Cities are back in town : le MOOC

« Cities are back in town » : c’est le titre du MOOC de Patrick Le Galès, diffusé à partir du 15 septembre sur la plate-forme américaine Coursera. Villes tentaculaires, métropoles région : le phénomène urbain bouscule les cadres d’analyse traditionnels, souvent euro ou américano centrés. Patrick Le Galès, doyen de l’École urbaine de Sciences Po, propose une approche inédite et multiculturelle, fondée sur la comparaison, l’histoire, et la sociologie urbaine. Entretien.

À qui s’adresse ce MOOC* ?

Patrick Le Galès : Ce cours en anglais est destiné en priorité aux étudiants, et plus précisément aux étudiants de niveau licence et première année de master. L’idée - qui est aussi un défi - est de s’adresser à des étudiants du monde entier. Nous sommes heureux d’avoir enregistré, avant même le démarrage du MOOC, plus de 7000 inscrits dans tous les pays. Afin d'intéresser une communauté d’apprenants aussi diverse, nous avons fait un énorme effort pour utiliser des exemples issus de contextes et de cultures variés. Nous nous appuyons aussi sur des travaux de recherche menés dans des pays très différents, et pas seulement en Europe et aux États-Unis.

Le cours peut-il aussi être utile à des professionnels ?

P. LG. : Oui, absolument, pour des professionnels qui travaillent dans des agences de développement urbain, et tous ceux qui souhaitent acquérir des outils pour analyser les dynamiques à l’oeuvre en sociologie urbaine. Et je pense également que ce MOOC peut intéresser un public de chercheurs et d’enseignants, en raison de son approche comparative : de manière générale, la sociologie urbaine a été très euro-centrée et américano-centrée. Le cours pourrait être utile à un public académique, car il s’appuie sur des exemples nouveaux et extrêmement variés.

Quels sont les objectifs des huit sessions de ce cours ?

P. LG. : La ligne pédagogique est très claire. Dans les études urbaines, il existe un courant qui étudie les grandes tendances en matière d’urbanisation, avec un haut niveau d’abstraction dans la réflexion et l’analyse théoriques. De l’autre côté, vous avez un courant qui propose des analyses détaillées centrées sur un quartier, un bidonville, une zone précise. Le choix pour ce MOOC est différent. Nous allons proposer une comparaison des modèles intellectuels afin de comprendre les dynamiques urbaines à l’œuvre partout dans le monde. Nous nous appuierons pour cela sur la sociologie, l’histoire, et la comparaison, afin de construire des outils d’analyse qui s’appliquent aux villes et aux métropoles d’aujourd’hui.

Comment se déroule chaque session ?

P. LG. : Chaque session est consacrée à thème ou un type de ville en particulier : par exemple, les villes post-coloniales, les villes européennes, les villes connectées. Nous étudions les conditions historiques qui ont conduit à l’émergence de cette catégorie de villes, et le modèle d’analyse qui a été construit pour appréhender cette forme urbaine précise. Puis, nous extrapolons ce modèle de son contexte et essayons de de voir comment il peut expliquer l’une ou l’autre de nos dynamiques urbaines contemporaines.

Par exemple, le modèle marxiste de la cité industrielle a vu le jour à Manchester au XIXème siècle. Mais il peut fournir une grille d’analyse intéressante pour comprendre le São Paulo d’aujourd’hui (au Brésil), ou la ville de Dacca au Bangladesh. Une ville comme Los Angeles emprunte à différents paradigmes en même temps : le modèle industriel et le modèle européen.

Pourquoi avoir choisi de proposer toutes les sessions du cours en même temps ?

P. LG. : Parce que l’expérience nous a appris que les étudiants qui suivent des MOOCS ont des besoins très différents. Certains souhaitent suivre la progression logique, d’autres suivent toutes les leçons d’une traite, et d’autres encore préfèrent choisir les thèmes qui les intéressent le plus. Le fait de diffuser toutes les sessions en même temps permet de répondre à tous les profils d’apprenants. C’est aussi un défi énorme pour un professeur !

En quoi ce MOOC représente-t-il un défi pour vous en tant qu’enseignant ?

P. LG. : L’expérience du MOOC est à la fois fascinante et terrifiante pour un professeur ! À partir du moment où vous décider de vous adresser à des étudiants du monde entier, vous devez faire un effort constant pour proposer des modèles et des exemples issus de différents contextes et pas seulement centrés sur l’Europe ou les États-Unis. Et vous ne savez jamais si vous avez vraiment atteint votre objectif, puisque vous ne savez pas qui se trouve dans votre “classe” virtuelle !

C’est aussi un exercice très exigeant, parce que si vous souhaitez prendre la ville de Lagos en exemple, vous avez intérêt à être extrêmement précis dans vos propos : vous pouvez avoir un étudiant du Nigeria qui connaît la zone mieux que vous !

Grâce à l'équipe qui a travaillé d'arrache-pied pour produire ce MOOC, le cours s'appuie sur des ressources multimédia très riches (photos, vidéos, cartes). Cela représente aussi un travail considérable, parce que vous devez faire le lien avec ces supports : c’est un type d’écriture de cours totalement différent de ce que l’on est habitué à faire.

Qu'attendez-vous des forums de discussion qui seront organisés autour de chaque session ?

P. LG. : Je suis impatient de voir comment va se dérouler cette expérience et comment les étudiants vont réagir. Ce cours constitue un contenu totalement original : il ne se trouve dans aucun manuel et n’a jamais fait l’objet d’un cours “en classe”. Je suis convaincu qu’il s’agit d’une approche innovante dans le champ des études urbaines : ce domaine évolue très vite vers une approche comparative globale, et pourtant peu de spécialistes sont aujourd’hui capables d’adopter cet angle. C’est ce que nous allons tenter de faire avec ce MOOC. Si nous y parvenons, les étudiants vont en fait participer à une évolution majeure de la sociologie urbaine.

*Massive Online Open Course : cours en ligne ouvert et massif

En savoir plus

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

Envie de faire une thèse en sociologie ? Discipline-phare enseignée dès le Collège universitaire, la sociologie est aussi l’un des piliers de la recherche à Sciences Po. Comment la pratique-t-on ? Comment trouver un sujet de thèse dans cette discipline ? Les conseils et réponses de Ettore Recchi, sociologue et directeur des études doctorales en sociologie. 

Lire la suite
Que peut faire le droit pour les animaux ?

Que peut faire le droit pour les animaux ?

Le combat pour limiter ou supprimer la souffrance animale est de le plus en plus présent dans le débat public. Expériences scientifiques, corrida ou encore foie gras sont l’objet de critiques insistantes. Des vidéos dénonçant les conditions de vie et de mort des animaux sont largement diffusées et le véganisme, encore confidentiel il y a quelques années, fait de plus en plus d’adeptes. Quel est l’apport du droit dans ce contexte ? Régis Bismuth, professeur à l’École de droit de Sciences Po et co-directeur de l’ouvrage Sensibilité animale. Perspectives juridiques (CNRS éd.) dresse un tableau des avancées des droits des animaux.

Lire la suite
“Guérir le capitalisme”

“Guérir le capitalisme”

Transition économique, transition sociétale, politique ou encore écologique... Et si tout cela était lié ? “Une société doit placer l’humain au coeur de son développement. Pour moi, c'est cela le vrai sens de "être libéral”", rappelle Marie-Laure Djelic. Chaque semaine, dans son cours “The Great Transition”, Marie-Laure Djelic invite les étudiants de Sciences Po à interroger les transformations du capitalisme. Avec un objectif : repenser notre modèle économique pour qu’il devienne plus humain et durable.

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Le bilan très lourd de la politique migratoire

Le bilan très lourd de la politique migratoire

L’Europe est devenue aujourd’hui la première destination mondiale de l’immigration en termes de flux. Face au drame qui se joue chaque jour en Méditerranée, le continent devrait-il ouvrir plus largement ses frontières ? Si oui, à quelles conditions ? Chaque semaine, dans son cours “Migrations”, Catherine de Wenden analyse avec les étudiants les enjeux de la crise migratoire dans une perspective transversale et comparatiste. Replacer l’immigration dans son contexte historique, analyser les politiques d’accueil qui fonctionnent, rappeler qu’une frontière n’est pas que territoriale mais aussi culturelle... Ou comment apprendre aux étudiants à penser un enjeu contemporain aux solutions infiniment complexes.

Lire la suite
« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

Par Alizée Delpierre (CSO). Une jeune Parisienne construisant un dispensaire dans une région désertique de l’Inde, un Danois à peine sorti du lycée forant un puits au fin fond du Ghana, un groupe d’Italiens tout sourires, posant pour l’objectif dans une rizière du Mékong… qui n’a pas été un jour confronté à l’idée de voyager en offrant ses services et son aide à l’autre bout du monde ?

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
Les multiples trajectoires des printemps arabes

Les multiples trajectoires des printemps arabes

Printemps 2011. Le monde arabe est secoué par des mouvements contestataires. Rapidement, certains “Printemps” se transforment en cauchemars, d’autres donnent naissance à des régimes démocratiques, d’autres encore tournent court. Pourquoi des trajectoires si différentes ? Entretien avec Eberhard Kienle, directeur de recherche au CERI, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient et auteur de “The Arab Uprisings. Transforming and Challenging State Power”.

Lire la suite