5 chiffres clés sur le projet Welcome Refugees

Depuis mars 2016, Sciences Po accueille chaque année une promotion d’étudiants demandeurs d’asile ou réfugiés. Cette initiative, lancée par nos étudiants et baptisée Welcome Refugees, est désormais devenue un programme à part entière, en partenariat avec l’ONG Wintegreat. Sciences Po accueillera à la rentrée sa troisième promotion. L’occasion de faire un bilan en 5 chiffres clés.

Des étudiants originaires de 11 pays, migrant pour des raisons politiques ou de guerre

« Tout le monde peut candidater, à condition d’avoir un statut légal de demandeur d’asile ou de réfugié en France », explique Myriam Dubois-Monkachi, directrice de la scolarité de Sciences Po. Albanie, Afghanistan, Bangladesh, Égypte, Irak, Iran, Kenya, Pakistan, Soudan, Sri Lanka, Syrie… Les pays dont sont originaires les étudiants ne sont pas tous en guerre. Certains étudiants sont demandeurs d’asile, entre autres pour des raisons politiques.

46 étudiants accueillis

Ils sont 46 étudiants à avoir bénéficié du dispositif Welcome Refugees depuis son lancement, le 8 mars 2016 : 19 en 2016 et 27 en 2016-2017. Le projet Welcome Refugees leur permet, pendant une année, de suivre des cours de langue (anglais et français). Ils sont encadrés par l’ONG Wintegreat et par des étudiants et des professionnels de Sciences Po qui les accompagnent dans la définition de leurs parcours. Les étudiants ont également accès aux ressources pédagogiques (Moocs, e.learning, etc.), aux activités associatives, culturelles et sportives et à la vie étudiante de Sciences Po.

27 étudiants certifiés Wintegreat

Pour la première fois, la promotion 2017 s’est vue remettre un certificat attestant de la scolarité passée dans notre établissement. Celui-ci est signé conjointement par Sciences Po et par une ONG spécialisée dans les projets innovants d’accompagnement des étudiants réfugiés, Wintegreat, avec laquelle Sciences Po a signé une convention. Ce certificat n’est pas un diplôme mais il permet néanmoins d’attester d’un niveau de langue et ce, par un établissement prestigieux, Sciences Po, qui détient le label « Qualité Français langue étrangère » du CIEP (Centre international d’études pédagogiques).

1 projet collectif porté par des étudiants

Welcome Refugees est administré dans le cadre d’un projet collectif noté, porté par des étudiants de Sciences Po et organisé en partenariat avec l’ONG Wintegreat. Chaque année, 6 étudiants choisissent d’intégrer ce projet collectif : ils sont en contact avec tous les interlocuteurs du programme et se chargent de la coordination. « Le projet Welcome Refugees fait ainsi partie intégrante de la pédagogie de Sciences Po », souligne Myriam Dubois-Monkachi.

130 personnes impliquées à Sciences Po

Outre les étudiants porteurs du projet collectif, les équipes administratives et les enseignants impliqués, Welcome Refugees fédère également des alumni, du personnel de Sciences Po et des étudiants. Les étudiants étrangers bénéficient en effet de « buddies », de « coachs » et de « mentors » qui sont chargés de les aider à définir leur projet et la suite de leur parcours professionnel en France. La plupart des étudiants passés par le programme poursuivent leurs études hors des murs de Sciences Po pour parfaire leur français et/ou leur formation.

Contact : refugees.contact@sciencespo.fr

En savoir plus

Lire l'interview d'Alyette Tritsch, étudiante à Sciences Po, et à l'initiative du projet Welcome Refugees.

Abonnez-vous à notre newsletter !

 Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Vous vous remettez à peine de son entrée en CP. Autant dire que la perspective que votre petit(e) passe le Bac l'année prochaine vous paraît surréaliste. Quant à savoir s'il faut ou pas lui conseiller d'aller à Sciences Po, voilà qui relève de la science-fiction. Nous ne pouvons pas grand-chose pour vous aider à passer le cap. Nous sommes sûrs en revanche que Sciences Po va aider votre enfant à se construire un parcours qui lui ressemble. Voici pourquoi.

Lire la suite
Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Vous vous remettez à peine de son entrée en CP. Autant dire que la perspective que votre tout-petit(e) passe le Bac à la fin de l'année vous paraît surréaliste. Quant à savoir s'il faut ou pas lui conseiller d'aller à Sciences Po, voilà qui relève de la science-fiction. Nous ne pouvons pas grand-chose pour vous aider à passer le cap. Nous sommes sûrs en revanche que Sciences Po va aider votre enfant à se construire un parcours qui lui ressemble. Voici pourquoi :

Lire la suite
Rétro #4

Rétro #4 "Le fantasme d'un Sciences Po parisien et inaccessible"

Tout au long de l’été, nous vous proposons de revivre des moments forts de l’année universitaire 2016-2017. Aujourd’hui, retour sur les 15 ans des Conventions éducation prioritaire. Pour fêter cet anniversaire, Sciences Po donnait la parole à quelques uns des 1600 étudiants entrés par ce dispositif créé en 2001. Parmi ces témoins, Bastien Desclaux, est venu raconter comment les CEP ont changé sa vie... et ses préjugés sur Sciences Po.

Lire la suite
Les coulisses du métier de magistrate

Les coulisses du métier de magistrate

Cet été, la librairie de Sciences Po vous fait partager sa bibliothèque idéale. Du roman au manuel pratique, en passant par la bande dessinée, une sélection de livres pour mieux comprendre le monde ! Cette semaine, La Juge de trente ans de Céline Roux, le témoignage d’une jeune magistrate à ses débuts qui fait découvrir l’envers du décor de ce métier.  

Lire la suite
« Soft power » : culture et diplomatie

« Soft power » : culture et diplomatie

Invitée aux Centre et Département d'histoire de Sciences Po, Jessica Gienow-Hecht, professeur au John F. Kennedy Institute for North American Studies d'histoire de la Freie Universität de Berlin, s'est spécialisée dans le rôle de la culture dans les relations internationales. De l'implication des journalistes en situation de conflit, en passant par les enjeux diplomatiques que peuvent représenter certains musiciens, interview d'une spécialiste du « soft power ».

Lire la suite
Rétro #3 : un nouveau campus pour se réinventer

Rétro #3 : un nouveau campus pour se réinventer

Tout au long de l’été, nous vous proposons de revivre des moments forts de l’année universitaire 2016-2017. Aujourd’hui, retour sur un événement qui fait désormais partie de l’histoire de Sciences Po : la signature officielle de l’acte d’acquisition de l’hôtel de l’Artillerie, le 23 décembre 2016. L’aboutissement de plus de trois ans de travail. Et la promesse d’une réinvention de Sciences Po autour d’un campus parisien entièrement repensé. Prochaine étape du projet, baptisé Campus 2022 : la désignation du lauréat et la présentation du projet architectural fin 2017.

Lire la suite
« Encourager le dialogue Orient-Occident »

« Encourager le dialogue Orient-Occident »

Les enseignements proposés sur le campus de Menton se concentrent sur le Moyen-Orient et les pays du pourtour méditerranéen. Si dialogue interculturel et débat interreligieux sont de mise sur le campus, c’est surtout grâce à son directeur, Bernard El Ghoul, qui a su imposer des valeurs de vivre ensemble et de tolérance à des étudiants venus d’ici et d’ailleurs. Portrait d’un directeur apprécié, surnommé affectueusement par ses étudiants le « Di Caprio libanais ».

Lire la suite
Le Rwanda autrement

Le Rwanda autrement

Cet été, la librairie de Sciences Po vous fait partager sa bibliothèque idéale. Du roman au manuel pratique, en passant par la bande dessinée, une sélection de livres pour mieux comprendre le monde ! Cette semaine, on vous fait découvrir « L’âme des peuples », une collection de récits de voyages dont chaque volume fait découvrir un pays dans son quotidien contemporain. Exemple avec Rwanda. Mille collines, mille traumatismes, de la journaliste Colette Braeckman.

Lire la suite
Et si le vote prenait racine dans l’enfance ?

Et si le vote prenait racine dans l’enfance ?

« Dis-moi comment tu as grandi et je te dirai comment tu as voté ». Une étude publiée par le magazine Evolution and Human Behavior prouve que la manière dont on a vécu son enfance a une incidence directe... sur l’orientation politique. Cette enquête, pilotée par l’INSERM en partenariat avec Sciences Po, est le fruit d’une recherche menée auprès de milliers de personnes. Explications de Yann Algan, économiste et doyen de l’École d’affaires publiques de Sciences Po, qui a participé à cette étude.

Lire la suite