Dieu n’est pas mort : il fait de la politique

Partout dans le monde, le religieux est de retour. À l'intérieur des États comme sur la scène internationale, il se mêle désormais des enjeux de société comme de la politique. Analyser ce retour sous différents angles et dans toute sa diversité, c’est l’objectif de l’ouvrage “L’Enjeu mondial. Religion et politique”. Alain Dieckhoff, directeur du CERI, qui l’a co-piloté avec Philippe Portier, directeur du GSRL (CNRS/École pratique des hautes études), nous dévoile les nouveaux liens étroits et complexes qu’entretiennent religion et politique dans le monde contemporain.

Dans votre texte d’introduction avec Philippe Portier, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, vous écrivez que la parution d’un ouvrage sur le thème “religion et politique” aurait été inconcevable il y a un demi-siècle. Pourquoi ? Qu’est-ce qui a changé ?

Des années 30-40 jusqu’aux années 60-70, la grille de lecture des sciences sociales insistait beaucoup sur une dynamique  de sécularisation qui semblait irréversible : Dieu allait se retrouver marginalisé. Le phénomène était très sensible en Occident, mais aussi dans les pays du tiers-monde, comme par exemple au Moyen-Orient, dominé par le courant du nationalisme arabe qui se voulait laïcisant, ou encore dans l’Inde de Nehru. Et puis, cela a commencé à changer. La date marquante de ce nouveau paradigme est, selon moi,  la révolution islamique en Iran en 1979. À l’époque, elle  semblait une exception, mais en réalité elle était annonciatrice de changement : le religieux allait continuer à compter dans les affaires du monde, il redevenait même une force politique majeure ! 

Quelle forme prend ce retour du religieux en politique ?

Il ne s’agit pas à proprement parler d’un “retour”, mais plutôt d’une nouvelle dialectique. Il y a, d’une part, une “politisation” nouvelle des religions : des acteurs religieux jouent aujourd’hui un rôle politique bien plus affirmé. On le voit avec l’audience de partis ayant une forte dimension religieuse : les Frères musulmans en Égypte, Enahda en Tunisie ou l’AKP en Turquie. Et il y a d’autre part une “désécularisation” des politiques, à savoir que certains hommes politiques mettent désormais en avant une identité religieuse qu’ils gardaient autrefois privée. François Fillon s’est ainsi clairement affiché comme chrétien lors de la campagne des élections présidentielles françaises. Je pense également à Viktor Orbán qui positionne le christianisme comme un élément central de l’identité nationale hongroise. Ou encore au mouvement évangélique, très puissant aux États-Unis et en Amérique latine. Au Brésil, le Parlement compte 80 députés évangéliques, - protestants -, qui vont évidemment peser sur l’élaboration des lois, en particulier celles portant sur la famille et les sujets de société.

Paradoxalement, vous dites aussi que les sociétés sont de plus en plus laïques…

Oui, la sécularisation se poursuit effectivement, à des degrés variables selon les latitudes. Aux États-Unis, par exemple, les enquêtes montrent  que la proportion de personnes qui se disent non-religieuses est bien plus importante qu’il y a un demi-siècle. Il y a clairement davantage de “séculiers” qu’avant, mais, - et c’est tout le paradoxe -, ceux qui sont croyants le sont aussi bien plus qu’avant ! Il y a deux visions du monde qui s’affrontent, créant un antagonisme plus ou moins fort selon les sociétés : d’un côté, ceux qui revendiquent une affirmation forte du religieux et, de l’autre, ceux qui se réclament de la laïcité. Les partisans de la laïcité ont eux aussi parfois durci leurs positions : certains, en France particulièrement, interprètent la laïcité comme une aseptisation de l’espace public, comme si l’espace social lui-même devait être vierge de tout signe religieux ! Pourtant, la laïcité originelle (celle de 1905) n’implique aucunement de ne pouvoir afficher son identité religieuse dans l’espace public. C’est la sphère étatique  qui doit être laïque mais, dans la rue, des chrétiens peuvent arborer une croix, des musulmanes ont le droit d’être voilées, des juifs de porter la kippa, etc.

Cette importance renouvelée de la religion face au politique est-elle source potentielle de conflits et et tensions ?

Oui, les risques de conflit existent comme le prouve l’affaire des caricatures de Mahomet ! En soi, il n’y a pas d’opposition radicale entre religion et violence. La dimension de combat pour la foi est parfois même présente dans les textes religieux eux-mêmes. Mais il faut être prudent avec cette affirmation : les religions peuvent certes alimenter la violence, mais elles peuvent aussi servir de pacificateurs. Je pense par exemple à la communauté catholique de Sant’Egidio à Rome  qui a joué un rôle très important de médiation dans la fin de la guerre au Mozambique en 1992. Et il ne faut pas non plus perdre de vue que la violence n’est jamais l’exclusivité d’une seule religion. Le cas du bouddhisme est intéressant : vu d’Occident, on l’associe souvent au Dalaï-Lama et à la non-violence, mais on se rend compte aussi que, comme dans toutes les autres religions, il peut alimenter la violence. On le voit actuellement en Birmanie, où une majorité bouddhiste appuie un projet nationaliste et exclusiviste qui pousse les Rohingyas musulmans à fuir.

Quelle réponse possible du politique ?

Les États démocratiques se doivent de défendre la liberté d’avoir une religion... ou de ne pas en avoir une ! Les instances internationales, comme le Conseil de l’Europe et l’ONU, défendent fortement cette position. Les démocraties modernes ont fait pour beaucoup le choix d’une position de neutralité vis à vis du religieux. Aujourd’hui, ce modèle qui sert de référence est remis en cause, certains acteurs religieux demandant aux États de sortir de cette position et de défendre une certaine conception de ce qui serait légitime, notamment sur des questions de société : mariage, adoption,  procréation, etc. Il peut y avoir des conflits et désaccords, c’est normal. L’interaction entre religieux et politique a toujours existé et s’est réglée de différentes manières selon les époques et les pouvoirs en place. Quand on organise la société, la place des religions doit être posée.

Fruit d’une collaboration étroite entre le Centre de recherches internationales de Sciences Po et le Groupe sociétés, religions, laïcités de l’École pratique des hautes études, en partenariat avec l'Atelier de cartographie de Sciences Po, l'ouvrage collectif L'Enjeu mondial. Religion et politique, est publié aux Presses de Sciences Po

En savoir plus

Le Centre de recherches internationales de Sciences Po

La série de podscasts des conférences du CERI sur la thématique “Religion et politique”

Les cartes et graphiques sur la thématique “Religion et politique”

Abonnez-vous à notre newsletter

Make it Work : Une consultation pour le climat

Make it Work : Une consultation pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Grâce à cette nouvelle plateforme collaborative, “Climate Action: Make it Work”, les différentes communautés de Sciences Po (étudiants, enseignants, salariés et chercheurs) sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique sur nos campus et au-delà via une série de consultations en ligne.

Lire la suite
Europe : que s'est il passé depuis 5 ans ?

Europe : que s'est il passé depuis 5 ans ?

Il y a cinq ans avaient lieu les précédentes élections européennes. L’Europe présentait alors un autre visage : Emmanuel Macron était inconnu du grand public, tandis que la Grèce était conservatrice, l’Italie socialiste et que le Royaume-Uni n’avait pas encore voté pour le Brexit. Quelles sont donc les évolutions politiques majeures qui ont bouleversé le Vieux continent depuis 2014 ? 

Lire la suite
Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Vous avez été déclaré admissible à un master de Sciences Po. Il vous reste à réussir l’entretien oral pour intégrer l’une de nos sept écoles. Les épreuves d’admission se déroulent du 23 avril au 10 mai 2019. Elle peuvent parfois générer du stress car vous vous posez encore des questions sur le profil des candidats recherchés, sur votre capacité à démontrer votre motivation et à défendre votre projet…. Restez serein et gardez confiance en vous ! Voici nos derniers conseils pour cette dernière ligne droite. 

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer la procédure par examen pour être admis à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Algérie : “Les étudiants au coeur de la transition”

Algérie : “Les étudiants au coeur de la transition”

Écrivain titulaire de la chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po, Kamel Daoud a donné ce 16 avril 2019 une conférence exceptionnelle sur la situation en Algérie. Avec une université aujourd’hui au coeur de la transition qui se joue dans le pays, l'écrivain a rendu hommage aux étudiants algériens.

Lire la suite

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Comment atteindre plus d’égalité entre hommes et femmes en Europe ?

Comment atteindre plus d’égalité entre hommes et femmes en Europe ?

Par Rawane Yasser (Chaire pour l'entrepreneuriat des femmes). Selon le dernier rapport du Forum économique mondial, l’Islande – suivi par le reste des pays nordiques – serait la société la plus égalitaire en Europe, et au monde. Mais les autres pays européens – y compris au sein de l’Union européenne – restent à la traîne. En effet si les écarts entre hommes et femmes dans les pays de l’OCDE ont diminué pendant les 50 dernières années, les inégalités persistent dans tous les domaines de la vie sociale et économique. De façon plus générale, à ce rythme il faudra attendre 108 ans pour que l’écart entre les genres se résorbe dans le monde. Quels sont les leviers sur lesquels les pouvoirs publics européens peuvent s’appuyer ?

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite

"Notre but est de créer des liens"

Écolo, autogérée et militante, PAVéS est l’une des associations les plus engagées sur les questions de transition climatique à Sciences Po. Mais c’est aussi un lieu bien connu des étudiants avec CAFéS, sa cafétéria éthique et solidaire gérée de manière autonome par les étudiants du campus parisien. Rencontre avec deux de ses membres, Ilytie Piroit et Clémentine Sainclair, autour d’un café bio. 

Lire la suite
Poitiers : 5 choses étonnantes sur notre nouveau campus

Poitiers : 5 choses étonnantes sur notre nouveau campus

Présent à Poitiers depuis 2001, le Collège universitaire de Sciences Po était à l’étroit dans ses locaux de l’hôtel Chaboureau : avec une croissance continue des effectifs, l’attractivité du programme latino-américain du premier cycle rendait un déménagement nécessaire. C’est chose faite depuis septembre 2018 au sein d’un nouveau site construit au XVIIIe siècle et réinventé pour le XXIe siècle. Visite guidée à l’occasion de l’inauguration officielle qui a lieu mercredi 10 avril.

Lire la suite