Kayser, Jacques

Jacques Kayser, Tous droits réservés.
Jacques Kayser, Tous droits réservés.

Fonds papier coté 465 AP

Né à Paris le 13 février 1900, Jacques Kayser mène, après des études en droit et en lettres, une carrière de journaliste dès le début des années 1920. Rédacteur en chef de La République, il collabore aussi régulièrement à de nombreux journaux nationaux et régionaux.

Parallèlement à ces activités journalistiques, il exerce des activités politiques au sein du Parti radical socialiste, dont il devient vice-président puis secrétaire général, tandis qu'il siège au comité central de la Ligue des droits de l'Homme (LDH).

Conseiller à l'ambassade de France à Londres, de juillet 1943 à juin 1944, il prend après-guerre un certain recul vis-à-vis de ses activités politiques, sans pour autant qu'elles ne disparaissent. En revanche, son engagement comme homme de presse s'intensifie et se diversifie.

Il siège dans les délégations françaises à la conférence sur la liberté de l'information, à l’Organisation des Nations-unies (ONU) et à l’Organisation des Nations-unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). Il entre au Conseil économique et social, devient directeur-adjoint de l'Institut français de presse, enseigne au sein de différents organismes en lien avec la presse et donne de nombreuses conférences en France et dans le monde entier.

Tout au long de sa vie, Jacques Kayser publie des ouvrages et études, dont Mort d'une liberté (Paris, Librairie Plon, 1955) dans lequel il exprime ses inquiétudes sur l'évolution de la liberté de la presse et de l'information dans le monde de l'après-guerre.

Il décède le 15 janvier 1963.

Dates extrêmes

1870-1962

ConditionS d'accès

Fonds consultable aux Archives nationales.

Instruments de recherche

1ère partie : inventaire analytique, 1974 et 1976, 2 volumes, 62 et 119 pages.

2e partie : répertoire numérique détaillé réalisé par Daniel Champsaur sous la direction de Dominique Parcollet, 2003, 67 pages.

IMPORTANCE MATÉRIELLE

74 cartons = 9,4 mètres linéaires

Retour en haut de page