« Journalistes : préservez l’écrit »

À l’occasion de sa rentrée, l’École de journalisme de Sciences Po a invité Mike Pride, ancien administrateur des prix Pulitzer, à s’exprimer lors d’une conférence exceptionnelle. Cet ancien journaliste et expert des médias, qui a vu muter le monde de l’information avec l’arrivée du digital, a tracé les pistes d’avenir du secteur devant les journalistes en herbe de Sciences Po.

“La crise de l’économie des médias n’est pas encore terminée”

Le journalisme est actuellement confronté à une véritable révolution qui aboutira probablement à la fin des journaux “papiers” tels que nous les connaissons. C’est avec cette idée choc que Mike Pride ouvre sa leçon aux étudiants de l’École de journalisme. Certes, reconnaît-il, internet a en partie compensé le déclin des médias imprimés mais les sites web ne sont actuellement pas viables financièrement. La crise existentielle de l’économie des médias n’est pas encore terminée. Ceux-ci doivent en effet encore trouver la réponse à cette question : comment faire accepter aux lecteurs que cela vaut la peine de payer pour de l’information ?

Coupler les valeurs et recettes éprouvées du passé avec les nouvelles technologies du présent et du futur” est une piste, explique Mike Pride. Une telle association représente une opportunité mais aussi un challenge pour les journalistes du XXIe siècle. D’une part, explique Mike Pride, les reporters doivent maintenir un journalisme de grande qualité. Cela suppose par exemple de préserver l’écriture qui “est le meilleur moyen de d’exprimer des faits et des nuances sur ce qui s’est passé”. D’autre part, les journalistes doivent trouver de nouvelles manières de raconter des histoires et d’expérimenter en ligne.

“Permettre au public d’être un acteur de la démocratie”

Les outils modernes permettent d’expérimenter de nouveaux moyens d’assembler les faits et d’explorer les controverses, avec des présentations très variées : vidéo, audio, texte, image mais aussi podcast, réseau social, blog, datavisualisation… Les télévisions et radios utilisent aujourd’hui aussi bien le texte que la data tandis que les journaux utilisent des enregistrements live sur leurs sites. Les magazines mensuels publient également des éditions quotidiennes sur leurs sites web et plus seulement de manière mensuelle comme beaucoup avaient l’habitude de faire. Tout comme les journaux quotidiens, leurs contenus digitaux incluent des chroniques culturelles, des commentaires politiques, des récits d’événements et des dessins. Mike Pride décrit ce phénomène comme un mouvement de “convergence”.

Un des traits marquants de cette convergence est la collaboration qui se met en place au sein des médias. “Il n’y a plus de pure compétition, souligne Mike Pride. Chaque année, des partenariats de plus en plus vastes et complexes se mettent en place.” L’ICIJ (International Consortium of Investigative Journalists) en est un bon exemple : ce réseau de 300 journalistes, sur 6 continents, qui a travaillé sur les Panama Papers a reçu en 2017 le prix Pulitzer du “Reportage explicatif”.

Mike Pride met cependant en garde : même si le paysage des médias est en train de changer et que les médias tendent à se globaliser, les journalistes ne doivent pas oublier les bases du métier. L’objectif du journalisme reste le même : “Trouver l’information et la raconter afin de permettre au public d’être informé et d’être un acteur de la démocratie.”

Article rédigé par Tanguy Garrel-Jaffrelot, étudiant en journalisme à Sciences Po

En savoir plus

Abonnez-vous à notre newsletter

Le campus du Havre fête ses 10 ans

Le campus du Havre fête ses 10 ans

Je savais que le campus du Havre était le bon endroit pour moi !”. Alice Jetin-Duceux, étudiante en première année, ne cache pas son plaisir d’effectuer sa rentrée aux côtés des 160 autres étudiants du campus du Havre. Mais cette rentrée 2017 a aussi une tonalité particulière pour Sciences Po. Il y a tout juste 10 ans, le campus du Havre ouvrait en effet ses portes à sa première promotion. A l'occasion de cet anniversaire, souvenirs et récits d'étudiants et d'anciens.

Lire la suite
À la recherche des cités perdues

À la recherche des cités perdues

Thomas Chaney, chercheur au Département d’économie à Sciences Po, est spécialiste du commerce international, de la finance et des réseaux. Lauréat de nombreux prix, et nominé cette année au prestigieux Prix du meilleur jeune économiste, il mène des recherches qui croisent modèles théoriques et d’autres champs inattendus comme... l’archéologie. Ou comment un économiste s’est mis en quête de cités disparues il y a plusieurs millénaires à l’aide d’équations.

