De Sciences Po à Harvard

Après avoir soutenu sa thèse à Sciences Po sur « L’État social et les jeunes en Europe », Tom Chevalier va mener un projet de recherche au Center for European Studies de Harvard, grâce à la bourse d’étude German John F. Kennedy Memorial Fellowship. De Sciences Po à Harvard, en passant par le champ, - encore peu connu en France -, de l’économie politique comparée, Tom Chevalier nous raconte son parcours de chercheur.

Vous êtes aujourd’hui chercheur à Sciences Po. Comment arrive-t-on à la recherche ? Quel est votre parcours? 

Tom Chevalier : J’ai commencé par suivre une classe préparatoire littéraire au lycée Henri IV à Paris, puis j’ai fait un master en philosophie à Paris IV. Après cela, je suis venu à Sciences Po où j’ai intégré un second master, cette fois-ci en affaires publiques, avec un aménagement de scolarité pour faire un mémoire sur les jeunes et l’État social en France. J’ai approfondi ce sujet en thèse, au cours de laquelle j’ai mené un travail de recherche comparatif sur les politiques publiques dédiées aux jeunes à travers l’Europe sous la direction de Bruno Palier, directeur de recherche CNRS au Centre d’études européennes de Sciences Po.

Vous venez de remporter la prestigieuse bourse German J.F. Kennedy Memorial Fellowship. De quoi s’agit-il ? 

T.C. : J’ai candidaté à cette bourse via le site web de Harvard. C’est une bourse d’étude qui était auparavant réservée aux seuls chercheurs allemands et qui a ouvert cette année une place à un chercheur européen non-allemand. J’ai eu la chance de la remporter. Celle-ci permet de financer une année de recherche au Center for European Studies de Harvard. 

Quelles opportunités cette bourse vous offre-t-elle ?

T.C. : J’ai décidé de travailler sur un programme de recherche à Harvard qui est assez différent de mes précédentes recherches à Sciences Po. Je travaillerai en économie politique comparée en prenant la France comme objet d’une étude de cas. L’une des principales conclusions de ma thèse, c’est qu’il est impossible de comprendre les approches des politiques publiques dédiées aux jeunes sans les placer dans une perspective plus large : le système de protection sociale, le système éducatif, la stratégie de croissance et le système politique. Durant ma thèse, ceci m’a mené à aborder le domaine de l’économie politique comparée, - un champ pluridisciplinaire assez développé à l’étranger mais beaucoup moins en France -, qui mêle sociologie, histoire, économie et science politique. À Harvard, plusieurs spécialistes, comme Peter A. Hall, ont développé une école spécifique des « Varieties of capitalism » [ndlr : « Varieties of capitalism », du nom de l’ouvrage édité par Peter A. Hall et David Soskice : Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage].

Comment ceci s’applique-t-il au cas français ?

T.C. : J’ai remarqué que la France ne rentrait pas dans les classifications traditionnelles des économies politiques. La plupart des économies nationales sont, soit libérales, ce qui veut dire que leurs acteurs interagissent via le marché, soit « coordonnées », ce qui suppose qu’ils se coordonnent stratégiquement au travers d’institutions spécifiques. La France est un cas à part dans la mesure où elle emprunte des éléments aux deux modèles. Je vais donc mener des recherches sur le cas français, en explorant des sources de la fin du 19e siècle et du début du 20e pour expliquer pourquoi la France est une telle exception. Pour ce faire, je compte mobiliser les analyses de Lipset et Rokkan sur les clivages sociopolitiques de la fin du 19e siècle, en soulignant l’importance du clivage État/Église dans la structuration du système politique et économique français.

Comment envisagez-vous la suite de votre carrière après Harvard ?

T.C. : Mon projet à moyen-long-terme est de revenir en France pour contribuer au développement de l’économie politique comparée, qui n’est pas très répandue ici, le Centre d’études européennes de Sciences Po étant une exception en la matière ! De plus, j’aimerais faire le lien entre la recherche que j’entreprends ici à Harvard avec mon travail sur la jeunesse, afin d’étendre l’analyse aux différents régimes de « citoyenneté socioéconomique des jeunes » que j’ai identifiés dans ma thèse.

Interview de Éloïse Stark, École de journalisme de Sciences Po

En savoir plus

“La première élection vraiment européenne”

“La première élection vraiment européenne”

Brexit, changement de mode de scrutin, montée des populismes… Autant d’enjeux inédits pour ces élections européennes. “Ce sont les élections des premières fois”, souligne Enrico Letta, ancien Premier ministre d’Italie et doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po. À l’occasion du scrutin européen, Sciences Po organise ce dimanche 26 mai une soirée de commentaires et d’analyses des résultats du scrutin dans son emblématique théâtre Boutmy avec les meilleurs experts. Elle est ouverte à tous. Venez nombreux !

Lire la suite
Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Par Sophie Dubuisson - Quellier (CSO - Sciences Po) et Solange Martin (ADEME). Dans le contexte de la lutte contre le dérèglement climatique, les interventions publiques ciblent aujourd’hui les individus. Il s’agit d’encourager certaines pratiques – prendre les transports en commun, manger des fruits de saison – et d’en décourager d’autres – laisser ses appareils en veille ou renouveler trop fréquemment ses vêtements.

Lire la suite
L’éthique du hacker

L’éthique du hacker

Les révolutions commencent souvent par des histoires, des colères ou des frustrations a priori insignifiantes, anecdotiques. C’est le cas de la culture dite libre qui est probablement un des développements démocratiques les plus importants du numérique et dont l’origine n’a tenu qu’à un problème d’impression !

Lire la suite
Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite