Lucas | Contrôleur RH pour les activités hydrogènes, Groupe Forvia

Lucas | Contrôleur RH pour les activités hydrogènes, Groupe Forvia

Master RH et gouvernance durable (promo 2020)
  • Portrait © Lucas LevertPortrait © Lucas Levert

Quel a été votre parcours au sein du master RH et Gouvernance durable jusqu’à votre fonction actuelle ?

Au terme de ma priemière année de master, j’ai réalisé une année de césure au cours de laquelle j'ai accompli deux stages : le premier en cabinet de recrutement, le second au sein de la DRH du cabinet d’audit Mazars.

Tenté par le conseil, j’ai intégré Accenture pour effectuer mon apprentissage lors de ma deuxième année de master. Je suis intervenu sur des missions de conduite de changement et de stratégie.

A l'issu de mon master, je me suis orienté vers Quadrat-Etudes, une structure spécialisée dans les études socio-économiques sur les questions d’emploi-compétence.

J'ai rejoint cette année Forvia en tant que Contrôleur RH pour les activités hydrogènes du Groupe.

UN MOT SUR VOTRE ENTREPRISE (MISSION, OBJECTIFS...)

Avec plus de 150 000 salariés, Forvia est un des principaux équipementiers automobiles français, ses activités sont centrées sur la fabrication de sièges, intérieurs, éclairages, systèmes électroniques embarqués et contrôle des émissions.

Depuis cinq ans, Forvia développe ses activités dans le domaine de l’hydrogène à travers la production de réservoirs destinés à équiper les véhicules utilitaires et poids lourds et d’accompagner les constructeurs vers la fin des véhicules thermiques.

Quelles sont vos missions au quotidien ?

En tant que Contrôleur RH je suis responsable de l’analyse des principaux indicateurs de gestion sociale : évolution des effectifs salariés, de la masse salariale, mobilité interne, diversité etc. J’interviens particulièrement sur la construction des deux principaux outils de planification utilisés chez Forvia : le budget et le plan stratégique.

En un mot, mon rôle est d’analyser les impacts liés aux évolutions de notre stratégie et de l’environnement économique afin d’éclairer la prise de décision.

Qu'est-ce qui vous plait le plus dans vos missions?

Tout d’abord, le fait d’accompagner au plus près la croissance de la mobilité hydrogène rend la fonction très intéressante : il s’agit d’un secteur très dynamique où se multiplient les investissements privés et publics et les innovations technologiques.

Ensuite, pour une personne qui aime comprendre la situation socio-économique du monde qui l’entoure, c’est un métier passionnant. Le contrôleur RH doit prendre du recul sur l’activité mais il doit aussi échanger au quotidien avec de nombreux acteurs pour comprendre les enjeux d’activité sur chaque site de production ou de R&D.

C’est cet équilibre entre analyse et contact humain que j’apprécie particulièrement.

AURIEZ-VOUS UN EXEMPLE DE PROJET EN PARTICULIER ?

L’exercice du budget sur lequel je travaille actuellement m’a particulièrement marqué. L’objectif est de déterminer les besoins en effectif et en salaires liés aux activités hydrogène de Forvia en 2023. Cela nécessite de quantifier l’ensemble des transformations prévues l’année prochaine : ouverture d’usine, transfert de salariés, transition de nos activités pot d’échappement vers l’activité hydrogène, développement international, dans un contexte où tensions de recrutement et d’inflation resteront fortes.

Qu’est-ce que le master RH et gouvernance durable vous a apporté ?

Pour moi, la force de ce master réside dans la combinaison entre un ancrage fort dans les sciences sociales et une réelle ouverture au monde du travail.

D’un côté, les cours de sociologie, de droit du travail, d’économie aident à analyser les enjeux socio-économiques et les ressorts politiques auxquels sont confrontées les organisations. D’un autre côté, les étudiants sont immergés dans le monde de l’entreprise via l’apprentissage, les enquêtes de terrain, et les nombreux intervenants professionnels.

Quel était votre cours / enseignement préféré ou le plus marquant ?

Le cours de droit du travail de Jean-Emmanuel Ray symbolise pour moi les qualités du master : il rend la matière vivante en éclairant la manière dont le droit du travail se pratique concrètement tout en invitant les étudiants à s’interroger sur les enjeux politiques propres à ce droit

J’ai aussi beaucoup aimé l’enquête sociologique qui avait (et pour cause !) été réalisée chez Forvia : l’objectif était d’analyser les impacts de la digitalisation au sein d’un site de production en Normandie.

Quel est selon vous l’apport de l’année de césure et de l’apprentissage obligatoire en deuxième année ?

L’apprentissage est un indéniable avantage du master car il fait réellement entrer l’étudiant au sein du monde du travail. Ce contact avec l’entreprise permet d’incarner les enseignements en sciences sociales proposés par le master.

En ce qui concerne l’année de césure, elle peut être utile pour un étudiant qui souhaite prendre un peu plus de temps pour murir son orientation professionnelle. Mon année de césure m’a permis de mieux comprendre le type de postes que je souhaitais occuper pour débuter mon parcours en RH.

 

Tags :
Retour en haut de page