“J’ai encore besoin de m’entraîner”

A la fois joueur de badminton professionnel et étudiant à Sciences Po dans le programme Sportifs de haut niveau, Brice Leverdez se prépare intensément pour les Jeux Olympiques de Rio. Âgé de 30 ans, il a déjà remporté huit titres de champion de France et gagné douze tournois internationaux. À un mois du coup d'envoi des JO 2016, nous l’avons rencontré.

Quand avez-vous commencé à jouer au badminton ?

Brice Leverdez : J’ai commencé à 12 ans. Auparavant, j’avais fait sept ans de judo : mon père était entraîneur dans un club et j’ai noué ma première ceinture blanche dès l’âge de 5 ans. Je me débrouillais bien...mais je ne supportais pas de perdre [rires]. J’ai été blessé à la clavicule pendant un entraînement, c’est pour cela que j’ai décidé de changer de sport. Ma soeur s’était inscrite dans un club de badminton en septembre et arrêtait en cours d’année : j’ai repris sa licence et j’ai commencé le badminton. Ensuite je suis vite devenu le meilleur de mon club. A 14 ans, j’ai intégré le CREPS [centre régional] de Châtenay-Malabry puis à ma majorité j’ai été sélectionné à l’INSEP [centre national], après avoir remporté une médaille de bronze aux championnats d’Europe en double hommes.

Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre le programme pour sportifs de haut niveau proposé par Sciences Po ?

B. L. : C’est la renommée de Sciences Po qui m’a attiré. J’avais arrêté les études depuis quelques années, je souhaitais reprendre une formation qui me faisait vraiment envie. Je sentais que cette formation pouvait m’apprendre des choses et je ne suis pas déçu ! J’aurais pu entamer une formation à l’INSEP ou dans une autre école avec des aménagements horaires, mais je suis convaincu que Sciences Po était la meilleure option pour moi. Mes professeurs réussissent à être à la fois très intelligents et très terre-à-terre avec leurs élèves, je n’avais jamais ressenti une telle relation prof-étudiant avant.

Comment faites-vous pour concilier entraînements et études ?

B. L. : En ce moment ça n’est pas très simple parce que l’entraînement me demande beaucoup d’énergie et que j’ai récemment lancé ma propre entreprise de vente de vêtements. Mais j’ai pu m’arranger avec mes professeurs à Sciences Po pour réduire la cadence de mes cours et ainsi pouvoir lancer ma marque tout en continuant mes entraînements quotidiens.

Avez-vous remarqué des points communs entre la préparation d’examens universitaires et la préparation sportive ? Est-ce qu’il y a des liens entre ces deux parcours ou ce sont deux trajectoires que vous menez en parallèle ?

B. L. : C’est un peu pareil pour tout : qu’on veuille réussir un examen ou une compétition sportive, il faut s’entraîner ; et plus on s’entraîne mieux on réussit ! Il faut aussi savoir bien réagir à la pression. A Sciences Po on se retrouve face à des questions sur une feuille, il faut réussir à y répondre en utilisant le plan qu’on a appris sans trop nous éloigner du sujet. En sport c’est pareil : on a un plan tactique pour un match et on essaie de s’y tenir. Mais si cette technique ne fonctionne pas contre le joueur adverse, il faut qu’on sache trouver une autre tactique sans nous éloigner de notre but.

Vous venez de rentrer de deux déplacements sportifs en Indonésie et en Australie. Comment se sont passés vos tournois ? Vous sentez-vous prêt à participer aux Jeux Olympiques ?

B. L. : J’ai encore besoin du mois qu’il me reste pour m’entraîner intensivement. Dans mes récents tournois il y a eu du bon et du moins bon. Lors du premier tournoi, j’avais un bon niveau de jeu, mais j’ai perdu face à un adversaire meilleur que moi. En revanche,  je suis passé à côté du match du second tournoi. Maintenant il faut que je comprenne pourquoi, afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs.

Avez-vous un petit rituel pré-match ou des chaussettes porte-bonheur les jours de tournoi ?

B. L. : Non je n’ai pas de chaussettes porte-bonheur [rires]. Par contre j’ai toujours un petit nounours dans mon sac de badminton quand je joue. Il me fait penser à ma famille, c’était mon père qui me l’avait offert.

Quels sont vos projets à plus long terme, après votre carrière de sportif ?

B. L. : Ce que je voudrais c’est réussir à construire un projet qui marche. Si ma marque de vêtement “décolle”, ça sera très bien. Dans un futur plus proche, j’espère continuer mes études à Sciences Po pour développer mes compétences et apprendre plus de choses sur l’univers professionnel. Je trouve que c’est un très bon "mix" d’avoir lancé ma propre marque en parallèle de mes cours à Sciences Po, car les deux entrent en corrélation.

