“Le fossé entre universités et grandes écoles s'est réduit"

Soyez en tête de la compétition mondiale mais coordonnez-vous à l’échelon territorial ! Dans son ouvrage La grande course des universités, paru en mars 2017, Christine Musselin, directrice de recherche CNRS, chercheuse au Centre de sociologie des organisations et directrice scientifique de Sciences Po revient sur cette injonction contradictoire adressée aux universités françaises. Elle analyse l’organisation par l’État d’une compétition généralisée entre enseignants-chercheurs et entre universités, et le remodelage du paysage universitaire qui fait émerger de nouvelles structures à marche forcée. Entretien.

Comment décrire la compétition qui traverse le monde de l’enseignement supérieur ? Quelle en est la logique, quels en sont les mécanismes ?

Christine Musselin : La logique c’est d’enrayer le déclin, supposé ou réel, de la place du  système d’enseignement supérieur français dans le monde, et pour cela de stimuler la production scientifique par l’attribution sélective de bonnes évaluations ou de ressources. D’où cette mise en compétition orchestrée par trois catégories d’acteurs : les acteurs étatiques qui mettent en place les mécanismes de compétition, les agences (ANR, AERES, …) auxquelles sont déléguées les mises en compétition et les compétiteurs eux-mêmes (universitaires, équipes de recherche, établissements). Seulement, les frontières sont perméables en raison d’une très forte tradition de cogestion en France : la communauté scientifique a toujours été présente au sein du ministère par exemple.

Quant aux mécanismes, j’en citerai deux. Le plus important, c’est la mise en visibilité. La compétition a toujours existé. Mais, la publicisation des notes, des résultats et des classements, comme celui de Shanghai créé en 2003, induit un changement radical. Cela met en lumière les perdants et les gagnants. Et cela n’est pas seulement le fait des réformes françaises. N’importe qui peut trouver sur le web des indices de réputation d’un chercheur. La différenciation devient plus apparente. Le deuxième mécanisme réside dans l’obligation de jouer le jeu de la compétition pour obtenir des budgets. C’est vrai pour la recherche sur projet. C’est également vrai au niveau du ministère : ses algorithmes d’allocation des budgets tiennent compte du résultat des évaluations. C’est aussi le cas au niveau des universités qui répartissent en conséquence leur budget en interne.

Dans votre troisième chapitre, vous parlez d’une délégation “sous surveillance” de la compétition. Pouvez-vous préciser quelles sont les limites d’une délégation de l’évaluation et du financement par le ministère aux agences et aux pairs ?

Christine Musselin : La première limite tient au jugement scientifique lui-même : il n’est pas infaillible. Les pairs peuvent être conservateurs et ne pas prendre le risque de sélectionner des projets innovants. Il peut y avoir aussi collusion, jeu de réseaux, etc. La deuxième limite est l’exclusion du politique. En déléguant les décisions aux pairs, le politique se met en retrait. Cela a été critiqué au moment des Idex car les décisions fondées sur le jugement scientifique ne prennent pas en compte par exemple les questions d’aménagement du territoire. Serait-il politiquement acceptable que dans une région aucun établissement n’obtienne de financements d’excellence ? Enfin, les agences sont tiraillées entre les autorités de tutelle et la communauté scientifique. Très critiquée, l’AERES avait ainsi créé  des commissions internes pour revoir ses critères d’évaluation.

Pour redonner aux universités françaises une place centrale dans la compétition internationale, ces dernières ont été encouragées à s’intégrer dans des campus territoriaux. Quels sont les modèles qui ont été mobilisés pour construire le futur modèle français que vous qualifiez de “jardin à la française” ?

Christine Musselin : Le premier modèle est celui du système universitaire de l’État de Californie avec sa stratification en trois étages : les universités de recherche, les universités dédiées à l’enseignement jusqu’au master et les collèges en deux ans. Malgré son nom, l’Université de Californie n’est pas une université mais une sorte d’agence, qui gère un ensemble d’établissements situés sur son territoire par délégation d’autorité publique. C’est un peu comme si en France on donnait aux régions la responsabilité de l’enseignement supérieur.

L’autre modèle est celui de l’Université de Londres (University of London). Ce n’est pas non plus une université. Elle n’apparaît d’ailleurs pas dans les classements internationaux. Sous cette ombrelle, sont réunis divers établissements dont l’Université de Londres coordonne les actions. Mais son rôle a été fragilisé au cours des années 2000 : certains ont préféré viser un positionnement mondial plutôt qu’une coopération métropolitaine et sont sortis de cette structure-ombrelle.

En France, on veut réunir en un seul ensemble les établissements d’un territoire donné pour casser le cloisonnement entre écoles, organismes de recherche et universités. Mais les pouvoirs publics n’ont jamais vraiment tranché entre l’objectif d’une plus forte stratification entre les établissements, avec des têtes de pont capables d’affronter la compétition mondiale, et celui d’une coopération territoriale renforcée.

