Si vous ne visualisez pas correctement la Newsletter, cliquez ici

 
     
 

NEWSLETTER

8 septembre 2017

Sciences Po | Ceri - CNRS  
     
 

Édito

  Allemagne : la victoire annoncée d'Angela Merkel ?  
     
 

Par Catherine Perron

Après la série de scrutins à fort suspense de ces derniers mois, du Brexit à l’élection de Trump en passant par les élections en France, la campagne électorale en Allemagne peut paraître bien terne.

Une campagne sans suspense
Après un départ en flèche, la campagne du challenger Martin Schulz (SPD) s’est brutalement essoufflée et deux semaines avant le scrutin du 24 septembre on voit mal ce qui pourrait empêcher Angela Merkel de remporter un quatrième mandat. Pour la troisième fois consécutive son art consommé de neutraliser ses adversaires et leurs thèmes de campagne produit ses effets. Que la population allemande ne soit guère d’humeur aventureuse après la décennie passée (crise économique et financière de 2008, crise de la dette européenne) mais surtout après l’arrivée de près d’un million de réfugiés entre l’été 2015 et le printemps 2016 ne doit pas étonner. Quoi de plus légitime que cette aspiration à une stabilité qui permette, entre autres, de s’atteler au défi sociétal que représente leur intégration ? La chancelière ne s’y trompe pas, qui fonde sa campagne sur son "vous me connaissez" (Sie kennen mich) laissant autant que faire se peut dans le vague son programme électoral qui est tout entier contenu dans sa personne et dans la capacité dont elle a fait preuve jusqu’ici à gérer le pays en temps de crise. Face à elle, les arguments du SPD et de son leader Martin Schulz font bien pâle figure. Les deux grands partis sont trop proches pour que le SPD puisse offrir l’image d’une véritable politique alternative à une CDU qu’Angela Merkel n’a cessé de verdir et de rosir. Schulz, pour des raisons structurelles, ne peut attaquer la chancelière sur la question des réfugiés et de l’immigration. En effet, il a défendu la politique de la chancelière et d’autre part, une telle attaque ne peut se faire que sur sa droite. Enfin, il est difficile de proposer sur le sujet des solutions efficaces, simples et rapides.

Quatre petits partis au coude à coude
Les enjeux de la campagne se situent au delà du résultat des sociaux-démocrates. L’essentiel se joue au niveau de la troisième place que briguent quatre petits partis, de l’extrême droite à l’extrême gauche du spectre politique, qui tous se situent dans un mouchoir de poche (entre 8% et 10% d’intentions de vote). Le Parti de gauche, dont les bastions se situent toujours en Allemagne de l’Est, a de fortes chances de rester cantonné dans son rôle d’opposition radicale pour de simples raisons arithmétiques : les résultats du SPD seront trop faibles pour qu’une coalition y compris rouge, rouge, verte (SPD, Parti de gauche, Verts) n’obtienne la majorité absolue des voix au Bundestag. A l’extrémité opposée, l’Alternative pour l’Allemagne, parti de droite radicale, capitalise sur le mécontentement populaire face à l’arrivée des réfugiés. Il pourrait faire son entrée au Bundestag bien que très divisé et en manque de leadership crédible depuis que Frauke Petry a été mise à l’écart.
Les Verts et le Parti libéral quant à eux, se livrent une bataille à fronts renversés. Les premiers semblent aujourd’hui bien assagis et font office d’establishment. En d’autres temps, un scandale du type "Dieselgate", à quelques mois des élections, aurait été pain béni pour ce parti. Les Verts se montrent étonnamment peu désireux d’intensifier le débat sur le sujet et ce essentiellement par égard pour leur champion, Winfried Kretschmann, Ministre Président du Bade-Wurtemberg. Dans ce Land, berceau de l’industrie automobile, la coalition verte-noire est le produit d’une volonté de pouvoir des Verts, très attentifs à ne pas heurter les intérêts des grands entreprises locales comme Daimler, Porsche, Bosch ou ZK. Jusqu’à présent aucune solution innovante en matière de mobilité n’a émané de ce bastion des Verts, pas davantage que la coalition verte noire n’a mis en œuvre des solutions alternatives au tout automobile. Ironie du sort, c’est au Parti libéral que revient le rôle de trublion.Conquérant, à l’image d’un Emmanuel Macron en France, son jeune chef, Christian Lindner promet de s’attaquer aux réformes avec dynamisme en faisant fi des pesanteurs structurelles allemandes.

Quelle coalition ?
Malgré un bilan globalement positif (une croissance bien supérieure à la moyenne européenne, des recettes d’impôts records, un recul de la dette, une baisse du taux de chômage à 5,7%, une croissance des revenus par la mise en œuvre du salaire minimum, des dépenses pour l’enseignement et le supérieur en augmentation, etc.) une troisième mouture de la grande coalition paraît hautement improbable. Celle-ci est par essence étrangère au système politique allemand et il n’est pas absurde de lui imputer en grande partie la responsabilité des succès de l’Alternative pour l’Allemagne. Le besoin d’une opposition digne de ce nom se fait sentir. Il faudrait véritablement un échec patent de toutes les autres options pour convaincre le SPD de s’engager une nouvelle fois aux côtés d’Angela Merkel.
Restent donc les jeux de couleurs suivants :
- Noir-vert (soit CDU/CSU et Verts). Pratiquée en Hesse où elle fonctionne étonnamment bien cette formule aurait l’avantage de permettre à la chancelière de poursuivre sa politique très centriste et teintée d’écologie. En outre les Verts disposent d’un personnel politique formé et très motivé pour accéder au pouvoir au niveau fédéral.
- La deuxième formule, noir-jaune (CDU/CSU et FDP) est un grand classique de la politique allemande. Sa dernière mouture (2009-2013) a laissé le mauvais souvenir d’une politique clientéliste et d’une incapacité à mettre en œuvre des réformes sérieuses. Elle a débouché sur l’élimination du FDP du Bundestag – une première dans l’histoire de l’Allemagne. Cette option signifierait en réalité un changement assez radical. Sur le plan intérieur elle promet la liquidation de tout le verdissement insufflé par Merkel et probablement aussi une attitude plus intransigeante envers les réfugiés. Sur le plan international, elle devrait déboucher sur une politique plus conciliante à l’égard de la Russie, souhait du FDP. L’entrée très probable de l’Alternative pour l’Allemagne au Bundestag risque toutefois de rendre les spéculations sur une coalition à deux partenaires obsolètes. Reste la coalition dite Jamaïque (CDU/CSU-FDP-Verts) en référence aux couleurs du drapeau jamaïcain noir/jaune/vert. Celle-ci reste difficile à imaginer tant les libéraux et les Verts sont diamétralement opposés sur les dossiers tels que l’immigration ou la politique énergétique.

La société allemande est plus polarisée que jamais mais les mécontentements s’expriment sur le web, dans la rue, et parfois de manière violente. En témoignent les manifestations de haine d’une virulence et d’une ampleur jusque-là inconnues auxquelles la chancelière est confrontée lors de ses apparitions publiques. On peut attribuer ce rejet à un effet grande coalition qui laisse beaucoup de place à droite de la CDU. A l’image du débat Schulz-Merkel (duo plus que duel), les grands partis donnent assez largement l’impression de passer à côté des préoccupations des Allemands (transports, infrastructures, logement, retraites, éducation et sécurité, mais surtout immigration). On peut aussi imputer ce rejet à l’attitude ambivalente de la population allemande partagée entre d’une part le sentiment que leur pays est un îlot de sécurité et de bien-être dans un monde difficile que seule le calme, la mesure et l’expérience d’Angela Merkel sauront protéger et d’autre part, le sentiment que tout part à vau-l’eau en Allemagne qui connaît des problèmes d’identité, de sécurité (physique et culturelle), de paupérisation dont précisément la politique de la chancelière serait la cause. A l’issue des élections du 24 septembre, il est donc peu probable que les tensions s’apaisent.

 
 

 

VIENT DE PARAÎTRE

         
  photo  

Alain Dieckhoff, Philippe Portier (dir.), L'Enjeu mondial. Religion et politique

Presses de Sciences Po, 2017, 368 p.

 
         
  photo  

Revue Critique Internationale, n°76, juillet-septembre 2017

Dossier "La (dé)politisation des organisations internationales" sous la responsabilité de Franck Petiteville. Numéro disponible sur Cairn.

 
         
  photo  

Bayram Balci, Renouveau de l'islam en Asie centrale et dans le Caucase

Editions du CNRS, 2017, 280 p.

 
         
  photo  

Béatrice Hibou, Irene Bono, Development as a Battlefield

International Development Policy, vol. 8, 2017. Cliquer ici pour plus d'informations.

 
         
  photo  

Denis Lacorne et Juan Cristóbal Cruz Revueltas, Una democracia frágil: religión, laicidad y clases sociales en los Estados Unidos

Marcial Pons, Ediciones Juridicas y Sociales, 2017, 123 p.

 
         
  photo  

Sarah Tanke, Une diplomatie du respect : le Japon et le multilatéralisme. Trois cas d'étude : l'Assemblée générale des Nations-unies, le PNUD et l'AIEA depuis les années 2000

Éditions L'Harmattan, coll. "Questions contemporaines", 2017, 250 p.

 
         
  photo  

Pauline Brucker (dir.), Migrations vues d'Égypte - mobilisations et politiques

Revue Égypte/Monde arabe, n°15, 2017.

 
         
  photo  

European Review of International Studies (ERIS)

 
         
  photo  

Boris Samuel (dir.), Raisons et imaginaires de la planification

Dossier de la revue Politique Africaine, 2017/1 (n° 145)

 

COUP D'ŒIL

  Focus sur le religieux  
     
 

Le religieux est à l'honneur en ce mois de septembre avec deux événements, associant étroitement le CERI et le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) de l'EPHE. D'une part, le 14, aura lieu le lancement de L'enjeu mondial. Religion et politique, ouvrage collectif sous la direction d'Alain Dieckhoff et de Philippe Portier. Cet ouvrage qui rassemble une trentaine de contributeurs (dont huit du CERI) s'intéresse aux recompositions contemporaines du religieux en l'abordant sous divers angles : sa globalisation, les liens avec le nationalisme, la gestion des religions par les Etats, le rôle du religieux dans les affaires internationales, les rapports entre violence et religion... L'approche est résolument comparative et pluri-disciplinaire.

D'autre part, le 19 septembre, se tiendra le colloque qui clôt la première année de fonctionnement  de l'Observatoire international du fait religieux qui fonctionne en toute indépendance grâce au soutien de la Direction Générale des Relations Internationales et de la Stratégie du ministère des Armées. Ce colloque consacré au religieux entre local et global permettra de donner une visibilité publique aux travaux de l'observatoire qui, au cours de sa première année d'existence, aura permis une meilleure compréhension de la place actuelle du religieux dnas la vie politique et les affaires internationales. L'observatoire a aussi facilité, outre le renforcement de la coopération entre le CERI et le GSRL, la constitution d'un solide réseau de chercheurs, français et étrangers, s'intéressant au fait religieux qui, plus que jamais, requiert d'être compris dans toute sa complexité.

  Une moisson de nouveaux projets de recherche  
     
 

Plusieurs projets soumis par les chercheurs du CERI au rigoureux processus de sélection des grands organismes financeurs de la recherche - l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) en France, le Conseil Européen de la Recherche (ERC) et le Programme Horizon 2020 au niveau de l’UE - viennent d'être remportés.

L'ANR a ainsi retenu trois projets : « De la vulnérabilité politique à l’âge nucléaire », porté par Benoit Pelopidas ; « Hybridations électriques : formes émergentes de la transition énergétique dans les villes du Sud », piloté par Eric Verdeil ; « The Indian Subcontinent’s Shared Sacred Sites. Religious Interactions and Relations with the Other », animé par Christophe Jaffrelot.

