Tarde, Gabriel

Gabriel Tarde, Tous droits réservés.
Gabriel Tarde, Tous droits réservés.

Fonds papier coté GTA

Gabriel Tarde est né le 12 mars 1843 à Sarlat (Dordogne). Après des études au collège des Jésuites de Sarlat (1854-1860) et avoir obtenu un baccalauréat ès sciences, il s’oriente vers la philosophie puis se tourne vers le droit et achève ses études à Paris en 1866. De violentes crises d'ophtalmie et une myopie aiguë l'affectent d'une cécité presque totale. Avec des rémissions, elles persistent sa vie durant.

Gabriel Tarde est nommé substitut du procureur de la République à Ruffec en Charente en 1873, puis en 1875 juge d'instruction à Sarlat. Dès cette époque, il entreprend une activité littéraire, juridique et philosophique, qui s'exprime essentiellement par des articles envoyés à la Revue philosophique de Théodule Ribot, par des communications au congrès de criminologie, marquées autour de 1886 par une polémique avec l'école italienne.

Ses premières correspondances avec Cesare Lombroso et l'École italienne de criminologie datent de 1882. En 1886, la publication de La criminalité comparée (Alcan, Paris, 1886) le fait connaître comme principal opposant en France de la théorie du type criminel défendu par Lombroso. Il y développe des considérations sur la statistique criminelle et une théorie originale de la responsabilité pénale.

En 1887, il collabore pour la première fois avec les Archives d'anthropologie criminelle du Dr Alexandre Lacassagne. En 1890, il publie Les Lois de l'imitation (Alcan, Paris, 1890), puis La Philosophie pénale (A. Storck, Lyon et G. Masson, Paris, 1890) qui assure sa célébrité (https://data.bnf.fr/ark:/12148/cb119260221).

En 1893, Gabriel Tarde devient co-directeur des Archives d'anthropologie criminelle. Il participe régulièrement aux travaux de la Société générale des prisons.

En 1894, il est nommé directeur de la statistique judiciaire au ministère de la Justice et est élu en 1900 à la chaire de philosophie moderne au Collège de France, ainsi que membre de l'Académie des Sciences morales et politiques, section philosophie.

Il décède le 12 mai 1904 et est remplacé dans sa chaire par Henri Bergson.

Dates extrêmes

1870-1904

ConditionS d'accès

Fonds ouvert, consultable en salle de lecture du Département archives de la Direction des Ressources et de l'information scientifique de Sciences Po.

Instruments de recherche

Répertoire numérique détaillé réalisé par Louise Salmon sous la direction de Dominique Parcollet, 2010, 14 pages : consulter l'inventaire (PDF, 499 Ko).

Importance matérielle

99 cartons = 8 mètres linéaires

Retour en haut de page