«Une privatisation de la démocratie est en train de s'opérer»

Fracture entre le peuple et les élites, inégalités, rejet du projet européen, tentation du nationalisme… De quoi ces signaux sont-ils le nom ? Dans La Démocratie de l’entre-soi, plusieurs chercheurs de Sciences Po livrent une nouvelle grille d’analyse pour comprendre pourquoi notre démocratie doute. Entretien avec Luc Rouban, co-directeur de publication de l’ouvrage et chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF).

Dans cet ouvrage collectif co-dirigé avec Pascal Perrineau, vous réunissez à la fois des spécialistes de la sociologie politique empirique et de la philosophie politique pour aborder ce que vous nommez la « démocratie de l’entre-soi ». De quoi s’agit-il ?

Luc Rouban : Cet ouvrage met en lumière, aussi bien à travers des analyses empiriques* que des analyses de philosophie politique**, le fait qu’une privatisation de la démocratie est en train de s’opérer. Cette privatisation conduit à confondre le registre public et le registre privé que les révolutions américaine et française avaient séparés dans le processus de construction des démocraties modernes. Cette confusion des deux registres met directement en cause non seulement le principe mais aussi la pratique d’un espace public dans lequel la démocratie peut fonctionner. Au-delà de cette confusion, nous montrons que le « commun » ne se fabrique plus à partir du public mais à partir du privé, ce dernier ne se réduisant pas à l’individu mais englobe un pluralisme de collectifs d’ordre privé. Le politique s’élabore désormais à travers de multiples communautés de natures différentes, qu’il s’agisse de l’entre-soi des élites politiques, des possédants, de celui des familles, des groupes religieux, des nations, voire de certains choix partisans comme celui du Front national. Un tournant historique a été pris qui tourne le dos à la conception d’une démocratie ouverte à l’extérieur car confiante dans ses propres mécanismes d’intégration politique.

Quels sont les éléments les plus significatifs de cette fragmentation en de multiples communautés ?

L.R. : Cette évolution joue sur plusieurs plans mais de manière très convergente. Tout d’abord, la séparation entre les électeurs et les élus ou les gouvernants. Ces derniers semblent s’être enfermés dans un univers à part à la suite de leur professionnalisation. Ensuite, par le retour en force d’une forme de vote de classe qui ne dit pas son nom mais où la possession du patrimoine devient déterminante. Cette privatisation passe également par l’enfermement du débat démocratique dans des représentations genrées qui reproduisent sans cesse des clichés sur la singularité des femmes même au nom de leur émancipation, ou bien encore par l’importance qu’a prise l’intime dans le débat politique, qu’il s’agisse de la privatisation médiatique du personnel politique ou bien d’une politisation de la vie privée et familiale où s’élaborent et se transforment de plus en plus les convictions et les choix électoraux. Mais cette affirmation de l’entre-soi passe aussi par le retour des nationalismes et le rejet de l’Europe ou bien, et ce n’est pas la moindre des contradictions, par l’affirmation des idéaux républicains dans le cadre d’un discours sur les valeurs qui entretient la porosité entre public et privé et qui transforme la citoyenneté en affaire de conviction intime.

Comment cette évolution se traduit-elle dans le débat politique actuel ?

L.R. : On voit bien que la question des oligarchies est devenue centrale dans le débat politique en France comme dans bien d’autres pays européens. La fracture entre le peuple et les élites politiques est devenue un thème récurrent qui demandait que l’on s’y penchât sérieusement sans tomber dans les idées reçues sur l’existence d’une classe dirigeante toute-puissante. De la même façon, le débat sur le nationalisme méritait qu’on lui accordât une véritable réflexion sans, là encore, penser que ce concept est univoque et s’énonce de la même façon d’un pays à l’autre et d’un temps à l’autre. C’est en éclaircissant ces questions que l’on peut précisément démonter les discours populistes. Plus généralement, l’ouvrage montre pourquoi s’affirme une insatisfaction générale à l’égard des mécanismes démocratiques ou pourquoi les questions de morale personnelle prennent une si grande importance dans le débat électoral de l’élection présidentielle. Ces phénomènes ne sont que l’application ou la conséquence d’un brouillage des repères entre public et privé et d’une multiplication de communautés qui doivent cohabiter sans pouvoir nécessairement partager le même horizon politique. C’est bien là que l’offre politique est défaillante et que les cadres idéologiques habituels ne suffisent plus. Le socialisme a perdu son identité alors que pèsent sur les solutions libérales toutes les ambiguïtés qui caractérisent son histoire en France. La campagne présidentielle a bien illustré ces deux problèmes car on s'est acheminé plus vers un vote par défaut ou un vote par rejet que vers un vote d’adhésion.

Si le modèle démocratique actuel est arrivée à bout de souffle, faudrait-il le réinventer ? Si oui, comment ?

L.R. : Il semble bien qu’on soit arrivé au bout d’une formule démocratique que l’on pourrait appeler la République étatisée. La diversification de la société est réelle et de nouveaux mécanismes de régulation ou d’intégration sont à promouvoir. Sur ce terrain, les auteurs apportent la démonstration qu’il n’y a pas de solution miracle. Le recours aux experts et à leur capacité d’évaluation des politiques publiques est souvent évoqué pour faire avancer le débat démocratique, notamment dans le domaine de l’environnement et des biotechnologies, mais leur intervention s’inscrit dans des protocoles et des institutions qui ne font que juxtaposer science et politique sans arriver à les conjuguer. De la même façon, le recours à Internet ou aux réseaux sociaux cloisonnent les participants dans des univers particularistes où, loin de s’ouvrir à d’autres idées ou à d’autres arguments, on s’enferme dans ses convictions en allant y chercher confirmation. Enfin, l’analyse empirique des demandes venant des citoyens eux-mêmes met au jour une grande ambivalence. D’un côté, ils souhaitent intervenir davantage par le biais du référendum. De l’autre, ils se méfient des formules radicales comme le tirage au sort. Par ailleurs la compétence professionnelle des élus reste toujours un point crucial dans la confiance qu’on leur porte et la demande de démocratie directe s’arrête à la reconnaissance d’une certaine professionnalisation de la vie politique. La démocratie participative n’intéresse somme toute qu’une minorité de citoyens qui ont le temps et les moyens de s’y consacrer. C’est l’ambition de cet ouvrage de montrer que le renouveau démocratique doit être réaliste et ne pas s’enliser dans des utopies.

Marcelle Bourbier / Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF)

 

* Recherche fondée principalement sur l’observation et l’analyse des faits.

** Branche de la philosophie fondée sur la recherche d’un universel et guidée par les questions du juste, du meilleur et du légitime.

À lire

Pascal Perrineau et Luc Rouban (dir.), La démocratie de l’entre-soi, Presses de Sciences Po. Avec Alexandre Escudier, Martial Foucault, Lucien Jaume, Janine Mossuz-Lavau, Anne Muxel, Janie Pélabay, Henri Rey, Réjane Sénac, Virginie Tournay, Thierry Vedel

En savoir plus

Le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) analyse les grands courants politiques qui façonnent les forces et les institutions politiques et contribue, par ses travaux empiriques et théoriques, à la compréhension du changement social et politique dans les démocraties contemporaines.

Abonnez-vous à « Une semaine à Sciences Po », et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite