Les parcours d'entrée dans l'emploi des jeunes diplômés : le poids de la logique de placement

Séminaire Politiques éducatives, 16 mai 2018, 16h00 - 18h00
  • Shutterstock/Creativa ImagesShutterstock/Creativa Images

 

L'axe Politiques éducatives a le plaisir de vous inviter à la prochaine séance du cycle de séminaires organisé par Denis Fougère et Agnès van Zanten

 
 Mercredi 16 mai 2018, 16h00 - 18h00

Salle Lavau
98 rue de l'Université, 75007 Paris

Inscriptions

Présentation:

Romain DELES

Maître de conférences en sociologie, Université de Bordeaux
Chercheur au Centre Emile Durkheim

 

Les parcours d'entrée dans l'emploi des jeunes diplômés : le poids de la logique de placement

Romain Delès présentera un aspect de son dernier livre intitulé Quand on n'a "que" le diplôme...Les jeunes diplômés et l'insertion professionnelle (PUF, 2018), préfacé par François Dubet.

Résumé: 

La jeunesse diplômée rencontre des difficultés d’entrée dans le monde professionnel. Certes, statistiquement, il ne fait aucun doute que les diplômés sont mieux lotis que les jeunes sans qualifications. Mais, dans les représentations, les problèmes d’emplois des diplômés apparaissent inacceptables : comment comprendre que des jeunes « méritants », à tout le moins du point de vue scolaire, ne trouvent pas leur place sur le marché du travail ? Bac+5 et pas d’emploi décent ? 

Cette conférence décrit l’expérience de la recherche du premier emploi des jeunes diplômés. Elle présentera les grands parcours typiques d’insertion professionnelle. Pour les jeunes issus des formations professionnalisantes, l’insertion professionnelle prend la forme d’une transition douce vers l’emploi. Au contraire, pour la majorité des étudiants provenant de formations de masse, plus académiques et moins finalisées professionnellement, la recherche du premier emploi s’apparente à une conversion identitaire : il s’agit de quitter le statut, voire la personnalité de l’étudiant pour rejoindre les attendus du monde professionnel. Enfin, certains jeunes refusent les voies classiques d’accès à l’emploi, valorisent d’autres sources d’épanouissement que celles proposées par le travail et désirent prolonger le temps de l’expérimentation qu’offre la jeunesse.

Ces différents parcours semblent n’avoir rien en commun, ils parlent a priori de jeunesses différentes, étanches les unes aux autres. En réalité, ils sont tous gouvernés par un principe fort et unique, typique du système de relation formation-emploi français : l’assignation professionnelle. Par-delà la pluralité des expériences des jeunes, dans leurs volontés de conformation à l’idéal d’insertion comme dans leurs refus, il faut lire des réponses à une même nécessité : celle de « se placer ».

 

Discutant:

Eric VERDIER

Directeur de recherche CNRS, Laboratoire d'Economie et de Sociologie du Travail (LEST)