« Encourager le dialogue Orient-Occident »

Les enseignements proposés sur le campus de Menton se concentrent sur le Moyen-Orient et les pays du pourtour méditerranéen. Si dialogue interculturel et débat interreligieux sont de mise sur le campus, c’est surtout grâce à son directeur, Bernard El Ghoul, qui a su imposer des valeurs de vivre ensemble et de tolérance à des étudiants venus d’ici et d’ailleurs. Portrait d’un directeur apprécié, surnommé affectueusement par ses étudiants le « Di Caprio libanais ».

Bernard El Ghoul le reconnaît volontiers : la tâche de directeur n’est pas toujours évidente. Entre les choix pédagogiques, les orientations stratégiques et les démarches administratives, l’équilibre est parfois difficile à trouver. « Je ne passe malheureusement pas autant de temps que j’aimerais avec les étudiants » commente le directeur du campus mentonnais avec une pointe de déception dans la voix. Il n’en reste pas moins très apprécié de ses étudiants qui le surnomment le « Di Caprio libanais ».
 
Cet ancien étudiant en sciences politiques à l’Université d’Aix-Marseille ne se prédestinait pas à devenir directeur d’un campus de Sciences Po. Son DEA de relations internationales en poche, il rejoint le campus parisien de Sciences Po en 1998 où il mène un doctorat sur les transformations socio-économiques des pays du Golfe à la suite duquel il passe deux ans en poste pour le ministère des Affaires étrangères à Abou Dhabi et à Dubaï.  
 
Lorsqu’on lui propose en 2005 de prendre la tête du tout nouveau campus de Sciences Po à Menton, il relève le défi sans hésiter. Âgé seulement de 27 ans, il est le candidat idéal pour ce poste : expert du Moyen-Orient, il a la double nationalité franco-libanaise et il parle couramment français, arabe et anglais. Né à Paris en 1977, il connaît les affres d’un pays en guerre, mais c’est surtout le souvenir de la joie et de l’hospitalité caractéristiques des pays méditerranéens qu’il entend faire vivre sur le campus de Menton.

Un campus au bord de la Méditerranée

La qualité des enseignements et la disponibilité du personnel éducatif et administratif font la renommée du campus. Chaque semestre, les étudiants prennent un cours d’arabe, de turc ou de persan. Ils peuvent également suivre des cours de dialecte s’ils le souhaitent. Cette formation linguistique est complétée par des enseignements civilisationnels : introduction au monde arabo-musulman, cultures et religions de l’espace méditerranéen, histoire de la pensée politique arabe moderne ou encore États et sociétés dans le monde arabe. 

« Notre objectif est de faire travailler des étudiants français et européens avec des étudiants venus des rives sud et est de la Méditerranée, dans un dialogue de type Orient-Occident. Cette dimension interculturelle, ce face-à-face avec l’Europe révèle que le Moyen-Orient n’est pas seulement une zone de conflit. C’est aussi et surtout un espace porteur d’opportunités ».

12 ans après sa création, le campus de Menton accueille presque 300 étudiants. Le campus se situe au cœur de la ville de Menton, dans l'ancien hospice Saint-Julien, l’un des plus beaux bâtiments historiques de cette cité balnéaire. Les étudiants profitent de la proximité immédiate de la plage, des nombreuses infrastructures sportives, et peuvent aussi très facilement se rendre en Italie dont la frontière est à quelques kilomètres seulement du campus. « Cette localisation est un véritable atout. C’est un campus qui s’intéresse à la Méditerranée et qui est installé sur la Méditerrané. Nous nous situons dans la zone que nous étudions. » souligne Bernard El Ghoul.

Le brassage culturel comme ADN

« Le brassage culturel est l’ADN de notre campus » explique Bernard El Ghoul. À Menton, les étudiants viennent d’Afrique du Nord, du Proche-Orient, de Turquie, d’Irak, de Syrie mais aussi des États-Unis et d’Asie. « Nous avons rapidement constaté que nous étions un campus thématique, qui attire des étudiants du monde entier, et pas seulement des étudiants originaires de la zone géographique que nous étudions », insiste le directeur qui se présente lui aussi comme étant « le fruit d’influences orientales et occidentales ».
 
Dans ce climat très international, les étudiants ont su développer de forts liens d’amitié et de solidarité. « Les valeurs de partage et de convivialité, très présentes sur le campus, sont nées en Orient avec les trois grands monothéismes. On les retrouve sur les rives du pourtour méditerranéen. Cela se traduit très concrètement par l’ambiance bonne enfant qui anime la communauté étudiante. Ils prennent les choses sérieusement mais sans se prendre au sérieux et ont toujours envie de faire connaître leurs cultures et leurs langues » explique non sans fierté Bernard El Ghoul.

Ces petites différences entre gens « qui se ressemblent beaucoup »

« Les étudiants ont fait preuve d’une résilience exceptionnelle au cours des Printemps arabes en 2011 » se rappelle le directeur. Certains étudiants partis en troisième année en Égypte doivent être rapatriés lors des débordements de la place Tahrir. Ils repartent ensuite dans une région plus stable, la Syrie. Quelques mois plus tard, le pays entre dans une révolution sans précédent et les étudiants doivent de nouveau rentrer en France.
 
Bien sûr, des tensions existent parfois entre les étudiants issus de pays en conflit, mais Bernard El Ghoul est intransigeant sur ce point. Tolérance et ouverture d’esprit sont ainsi de rigueur sur le campus afin de limiter l'exacerbation de différences entre des jeunes gens qui se ressemblent pourtant beaucoup. Cela passe par la limitation des expressions nationales et une exigence de neutralité de la part de l’administration. « Nous avons interdit l’affichage de drapeaux ou autres afin de ne pas heurter les uns et susciter la haine des autres. Seul le drapeau aux armes de Sciences Po est toléré » insiste Bernard El Ghoul.
 
« Les étudiants ne doivent pas avoir le sentiment de renier leur identité mais il ne faut pas non plus qu’ils aient des aspérités qui ressemblent à des revendications nationales et identitaires trop marquées. Ce sont avant tout des étudiants de Sciences Po qui doivent se fondre dans un creuset commun » explique le directeur.

Tanguy Garrel-Jaffrelot, étudiant en journalisme et affaires internationales à Sciences Po

En savoir plus

Découvrir nos autres campus et leurs directeurs

Ça s'est passé en 68 à Sciences Po

Ça s'est passé en 68 à Sciences Po

Tout au long des mois de mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 dans ses murs. Photos, témoignages vidéos, documents d’archives… L’ambition est de "donner à lire mai 68 par quelques-unes de ses archives, de ces “traces écrites”"*. – de revenir aux sources, de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et dans sa contemporanéité. La mise à disposition de ces témoignages donne ainsi à voir la rhétorique et le style, les mots, les sigles et les slogans, le graphisme et la typographie de la parole de 68 autant que son contenu, permet d’en restituer la fraîcheur et le sérieux, la familiarité et l’étrangeté, les clichés et l’inédit, voire la "beauté".

Lire la suite
Sciences Po, université la plus internationale de France

Sciences Po, université la plus internationale de France

Sciences Po à la 17e place mondiale et à la première place en France pour sa part d’étudiants internationaux, c’est le résultat du classement “International Student Table” 2018 de Times Higher Education qui vient distinguer les 200 universités les plus internationales dans le monde.

Lire la suite
Grandir dans un bidonville

Grandir dans un bidonville

Que deviennent les enfants qui ont grandi dans l’un des bidonvilles français d’après-guerre ? Sociologue de terrain, Margot Delon a consacré sa thèse à cette question en retraçant les trajectoires d’enfants de bidonvilles et de cités de transit à Nanterre et à Champigny-sur-Marne. Croisant entretiens et observations ethnographiques avec l’analyse de bases statistiques, de fonds d’archives et de blogs sur la mémoire de ces vécus, sa thèse a été couronnée par le Prix de la recherche Caritas - Institut de France.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec “Sciences Po passe le Bac”. Des tutoriels en vidéo dans lesquels les profs de Sciences Po planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Quel plan ? Quelles notions-clés ? Que faire des documents ? Quel piège à éviter ? De quoi se préparer à l’épreuve avec méthode, précision, et clarté.

Lire la suite
Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Fondée en 1980, l’association Junior Consulting de Sciences Po est une des premières junior entreprises créées en France. Véritable cabinet de conseil étudiant, Junior Consulting propose aux étudiants des missions dans les conditions du réel. Ou comment acquérir de l’expérience tout en arrondissant ses fins de mois. Rencontre avec les étudiants-consultats de l’association.

Lire la suite

"J'aimerais retourner en Afghanistan et travailler dans l'éducation"

Depuis le lancement de “Welcome Refugees” en 2016, 80 étudiants réfugiés et demandeurs d’asile ont été accompagnés par Sciences Po. Ce programme permet à des étudiants réfugiés de trouver leur voie, que ce soit au sein d’une formation à Sciences Po ou d’autres établissements. Mohammad Ewaz, en première année au campus du Havre, est passé par ce dispositif avant de rejoindre le Collège universitaire. Interview vidéo.

Lire la suite

"La violence concerne une frange minime de la jeunesse"

Assiste-t-on à une radicalisation religieuse, politique et culturelle des lycéens français ? Quels segments de la jeunesse sont les plus concernés ? Directrice de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), Anne Muxel a dirigé avec Olivier Galland une équipe de chercheurs qui a travaillé pendant deux ans sur la radicalité religieuse, politique et culturelle. Elle livre les fruits d’une enquête menée auprès de 7000 lycéens français.

Lire la suite
Ce que les riches pensent des pauvres

Ce que les riches pensent des pauvres

Comment les classes supérieures vivant dans les beaux quartiers se représentent-elles les pauvres et les classes populaires ? Comment expliquent-elles les différences entre elles et les plus démunis ? Y voient-elles un danger, un problème social ou une injustice à réparer ? Pour répondre à ces questions, quatre sociologues, au nombre desquels Bruno Cousin, Assistant Professor au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE), ont réalisé une enquête de terrain comparant des environnements a priori différents :  Paris, São Paulo et Delhi. Ils ont exposé leurs résultats dans un ouvrage : Ce que les riches pensent des pauvres (éd. Seuil). Entretien avec Bruno Cousin.

Lire la suite
“Un diplomate doit avoir une éthique”

“Un diplomate doit avoir une éthique”

Après une longue carrière dans la politique et les organisations internationales, Miguel Ángel Moratinos dispense désormais aux étudiants de Sciences Po un cours sur l’art de la diplomatie. Un cours très pratique, ancré sur son expérience de terrain. Quelles sont les qualités d’un bon diplomate ? Être patient, savoir communiquer, être optimiste… et, surtout, avoir une éthique. Être convaincu que la paix l’emportera toujours, c’est le message de ce “Prof.”.

Lire la suite