Dieu n’est pas mort : il fait de la politique

Partout dans le monde, le religieux est de retour. À l'intérieur des États comme sur la scène internationale, il se mêle désormais des enjeux de société comme de la politique. Analyser ce retour sous différents angles et dans toute sa diversité, c’est l’objectif de l’ouvrage “L’Enjeu mondial. Religion et politique”. Alain Dieckhoff, directeur du CERI, qui l’a co-piloté avec Philippe Portier, directeur du GSRL (CNRS/École pratique des hautes études), nous dévoile les nouveaux liens étroits et complexes qu’entretiennent religion et politique dans le monde contemporain.

Dans votre texte d’introduction avec Philippe Portier, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, vous écrivez que la parution d’un ouvrage sur le thème “religion et politique” aurait été inconcevable il y a un demi-siècle. Pourquoi ? Qu’est-ce qui a changé ?

Des années 30-40 jusqu’aux années 60-70, la grille de lecture des sciences sociales insistait beaucoup sur une dynamique  de sécularisation qui semblait irréversible : Dieu allait se retrouver marginalisé. Le phénomène était très sensible en Occident, mais aussi dans les pays du tiers-monde, comme par exemple au Moyen-Orient, dominé par le courant du nationalisme arabe qui se voulait laïcisant, ou encore dans l’Inde de Nehru. Et puis, cela a commencé à changer. La date marquante de ce nouveau paradigme est, selon moi,  la révolution islamique en Iran en 1979. À l’époque, elle  semblait une exception, mais en réalité elle était annonciatrice de changement : le religieux allait continuer à compter dans les affaires du monde, il redevenait même une force politique majeure ! 

Quelle forme prend ce retour du religieux en politique ?

Il ne s’agit pas à proprement parler d’un “retour”, mais plutôt d’une nouvelle dialectique. Il y a, d’une part, une “politisation” nouvelle des religions : des acteurs religieux jouent aujourd’hui un rôle politique bien plus affirmé. On le voit avec l’audience de partis ayant une forte dimension religieuse : les Frères musulmans en Égypte, Enahda en Tunisie ou l’AKP en Turquie. Et il y a d’autre part une “désécularisation” des politiques, à savoir que certains hommes politiques mettent désormais en avant une identité religieuse qu’ils gardaient autrefois privée. François Fillon s’est ainsi clairement affiché comme chrétien lors de la campagne des élections présidentielles françaises. Je pense également à Viktor Orbán qui positionne le christianisme comme un élément central de l’identité nationale hongroise. Ou encore au mouvement évangélique, très puissant aux États-Unis et en Amérique latine. Au Brésil, le Parlement compte 80 députés évangéliques, - protestants -, qui vont évidemment peser sur l’élaboration des lois, en particulier celles portant sur la famille et les sujets de société.

Paradoxalement, vous dites aussi que les sociétés sont de plus en plus laïques…

Oui, la sécularisation se poursuit effectivement, à des degrés variables selon les latitudes. Aux États-Unis, par exemple, les enquêtes montrent  que la proportion de personnes qui se disent non-religieuses est bien plus importante qu’il y a un demi-siècle. Il y a clairement davantage de “séculiers” qu’avant, mais, - et c’est tout le paradoxe -, ceux qui sont croyants le sont aussi bien plus qu’avant ! Il y a deux visions du monde qui s’affrontent, créant un antagonisme plus ou moins fort selon les sociétés : d’un côté, ceux qui revendiquent une affirmation forte du religieux et, de l’autre, ceux qui se réclament de la laïcité. Les partisans de la laïcité ont eux aussi parfois durci leurs positions : certains, en France particulièrement, interprètent la laïcité comme une aseptisation de l’espace public, comme si l’espace social lui-même devait être vierge de tout signe religieux ! Pourtant, la laïcité originelle (celle de 1905) n’implique aucunement de ne pouvoir afficher son identité religieuse dans l’espace public. C’est la sphère étatique  qui doit être laïque mais, dans la rue, des chrétiens peuvent arborer une croix, des musulmanes ont le droit d’être voilées, des juifs de porter la kippa, etc.

Cette importance renouvelée de la religion face au politique est-elle source potentielle de conflits et et tensions ?

Oui, les risques de conflit existent comme le prouve l’affaire des caricatures de Mahomet ! En soi, il n’y a pas d’opposition radicale entre religion et violence. La dimension de combat pour la foi est parfois même présente dans les textes religieux eux-mêmes. Mais il faut être prudent avec cette affirmation : les religions peuvent certes alimenter la violence, mais elles peuvent aussi servir de pacificateurs. Je pense par exemple à la communauté catholique de Sant’Egidio à Rome  qui a joué un rôle très important de médiation dans la fin de la guerre au Mozambique en 1992. Et il ne faut pas non plus perdre de vue que la violence n’est jamais l’exclusivité d’une seule religion. Le cas du bouddhisme est intéressant : vu d’Occident, on l’associe souvent au Dalaï-Lama et à la non-violence, mais on se rend compte aussi que, comme dans toutes les autres religions, il peut alimenter la violence. On le voit actuellement en Birmanie, où une majorité bouddhiste appuie un projet nationaliste et exclusiviste qui pousse les Rohingyas musulmans à fuir.

Quelle réponse possible du politique ?

Les États démocratiques se doivent de défendre la liberté d’avoir une religion... ou de ne pas en avoir une ! Les instances internationales, comme le Conseil de l’Europe et l’ONU, défendent fortement cette position. Les démocraties modernes ont fait pour beaucoup le choix d’une position de neutralité vis à vis du religieux. Aujourd’hui, ce modèle qui sert de référence est remis en cause, certains acteurs religieux demandant aux États de sortir de cette position et de défendre une certaine conception de ce qui serait légitime, notamment sur des questions de société : mariage, adoption,  procréation, etc. Il peut y avoir des conflits et désaccords, c’est normal. L’interaction entre religieux et politique a toujours existé et s’est réglée de différentes manières selon les époques et les pouvoirs en place. Quand on organise la société, la place des religions doit être posée.

Fruit d’une collaboration étroite entre le Centre de recherches internationales de Sciences Po et le Groupe sociétés, religions, laïcités de l’École pratique des hautes études, en partenariat avec l'Atelier de cartographie de Sciences Po, l'ouvrage collectif L'Enjeu mondial. Religion et politique, est publié aux Presses de Sciences Po

En savoir plus

Le Centre de recherches internationales de Sciences Po

La série de podscasts des conférences du CERI sur la thématique “Religion et politique”

Les cartes et graphiques sur la thématique “Religion et politique”

Abonnez-vous à notre newsletter

Que deviennent nos diplômés ?

Que deviennent nos diplômés ?

L’enquête jeunes diplômés 2019 portant sur la promotion 2017 montre une accélération de l’insertion sur le marché du travail des diplômés de Sciences Po : 87% des diplômés trouvent un emploi en moins de six mois (83,6% pour la promotion 2016). Ce chiffre conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs. Plus nombreux dans un emploi stable (76%), ils sont aussi mieux rémunérés avec un salaire brut moyen annuel passant de 37k euros à 38,6k euros. Majoritairement, les diplômés 2017 sont très satisfaits de leur emploi comme le mesure le nouvel indicateur du bien-être au travail. Découvrez tous les résultats de notre enquête !

Lire la suite
Soutien à Fariba Adelkhah

Soutien à Fariba Adelkhah

Nous avons été choqués d’apprendre l’arrestation de notre collègue Fariba Adelkhah en Iran et sa détention depuis apparemment plusieurs semaines, sans possibilité de contact avec les autorités françaises.

Lire la suite
Commissaires de police 2019 : 70% des admis issus de Sciences Po

Commissaires de police 2019 : 70% des admis issus de Sciences Po

Depuis sa création en 2012, la classe préparatoire aux concours de police et de gendarmerie de l’École de droit de Sciences Po s’affirme chaque année comme l’une des meilleures préparations aux métiers de la sécurité. Cette année, sur les 33 postes ouverts au concours externe de commissaire de police, 23 places sont occupées par nos étudiants. Félicitations !

Lire la suite
Alliance U7+ : les universités s'invitent à l'agenda du G7

Alliance U7+ : les universités s'invitent à l'agenda du G7

47 responsables d'universités de 18 pays différents étaient réunis à Sciences Po les 9&10 juillet 2019 pour le sommet inaugural de l’alliance U7+, sous le haut patronage du Président Emmanuel Macron. Durant deux jours, les membres de ce nouveau réseau ont débattu, voté et signé 6 principes et 247 engagements pour répondre aux défis majeurs de l’agenda multilatéral. L’objectif : peser sur les débats mondiaux, et notamment le prochain sommet du G7 à Biarritz en août. 

Lire la suite
Leçons indiennes

Leçons indiennes

Louis Assier-Andrieu a réalisés ses premiers pas dans la recherche aux côtés de Claude Lévi-Strauss. Devenu anthropologue, puis historien, sociologue et juriste, il a longtemps étudié sur le terrain la vie de peuples dits "autochtones ": Cheyennes, Inuits et Cajuns en Amérique du Nord. De ses observations humanistes, il conçoit une appréhension singulière du droit. Explications.

Lire la suite
Artillerie : premiers coups de truelle

Artillerie : premiers coups de truelle

C’est parti pour les grands travaux ! Le rituel de pose de la première pierre a eu lieu le 8 juillet dernier sur le site de l’Artillerie, futur cœur du campus parisien de Sciences Po. Après l’acquisition du site en décembre 2016 et la présentation du projet lauréat en janvier 2018, cette cérémonie marque le début de la phase de rénovation et de construction. Reportage. 

Lire la suite
Une recherche pointue et accessible

Une recherche pointue et accessible

Directeur scientifique et professeur au Département d’économie, Guillaume Plantin a longtemps exercé à l’international  avant de rejoindre Sciences Po. Une expérience qui l’amène à concevoir les recherches dans un contexte global : global, par les enjeux à décrypter - environnement, numérique, populisme... - global, par la compétition mondiale dans laquelle la science évolue. Pour lui, la recherche à Sciences Po dispose d’acquis solides et fait preuve de la créativité nécessaire pour relever ces défis. À sa façon. Explications. 

Lire la suite
Cérémonies du diplôme 2019 : les meilleurs moments

Cérémonies du diplôme 2019 : les meilleurs moments

Plus de 7300 personnes ont assisté les 28 & 29 juin 2019 aux quatre cérémonies de remise des diplômes de la promotion 2019. Des parents, des amis, des professeurs, des compagnons, et parfois des enfants : c’est sous le regard fier, ému, et chaleureux de leurs proches et de leurs camarades que les diplômés ont ceint leur écharpe rouge pour ce premier jour du reste de leur vie. Découvrez quelques uns de ces moments uniques en vidéo et le résumé ci-dessous.  

Lire la suite
Comprendre les populismes

Comprendre les populismes

Les 1er et 2 juillet, une cinquantaine d’économistes, de politistes, d’historiens et de sociologues se réunissent à Sciences Po dans le cadre d’un tout nouveau groupe de recherche au sein du Centre for Economic Policy Research. Objet de cette rencontre : la question très actuelle du populisme et des politiques à mener pour lutter contre son emprise. Comment aborde-t-on le sujet épineux du populisme en recherche ? Eléments de réponse avec Sergei Guriev, professeur d’économie à Sciences Po et membre du comité d’organisation.

Lire la suite