De Sciences Po à Harvard

Après avoir soutenu sa thèse à Sciences Po sur « L’État social et les jeunes en Europe », Tom Chevalier va mener un projet de recherche au Center for European Studies de Harvard, grâce à la bourse d’étude German John F. Kennedy Memorial Fellowship. De Sciences Po à Harvard, en passant par le champ, - encore peu connu en France -, de l’économie politique comparée, Tom Chevalier nous raconte son parcours de chercheur.

Vous êtes aujourd’hui chercheur à Sciences Po. Comment arrive-t-on à la recherche ? Quel est votre parcours? 

Tom Chevalier : J’ai commencé par suivre une classe préparatoire littéraire au lycée Henri IV à Paris, puis j’ai fait un master en philosophie à Paris IV. Après cela, je suis venu à Sciences Po où j’ai intégré un second master, cette fois-ci en affaires publiques, avec un aménagement de scolarité pour faire un mémoire sur les jeunes et l’État social en France. J’ai approfondi ce sujet en thèse, au cours de laquelle j’ai mené un travail de recherche comparatif sur les politiques publiques dédiées aux jeunes à travers l’Europe sous la direction de Bruno Palier, directeur de recherche CNRS au Centre d’études européennes de Sciences Po.

Vous venez de remporter la prestigieuse bourse German J.F. Kennedy Memorial Fellowship. De quoi s’agit-il ? 

T.C. : J’ai candidaté à cette bourse via le site web de Harvard. C’est une bourse d’étude qui était auparavant réservée aux seuls chercheurs allemands et qui a ouvert cette année une place à un chercheur européen non-allemand. J’ai eu la chance de la remporter. Celle-ci permet de financer une année de recherche au Center for European Studies de Harvard. 

Quelles opportunités cette bourse vous offre-t-elle ?

T.C. : J’ai décidé de travailler sur un programme de recherche à Harvard qui est assez différent de mes précédentes recherches à Sciences Po. Je travaillerai en économie politique comparée en prenant la France comme objet d’une étude de cas. L’une des principales conclusions de ma thèse, c’est qu’il est impossible de comprendre les approches des politiques publiques dédiées aux jeunes sans les placer dans une perspective plus large : le système de protection sociale, le système éducatif, la stratégie de croissance et le système politique. Durant ma thèse, ceci m’a mené à aborder le domaine de l’économie politique comparée, - un champ pluridisciplinaire assez développé à l’étranger mais beaucoup moins en France -, qui mêle sociologie, histoire, économie et science politique. À Harvard, plusieurs spécialistes, comme Peter A. Hall, ont développé une école spécifique des « Varieties of capitalism » [ndlr : « Varieties of capitalism », du nom de l’ouvrage édité par Peter A. Hall et David Soskice : Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage].

Comment ceci s’applique-t-il au cas français ?

T.C. : J’ai remarqué que la France ne rentrait pas dans les classifications traditionnelles des économies politiques. La plupart des économies nationales sont, soit libérales, ce qui veut dire que leurs acteurs interagissent via le marché, soit « coordonnées », ce qui suppose qu’ils se coordonnent stratégiquement au travers d’institutions spécifiques. La France est un cas à part dans la mesure où elle emprunte des éléments aux deux modèles. Je vais donc mener des recherches sur le cas français, en explorant des sources de la fin du 19e siècle et du début du 20e pour expliquer pourquoi la France est une telle exception. Pour ce faire, je compte mobiliser les analyses de Lipset et Rokkan sur les clivages sociopolitiques de la fin du 19e siècle, en soulignant l’importance du clivage État/Église dans la structuration du système politique et économique français.

Comment envisagez-vous la suite de votre carrière après Harvard ?

T.C. : Mon projet à moyen-long-terme est de revenir en France pour contribuer au développement de l’économie politique comparée, qui n’est pas très répandue ici, le Centre d’études européennes de Sciences Po étant une exception en la matière ! De plus, j’aimerais faire le lien entre la recherche que j’entreprends ici à Harvard avec mon travail sur la jeunesse, afin d’étendre l’analyse aux différents régimes de « citoyenneté socioéconomique des jeunes » que j’ai identifiés dans ma thèse.

Interview de Éloïse Stark, École de journalisme de Sciences Po

En savoir plus

Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
Fact-checking, un combat difficile à gagner

Fact-checking, un combat difficile à gagner

Les «fake news», ou infox, sont devenues les grandes animatrices des campagnes électorales récentes, de la campagne pro-Brexit au Royaume-Uni jusqu’à l’élection du nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, en passant par diverses élections en Europe et aux États-Unis. Emeric Henry, professeur au Département d'économie de Sciences Po a mené une étude pour étudier comment luttre contre ces "fakes news".

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite
Voix afghanes

Voix afghanes

Diplômée 2018 de l’École des affaires internationales de Sciences Po, Samina Ansari a choisi de s’engager pour son pays, l’Afghanistan. Devenue directrice exécutive du Centre pour les femmes à l’université américaine d’Afghanistan, elle encourage les femmes de son pays à créer des entreprises. Portrait vidéo d’une alumna engagée.

Lire la suite
Civiliser le capitalisme

Civiliser le capitalisme

Dans son dernier ouvrage, Civiliser le capitalisme (Fayard), Xavier Ragot, président de l’OFCE, propose de repenser le libéralisme économique afin de réduire l’insécurité économique et de défendre la démocratie. Parmi les solutions proposées, la mise en place d’une assurance chômage européenne, comme cela a été fait au niveau national avec les États-providence. Interview.

Lire la suite
Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Avant de devenir l’un des plus célèbres chanteurs français du 20ème siècle, Léo Ferré a usé ses pantalons sur les bancs de Sciences Po, dont il est sorti diplômé en 1939 (non sans péripéties). De la Péniche aux plus grandes scènes françaises, retour sur un parcours rempli d’insouciance et de maladresse.

Lire la suite
Travail et handicap : mettre fin aux exclusions

Travail et handicap : mettre fin aux exclusions

Si chacun est conscient que les personnes en situation de handicap rencontrent fréquemment des difficultés sur le marché du travail, on sous-estime souvent ces difficultés. De nombreux dispositifs inclusifs sont pourtant mis en place, mais ne semblent pas toujours suffisants. Comment faire mieux ? C’est cette question que pose Anne Revillard, chercheuse à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) et au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP), dans son ouvrage Handicap et travail (Presses de Sciences Po).

Lire la suite