Liens utiles

Docteurs honoris causa : 3 profils exceptionnels

Docteurs honoris causa : 3 profils exceptionnels

Après Vaclav Havel, Boutros Boutros Ghali ou Lakhdar Brahimi, Sciences Po s’apprête à honorer, le 12 décembre, trois nouveaux docteurs honoris causa. Une promotion 2017 exceptionnelle à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle distinguera deux femmes, qui rejoignent Helen Wallace, première Docteure honorée en 2011. C’est également la première fois que Sciences Po décerne ce titre à un universitaire d’Afrique subsaharienne. Trois profils remarquables et inédits à découvrir ci-dessous.

Lire la suite
Quartiers fragiles

Quartiers fragiles

Année après année, les politiques dédiées aux quartiers dits “sensibles” s’enchaînent et… rien ne semble changer. Clément Boisseuil, chercheur au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE) s’est intéressé à l’application de ces politiques, en comparant les méthodes utilisées à Chicago et à Paris. Il nous explique pourquoi une telle différence entre les objectifs affichés et des résultats mitigés.

Lire la suite
Sociologie et basket-ball

Sociologie et basket-ball

Après avoir étudié pendant deux années sur le campus de Reims, Lukas Noah Drammeh s’est envolé pour les États-Unis où il effectue actuellement sa troisième année à l’Université de Caroline du Nord, à Chapel Hill. L’occasion d’approfondir ses connaissances en sociologie et en études afro-américaines, mais aussi de réaliser un vieux rêve : intégrer une équipe de basket-ball réputée et jouer une saison sur le sol américain. Portrait vidéo d’un fan de basket.

Lire la suite
Apprendre, ça s’apprend

Apprendre, ça s’apprend

Comment apprendre à apprendre ? C'est le défi de tout élève, en particulier au moment de l'arrivée dans l'enseignement supérieur. Sciences Po a mis en place depuis septembre 2017 une innovation pédagogique qui apporte des réponses pratiques à ce défi :  des cours inédits baptisés "ateliers de métacognition". Objectif de ces séances : mieux connaître le fonctionnement de son cerveau pour améliorer ses stratégies d’apprentissage. 

Lire la suite
Tous inégaux face aux banques ?

Tous inégaux face aux banques ?

Besoin d’un crédit bancaire ? Mieux vaut être un homme blanc. C’est le résultat d’une large opération de test de discrimination menée à l’initiative de la municipalité de Villeurbanne auprès des banques locales. Jeanne Lazarus, sociologue au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po (CSO) qui travaille sur les rapports des citoyens aux institutions monétaires, faisait partie du comité scientifique de ce testing. Elle commente les résultats de cette opération.

Lire la suite
Travailler le dimanche est-il vraiment utile ?

Travailler le dimanche est-il vraiment utile ?

Travailler le dimanche est-il utile ? Non, répondent Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard dans leur dernier ouvrage Les Batailles du dimanche. Dépassant les habituels clivages idéologiques, les deux sociologues ont analysé le travail dominical sous l’angle de son utilité sociale. Interview de Laurent Lesnard, chercheur à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) de Sciences Po.

Lire la suite
Christian Dior, un alumnus toujours à la mode

Christian Dior, un alumnus toujours à la mode

Par Serge Carreira, enseignant à Sciences Po. Qui se doute aujourd’hui que Christian Dior a fait un passage à Sciences Po ? Entré rue Saint-Guillaume sous la pression familiale, il a fui aussitôt une carrière de diplomate toute tracée pour le destin de créateur que l’on sait. À l’occasion de l’exposition qui lui est consacrée jusqu’en janvier au musée des Arts Décoratifs, retour sur un alumnus en avance sur son temps, qui a traversé les modes et les époques. Et se serait peut-être davantage épanoui dans le Sciences Po de 2017 ?

Lire la suite
Journée des masters : le replay

Journée des masters : le replay

Vous êtes étudiant ou jeune professionnel, vous vous interrogez sur les programmes de master et les différents métiers auxquels nous préparons nos diplômés ? Retrouvez l'intégralité des présentations de notre Journée des masters du samedi 25 novembre. L’occasion de tout savoir sur les programmes et les spécialisations de nos 7 écoles : l’École d’affaires publiques, l’École des affaires internationales, l’École de droit, l’École de journalisme, l’École du management et de l’innovation, l’École urbaine et l’École doctorale.

Lire la suite