The Pulitzer Prizes in an era of change

On 1 September 2017, Mike Pride, former administrator of the Pulitzer Prizes, gave the opening lecture at the Sciences Po School of Journalism. 

American columnist Mike Pride, 70, got to see many changes in the media world over the course of his career. After running the newsroom of New Hampshire daily The Concord Monitor for 30 years, he became involved in the Pulitzer Prizes. He served on four juries and was a member of the board for nearly a decade before being appointed administrator of the prizes in 2014. Although Pride retired last July, his passion for journalism seems by no means diminished. Below are a few of the key points from his address.

Between tradition and technology

In view of the big changes that began a decade ago, Mike Pride argued that journalism is in the throes of a revolution and that the golden age of newspaper is coming swiftly to an end. The internet may have partly compensated for the decline of print media but websites are still not profitable enough. The existential crisis of the media industry is not over, according to Pride, for a simple reason: news organisations have yet to answer the question of how to get consumers to pay what news is worth.
 
“Pairing the tried and true values of the past with the new technologies of the present and future” could be part of the equation. Such a mix represents an opportunity but also a challenge for twenty-first-century journalists.
 
On one hand, said Pride, reporters must maintain a form of journalism of the highest quality. This means preserving good writing, which “is the best way to communicate facts and nuances on what happened”.
On the other hand, journalists must find new ways of storytelling and experiment online. Pride noted that modern tools have introduced new ways of assembling facts and exploring controversy. For instance, feature stories can now include all the aspects of a modern presentation: video, audio, text and pictures but also podcast, social media, blog, data visualisation and graphics.

The end of competition

Nowadays, Pride pointed out, TV and radio channels use text and data for their stories while newspapers make use of broadcasting tools on their websites. Similarly, magazines publish some new editions daily on their websites and not only monthly as many used to do. Like newspapers, their digital content includes cultural reviews, political commentary, stories about events and cartoons.  Pride described this phenomenon as a process of “convergence”. He defined the concept as  “the growing similarities among journalism outlets that were once distinguished by different publishing platforms, different schedules and distinct media identities”.
 
One of the main features of this new homogeneity is collaboration within the media industry. “There is no pure competition anymore. Each year, partnerships become vaster and more complex”, Pride explained. As an example, Pride cited the International Consortium of Investigative Journalists who worked on the Panama papers and was awarded the 2017 Pulitzer Prize for explanatory reporting. 300 reporters from six continents took part in the project.
 
However, Pride warned that despite the globalisation of news organisations and the rapidly changing media landscape, journalists must not forget the basics. The aim of journalism remains the same: “to find documents and tell the stories that allow members of the public to be informed and engaged citizens of a free republic”.
 
About the Pulitzer Prize
The Pulitzer Prizes are the most famous and prestigious awards for journalism in the USA. They were established by Joseph Pulitzer, a Hungarian-American journalist who wanted “to attract young people of character and ability to acquire the highest moral and intellectual training”.  Each year, the jury honours the work of journalists in fourteen different categories, including investigative reporting, feature writing, opinion writing, editorial cartooning and news photography. Letters, drama and music are also rewarded in seven sections.
 

By Tanguy Garrel-Jaffrelot, Master of Journalism & International Affairs student at Sciences Po

Related Links

Concours juridiques : un palmarès brillant

Concours juridiques : un palmarès brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 53 % au concours 2017 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 170 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours,  90 ont été admis. Neuf d’entre eux, dont la major, figurent dans les dix premiers du classement.

Lire la suite
Les économistes se mobilisent pour la zone euro

Les économistes se mobilisent pour la zone euro

Alors que l’Europe connaît une embellie économique après une longue période de stagnation, 14 éminents économistes appellent les gouvernements européens à mettre en place de nouvelles règles économiques pour la zone euro dans un rapport publié aujourd'hui. Philippe Martin, enseignant-chercheur au Département d’économie de Sciences Po, est l’un d’entre eux. Il explique pourquoi il est urgent de réformer.

Lire la suite
Et si vous étudiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2018 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Artillerie : découvrez notre futur campus !

Artillerie : découvrez notre futur campus !

Une nouvelle histoire débute pour Sciences Po. L’équipe qui a été choisie pour redessiner le site de l’Artillerie, acquis fin 2016, vient d’être révélée : le projet sera emmené par Sogelym Dixence, avec les architectes Jean-Michel Wilmotte, Moreau-Kusunoki et Sasaki. Au delà du défi architectural - transformer en campus universitaire durable et innovant un ancien noviciat fondé au XVIIè siècle - c’est pour Sciences Po une véritable refondation, 150 ans après sa création.

Lire la suite
“Les peuples arabes n’ont pas dit leur dernier mot”

“Les peuples arabes n’ont pas dit leur dernier mot”

Syrie, Égypte, Libye, Yémen… Après avoir connu, en 2011, un élan  démocratique sans précédent, ces pays subissent aujourd’hui un retournement glaçant avec une répression féroce et des guerres meurtrières. Dans son dernier ouvrage « Généraux, gangsters et jihadistes. Histoire de la contre-révolution arabe » (La Découverte), Jean-Pierre Filiu, historien à Sciences Po, s’emploie à décrire la fragilité de régimes autoritaires trop souvent présentés comme un “moindre mal”.

Lire la suite
Projet Artillerie : premières impressions

Projet Artillerie : premières impressions

Sciences Po dévoilait jeudi 11 janvier 2018 le projet architectural qui va redessiner le site de l'Artillerie, acquis en 2016, et plus largement recomposer son campus parisien à l'horizon 2022, date de ses 150 ans. Premières impressions de nos étudiants, partenaires, alumni et invités lors de l'événement organisé sur place à cette occasion. 

Lire la suite
Qui possède les médias ?

Qui possède les médias ?

Qui possède les médias ? Pas facile de répondre à cette question tant l’actionnariat des médias d’information se caractérise par sa complexité et son manque de transparence. Dans une étude récente, Julia Cagé, Assistant Professor au Département d’économie et chercheuse affiliée au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po, tente de retracer qui détient nos radios, télés et médias de presse écrite et en ligne, en France et en Espagne.

Lire la suite
Tout savoir sur l'insertion professionnelle de nos diplômés

Tout savoir sur l'insertion professionnelle de nos diplômés

D’après notre dernière enquête d’insertion professionnelle portant sur la promotion 2015, nos diplômés s’insèrent toujours aussi aisément sur le marché du travail. 91% de ceux qui ont choisi d’entrer dans la vie active ont ainsi un emploi un an après leur diplôme. A 71%, ils travaillent dans le privé et, à 35%, hors de France. Découvrez tous les résultats de notre enquête !

Lire la suite
Qui est entré à Sciences Po en 2017 ?

Qui est entré à Sciences Po en 2017 ?

Avec près de 17 000 candidats au total, le bilan des admissions 2017 confirme l’attractivité de Sciences Po, notamment auprès des candidats internationaux qui sont de plus en plus nombreux. Beau succès aussi pour nos masters, avec une hausse de 6 % pour les candidats à nos sept Écoles de second cycle.

Lire la suite