Peut-on dépasser le cloisonnement institutionnel entre universités, grandes écoles et organismes de recherche ?

Christine Musselin : Le décloisonnement est bien avancé entre les universités et des organismes de recherche comme le CNRS, l’INSERM ou l’IRD. On observe une imbrication forte au niveau des laboratoires universitaires entre les différents statuts. Le CNRS est depuis quelques années dans une démarche de négociation avec les universités.

Le fossé est aussi moins large que par le passé entre universités et grandes écoles. D’une part, les grandes écoles, notamment les écoles de commerce se sont universitarisées en développant leurs activités de recherche. Et, les écoles d’ingénieurs ont emprunté le même chemin. D’autre part, les universités proposent désormais des filières sélectives et des formations professionnalisantes. Le premier élément qui continue à les séparer, c’est la massification de l’enseignement supérieur qui est absorbée uniquement par l’université. Le second point, c’est la gouvernance. On reste sur des modèles très différents en termes de fonctionnement et de rôle des instances, de recrutement et de gestion des carrières, de modalités de prise de décision, etc. Pour dépasser ce cloisonnement, il faudrait que les grandes écoles soient moins malthusiennes et que les universités acceptent des modes de gouvernance un peu différents.

En savoir plus

La grande course des universités, Christine Musselin, Presses de Sciences Po, mars 2017

Retrouvez tous les vendredis le meilleur de Sciences Po : abonnez-vous à notre newsletter !

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Secrétaire général de la FNSP durant trois décennies, Serge Hurtig a contribué à internationaliser Sciences Po et la science politique française. Portrait d'une personnalité majeure de l’histoire de notre établissement.

Lire la suite
Comment concilier Noël et souci écologique ?

Comment concilier Noël et souci écologique ?

À Noël, le risque de surconsommation est grand... mais n'est pas une fatalité. Acheter en vrac des produits locaux et bio, faire son cadeau soi-même ou encore recycler ses textiles en guise d'emballage : à l'approche des fêtes de fin d'année, Sciences Po Environnement livre ses conseils pour un Noël durable et zéro déchet, et les met en pratique à l'occasion d'ateliers organisés dans plusieurs campus..

Lire la suite
Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Lire la suite
Chronique d'une démocratie fragmentée

Chronique d'une démocratie fragmentée

Pour conclure une année marquée par les soubresauts politiques, Pascal Perrineau revient dans son nouvel ouvrage, Le grand écart. Chronique d'une démocratie fragmentée, sur les trois registres démocratiques ayant façonné tour à tour l'année 2019 : la démocratie directe des gilets jaunes, celle participative du grand débat national et celle représentative issue des urnes lors des élections européennes. Une démocratie en trois scènes, qui semble plus fragmentée et conflictuelle qu'auparavant.

Lire la suite
Sciences Po lance la chaire

Sciences Po lance la chaire "Dette souveraine"

Penser le financement souverain et la soutenabilité de la dette : voilà l'ambition de la nouvelle chaire, portée par l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). En associant praticiens de la dette et universitaires de renom, cette chaire vise à devenir un lieu de référence international sur cette question.

Lire la suite
Quelle sera la&nbspcouleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 qui se déroulera à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence du Chili ? Elle était annoncée bleue comme l’océan (Blue COP) par la présidence chilienne. À Madrid, au-delà des écosystèmes marins, l’ensemble de la biodiversité tant terrestre que marine devrait occuper une place de choix. Bien plus qu’une simple coloration, cette COP devrait constituer une étape majeure dans l’identification de capacités d’action conjointe pour le climat et pour la biodiversité.

Lire la suite
La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

Par William Genieys (CEE) et Larry Brown (Columbia). La publication, le 5 novembre dernier, du livre de Donald Trump Jr., Triggered : How the Left Thrives on Hate and Wants to Silence Us (Hystériques : comment la gauche se nourrit de haine et veut nous faire taire), est venue alimenter le discours anti-élite dans une campagne présidentielle dont le contexte, marqué par une procédure de destitution en cours, est tout à fait inédit.

Lire la suite
La matière noire de la démocratie

La matière noire de la démocratie

Le mouvement des gilets jaunes n’est pas anecdotique. Tenter de l'expliquer en se focalisant sur la sociologie des participants ou en évoquant la montée des populismes, n'est pourtant, selon Luc Rouban, guère probant. Le chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po voit dans ce mouvement le symptôme d’une profonde mutation du rapport au politique. En épluchant sondages, enquêtes, baromètres et remontées du grand débat national, il met au jour les sources cachées de cette mutation dans son dernier ouvrage : "La matière noire de la démocratie" (Presses de Sciences Po).

Lire la suite