"La seule vérité pour un entrepreneur, c’est la persévérance"

Peu d'étudiants entrent à Sciences Po pour être entrepreneurs. Pourtant, de plus en plus de diplômés se lancent dans l'aventure de l'entrepreneuriat, grâce à l'accompagnement original proposé par Sciences Po depuis 2008, et notamment aux services d'un incubateur d'entreprises qui a vu la naissance de 75 start-up made in Sciences Po depuis sa création. Entretien avec Maxime Marzin, responsable de Sciences Po Entrepreneurs.

Sept ans après la création du programme Sciences Po Entrepreneurs et de l’incubateur, quel bilan en tirez-vous ?

Maxime Marzin : Ce sont 350 CDI qui ont été créés par les 75 start-up passées par l’incubateur. Et cinq ou six d’entre elles ont été revendues pour un total de 220 millions d’euros.

Mais l'incubateur n'est qu'une des trois missions de ce que nous appelons désormais le Centre pour l'entrepreneuriat. Tout d’abord, nous assurons l’éducation à l’entrepreneuriat, avec des cours accessibles aux élèves de n’importe quel master et aux élèves de deuxième année du Collège universitaire. Il s’agit là de stimuler des vocations. Vient ensuite l’accompagnement, pour que n’importe quel étudiant qui souhaite se lancer puisse trouver un soutien au sein du centre, notamment via l’incubateur. Enfin, nous avons également un projet de chaire sur l’entrepreneuriat féminin. Il s’agit de comprendre pourquoi, aujourd’hui, plus d’hommes que de femmes se décident à entreprendre.
 À travers ces différentes missions, nous accompagnons trois à quatre cents étudiants par an.

Parmi eux, combien accèdent à l’incubateur ?

M. M. : Nous accueillons une dizaine de start-ups par an, soit un total d’environ 75 start-up depuis la création de l'incubateur. Pour y entrer, il faut qu’au moins un des porteurs du projet soit étudiant à Sciences Po ou soit diplômé depuis moins d’un an et demi ; il faut être passé par une phase de « pré-incubation », c’est-à-dire avoir suivi à Sciences Po plusieurs cours et séminaires liés à l’entrepreneuriat, puis – condition absolue – avoir suivi un cours sur le « formatage » du business plan. Les projets sont ensuite sélectionnés après un oral devant un jury.
Ceux qui réussissent bénéficient de nos de locaux et de nos logiciels pendant un an, et sont accompagnés par des professionnels. 

Quelle est la spécificité de lʼincubateur de Sciences Po par rapport à d’autres universités ?

M. M. : Personne n’entre à Sciences Po pour être entrepreneur, c’est une réalité. C'est pourquoi nous n'avons pas créé un master spécifique dédié à l'entrepreneuriat. La spécificité du programme que nous avons construit, c'est qu'il permet à tout étudiant, à tout moment de sa scolarité, et quel que soit sa spécialisation, d'être accompagné s’il a envie de se lancer. C’est tout l’objectif des enseignements et du parcours que nous avons construit. 

L'autre spécificité, c'est que notre incubateur est fortement soutenu par Sciences Po. Notre capacité à activer notre réseau d’enseignants et notre réseau d’anciens élèves permet aux incubés de rencontrer la bonne personne au bon moment.

Contrairement à d'autres incubateurs, nous considérons qu’il est normal de mettre les gens en relation. Nous n’avons pas peur de "mouiller la chemise".
 Nous n’hésitons pas non plus à passer de vraies commandes à certaines nouvelles start-up pour qu’elles puissent avoir Sciences Po comme client, et ainsi s’exercer et tester leurs produits.

Enfin, certains incubateurs donnent trois mois seulement pour faire décoller les start-up. Je n’imagine pas Thomas Edison se dire : « J’ai trois mois pour réussir, après j’arrête ». C’est pourquoi nous avons fixé à douze mois la durée d’«incubation ». Sciences Po donne ainsi le temps aux projets de se former et d’avancer. C’est un luxe.

Est-ce que vous savez à l’avance si une start-up va décoller ?

M. M. : Non, c’est impossible à dire. Le facteur chance joue beaucoup.
 Sur toutes les start-up passées par l’incubateur, un tiers sont mortes dans les six premiers mois, un tiers n’ont pas tout à fait trouvé leur modèle économique, et un tiers sont devenues des petites entreprises.
 En revanche, si je ne sais pas à l’avance celles qui sont vouées au succès, j'identifie les projets qui vont au casse-pipe…

Pourquoi ?

M. M. : Paradoxalement, les incubés qui font mauvaise route sont généralement ceux qui appliquent trop ce qu’on leur dit, mais aussi ceux qui écoutent moins de 20 % des conseils prodigués.
 Les premiers n’ont pas un regard suffisamment critique : s’il existait une équation pour la réussite, tout le monde l’appliquerait. Les seconds ne se rendent pas compte que même s’ils veulent changer le monde, ils partiront toujours d’un monde existant. Ceux qui réussissent sont entre les deux… Ils sont libres de choisir les conseils qui leur sont donnés, mais ils en écoutent quand même quelques-uns.

Il n’y a donc aucune règle pour réussir ?

M. M. : La seule vérité pour un entrepreneur, c’est la persévérance. Le découragement, voire l’échec, sera forcément sur la route. La courbe que j’ai affichée dans mon bureau, celle de Paul Graham, qui a fondé aux États-Unis l’incubateur Y Combinator,
 représente cet état d’esprit.

Elle décrit l’état psychologique par lequel vous passez quand vous fondez votre start-up. D’abord, l’euphorie, qui peut venir par exemple après le premier article dans la presse. Puis la chute, suivie d’une phase d’errance aussi appelée « le tunnel de la tristesse ». Après, lorsque vous modifiez votre produit ou votre concept, vous plongez encore, et c’est à ce moment-là, lorsqu’on touche le fond, que l’on voit son aptitude à rebondir puis à remonter la pente. L’essentiel est donc de savoir où l’on se situe dans cette courbe pour ne pas être étonné de ce qui va arriver après. C’est ce que j’explique aux incubés lors de la première réunion que je fais avec eux : je leur parle de cette courbe ainsi que des 20 % et 100 % de prise en compte des conseils prodigués.

Ils vous écoutent ?

M. M. : Lors de cette première réunion, oui. Je leur dis beaucoup de choses au début, car après, je n’ai plus de prise. Et c’est normal, car dans l’incubateur, les "rookies", les petits nouveaux, passent par différentes phases. Et notamment celle des débuts, où ils connaissent l'euphorie, notamment liée au fait de n’avoir personne au-dessus d’eux. À ce stade-là, ils ne m’écoutent plus. Quand ils connaissent leurs premières difficultés, ils reviennent vers moi. Et puis, ensuite, ils volent de leurs propres ailes, lèvent des fonds et alors, bien souvent, ils prennent à nouveau leurs distances. C’est lorsqu’ils sortent de l’incubateur qu’ils reprennent contact, souvent avec un brin de nostalgie d’ailleurs...

Propos recueillis par Clémence Fulleda (promo 14) et Anne-Sophie Beauvais (promo 01).

Article issu du numéro 4 (hiver 2015-2016) d'Émile Boutmy Magazine, publié avec l'aimable autorisation de l'Association des Sciences Po. 

L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite