ENA : 82 % des nouveaux admis viennent de Sciences Po

Les étudiants de Sciences Po constituent 82 % des admis à l’ENA par le concours externe, mais aussi près de 60 % des futurs adjoints de direction à la Banque de France et un tiers des futurs directeurs d’hôpital. Les derniers résultats des concours administratifs consacrent la préparation assurée par l’École d’affaires publiques comme la meilleure en France pour réussir les concours de la haute fonction publique (en photo ci-dessus, Justine Boniface, l'une des 35 étudiants de Sciences Po qui viennent d'être admis à l'ENA.)

Le programme couvre 13 concours de la haute fonction publique d’État, territoriale ou hospitalière, et insère chaque année de 120 à 130 diplômés vers les carrières de la haute fonction publique. Avec le palmarès suivant pour l’année 2016-2017:

  • À l’ENA : 35 des 43 admis du concours externe (82 %)
  • Au concours de l’Assemblée Nationale (administrateur-adjoint et administrateur) : 67 % des admis
  • Au concours de directeur d’hôpital (EHESP - École des hautes études en santé publique) : 16 des 51 admis (32 %).
  • Au concours des dirigeants de la protection sociale (EN3S - École nationale supérieure des administrateurs de la Sécurité Sociale) : 25 % des admis
  • Au concours d’adjoint de direction à la Banque de France : 17 admis sur les 30 (57 %).

Et pour l’année 2015/2016 :

  • Au concours de l’Institut National des Études Territoriales (INET), qui forme les cadres de la fonction publique territoriale : 48 % des admis, et 80 % des admis à la Ville de Paris.
  • Au concours du Sénat : 67 % des admis
  • Aux concours du Ministère des affaires étrangères : 17 des 26 admis (65 %)

 

3 questions à Benjamin Giami, responsable de la préparation aux concours administratifs à l’École d’affaires publiques

Quel bilan faites-vous de ce palmarès 2016-2017 ?

Benjamin Giami : C’est une très belle performance : pour l’ENA nous sommes à 82 % du total des admis du concours externe issus de Sciences Po, contre 70 % l’an dernier (fin 2015). Et ce n’est pas le seul concours où les étudiants de Sciences Po forment la majorité des admis : c’est aussi le cas au Sénat, à l’Assemblée nationale, ou encore chez les futurs adjoints de la Banque de France.

Quelles sont les clés de la réussite de cette préparation ?

B. G. : La méthode Sciences Po, c’est d’abord l’entraînement et la mise en situation : les étudiants font des “galops” (épreuves) tous les samedis durant toute l’année de préparation, avec 2 concours blancs. Nous proposons aussi un coaching en petits groupes de 4 à 6 étudiants animés par un enseignant ou un ancien lauréat. Et nous avons une équipe pédagogique totalement dédiée à l’accompagnement et à l’encadrement des étudiants, mais aussi des enseignants. Tout cela crée un foisonnement intellectuel intense et une belle émulation parmi les 500 à 600 étudiants qui préparent les concours chaque année.

Y’a-t-il eu des changements récents dans le contenu de la préparation ?

B. G. : Nous sommes en perpétuelle évolution, et cette capacité d’adaptation pour coller aux attentes du jury est une de nos forces. Par exemple, l’an dernier, les rapports des jurys faisaient état de lacunes en économie : dès cette année nous avons renforcé les enseignements et les entraînements dans cette matière.

Pour présenter des candidats plus mûrs face aux jurys, nous devons aussi donner le temps aux étudiants de réfléchir plus tôt au sens de leur candidature. C’est pour cela que des réunions d’informations sur ces carrières sont organisées dès la rentrée de première année de Master.

Enfin, bien que la spécialité "Administration publique" du Master affaires publiques constitue le meilleur tremplin pour les concours, il convient de rappeler qu’elle prépare à une grande diversité de métiers à l’intersection du secteur privé et du secteur public et à tous les échelons local, national, européen et international.

En savoir plus

Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Par Sandrine Perrot et Didier Péclard - Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019, est sociologue, chercheur CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1997. Il a consacré l’essentiel de son œuvre à l’analyse des guerres civiles en Afrique subsaharienne, notamment dans leur rapport à la formation des États. Homme de terrain, chercheur infatigable, méticuleux et exigeant, Roland Marchal est l’un des plus fins connaisseurs de la Somalie, mais son expertise s’étend à toute la Corne de l’Afrique, au Tchad, à la République centrafricaine et au Mali.

Lire la suite
Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Jeudi 17 octobre 2019. 

La détention en Iran de notre collègue Roland Marchal, directeur de recherche CNRS au CERI, vient d'être rendue publique. Pour des raisons de sécurité, les autorités françaises n'avaient pas encore révélé la nouvelle de son arrestation et nous avaient demandé de respecter cette consigne de discrétion.

Lire la suite
Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Par Jean-François Bayart - Incarcérée depuis le début du mois de juin en Iran, Fariba Adelkhah, spécialiste de l’anthropologie sociale et de l’anthropologie politique de l’Iran postrévolutionnaire, est chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) depuis 1993. Ses travaux initiaux portaient sur les femmes et la Révolution islamique. Ses recherches actuelles portent sur la circulation des clercs chiites entre l’Afghanistan, l’Iran et l’Irak. Portrait scientifique de cette chercheuse de terrain, reconnue internationalement et respectée par ses pairs, aujourd'hui prisonnière scientifique.

Lire la suite
“Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po

“Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po"

A l’origine association dédiée uniquement aux jeunes basques, “Des territoires aux grandes écoles” est aujourd’hui une fédération établie à l’échelle de toute la France. Son objectif ? Encourager les lycéens des zones rurales à oser candidater dans l’enseignement supérieur. Interview avec Mandine Pichon Paulard, étudiante et présidente de l’antenne Sciences Po de l’association. 

Lire la suite
16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 académiques permanents ont rejoint Sciences Po en cette rentrée 2019. Une grande diversité les caractérise, qu'il s'agisse de leurs universités d'origine, de leurs parcours, de leurs disciplines ou encore de leurs spécialités.

Lire la suite
Solitude moderne

Solitude moderne

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Jeremy Rifkin : transformer nos sociétés grâce à un

Jeremy Rifkin : transformer nos sociétés grâce à un "New Deal vert"

Révolutionner l'économie pour sauver la planète : oui, mais comment ? Jeremy Rifkin était le 17 octobre 2019 l'invité de Sciences Po pour défendre son "New Deal vert", un ambitieux programme visant à penser l'après-carbone. Pour l'essayiste américain, spécialiste des questions énergétiques et climatiques, il ne faudra qu'une décennie pour voir les énergies fossiles s'effondrer. Il est dès lors urgent de construire un nouveau modèle de société.

Lire la suite
Erasmus : Vivre L’Europe

Erasmus : Vivre L’Europe

Sur l'année universitaire 2018-2019, plus de 500 étudiants de Sciences Po ont participé à un programme Erasmus+, et 650 ont été reçus à Sciences Po : comme chaque année, Sciences Po participe activement au programme Erasmus ! Notre université n’est pas seulement membre active de ce programme, elle est aussi impliquée dans de nombreuses initiatives visant à construire une Europe plus forte et plus unifiée dans les domaines de l'éducation et de la mobilité. 

Lire la suite
Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

La pluridisciplinarité. La troisième année à l’étranger. L’histoire. La science politique. Étudier à Paris. Ne pas étudier à Paris. Chaque étudiant a sa raison bien à lui de choisir le bachelor de Sciences Po. Mais de quelles sciences humaines et sociales parle-t-on ? À quoi cela peut-il bien servir plus tard ? Entretien avec la doyenne du Collège universitaire, Stéphanie Balme, sur cette formation “iconique” du parcours à Sciences Po.

Lire la suite