CFP | 11th Annual APH Conference

Deadline: 4 March 2024

Call for Panels and Papers 

11th Annual APH Conference

Political Histories of Conflict:
Social Cleavages, Political Ideologies, Clashes of Sovereignty

12–14 June 2024, Södertörn University, Sweden

Extended deadline: 4 March 2024!

Current events require a major revaluation of traditional approaches to social unrest, political division, and war. This conference seeks to take stock from a historical perspective and stimulate deeper inquiries into the causes and processes of political conflict, thus investigating historical issues that are highly relevant in the world of today.

Recent years have seen established domestic and global ways of resolving conflicts threatened by increasing social cleavages, growing political polarisation, and state-led warmongering and aggression. Historically, reformist industrial relations and the system of liberal democracy have functioned as platforms for the aggregation of opposed interests in modern European society. In international relations, the “Concert of Europe”, imperial governance, the World Wars, the Cold War, and post-Cold War efforts have offered different models of cooperation, conflict, and containment. The conference seeks to enhance our learning from these and other historical systems and structures to gain a better understanding of present developments. Our conception of historical lessons is to be re-evaluated and reformulated in the light of recent events such as the Russian attack on Ukraine.

Given the need for reformulation, the conference calls for novel approaches to political conflict and conflict resolution across societal, political, and international relations. It attempts to incorporate new ways of discussing clashes between interest groups, political dissent, mechanisms of conflict resolution, colonial ambiguities, and situations of democratic breakdown or war.

Södertörn University’s research profile has a special emphasis on Baltic and East Central European Studies. We have long acknowledged the need to reach out to scholars and research centres from these regions, inviting them to join in international discussions on political history. From this perspective it is crucial to enhance the pan-European profile of the APH at large and thereby promote East–West collaboration in developing new insights on the nature of conflict and the future of Europe. In addition to other topics, we therefore specifically call for panels and papers that address the Baltic Sea Region and East Central Europe. Scholars from these regions are also especially encouraged to submit proposals.

At the same time, the conference expects a wealth of historical case studies that are situated in different historical settings and thus will help us enhance the conceptualisations of conflict in the humanities and social sciences. A variety of cases will enrich conflict studies in the broad meaning of the term, encompassing both domestic and international relations. Similarly, we encourage a variety of methods; for example, oral history and digital approaches alongside traditional document analysis. Finally, the conference explores to what extent political history is to be reframed as a history of conflicts and conflict resolution, with significant lessons for our time.

A broad understanding of the field of political history makes it a fruitful basis for research exchange. It can function as a platform for the history of institutions, parties, public policies, social movements, ideas and ideologies, and it includes political culture and political behaviour. Moreover, international relations and military history as well as transnational relations and global civil society are included in our understanding of political history. The conference will bring these different aspects together by means of the concept of political conflict and conflict resolution: structures of social relations, the political realm, the historical role of ideas, and cross-border efforts that are politically relevant.

The APH is devoted to the interaction of doctoral students and other emerging scholars, on the one hand, and more experienced researchers, on the other, and encourages especially younger scholars to submit proposals and to contribute with papers.

We are calling for panel and paper proposals addressing various kinds of historical conflicts. 1) Proposals for 90-minute panels include a 250–400 words overarching abstract as well as the titles of three to four papers with 150 – 250 words paper abstracts. Short bio-notes and e-mail addresses for all participants are to be provided, including for the session chair and a potential commentator (commentators are optional for sessions of 3 papers only). 2) Proposals for individual papers include a 150–400 words paper abstract as well as a short bio-note and e-mail address of the presenter.

Deadline: 15 February4 March 2024. Please submit your proposal to: aph2024@sh.se. The conference is planned as a physical event at Södertörn University|Stockholm, 12–14 June 2024.

Organizing committee:

Prof. Dr. Andreas Åkerlund,

Prof. Dr. Norbert Götz,

Asc. Prof. Yulia Gradskova,

Dr. Francesco Zavatti.

Tags :

Achèvement du projet de recherche "voix d'esclaves"

Le dernier ouvrage de M'hamed Oualdi
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

M’hamed Oualdi est professeur des universités, spécialiste de l’histoire du Maghreb moderne et contemporain (XVIe-début du XXIe siècle). Il a notamment enseigné à l'INALCO ainsi qu'à l'université de Princeton. 

Son dernier ouvrage est issu de ses recherches liées au projet « Voix d’Esclaves / Slave Voices » (2019-2024), financé par un ERC. 

Paru le 1er mars 2024, ”L'esclavage dans les mondes musulmans. Des premières traites aux traumatismes" est disponible aux Éditions Amsterdam :

“Au cours de la dernière décennie, la présence de certaines formes d’« esclavage moderne » en Libye ou au Qatar a été fortement médiatisée, donnant matière à une série de controverses sur la traite d’esclaves au sein des mondes musulmans. Cet ouvrage de M’hamed Oualdi s’attache à ébranler les représentations erronées qui entourent ce phénomène historique. L’historien réfute le lieu commun qui voudrait que l’esclavage soit tabou au sein des sociétés musulmanes contemporaines. Il souligne la diversité des traites qui prennent place depuis la période médiévale au sein des mondes musulmans, loin de la vision homogénéisante d’un esclavage « islamique » unifié.

M’hamed Oualdi remet ainsi en cause les historiographies cherchant à comparer cette forme d’esclavage à la traite atlantique dans le but de relativiser la gravité historique de cette dernière. Pour ce faire, il décrit la pluralité des fonctions exercées par les esclaves au sein des mondes musulmans. En se concentrant ensuite sur la période moderne, M’hamed Oualdi analyse les processus d’affranchissement de ces esclaves. Il rend ainsi saillant le caractère ambivalent des politiques abolitionnistes alors mises en œuvre par les puissances européennes. En parallèle, il présente les pensées abolitionnistes musulmanes qui se sont développées dans l’ensemble de ces régions. Enfin, l’historien interroge la présence de l’esclavage dans les sociétés musulmanes.”

L'analyse de Sylvain Kahn, spécialiste de l'Europe

Sur le site de Sciences Po
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Deux ans de guerre en Ukraine : l'Europe ébranlée.
Sylvain Kahn, chercheur au Centre d'histoire et spécialiste de l'Europe, nous livre son analyse dans un entretien à Sciences Po

▸ https://www.sciencespo.fr/fr/actualites/deux-ans-de-guerre-en-ukraine-l-europe-ebranlee/

Les dernières publications et interventions de Sylvain Kahn

Les prochaines élections européennes

L'Europe et la guerre en Ukraine


Sylvain Kahn interviendra prochainement dans "Le dessous des cartes" sur le site d'Arte.tv/YouTube.

La gouvernance pompidolienne. Colloque du cinquantenaire de la disparition de Georges Pompidou

14 mars 2024

La gouvernance pompidolienne

Colloque du cinquantenaire de la disparition de Georges Pompidou

Le 14 mars, à partir de 9h,

Sous le haut patronage du chef de l'Etat, M. Emmanuel Macron

Institut Georges Pompidou  

Au Centre Georges Pompidou, Petite Salle (accès par l'escalateur du 51 rue Rambuteau, 75004)

▸ Inscription obligatoire

▸ Programme 

Appel à candidature | La crise du sida à Berlin

Date limite : 10 mars 2024
  • Photo : INDIANO (Jürgen Grosse), Section du Mur de Berlin, 1989-1990, NewMuseum,Photo : INDIANO (Jürgen Grosse), Section du Mur de Berlin, 1989-1990, NewMuseum,

La crise du sida à Berlin (1980 à nos jours) :
Paroles militantes, discours scientifiques et pratiques mémorielles

Atelier topographique d’histoire sur le terrain pour jeunes chercheur.e.s

Du 13 mai au 18 mai 2024

Centre Marc Bloch e.V., Friedrichstraße 191, 10117 Berlin

Une collaboration entre le Centre d’histoire de Sciences Po, Paris (Elissa Mailänder), le Centre Marc Bloch
e.V., Berlin (Aurélie Denoyer), le Laboratoire ICT / Les Europes dans le monde, Paris (Patrick Farges),
l’Institut Covid19- Ad memorial, la Cité du genre et le Laboratoire FRAMESPA, Toulouse (Mathias Quéré).
Atelier soutenu financièrement par : l’université franco-allemande (UFA)

L’actualité épidémiologique et les défis posés à la santé publique nous incitent aujourd’hui à réexaminer une
autre épidémie : celle du sida. En 1981, une forme particulière de pneumonie était diagnostiquée, d’abord aux
États-Unis, puis en Europe, principalement chez les hommes homosexuels, bientôt appelée GRID (Gay-Related
Immune Deficiency) puis renommés « sida » ou « syndrome d’immunodéficience acquise » dès 1982, suscitant
une forme de « panique sexuelle » de la part des autorités médicales et politiques.

Dans ce contexte d’urgence médicale et sociale, le milieu associatif et militant, l’art, l’activisme – tant médical que politique – ont constitué des pôles de résistance à des pratiques d’exclusion des minorités sexuelles. La maladie du sida se caractérise ainsi par un paradoxe. Certes, les discours médiatique et scientifique des années 1980-90 ont fortement marqué les sociétés occidentales, notamment allemande et française. Néanmoins, il ne semble pas y avoir eu de transmission de cette mémoire du sida, et peu de réflexions interdisciplinaires au croisement des sciences humaines, des sciences naturelles et de la médecine y ont été consacrées. S’il existe aujourd’hui une certaine expertise et recherche sur le sida, elle se fait le plus souvent dans un cadre national.

Or la perspective croisée franco-allemande, fondée sur la comparaison métropolitaine entre Paris et Berlin (Ouest et Est), nous plonge au cœur de la question. Si les situations sociétales étaient a priori comparables (système de santé public performant, structures sociales, circulations transatlantiques), on note des différences notables entre les deux pays. Ainsi en France, il faut attendre la fin de la décennie pour que les pouvoirs publics mettent en place les premières politiques de santé publique, là où en RFA, elles le sont dès les débuts de l’épidémie en associant directement les premières organisations de lutte contre la maladie. Par ailleurs, la situation fut spécifique à Berlin, où deux régimes de gestion de la maladie se faisaient face.

Notre atelier topographique sera donc l’occasion d’interroger la place du sida dans l’histoire du temps présent. Comment se fit la gestion des malades ? Quels protocoles d’urgence furent mis en place, tant par les pouvoirs publics que par le milieu associatif ? Quelle en fut la visibilité dans l’espace public ? Comment le monde artistique (arts, théâtre, cinéma, littérature) réagit-il ? Comment se déploie la mémoire sociohistorique de l’épidémie ? Et comment élargir la mémoire au-delà de la visibilité des hommes gays (aux personnes toxicomanes, aux travailleur*es du sexe, aux partenaires hétérosexuel*les) ?

L’atelier topographique se déploiera autour d’un programme scientifique et culturel situé et ambitieux : il s’agira de mettre en dialogue interdisciplinaire des jeunes chercheur*es (en médecine, biologie, histoire, sociologie, sciences politiques, muséologie, études cinématographiques, entre autres), des chercheur*es confirmé*es et d’autres spécialistes de la question (pédagogues, muséographes, travailleur*ses sociaux*les, militant*es). De plus, le choix des lieux visités (musées, institutions, archives, lieux de mémoire, associations) permettront d’établir des liens entre histoire, recherche et société et de fournir des terrains pour un travail collectif au cours de l’atelier topographique.

Déroulement de l’atelier :

L’atelier d’une semaine est conçu pour un public mastérant et (post-)doctorant, intéressé par ces questions et issu des sciences humaines et sociales ou des sciences dures, afin d’encourager un dialogue interdisciplinaire. Il sera un lieu de pratique de l’histoire in situ valorisant l’initiative participante et de dialogue entre spécialistes et chercheurs. Une brochure de textes (reader) distribuée au préalable constituera la base théorique et méthodologique commune destinée à fournir un bagage pour les visites topographiques et nourrir les débats. Le programme se veut interactif, alternant visites et analyses des lieux historiques, discussions et travail de groupe en autonomie.

Dates et détails techniques :

Dates : du 13 au 18 mai 2024

Lieu : Centre Marc Bloch e.V., Friedrichstraße 191, 10117 Berlin

Le nombre de participants est restreint à 12 personnes pour garder un caractère d’atelier et laisser la place
aux discussions.

La langue de communication sera le français (et occasionnellement l’anglais).

Les frais de voyage et d’hébergement des participant.e.s seront pris en charge.

Modalités de candidature : Les personnes intéressées sont priées d’envoyer jusqu’au 10 mars 2024 au plus
tard une lettre de motivation ainsi qu’un CV (2 pages max.) à l’adresse suivante : denoyer@cmb.hu-berlin.de

Programme (PDF, 354 Ko)

Retour en haut de page