Lire la suite
Journées du Patrimoine : 1700 visiteurs à l'Artillerie

Journées du Patrimoine : 1700 visiteurs à l'Artillerie

Qui pourrait soupçonner que cette porte discrète, à l’ombre de l’orgueilleuse façade baroque de l’Église Saint Thomas d’Aquin, ouvre sur un cloître du XVIIè siècle en plein Paris ? Acquis par Sciences Po fin 2016, le site de l’hôtel de l’Artillerie ouvrait ses portes au public pour la première fois samedi 16 septembre, à l’occasion des Journées du Patrimoine. Des centaines de visiteurs ont saisi cette occasion unique de découvrir ce site avant le début des travaux qui en feront le nouveau coeur du campus parisien de Sciences Po, en 2021.

Lire la suite

"Je veux défendre la dignité humaine et la liberté"

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”. Cette semaine, place à Malak Gadalla, étudiante égyptienne qui s’enthousiasme pour l’étude du Moyen-Orient sur notre campus de Menton.

Lire la suite
Julia Cagé : vers une autre économie des médias

Julia Cagé : vers une autre économie des médias

Économiste, chercheuse passionnée par la presse ou encore femme engagée en politique aux côtés de Benoît Hamon... Julia Cagé, professeur d’économie à Sciences Po, cultive avec talent de multiples cordes à son arc. Mais c’est avant tout une spécialiste des médias, qu’elle scrute au spectre des sciences économiques pour comprendre leur évolution. Interview.

Lire la suite
“Sciences Po est un voyage fort en émotions”

“Sciences Po est un voyage fort en émotions”

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”.  Cette semaine, place à Jasdeep Singh Hundal, 19 ans, venu du Singapour pour étudier sur le campus de Reims en double diplôme avec Berkeley.

Lire la suite
“Mon plus grand succès n'est pas mon prix Nobel”

“Mon plus grand succès n'est pas mon prix Nobel”

En 1983, elle découvrait le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) à l’origine du sida. Françoise Barré-Sinoussi, chercheuse française en virologie de l'Institut Pasteur, a reçu en 2008, avec Luc Montagnier, le prix Nobel de médecine pour cette découverte qui a permis d’élaborer les premiers traitements contre la maladie. Ce 2 septembre 2017, elle était l’invitée de l'École d'affaires publiques de Sciences Po pour la leçon inaugurale de la rentrée. Ses messages ? Décloisonner les disciplines, faire preuve de persistance et, surtout, “avoir envie d’apporter aux autres”. Interview.

Lire la suite

"En entrant à Sciences Po, j'étais de gauche"

“J’avais dix-huit ans, j’entrais à Sciences Po, j’étais de gauche parce que je voyais mal comment j’aurais pu ne pas l’être compte tenu de ce que j’étais et de ce que je lisais”*. Nous sommes en 1989, Édouard Philippe vient de réussir “de justesse” le concours d’entrée après une année de classe préparatoire littéraire. S’ouvrent pour lui “trois années de rêve” rue Saint-Guillaume, où le jeune Rouennais, fils d’enseignants, issu d’un milieu “où le socialisme était solidement implanté”, va poursuivre à grands pas son cheminement intellectuel et politique.

Lire la suite
Collège universitaire : ce qu'il faut savoir sur le bachelor

Collège universitaire : ce qu'il faut savoir sur le bachelor

Réaffirmer un engagement humaniste et scientifique : telle est l’ambition qui a conduit Sciences Po à remodeler son programme de 1er cycle. À Sciences Po, il permet d’obtenir le diplôme de bachelor de sciences humaines et sociales et repose sur trois piliers : exigence académique, ouverture internationale et engagement civique. Au moment où la nouvelle promotion fait son entrée en 1ère année, voici l’essentiel du programme qui attend les étudiants.

Lire la suite
“Des villes qui n’oublient personne”

“Des villes qui n’oublient personne”

Directeur exécutif d’ONU-Habitat, - le programme des Nations Unies dédié à l’urbanisme -, Joan Clos est l’invité exceptionnel de la rentrée de l’École urbaine de Sciences Po. Cet ancien maire de Barcelone, connu entre autres pour avoir mené des programmes d’urbanisme de grande envergure, donnera une conférence aux étudiants ce 1er septembre 2017. Son credo ? L’urbanisation comme source de richesses et le « droit à la ville » pour tous. Interview.

Lire la suite