De Sciences Po à Harvard

Après avoir soutenu sa thèse à Sciences Po sur « L’État social et les jeunes en Europe », Tom Chevalier va mener un projet de recherche au Center for European Studies de Harvard, grâce à la bourse d’étude German John F. Kennedy Memorial Fellowship. De Sciences Po à Harvard, en passant par le champ, - encore peu connu en France -, de l’économie politique comparée, Tom Chevalier nous raconte son parcours de chercheur.

Vous êtes aujourd’hui chercheur à Sciences Po. Comment arrive-t-on à la recherche ? Quel est votre parcours? 

Tom Chevalier : J’ai commencé par suivre une classe préparatoire littéraire au lycée Henri IV à Paris, puis j’ai fait un master en philosophie à Paris IV. Après cela, je suis venu à Sciences Po où j’ai intégré un second master, cette fois-ci en affaires publiques, avec un aménagement de scolarité pour faire un mémoire sur les jeunes et l’État social en France. J’ai approfondi ce sujet en thèse, au cours de laquelle j’ai mené un travail de recherche comparatif sur les politiques publiques dédiées aux jeunes à travers l’Europe sous la direction de Bruno Palier, directeur de recherche CNRS au Centre d’études européennes de Sciences Po.

Vous venez de remporter la prestigieuse bourse German J.F. Kennedy Memorial Fellowship. De quoi s’agit-il ? 

T.C. : J’ai candidaté à cette bourse via le site web de Harvard. C’est une bourse d’étude qui était auparavant réservée aux seuls chercheurs allemands et qui a ouvert cette année une place à un chercheur européen non-allemand. J’ai eu la chance de la remporter. Celle-ci permet de financer une année de recherche au Center for European Studies de Harvard. 

Quelles opportunités cette bourse vous offre-t-elle ?

T.C. : J’ai décidé de travailler sur un programme de recherche à Harvard qui est assez différent de mes précédentes recherches à Sciences Po. Je travaillerai en économie politique comparée en prenant la France comme objet d’une étude de cas. L’une des principales conclusions de ma thèse, c’est qu’il est impossible de comprendre les approches des politiques publiques dédiées aux jeunes sans les placer dans une perspective plus large : le système de protection sociale, le système éducatif, la stratégie de croissance et le système politique. Durant ma thèse, ceci m’a mené à aborder le domaine de l’économie politique comparée, - un champ pluridisciplinaire assez développé à l’étranger mais beaucoup moins en France -, qui mêle sociologie, histoire, économie et science politique. À Harvard, plusieurs spécialistes, comme Peter A. Hall, ont développé une école spécifique des « Varieties of capitalism » [ndlr : « Varieties of capitalism », du nom de l’ouvrage édité par Peter A. Hall et David Soskice : Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage].

Comment ceci s’applique-t-il au cas français ?

T.C. : J’ai remarqué que la France ne rentrait pas dans les classifications traditionnelles des économies politiques. La plupart des économies nationales sont, soit libérales, ce qui veut dire que leurs acteurs interagissent via le marché, soit « coordonnées », ce qui suppose qu’ils se coordonnent stratégiquement au travers d’institutions spécifiques. La France est un cas à part dans la mesure où elle emprunte des éléments aux deux modèles. Je vais donc mener des recherches sur le cas français, en explorant des sources de la fin du 19e siècle et du début du 20e pour expliquer pourquoi la France est une telle exception. Pour ce faire, je compte mobiliser les analyses de Lipset et Rokkan sur les clivages sociopolitiques de la fin du 19e siècle, en soulignant l’importance du clivage État/Église dans la structuration du système politique et économique français.

Comment envisagez-vous la suite de votre carrière après Harvard ?

T.C. : Mon projet à moyen-long-terme est de revenir en France pour contribuer au développement de l’économie politique comparée, qui n’est pas très répandue ici, le Centre d’études européennes de Sciences Po étant une exception en la matière ! De plus, j’aimerais faire le lien entre la recherche que j’entreprends ici à Harvard avec mon travail sur la jeunesse, afin d’étendre l’analyse aux différents régimes de « citoyenneté socioéconomique des jeunes » que j’ai identifiés dans ma thèse.

Interview de Éloïse Stark, École de journalisme de Sciences Po

En savoir plus

Le campus du Havre fête ses 10 ans

Le campus du Havre fête ses 10 ans

Je savais que le campus du Havre était le bon endroit pour moi !”. Alice Jetin-Duceux, étudiante en première année, ne cache pas son plaisir d’effectuer sa rentrée aux côtés des 160 autres étudiants du campus du Havre. Mais cette rentrée 2017 a aussi une tonalité particulière pour Sciences Po. Il y a tout juste 10 ans, le campus du Havre ouvrait en effet ses portes à sa première promotion. A l'occasion de cet anniversaire, souvenirs et récits d'étudiants et d'anciens.

Lire la suite
À la recherche des cités perdues

À la recherche des cités perdues

Thomas Chaney, chercheur au Département d’économie à Sciences Po, est spécialiste du commerce international, de la finance et des réseaux. Lauréat de nombreux prix, et nominé cette année au prestigieux Prix du meilleur jeune économiste, il mène des recherches qui croisent modèles théoriques et d’autres champs inattendus comme... l’archéologie. Ou comment un économiste s’est mis en quête de cités disparues il y a plusieurs millénaires à l’aide d’équations.

Lire la suite
Journées du Patrimoine : 1700 visiteurs à l'Artillerie

Journées du Patrimoine : 1700 visiteurs à l'Artillerie

Qui pourrait soupçonner que cette porte discrète, à l’ombre de l’orgueilleuse façade baroque de l’Église Saint Thomas d’Aquin, ouvre sur un cloître du XVIIè siècle en plein Paris ? Acquis par Sciences Po fin 2016, le site de l’hôtel de l’Artillerie ouvrait ses portes au public pour la première fois samedi 16 septembre, à l’occasion des Journées du Patrimoine. Des centaines de visiteurs ont saisi cette occasion unique de découvrir ce site avant le début des travaux qui en feront le nouveau coeur du campus parisien de Sciences Po, en 2021.

Lire la suite

"Je veux défendre la dignité humaine et la liberté"

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”. Cette semaine, place à Malak Gadalla, étudiante égyptienne qui s’enthousiasme pour l’étude du Moyen-Orient sur notre campus de Menton.

Lire la suite
« Journalistes : préservez l’écrit »

« Journalistes : préservez l’écrit »

À l’occasion de sa rentrée, l’École de journalisme de Sciences Po a invité Mike Pride, ancien administrateur des prix Pulitzer, à s’exprimer lors d’une conférence exceptionnelle. Cet ancien journaliste et expert des médias, qui a vu muter le monde de l’information avec l’arrivée du digital, a tracé les pistes d’avenir du secteur devant les journalistes en herbe de Sciences Po.

Lire la suite
Julia Cagé : vers une autre économie des médias

Julia Cagé : vers une autre économie des médias

Économiste, chercheuse passionnée par la presse ou encore femme engagée en politique aux côtés de Benoît Hamon... Julia Cagé, professeur d’économie à Sciences Po, cultive avec talent de multiples cordes à son arc. Mais c’est avant tout une spécialiste des médias, qu’elle scrute au spectre des sciences économiques pour comprendre leur évolution. Interview.

Lire la suite
“Sciences Po est un voyage fort en émotions”

“Sciences Po est un voyage fort en émotions”

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”.  Cette semaine, place à Jasdeep Singh Hundal, 19 ans, venu du Singapour pour étudier sur le campus de Reims en double diplôme avec Berkeley.

Lire la suite
“Mon plus grand succès n'est pas mon prix Nobel”

“Mon plus grand succès n'est pas mon prix Nobel”

En 1983, elle découvrait le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) à l’origine du sida. Françoise Barré-Sinoussi, chercheuse française en virologie de l'Institut Pasteur, a reçu en 2008, avec Luc Montagnier, le prix Nobel de médecine pour cette découverte qui a permis d’élaborer les premiers traitements contre la maladie. Ce 2 septembre 2017, elle était l’invitée de l'École d'affaires publiques de Sciences Po pour la leçon inaugurale de la rentrée. Ses messages ? Décloisonner les disciplines, faire preuve de persistance et, surtout, “avoir envie d’apporter aux autres”. Interview.

Lire la suite

"En entrant à Sciences Po, j'étais de gauche"

“J’avais dix-huit ans, j’entrais à Sciences Po, j’étais de gauche parce que je voyais mal comment j’aurais pu ne pas l’être compte tenu de ce que j’étais et de ce que je lisais”*. Nous sommes en 1989, Édouard Philippe vient de réussir “de justesse” le concours d’entrée après une année de classe préparatoire littéraire. S’ouvrent pour lui “trois années de rêve” rue Saint-Guillaume, où le jeune Rouennais, fils d’enseignants, issu d’un milieu “où le socialisme était solidement implanté”, va poursuivre à grands pas son cheminement intellectuel et politique.

Lire la suite
Collège universitaire : ce qu'il faut savoir sur le bachelor

Collège universitaire : ce qu'il faut savoir sur le bachelor

Réaffirmer un engagement humaniste et scientifique : telle est l’ambition qui a conduit Sciences Po à remodeler son programme de 1er cycle. À Sciences Po, il permet d’obtenir le diplôme de bachelor de sciences humaines et sociales et repose sur trois piliers : exigence académique, ouverture internationale et engagement civique. Au moment où la nouvelle promotion fait son entrée en 1ère année, voici l’essentiel du programme qui attend les étudiants.

Lire la suite