Intéressés par l'École du management et de l'innovation ?

Revoir l'émission du 15 janvier 2020
  • Tout savoir sur l'École du management et de l'innovationTout savoir sur l'École du management et de l'innovation

Revoir l'émission du 15 janvier 2020

Vous êtes titulaire d’un bac+3 et plus, ou jeune professionnel, et vous souhaitez vous porter candidat à l’École du management et de l'innovation de Sciences Po ? Vous vous interrogez sur votre choix de master, sur les admissions et les différents débouchés professionnels ?

Olivier Guillet, directeur exécutif de l'École du management et de l'innovation, a répondu pendant quarante minutes à toutes vos questions. Les échanges se sont déroulés en anglais.

Et pour ceux qui veulent candidater cette année : trouvez la procédure d’admission qui correspond à votre situation et présentez votre dossier de candidature en ligne sur le site des admissions.

Vous n’avez pas pu assister à notre Journée portes ouvertes 2019 ?

Visionnez le replay de la présentation de l'École du management et de l'innovation :

New Prosperities: a New Economic Model

  • Bruno Roche and Marie-Laure Salles-DjelicBruno Roche and Marie-Laure Salles-Djelic

The shift from an economy of growth to one of "New Prosperities", that was the topic of discussion at The School of Management and Innovation's annual conference.

Held on 3 December, 2019 at Sciences Po, in partnership with the think tank Mars Catalyst, it brought together thought leaders in business, academia and policymaking to discuss this new economic model.

This conference is part of a movement led by actors the business world, academia and policymaking as well as students from around the globe who committe to transforming business for the world – and promoting an Economics of Mutuality to achieve this goal.

More information

Teaser

Programme

#ScPoNewProsperities

Tags :

Vêtements durables, mode d'emploi

Camille Gréco, étudiante en master Innovation & transformation numérique
  • CrushON / CrushON /

 

 

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres.

Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies.L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

En savoir plus

Les étudiants vainqueurs

Société Générale’s M&A Corporate Finance Competition
  • A. El Saadi, C. Langlumé, Jaboulet-Vercherre, L. Matarrese et N. KoukouchA. El Saadi, C. Langlumé, Jaboulet-Vercherre, L. Matarrese et N. Koukouch

Sciences Po est heureux et fier d'annoncer que cinq de ses étudiants en Master finance et stratégie ont remporté la 2ème édition du Concours de M&A Corporate Finance de la Société Générale.

Ahmad El Saadi, Caroline Langlumé, Maxence Jaboulet-Vercherre, Léopold Matarrese et Nabilla Koukouch se sont mesurés à des étudiants de grandes écoles de commerce telles que HEC Paris, ESSEC, ESCP Europe, EMLyon, EDHEC Business School et Université Paris Dauphine.

Parmi les 40 équipes en lice, sept ont été sélectionnées pour représenter leurs écoles lors de la finale qui s'est déroulée le lundi 27 novembre au siège mondial de la Société Générale. Nos étudiants ont présenté une offre publique d'achat transfrontalière sur une société de détail au conseil d'administration du Global Heads and Managing Directors de la Société Générale, fournissant une analyse rigoureuse et précise de la cible, incluant une évaluation de la société et une estimation des synergies potentielles, ainsi qu'une analyse de marché et une cartographie des acheteurs potentiels.

Cyril Paolantoni, co-Responsable Corporate Finance du secteur des Biens de Consommation, Distribution et Luxe, a exprimé sa joie d'accueillir les équipes des 7 plus prestigieuses écoles de commerce françaises :

"2019 était la deuxième année du Gaming Inter-Ecole de la Société Générale. Une fois de plus, nous avons été très heureux de donner aux étudiants des 7 premières écoles de commerce de France l'opportunité de prendre pied dans le monde des affaires. Nous pensons que ce cas de M&A à présenter à un jury professionnel composé de banquiers d'affaires est un bon moyen d’appréhender la corporate finance avant de rejoindre une banque. Cette année, nous avons été positivement surpris par la qualité des équipes, tant pour le contenu de leur analyse que pour la présentation de leurs résultats. La plupart des étudiants ont compris que l'analyse théorique est nécessaire mais pas suffisante pour saisir un mandat prestigieux de fusions-acquisitions, en particulier dans un monde de concurrence féroce entre les bureaux de conseil. Ils se sont montrés compétents, précis et surtout efficaces pour convaincre leurs futurs clients. L'équipe de Sciences Po a fait preuve d'un niveau de professionnalisme supérieur et a été classée première à l'unanimité par le jury ! Félicitations à l'équipe gagnante et nous espérons avoir confirmé votre désir de commencer une brillante carrière dans la banque d'investissement..."

Tags :

CRÉATIVITÉ ET ÉMOTION

Masterclass de Nicolas Degennes, Directeur Artistique de la maison Givenchy
  • Nicolas Degennes ©GivenchyNicolas Degennes ©Givenchy

Masterclass de Nicolas Degennes,  Directeur Artistique de la maison Givenchy

En 2020, Nicolas Degennes fêtera ses 20 ans en tant que directeur artistique de Givenchy Beauté. Souvent cité comme le génie de la division maquillage de la marque, il se définit lui-même comme un équilibre visible de confiance et d'humilité. C'est d'ailleurs ce qu'il a conseillé aux étudiants de Sciences Po tout au long de sa masterclass : « Sois honnête avec toi-même, ne sois pas trop fier, ne sois pas trop humble. »

Il a ouvert sa masterclass du 13 novembre 2019, dans une salle de conférence remplie d'étudiants enthousiastes. Le maestro du maquillage et de la couleur s'est présenté, en déclarant : "Je suis Nicolas Degennes, j'ai 48 ans." Et puis, il s'est repris : "Non, j'ai 58 ans." Ce lapsus était assez révélateur : Nicolas Degennes a derrière lui une longue et riche carrière qui a débuté à une toute autre époque : Mylène Farmer, les débuts de Canal+, Jeanne Moreau, et la beauté avant Internet, avant même Instagram ! Et pourtant, aujourd'hui, il est encore jeune et au sommet de son art : s'inspirer partout, innover en maquillage et en produits de beauté avec une créativité qui ne s'est jamais démentie depuis 25 ans.

Lorsqu'on le Master communication, médias et industries créatives de l'École du management et de l’innovation lui a proposé de faire cette masterclass, il lui a demandé de parler de sa carrière et de répondre spécifiquement à cette question : « Comment en êtes-vous arrivé là ? ».

Il ne s’est pas contenté de lister des étapes ou des événements précis qui ont manqués sa carrière. Au lieu de cela, ses conseils portaient davantage sur le caractère de la personne qui est pour lui un ingrédient sous-jacent de la créativité. Son premier mantra : le dynamisme et le travail acharné. « C'est un dur labeur tous les jours. »  Mais, quel que soit votre rêve, a-t-il expliqué, il vaut la peine d'y travailler. Deuxièmement, a-t-il dit aux étudiants, « vous serez confrontés à des choix, des offres, des propositions. Demandez toujours la raison qui vous pousserez à dire non » Selon Degennes, le plus souvent, il y a très peu de raisons, voire aucune, de dire non. Enfin, son troisième mantra : « Rappelez-vous qui vous êtes et d'où vous venez. N'oubliez pas votre famille et vos racines. »

Degennes a commencé sa carrière en faisant du théâtre et de la photographie aux États-Unis, dans l'Iowa. Il a quitté la France en pensant qu'il ne pouvait pas s'exprimer artistiquement là où il se trouvait avec une soif d'aventure et de liberté. C'était un défi : il ne parlait pas anglais à l'époque. Il a réussi à travailler comme photographe et c'est alors qu'il préparait des shooting photos qu'il a commencé à maquiller les femmes qu'il allait photographier. C'est à ce moment-là qu'il est tombé amoureux du maquillage et qu'il a décidé de devenir maquilleur : « Je ne pense pas avoir été un très bon photographe, mais j'ai fait des choses incroyables en tant que maquilleur ».

Cette affirmation, même si elle peut paraître arrogante, renvoie à l’un de ses conseils: « Ne soyez pas trop fier, ne soyez pas trop humble ». Il est important de prendre conscience de vos forces mais aussi de vous juger avec réalisme et honnêteté. « Être trop fier n'aide pas, mais être trop humble n'aide pas non plus. » En d'autres termes, il n'y a pas de mal à savoir quelles sont vos forces - dans le cas contraire, c'est plus nuisible.

Il prévient que souvent, la société tentera de mettre les individus dans une case. « Tu es ceci ou cela, pas les deux, ou pas un mélange. Si quelqu'un vous dit que vous n'êtes pas capable de faire quelque chose, ripostez. Prouvez-lui qu'il a tort » , dit-il. « Une seule case ne suffit pas, il en faut bien plus. »

Nicolas Degennes a décidé très tôt dans sa carrière de maquilleur que son travail « devait être une signature ». Apporter son regard sur le maquillage et s'assurer que son travail soit reconnu comme étant le sien était la clé. Degennes a parlé de son énergie créatrice et de la façon dont il utilise les sensations dans ses décisions artistiques et dans la création de produits. Trois valeurs guident son processus créatif : l'honnêteté, la fidélité et l'élégance. Quand il est arrivé chez Givenchy, il n'aimait pas leurs choix créatifs. Pourtant, il était extrêmement important, dit-il, de connaître les racines de la marque et de son fondateur. Il ne voulait pas faire de changements radicaux - c'était lui qui devait s'intégrer à la marque et l’accompagner. Encore aujourd'hui, la marque passe avant tout, et sa créativité est au service de Givenchy.

Une session de questions-réponses a clôturé la masterclass. Comme prévu, les étudiants ont posé des questions sur la responsabilité écologique et l'impact environnemental de Givenchy. Nicolas Degennes a expliqué qu'il existe aujourd'hui trois listes qui catégorisent l'utilisation des ingrédients par Givenchy : une liste noire des ingrédients interdits car dangereux pour les personnes ou l'environnement ; une liste grise des ingrédients qui ne sont pas dangereux mais qui devraient être utilisés de façon limitée ; une liste verte des ingrédients totalement sûrs et écologiques. M. Degennes a insisté sur le fait qu'en matière de responsabilité écologique, essayer d'aller trop vite ne sera jamais la solution. La recherche et le développement prennent du temps, mais être pleinement conscient de la chaîne d'approvisionnement, de A à Z, est la première et la plus cruciale étape. Enfin, interrogé sur les sacrifices qu'il a consentis pour sa carrière, Degennes a répondu que son temps personnel et son absence de famille étaient les plus grands sacrifices qu'il a faits. La question, dit-il, a vraiment touché une corde sensible.

 

Tags :

Journée des Masters 2019 à Sciences Po

  • Journée des Masters 2019Journée des Masters 2019

La Journée des Masters est le rendez-vous à ne pas manquer, pour se renseigner sur son futur Master à Sciences Po. C’est l’occasion idéale pour rencontrer les étudiants de Sciences Po, s’informer sur nos procédures d’admission et discuter avec les équipes pédagogiques et administratives.

Verdir le système financier : la nouvelle frontière

23e édition de la Revue de la stabilité financière de la Banque de France
  • Verdir le système financier : la nouvelle frontièreVerdir le système financier : la nouvelle frontière

 

La 23e édition de la Revue de la stabilité financière de la Banque de France est intitulée « Verdir le système financier : la nouvelle frontière ».

Le changement climatique, dont les conséquences se font déjà sentir sur l’environnement, est une source de risques pour le système économique et le secteur financier. Afin d’éclairer ces questions, les étudiants du Master Finance et Stratégie se sont mobilisés pour livrer leurs points de vue et interroger des acteurs engagés pour une finance durable.

Changement climatique et risques financiers :

 

Finance verte et transition écologique :

 

Télécharger la version PDF du document

New Prosperities

December, 3rd, 2019
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

 

NEW PROSPERITIES 

Conference at Sciences Po Paris,

3rd December 2019

 

 

PLEASE JOIN US

We are pleased to invite you to the New Prosperities conference. Students from Sciences Po School of Management and Innovation will be attending, as well as global business and thought leaders.

Four main topics will be discussed: the transformation of capitalism, the renewal of education, the unique role of Europe and the promotion of the Economics of Mutuality.

Marie-Laure Salles-Djelic , Dean of Sciences Po School of Management and Innovation

Bruno Roche, Mars Chief Economist and Catalyst Managing Director 

 

REGISTRATION

When and where

3rd December 2019, 08.30-18.15

Sciences Po, 27 rue St Guillaume, 75007 Paris

How to book

Places for the conference must be reserved in advance.

To register, click here, which will take you to a web page where you can make a booking.

Enquiries

Please email newprosperities@sciencespo.fr

 

 

 DRAFT SCHEDULE


Tags :

Ouverture des admissions pour la rentrée 2020

  • Étudiants devant l'entrée du 27 rue Saint Guillaume, Paris ©Martin ArgyrogloÉtudiants devant l'entrée du 27 rue Saint Guillaume, Paris ©Martin Argyroglo

Les admissions pour la rentrée 2020 sont ouvertes !

Pour en savoir plus sur les procédures d'admission, les dates limites et les prérequis linguistiques et pour ouvrir un dossier de candidature, rendez-vous sur le site des admissions de Sciences Po.

Paul Smith: "many people look, few really see"

MasterClass: From Bike Accident to Global Business
  • Paul Smith à Sciences Po - Crédits Sciences PoPaul Smith à Sciences Po - Crédits Sciences Po

PAUL SMITH: "MANY PEOPLE LOOK, FEW REALLY SEE"

An aspiring cyclist growing up, Paul Smith was never interested in fashion as a teenager. But a serious bike accident at 17 put him in hospital for 6 months, and led him to reconsider his career options. Meeting the woman who would later become his wife, Pauline Smith, who studied haute couture at the Royal College of Art, would change his life. On 18 September, 2019, Paul Smith gave an exceptional masterclass at Sciences Po during which he shared his inspirations, life lessons, and secrets to managing a successful luxury and fashion brand that has withstood the test of time.

His very first shop, which opened in 1970 in Nottingham, was 3 square metres. “I needed clients to feel comfortable in such a small space,” he explained, “so I would place a cool object on a little table, a small work of art, a poster of Giacometti on the wall or something I found at the Galerie Maeght. People immediately feel more comfortable if there is something to have a conversation about.” Today, Paul Smith remains an independent company, “a miracle in and of itself” he says. With stores in 73 countries, the homey feeling of the boutiques and the quirky window displays have a reputation of putting smiles on peoples’ faces. “Effort is free of charge,” he says.

 "It's not good enough just to be a designer"

When one sees Paul Smith in person, two things are immediately noticeable: his towering physique - (6'4", or 1m95), and his “feet on the ground” demeanor. Though he has been knighted by the queen and named Britain’s most successful fashion designer for many years in a row, he remains humble and extremely approachable. He says it himself: “I’m quite a relaxed person.” Something for which he feels blessed, as he remarks how difficult it is for young fashion designers to launch today.

 “The world doesn’t need another fashion designer.”

Indeed, as we know it, the fashion world is saturated. He explains, “before, you had an idea in your head and in your heart, and you hoped somebody would like it." Today, he goes on, managing a fashion company is branding, marketing, influencing, and so on, and then, maybe, the clothes. Paul Smith believes that perhaps the secret to his lasting brand is that the brand itself is not - or most often not - too visible. “Because by the time a 14-year-old turns 20, he won’t want to wear Paul Smith because that’s what his dad wore.” "You can find inspiration in anything, and if you can't - look again!" When it comes to inspiration, Paul Smith’s creative eye knows no bounds. Showing a picture of a plant pot, he pointed to the screen and said, “I don’t see a pot, I see colour.” From that moment on, all eyes in the full amphitheatre were wide open. The designer flipped through his slides revealing images popping with colour. A picture showing women in traditional Guatemalan dress gave the room a bright red and blue hue. “This, becomes this,” he said, flipping to the next slide showing the pattern samples that resulted from this inspiration. “I’ve never actually been to Guatemala, but I did visit... a library.” Inspiration, for Paul Smith, can come from anywhere. The key, he says, is training one’s eye to not just look, but to see.

He has resisted buy-outs and intentionally remained a relatively small company. What is important to him is that Paul Smith stays true to 5 key values: design, communication, individuality, personality, and quality. A generous and warm character, Sir Paul Smith’s quirky sense of humour and immense creativity shined through his lecture. At the end, he opened up the floor for a student Q&A session - throwing pairs of striped Paul Smith socks to those who willingly participated.

This exceptional masterclass was organised by the Master's in Marketing and the Master's in New Luxury & Art de Vivre of the School of Management & Innovation, and made possible by journalist and author Laurence Benaïm, who teaches the course (in French) “Art et Mode : les liaisons dangereuses”.

Retour en haut de page