Apolline Taillandier

Docteure


Apolline Taillandier a soutenu sa thèse intitulée "In the Name of Posthumanity: Visions and Justifications of Liberal Order in Contemporary Anglophone Transhumanism" le 28 mai 2021 au Centre d'études européennes et au MaxPo, sous la direction de Jenny Andersson. Elle est actuellement chercheuse postdoctorale à POLIS (Department of Politics and International Studies) et au Leverhulme Centre for the Future of Intelligence de l'Université de Cambridge, et au Center for Science and Thought de l'Université de Bonn. Son projet postdoctoral porte sur le rôle des théories et mouvements féministes dans l'histoire des technologies informatiques et des projets d'intelligence artificielle (IA) depuis les années 1980. Dans le contexte d'une attention croissante portée aux effets discriminants des systèmes d'IA, elle étudie la circulation transnationale des théories du genre et de la justice, et les interprétations et appropriations dont elles font l'objet dans la recherche et l'industrie, notamment en France, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Apolline Taillandier a rejoint POLIS (Department of Politics and International Studies) et le Leverhulme Centre for the Future of Intelligence de l'Université de Cambridge, et le Center for Science and Thought de l'Université de Bonn, pour un projet postdoctoral de quatre ans soutenu par la Fondation Thomas and Ulla Kolbeck. Dans ce cadre, Apolline étudie le rôle des théories et des mouvements féministes dans l'histoire des technologies informatiques et des projets d'intelligence artificielle (IA) depuis les années 1980.  Dans le contexte d'une attention croissante portée aux effets discriminants des systèmes d'IA, elle étudie la circulation transnationale des théories du genre et de la justice, et les interprétations et appropriations dont elles font l'objet dans la recherche et l'industrie, notamment en France, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Thèmes de recherche

Histoire contemporaine de la théorie politique, histoire contemporaine du libéralisme, politique du futur, histoire des technologies informatiques, théories féministes de la science et de la technologie

	
Retour en haut de page