replay

Vous êtes étudiant ou jeune professionnel, vous vous interrogez sur les programmes de master et les différents métiers auxquels nous préparons nos diplômés ? Retrouvez l'intégralité des présentations de notre Journée des masters du samedi 25 novembre. L’occasion de tout savoir sur les programmes et les spécialisations de nos 7 écoles : l’École d’affaires publiques, l’École des affaires internationales, l’École de droit, l’École de journalisme, l’École du management et de l’innovation, l’École urbaine et l’École doctorale.

Lire la suite

"Vous êtes romancier ou historien ?"

Le 18 novembre dernier, le traditionnel salon littéraire des étudiants de Sciences Po s’est tenu à la mairie du 7ème arrondissement. La “Journée des Auteurs”, organisée depuis 1947 par le Bureau des Arts, fêtait sa 70e édition en présence, entre autres, de l’auteur de bandes dessinées Joann Sfar et du romancier Olivier Guez, prix Renaudot 2017. Retour sur la littérature française, les filiations littéraires et le sens du romanesque.

Lire la suite