Football and Discrimination

J. de Sousa / P. Deschamps project
  • CC by-nc-sa Jeff Nickel on FlickrCC by-nc-sa Jeff Nickel on Flickr

Discrimination raciale et mobilité internationale du travail : une expérience naturelle avec le marché européen des joueurs de football

Projet lauréat du concours libre du LIEPP pour 2014. Travaux en cours.

La discrimination sur le marché du travail est un sujet à la une de l’actualité. Dans un best-seller récent, intitulé « The Why Axis », deux universitaires américains, Uri Gneezy et John List, s’interrogent sur les raisons de la discrimination et se demandent comment amener les individus à cesser les comportements discriminatoires. Dans cette optique, nous étudions la question de la discrimination raciale en lien avec les questions de mobilité géographique du travail. Les comportements discriminatoires, en termes de différences salariales par exemple, sont-ils exacerbés en présence de contraintes à la mobilité géographique des travailleurs ?

Pour répondre à cette question, nous exploitons des données individuelles et un choc institutionnel et exogène de déréglementation affectant la mobilité sur le marché européen des joueurs de football. Selon Camille Landais, Professeur à London School of Economics, « la particularité du marché du football européen, est qu’il est parfaitement intégré entre les pays, avec des coûts de mobilité très faibles ». Mais ce constat n’est valable que depuis l’arrêt Bosman, en décembre 1995. Avant cette date, la mobilité nationale et internationale était restreinte. En particulier, les joueurs en fin de contrat ne pouvaient pas changer librement d‘équipe. D’ailleurs, durant la période pré-Bosman, Szymanski montre, dans un article publié dans le Journal of Political Economy en 2000, que les joueurs noirs ont subi une discrimination salariale sur le marché anglais entre 1978 et 1993.

La théorie suggère que la discrimination salariale devrait disparaître avec l’accroissement de la mobilité géographique du travail. En effet, les joueurs discriminés profitent de l’accroissement des opportunités de travail pour accroître leur pouvoir de négociation salariale. Néanmoins, il faut contrôler que l’augmentation de la concurrence, liée à la libéralisation du marché, ne dégrade pas en retour le pouvoir de négociation vis-à-vis de l’employeur.

Dans un premier travail, nous montrons que la discrimination raciale apparente a disparu en Angleterre après l’arrêt Bosman. Notre stratégie d’estimation se base sur le « market-test » de Szymanski. Ce test repose sur l’idée que le talent des joueurs est rémunéré à sa juste valeur. Dans ce cas, les équipes aux masses salariales élevées finiront aux premières places du classement. La théorie illustre ici un fait empirique constaté: Sur 20 ans, la masse salariale moyenne explique 90% de la variation du classement des équipes. À partir de ce constat, si deux clubs disposent de la même masse salariale, leurs performances devraient être identiques. Ainsi, la proportion de joueurs noirs dans l’équipe ne devrait avoir aucun effet sur la performance globale. En revanche, si cet effet est positif et significatif, cela indique que les équipes qui embauchent plus de joueurs noirs ont un meilleur classement que des équipes avec des masses salariales équivalentes, et in fine que le talent des joueurs noirs n‘est pas rémunéré à sa juste valeur.

Dans notre travail, en contrôlant pour la masse salariale, nous trouvons des effets contrastés avant et après 1995. Avant l’arrêt Bosman, la proportion de joueurs noirs affecte la performance de l’équipe, mais pas après. Nous attribuons ce résultat à l’augmentation de la mobilité géographique du travail suite à l’arrêt Bosman. En effet, comme les joueurs peuvent plus facilement retrouver des nouveaux clubs, il devient plus difficile pour les entreprises de les discriminer.

Nous souhaitons désormais vérifier si l’exemple anglais est un cas particulier en utilisant des données longitudinales sur d’autres pays européens, et analyser la dimension internationale de l’arrêt Bosman.

The Invisible and the Immeasurable

26-27th june, Paris IAS
  • The_invisible_the_immeasurableThe_invisible_the_immeasurable

The Invisible and the Immeasurable: Towards Alternative Indicators of Corruption

June 26th and 27th, 2014
At the Paris Institude of Advanced Studies - 17 Quai d'Anjou, 75004 Paris

Interdisciplinary Colloquium organized by Alena Ledeneva, fellow at the Paris IAS  (2013-2014)  and Nicolas Sauger (Science Po - CEE, LIEPP)

Compulsory registration on the Paris IAS website

 

The aim of the colloquium is to explore how to move beyond the existing paradigms of measuring corruption. One unintended consequence of the ‘informalisation’ of global economy (Sassen) is that the existing indicators of performance and change are becoming less effective. In the studies of corruption, the contemporary global corruption paradigm (GCP) with its governance indicators and multiple indices seems to have exhausted its measurement and policy potential. On the one hand, it has been dubbed as a ‘magnificent policy failure’ (Rothstein) due to its incapacity to achieve its proclaimed goal –to reduce corruption all over the world. On the other hand, the present paradigm has turned unequipped to handle the ‘globalisation’ of corruption practices, as majority of indices are tied to the countries, and to differentiate between cultural contexts, assuming that corruption would be the same everywhere. The cross-cutting issue in many disciplines is: how to factor culture dynamics into risk analysis in general, and how to measure the impact of informality in particular. The key empirical puzzle is whether it is possible to measure the immeasurable without formalising it. The workshop will focus on the following questions :

  • Comparing the incomparable: We aim to move beyond the existing paradigms of measuring corruption and investigate how to create culture sensitive next generation indicators that would be compatible with existing transnational surveys.
    Alena Ledeneva, Institute d’Etudes Anvancees de Paris, France and Nicolas Sauger, Sciences Po/CEE-LIEPP, France
  • Corruption and political trust: Which questions about informal and invisible practices could/should be included in general social or political surveys?
    Paul Heywood, University of Nottingham, UK, Monika Bauhr, The Quality of Government Institute, Sweden, and Allan Sikk, UCL, UK
  • Practical norms: We search for the bottom-up, user-friendly indicators for informal practices, with focus on strength rather than frequency of relationships and practical norms rather than perceptions.
    Thomas Cantens, World Customs Organization, Roxana Bratu, UCL, UK and Danica Mijovic-Prelec, MIT, US
  • Ambivalence of corruption: We focus on how to construct indicators that would reflect cultural differences and ambivalent attitudes towards corruption.
    Richard Rose, U. of Strathclyde, UK, Elena Panfilova, Transparency International – Russia and Joy Saunders, Integrity Action
  • Norm reversal: Within the existing measurements, we aim to distinguish between indicators for the countries with systemic corruption – where corruption is a practical norm – from indicators for the countries where corruption is a deviation.
    Drazen Prelec, MIT, US, Catherine Fieschi, Counterpoint: Engaging Cultural Intelligence, UK and Tina Fordham, Citygroup, UK

 

More:
- Paris IAS website
- programme of the colloquium (pdf)

Symbolique et politiques publiques

JE doctorants
  • LogoPopActLogoPopAct

Entre action publique et opinion publique
L’importance du symbolique dans les politiques publiques

Vendredi 20 juin 2014, Sciences Po, Paris.

Le groupe de projet PopAct (AFSP) co-organise avec le LIEPP une journée d’étude à destination des doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s sur la dimension symbolique des politiques publiques et sur les passerelles qu’elle permet d’établir entre réflexions sur l’action publique et sur l’opinion publique.

Si l’on entend le symbolique comme mode de déplacement des représentations, alors, il permet d’ouvrir un double questionnement sur les interactions entre politiques publiques et opinion publique :

  • comment l’action publique, qu’elle soit purement symbolique ou incarnée dans des pratiques concrètes, travaille-t-elle les représentations des citoyens et donc influence-t-elle l’opinion publique ? Et ce jeu sur les représentations est-il intentionnel de la part des autorités politiques ?
  • et à l’inverse, comment les opinions, les jugements des citoyens sur les symboles politiques et/ou les politiques symboliques sont-ils intégrés dans des registres de justification, de légitimation et de labellisation qui structurent l’élaboration et la mise en œuvre de l’action publique ?

Les communications présentées lors de cette journée porteront tant sur le processus de symbolisation politique en tant que tel, que sur les différents types de politiques symboliques, sur leur conception par les décideurs publics ou sur leur réception par les citoyens.
Ce double questionnement permettra par ailleurs de s’interroger sur les méthodes les plus à mêmes de saisir le symbolique dans l’action publique et ce double jeu d’influence entre opinion publique et politiques publiques autour du symbolique ; la réflexion méthodologique sera donc également au cœur de cette rencontre scientifique.

Responsables scientifiques : Laurie Boussaguet et Sophie Jacquot

Pour plus d'information: programme de la journée (pdf)

Gender Equality Policy in Practice (GEPP)

International group
  • DRDR

Research Planning Workshop for the Gender Equality Policy in Practice (GEPP) Project

June 24-25th 2014, LIEPP-SciencesPo

Convened by Joni Lovenduski (Birkbeck College, UK),  Amy G. Mazur (Washington State University/SciencesPo Paris) and Isabelle Engeli (University of Ottawa)

 

Created in 2013 and with over 100 network members, the Gender Equality in Practice program will develop and conduct a comparative study that assesses whether equality policies in western democracies have been effectively implemented and have promoted gender equality. The research focuses on assessment of gender and gender plus equality policies while also considering the full range of regulatory and redistributive equality policies that are the wider context of state action on inequality.

The research is timely. Since the late 1970s, democratic governments have placed on their agendas, adopted and put into practice policies that both implicitly and explicitly seek to advance women's rights, remove gender-based hierarchies, and promote equality between men and women more generally.  Using a set of methods developed in feminist research, GEPP will explore whether equality policies actually result in greater gender equality in terms of administrative outputs, final results, impacts and outcomes.

LIEPP-SciencesPo Paris provided the group with crucial funding to hold its first research planning workshop this past June.     Twenty one participants including GEPP research members, researchers from the LIEPP team and key policy stakeholders came together for an intensive two-day workshop to develop the following research plan and funding strategy, launched in autumn 2014:

  • Create regional/ national teams to build research capacity;
  • Send out a call for network members to map implementation dynamics in eight issue areas identified by the group: equal employment; gender-based violence; intimate citizenship; reproduction; immigration; elder care; political representation; higher education including Women in Science.
  • Depending on the research interests of group members the eight issue areas may be reduced to 3-4 areas.   This decision will be taken at a second research planning meeting of the core group in early December 2014.
  • Submit funding applications in 2015 (ESRC-UK, Austrian Science Fund, the Leverhulme Foundation, Horizon 2020, European Research Council, National Science Foundation- USA and COST- EU).
  • Hold a full group research meeting in June 2015 to launch the study in autumn 2015.

The Paris workshop, therefore, has been key to the next successful steps of this international group.  Moreover, with significant additional support coming from Birkbeck College, UK - a working group grant at the Institute for Social Research, a Humanities Institute Fellowship for Amy Mazur, as well as an ESRC-UK  grant for a meeting at Birkbeck within a new seminar series on gender and substantive representation - an institutional partnership is emerging between LIEPP-SciencesPo and Birkbeck.

For detailed project information on GEPP go to, http://www.csbppl.com/gepp/.

For detailed project information on GEPP go to, http://www.csbppl.com/gepp/ and for pre workshop scoping materials, contact Amy Mazur (mazur@wsu.edu).  She will also be at SciencesPo as a visiting researcher in Spring 2015.

Aider à la création d'entreprise

D. Fougère/ P.Y Cabannes
  • Couverture_PYCabannes_DFougereCouverture_PYCabannes_DFougere

Aider à la création d'entreprise

by Pierre-Yves Cabannes and Denis Fougère

Denis Fougère, co-director of the "Educational Policies" Research Group, and Pierre-Yves Cabannes, just published Aider à la création d'entreprise at Presses de Sciences Po edition.

The book is noticed by Création d'entreprise magazine, number 47 (june/july 2014), page 92.

Summary:
"Les créateurs d'entreprise disposent en France d'une vaste panoplie d'aides financières publiques. Certaines se superposent, d'autres se substituent les unes aux autres. Si les montants moyens accordés sont relativement faibles, la totalité des fonds ainsi engages est considérable. Comment mesurer l'efficacité de cette aide publique ' Permet-elle de développer des activités novatrices et rentables? Pour apporter une réponse concrète et empirique à ces questions, l'ouvrage passe en revue les principales aides publiques offertes en France et propose une synthèse des évaluations des dispositifs mis en place en France et à l'étranger."