Pourquoi la Chine épargne autant

Dans un article publié dans The American Economic Review, Keyu Jin, assistant professor à la LSE, Nicolas Coeurdacier et Stéphane Guibaud, professeurs au département d’économie de Sciences Po, étudient les différences de comportements d’épargne des ménages entre les États-Unis et la Chine. Ce faisant, ils attirent notre attention sur les répercussions qu’un renforcement de l’accès au crédit dans les pays émergents pourrait avoir sur l’économie mondiale.

Selon la théorie classique, la baisse des taux d’intérêt que l’on a observée au niveau mondial devrait s’accompagner par une réponse des comportements d’épargne et d’emprunt similaires dans tous les pays. Or, vous avez constaté qu’il n’en est rien…

Dans les décennies qui précèdent la crise de 2008, on observe une forte baisse de l’épargne dans les pays développés, aux États-Unis en particulier : alors que l’épargne privée agrégée y était proche de 25% du PIB au début des années 1980, elle a diminuée de presque 10% du PIB en trente ans. Le phénomène est en encore plus marqué si l’on considère l’épargne des ménages américains. À l’opposé, les taux d’épargne agrégés des pays d’Asie ont fortement augmenté sur la même période, de plus de 20% du PIB de ces pays.

Peut-on expliquer ces divergences comment reflétant des différences culturelles par rapport à l’argent ? Les Chinois seraient plus prudents et économes et les Américains plus insouciants et dépensiers?

On pourrait croire que ces différences de comportement d’épargne reflètent des différences culturelles : les Chinois seraient des fourmis et les Américains des cigales. Une telle explication se heurterait pourtant au fait qu’au début des années 1980, leurs comportements d’épargne étaient relativement similaires : les ménages américains et chinois épargnaient un peu plus de 10% de leur revenu disponible.

Le taux d’épargne des ménages en Chine n’a cessé de croître, et ceci pour toutes les tranches d’âge. Ce n’est pas tout à fait ce que la théorie enseigne…

La hausse de l’épargne des ménages chinois est d’autant plus surprenante que le pays est en forte croissance depuis plus de trente ans. Les anticipations de revenus futurs élevés auraient dû conduire les ménages chinois à désépargner et à emprunter. Dans les données, on observe au contraire une hausse de l’épargne pour toutes les classes d’âge, particulièrement forte chez les 30-50 ans.

Pour vous, le comportement d’épargne en Chine est lié au faible développement de leurs marchés financiers…

Nous voyons dans cette évolution de l’épargne chinoise la conséquence d’une faiblesse de l’accès au crédit pour les ménages chinois. Le marché des prêts immobiliers ou du crédit à la consommation y est très peu développé. Si l’on compare les États-Unis et la Chine, les différences sont flagrantes : le niveau d’endettement des ménages américains avant la crise est de 95% du PIB, contre seulement 12% en Chine. Plus d’un tiers de la population adulte aux États-Unis a contracté un emprunt immobilier, contre 5% de la population adulte en Chine.

Selon vous, ce sont les difficultés d’accès au crédit en Chine qui génèrent la baisse des taux d’intérêt mondiaux et favorisent l’endettement des États-Unis…

Ce manque d’accès au crédit des ménages chinois génère un excès d’épargne mondial – ce que Ben Bernanke, ex-gouverneur de la Fed, a appelé le "global saving glut" – qui se renforce lorsque la Chine se développe et contribue pour une part plus importante à l’épargne mondiale. Cet excès d’épargne génère une baisse du taux d’intérêt mondial. Les pays développés, en particulier les États-Unis, qui ont des marchés du crédit très dynamiques, en profitent pour emprunter à faible coût. Leur taux d’épargne peut baisser et leur consommation augmenter du fait même de la hausse de l’épargne sur les marchés asiatiques.

C'est donc par l’amélioration des conditions de crédits que la Chine, ainsi que d’autres pays émergents, pourraient stimuler leur consommation intérieure ? Quel serait l’impact sur les pays plus développés?

Bien sûr, la faiblesse de l’accès au crédit en Chine n’est pas amenée à durer éternellement : les ménages Chinois devraient naturellement vouloir bénéficier des fruits de leur forte croissance en augmentant leur consommation. Si le marché du crédit se développait en Chine à un niveau comparable à celui des États-Unis, cela impliquerait une hausse des taux d’intérêt mondiaux, qui forcerait les ménages américains à réduire leur endettement et les inciterait à épargner. Ce scenario conduirait à la fin d’une époque marquée par un endettement élevé, voire excessif, dans les pays développés et des taux d’intérêt très faibles.

“Credit Constraints and Growth in a Global Economy”, Nicolas Coeurdacier, Stéphane Guibaud, and Keyu Jin, American Economic Review 2015, 105(9): 2838–2881 (pdf, 1.06 MB)

Nicolas Coeurdacier est associate professor au sein du Département d'économie de Sciences Po

Stéphane Guibaud est assistant professor au sein du Département d'économie de Sciences Po.

Keyu Jin is a lecturer in economics at the London School of Economics. 

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite