“J’ai encore besoin de m’entraîner”

A la fois joueur de badminton professionnel et étudiant à Sciences Po dans le programme Sportifs de haut niveau, Brice Leverdez se prépare intensément pour les Jeux Olympiques de Rio. Âgé de 30 ans, il a déjà remporté huit titres de champion de France et gagné douze tournois internationaux. À un mois du coup d'envoi des JO 2016, nous l’avons rencontré.

Quand avez-vous commencé à jouer au badminton ?

Brice Leverdez : J’ai commencé à 12 ans. Auparavant, j’avais fait sept ans de judo : mon père était entraîneur dans un club et j’ai noué ma première ceinture blanche dès l’âge de 5 ans. Je me débrouillais bien...mais je ne supportais pas de perdre [rires]. J’ai été blessé à la clavicule pendant un entraînement, c’est pour cela que j’ai décidé de changer de sport. Ma soeur s’était inscrite dans un club de badminton en septembre et arrêtait en cours d’année : j’ai repris sa licence et j’ai commencé le badminton. Ensuite je suis vite devenu le meilleur de mon club. A 14 ans, j’ai intégré le CREPS [centre régional] de Châtenay-Malabry puis à ma majorité j’ai été sélectionné à l’INSEP [centre national], après avoir remporté une médaille de bronze aux championnats d’Europe en double hommes.

Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre le programme pour sportifs de haut niveau proposé par Sciences Po ?

B. L. : C’est la renommée de Sciences Po qui m’a attiré. J’avais arrêté les études depuis quelques années, je souhaitais reprendre une formation qui me faisait vraiment envie. Je sentais que cette formation pouvait m’apprendre des choses et je ne suis pas déçu ! J’aurais pu entamer une formation à l’INSEP ou dans une autre école avec des aménagements horaires, mais je suis convaincu que Sciences Po était la meilleure option pour moi. Mes professeurs réussissent à être à la fois très intelligents et très terre-à-terre avec leurs élèves, je n’avais jamais ressenti une telle relation prof-étudiant avant.

Comment faites-vous pour concilier entraînements et études ?

B. L. : En ce moment ça n’est pas très simple parce que l’entraînement me demande beaucoup d’énergie et que j’ai récemment lancé ma propre entreprise de vente de vêtements. Mais j’ai pu m’arranger avec mes professeurs à Sciences Po pour réduire la cadence de mes cours et ainsi pouvoir lancer ma marque tout en continuant mes entraînements quotidiens.

Avez-vous remarqué des points communs entre la préparation d’examens universitaires et la préparation sportive ? Est-ce qu’il y a des liens entre ces deux parcours ou ce sont deux trajectoires que vous menez en parallèle ?

B. L. : C’est un peu pareil pour tout : qu’on veuille réussir un examen ou une compétition sportive, il faut s’entraîner ; et plus on s’entraîne mieux on réussit ! Il faut aussi savoir bien réagir à la pression. A Sciences Po on se retrouve face à des questions sur une feuille, il faut réussir à y répondre en utilisant le plan qu’on a appris sans trop nous éloigner du sujet. En sport c’est pareil : on a un plan tactique pour un match et on essaie de s’y tenir. Mais si cette technique ne fonctionne pas contre le joueur adverse, il faut qu’on sache trouver une autre tactique sans nous éloigner de notre but.

Vous venez de rentrer de deux déplacements sportifs en Indonésie et en Australie. Comment se sont passés vos tournois ? Vous sentez-vous prêt à participer aux Jeux Olympiques ?

B. L. : J’ai encore besoin du mois qu’il me reste pour m’entraîner intensivement. Dans mes récents tournois il y a eu du bon et du moins bon. Lors du premier tournoi, j’avais un bon niveau de jeu, mais j’ai perdu face à un adversaire meilleur que moi. En revanche,  je suis passé à côté du match du second tournoi. Maintenant il faut que je comprenne pourquoi, afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs.

Avez-vous un petit rituel pré-match ou des chaussettes porte-bonheur les jours de tournoi ?