Sur le plan européen, Benoit Pelopidas a obtenu le Starting Grant (destiné aux scientifiques ayant soutenu leur thèse depuis moins de sept ans) de l’ERC, pour une recherche intitulée « Nuclear weapons choices. Governing vulnerabilities between past and future ». Le CERI est aussi associé au projet collaboratif Horizon 2020 sur l’action extérieure de l’UE, « Europe’s external action and the dual challenges of limited statehood and contested orders », dans le cadre d’un consortium coordonné par l'Université Libre de Berlin. Anne-Marie Le Gloannec a joué un rôle central dans la rédaction du volet « Analysis of the preparedness of the EU and its member States », qui sera réalisé au CERI sous la direction de Christian Lequesne dans la continuité des travaux de notre collègue disparue en avril 2017.

BRÈVES

  Prix de thèse  
     
 

Anja Thomas a obtenu le Prix de Thèse Pierre Pfimlin décerné par l'IEP de Strasbourg et le Cercle des Amis de Pierre Pfimlin pour sa thèse soutenue en décembre 2016 sur les parlements français et allemand et l'intégration européenne, codirigée à Sciences Po par Christian Lequesne et à l’Université de Cologne par Wolfgang Wessels.

  Soutenances de thèse  
     
 

- Gayatri Rathore, At the margins of a "World-Class Heritage City": Mapping Muslim Mahallas in the Walled City of Jaipur, sous la direction de Christophe Jaffrelot (8 septembre 2017)

- Asma Faiz, Nationalisme ethnique, Etat et partis politiques : le cas des mouvements Sindhi et Siraiki au Pakistan, sous la direction de Christophe Jaffrelot (12 septembre 2017)

- Theodorus Theuns, La légitimité de la promotion de la démocratie par l'UE, sous la direction de Justine Lacroix (4 octobre 2017)

- Anna Sterczynska-Fliflet, L'introuvable professionnalisation du conseil politique : étude des conseillers du Premier ministre dans la Pologne démocratique (1989-2014), sous la direction de Georges Mink et Ewa Nalewajko (6 octobre 2017)

  Bayram Balci nommé à Istanbul  
     
 

Bayram Balci, ingénieur de recherche CNRS rattaché au CERI, a été nommé directeur de l'Institut français d'études anatoliennes à Istanbul. Il y est détaché depuis le 1 septembre pour une durée de deux ans renouvelable une fois.

ÉVÉNEMENTS

  photo

World Nuclear Industry Status Report 2017 : présentation publique et discussion

Débat.
12 septembre 2017, 17h30-19h30

 
 

+ d'infos

 
  photo

Les recompositions du religieux

Lancement d'ouvrage.
14 septembre 2017, 17h-19h

 
 

+ d'infos

 
  photo

Revisiter les élections par les Suds

Séminaire de recherche.
18 septembre 2017, 16h-18h

 
 

+ d'infos

 
  photo

Comment étudier les relations civilo-militaires en Chine ?

Séminaire de recherche.
18 septembre 2017, 17h30-19h30

 
 

 
  photo

Le religieux entre local et global

Journée d'études.
19 septembre 2017, 14h30-18h30

 
 

+ d'infos

 
  photo

Comparative regionalism: what do we learn from African and Latin American regional organizations?

Séminaire de recherche.
21 septembre 2017, 15h-17h

 
 

 
  photo

Seeing Like a City

Séminaire de recherche.
25 septembre 2017, 14h30-16h30

 
 

+ d'infos

 
  photo

Prospects for US Nuclear Forces: the Trump Nuclear Posture Review and beyond

Séminaire de recherche.
27 septembre 2017, 17h-19h

 
 

+ d'infos

 
  photo

The China – Latin America Axis. Emerging markets and their role in an Increasingly Globalized World

Séminaire de recherche.
28 septembre 2017, 17h-19h

 
 

+ d'infos

 
  photo

L’attribution des logements sociaux en France : une sélection discriminatoire ?

Séminaire de recherche.
2 octobre 2017, 17h-19h

 
 

+ d'infos

 
  photo

Travailler avec Max Weber

Colloque.
4-6 octobre 2017

 
 

+ d'infos

 
  photo

Cosmopolitanism Revisited: Comparative Perspectives on Urban Diversity from the Gulf and Beyond

Colloque.
11-12 octobre 2017
 

 
 

 

PUBLICATIONS

photo

photo

photo