Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ?

Nous sommes souvent séduits par leurs promesses, mais, très vite, ils nous déçoivent. Est-ce dû à leur inefficacité ? À leur supposée corruption ? Ou au pessimisme des Français, réputés impossibles à gouverner ? En somme, pourquoi détestons-nous autant nos politiques ? Dans l’ouvrage au titre éponyme qu’ils publient aux Presses de Sciences Po, Emiliano Grossman et Nicolas Sauger, chercheurs au Centre d’études européennes de Sciences Po, s’interrogent sur cet étrange mal… qui n’est pas que français et relève plutôt d’un malaise européen. Interview.

L'opinion des Français sur nos classes dirigeantes est-elle une exception en Europe ?

Nicolas Sauger : Hélas non ! Partout en Europe, on observe une défiance croissante à l’égard des gouvernements. Mais la France est allée plus vite et plus loin dans cette défiance. "Sortir les sortants" est devenue une constante de la vie politique française, et ce, bien plus que dans nos pays voisins. Le point de départ du livre est ce constat d’un cycle répété de la déception à l’égard de la politique en France, après chaque élection. Et c’est cela que l’on essaie d’expliquer.

Les Français n’ont-ils pas raison d’être déçus ?

Emiliano Grossman : En fait, ce que l’on observe d’abord, c’est que les Français ont de grandes attentes vis-à-vis de leurs politiques. Ils sont souvent enthousiastes pendant les campagnes électorales. Et si l’on compare la France à ses voisins, on voit que les Français ne sont pas victimes de politiques publiques plus inefficaces ou d’élites politiques plus corrompues qu’ailleurs. Et contrairement à une image largement répandue, ce n’est pas non plus parce que les Français sont d’éternels insatisfaits.

Alors pourquoi cette crise de confiance ?

Nicolas Sauger : La réponse que l’on développe dans notre ouvrage est que les origines de la crise sont à trouver dans les institutions mêmes de la Ve République. Ces institutions ne sont pas la cause de tous nos maux, mais elles amplifient cette défiance par le décalage qu’elles créent entre des attentes fortes développées pendant les campagnes électorales, et des réalisations forcément plus modestes une fois les élus au pouvoir. Par ailleurs, face à cette attente et compte-tenu de la la centralité de l’élection présidentielle, les candidats à la Présidence ont tendance à exagérer leur capacité à résoudre les problèmes.

Faut-il alors réfléchir à une refonte en profondeur des institutions de la Ve République comme le proposent plusieurs candidats ?

Emiliano Grossman : Non, ce n’est pas notre proposition. Nous suggérons effectivement quelques réformes aménageant l’architecture actuelle de nos institutions. Nous proposons par exemple la coïncidence des élections présidentielles et législatives, le passage à un système plus proportionnel pour l’élection de nos députés et un approfondissement de la limite au cumul des mandats, en introduisant une limite dans le temps. Mais l’essentiel, nous semble-t-il, est finalement de dépolitiser une bonne partie de ce débat sur les institutions. Ce ne devraient pas être les hommes et femmes politiques qui décident eux-mêmes des règles qui leur sont destinées. Ce que nous proposons, c’est de déléguer cette responsabilité à d’autres, par exemple à une instance en charge de l’édiction des règles du jeu qui pourrait être composée de citoyens tirés au sort et épaulée par des experts de la question.

En savoir plus

Les vertus de la désobéissance

Les vertus de la désobéissance

Contester, refuser, manifester... Pourquoi désobéir est-il si compliqué ? Et, pourquoi, malgré tout, est-ce une vertu en démocratie ? Frédéric Gros, professeur et chercheur en philosophie au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), interroge dans son dernier essai, Désobéir, les ressorts et raisons de la désobéissance.

Lire la suite
On vous dit tout sur le Collège universitaire !

On vous dit tout sur le Collège universitaire !

Rendez-vous le 8 novembre prochain à 18h00 en direct sur Campus-Channel pour une émission consacrée à notre premier cycle. Pendant une heure, Bénédicte Durand, doyenne du Collège universitaire, Myriam Dubois-Monkachi, co-directrice de la scolarité, accompagnées par deux étudiants de Sciences Po, répondront à toutes vos questions concernant les procédures d'admission, la préparation aux épreuves, les enseignements et la vie quotidienne sur les 7 campus de Sciences Po.

Lire la suite
Les 7 écoles de Sciences Po répondent à vos questions

Les 7 écoles de Sciences Po répondent à vos questions

Tout au long des mois de novembre et de décembre, les sept écoles de Sciences Po présentent leur offre de masters lors d'une émission en direct sur le site web Campus-Channel. Pendant 40 minutes, vous pourrez poser toutes vos questions aux doyens et aux étudiants de Sciences Po afin de mieux connaître les programmes et les métiers auxquels préparent les écoles.

Lire la suite
Dieu n’est pas mort : il fait de la politique

Dieu n’est pas mort : il fait de la politique

Partout dans le monde, le religieux est de retour. À l'intérieur des États comme sur la scène internationale, il se mêle désormais des enjeux de société comme de la politique. Analyser ce retour sous différents angles et dans toute sa diversité, c’est l’objectif de l’ouvrage “L’Enjeu mondial. Religion et politique”. Alain Dieckhoff, directeur du CERI, qui l’a co-piloté avec Philippe Portier, directeur du GSRL (CNRS/École pratique des hautes études), nous dévoile les nouveaux liens étroits et complexes qu’entretiennent religion et politique dans le monde contemporain.

Lire la suite
Rula Ghani, “First Lady” d’Afghanistan, promo 1969

Rula Ghani, “First Lady” d’Afghanistan, promo 1969

Être une jeune fille rangée, étrangère et loin de sa famille, dans le Paris de mai 68. Être une jeune fille tout court dans le Sciences Po de 1967 qui ne compte que 25% d’étudiantes. 47 ans plus tard, être en Afghanistan la première “First Lady” d’un pays qui n’avait jamais vu le visage d’une femme de président. “J’ai appris à m’adapter”, résume modestement Rula Ghani, qui incarne aujourd’hui pour les femmes afghanes un espoir et un exemple. À l’occasion de sa conférence à Sciences Po vendredi 13 octobre 2017, retour sur les années étudiantes de cette diplômée d’exception.

Lire la suite
Sciences Po à la 50e place mondiale en sciences sociales

Sciences Po à la 50e place mondiale en sciences sociales

Le Times Higher Education (THE), qui dresse chaque année un classement mondial des universités très suivi par les acteurs du secteur, vient de publier ses palmarès thématiques. Alors qu’aucun établissement français ne figurait dans le top 100 mondial en sciences sociales l’an passé, Sciences Po se hisse cette année à la cinquantième position mondiale et se place désormais comme la première université française dans ce domaine.

Lire la suite
Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Vous êtes lycéen, vous voulez vous porter candidat à Sciences Po ? Enseignements, vie de campus : venez poser toutes vos questions lors des Journées Portes Ouvertes de nos campus en régions. Une occasion unique de rencontrer étudiants, professeurs et responsables pédagogiques du Collège universitaire (le 1er cycle de Sciences Po en trois ans).

Lire la suite
« Un regard critique sur l’entreprise »

« Un regard critique sur l’entreprise »

Le Prix du Livre RH créé par Syntec recrutement en partenariat avec Le Monde et Sciences Po a récompensé le 3 octobre dernier l’ouvrage de Dominique Lhuillier et Anne-Marie Waser Que font les 10 millions de malades ? Vivre et travailler avec une maladie chronique qui dénonce l’exclusion des malades chroniques de l’entreprise. Entretien à cette occasion avec Henri Bergeron, directeur du master Organisations et Management des Ressources Humaines au sein de l’École du management et de l’innovation de Sciences Po et président du jury du Prix du livre RH.

Lire la suite
Les meilleures copies 2017

Les meilleures copies 2017

Commenter un extrait de L’Éducation sentimentale de Flaubert, évoquer les débuts de la Ve République ou encore comparer certains régimes totalitaires… Ce sont quelques-uns des sujets sur lesquels les prétendants à l’entrée à Sciences Po ont dû plancher cette année lors des épreuves écrites. Certains ont brillamment réussi cette épreuve. En exclusivité, voici leurs plus belles copies.

Lire la suite

"Nous devons tant à Simone Veil"

Les 2406 diplômés de la promotion 2017 s’en souviendront. Le 30 juin 2017, au matin du jour où ils s’apprêtaient à recevoir leur diplôme, disparaissait Simone Veil, immense figure nationale et européenne dont l’hommage a teinté d’une solennité toute particulière la cérémonie qui les faisait entrer dans la vie d’adulte : pas un discours en effet qui n’ait rendu hommage à “celle à qui nous devons tant” (Frédéric Mion).  

Lire la suite