B. L. : Non je n’ai pas de chaussettes porte-bonheur [rires]. Par contre j’ai toujours un petit nounours dans mon sac de badminton quand je joue. Il me fait penser à ma famille, c’était mon père qui me l’avait offert.

Quels sont vos projets à plus long terme, après votre carrière de sportif ?

B. L. : Ce que je voudrais c’est réussir à construire un projet qui marche. Si ma marque de vêtement “décolle”, ça sera très bien. Dans un futur plus proche, j’espère continuer mes études à Sciences Po pour développer mes compétences et apprendre plus de choses sur l’univers professionnel. Je trouve que c’est un très bon "mix" d’avoir lancé ma propre marque en parallèle de mes cours à Sciences Po, car les deux entrent en corrélation.

Liens utiles

Quel est impact de l'activité humaine sur la planète ?

Quel est impact de l'activité humaine sur la planète ?

S’il ne fait désormais aucun doute que l’homme exerce une influence sur la Terre, il est parfois compliqué de saisir à quelle échelle et comment. De la déforestation au “continent plastique”, en passant par le réchauffement climatique, avec l’Atlas de l’anthropocène, François Gemenne, Aleksandar Rankovic et l'Atelier de cartographie de Sciences Po s’attachent à décrire les causes et conséquences d’une ère au cours de laquelle, pour la première fois, les activités humaines impactent directement la planète. Explications en vidéo.

Lire la suite
La fiction pour dire le réel ?

La fiction pour dire le réel ?

Le 16 septembre, Sciences Po faisait sa rentrée littéraire avec une conférence réunissant les écrivains Kamel Daoud et Marie Darrieussecq à l’occasion du passage de relais de leur titre d’écrivain en résidence. Quelles passerelles peut-on construire entre fiction et réalité ? Qu’apporte l’enseignement de l’écriture ?  Les deux grandes plumes de la littérature française reviennent sur leur expérience de l’écriture et leurs ambitions pour les étudiants. 

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Un homme plein d’énergie, excentrique, intelligent, non-conventionnel, brillant, passionné...Les amis et anciens élèves n’ont pas suffisamment d’adjectifs pour décrire Peter J. Awn, ancien Doyen des General Studies à l’Université Columbia, disparu il y a quelques mois et à l'origine du rapprochement entre Sciences Po et Columbia. Le campus de Sciences Po à Reims lui rendait hommage le 4 septembre dernier, en donnant son nom à sa bibliothèque. 

Lire la suite
Que fait le monde académique pour le climat ?

Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Lire la suite
Liberté pour Fariba Adelkhah

Liberté pour Fariba Adelkhah

Notre collègue et amie Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1993, spécialiste de la société iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019.

Lire la suite
“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“Elle représente ce qu’il y a de meilleur et d’indestructible dans le métier de journaliste” : c’est ainsi que le doyen Bruno Patino a présenté Marion Van Renterghem, invitée de rentrée de l’École de journalisme de Sciences Po. “Prendre le temps de traîner”, parler une “langue claire et belle”, “cultiver l’honnêté et la religion du fait” : tels sont les conseils de la journaliste pour suivre cette vocation “un peu folle” dans un monde qui aime détester la presse.

Lire la suite
L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

Par Laurie Servières, doctorante à Sciences Po - Le 19 août dernier, un épais nuage de fumée plonge São Paulo dans l’obscurité. Il est 15h, le Brésil se réveille : l’Amazonie est en feu. La nouvelle, à l’inverse des flammes, peine pourtant à se propager, alors que les incendies durent déjà depuis plusieurs semaines dans le nord et la région centre-ouest du Brésil.

Lire la suite

"Réinventer l'économie de marché"

Dans un programme de rentrée axé sur la crise climatique, Emmanuelle Wargon était l'invitée le 30 août de l'École d'affaires publiques de Sciences Po. La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a plaidé pour une "transformation très profonde" de nos modes de production et de consommation. Son interview en vidéo.

Lire la suite
“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite