Critique internationale - Sommaire

Éditorial
5-6

 

Aucun résumé

 

Thema
Thema - Voir l’histoire : sources visuelles et écriture du regard
Sous la responsabilité de Nadège Ragaru

En sciences sociales, une sollicitation croissante des sources visuelles s’observe depuis quelques années. L’objectif de ce dossier est donc d’interroger la manière dont le visuel – chose vue, acte de voir et régime de visibilité – a transformé l’étude et l’écriture du passé. Au-delà d’une analyse du renouvellement de la documentation, la finalité est d’historiciser la contribution des savoirs de la vision au façonnage d’époques singulières. Le regard que l’on se propose d’étudier est également celui de l’historien, lorsqu’il fait récit de sources visuelles et scripturales. À l’édification d’un gué entre l’hier et l’aujourd’hui, que peut apporter une instrumentation imagée, imaginée parfois aussi, en un temps où les historiens ne cessent d’interroger leur capacité à écrire une histoire qui serait lue ?

Thema
Dialogues avec le visible : l’historien et le regard
9-20

 

Aucun résumé

 

Thema
Les atlas historiques de ville et l'administration du passé métropolitain au XIXe siècle
Stéphane Van Damme
21-38

Au XIXe siècle, dans de nombreuses capitales européennes, un phénomène s'affirme de plus en plus que l'on a pris l'habitude de décrire comme étant une prise de « conscience patrimoniale ». Cette sensibilité nouvelle se traduit en particulier par la mise en place progressive de tout un réseau institutionnel ayant vocation à administrer le passé urbain. Ces opérations sont soutenues par les municipalités. Archives, bibliothèques historiques, musées municipaux sont créés un peu partout en Europe. En soulignant les difficultés d'interprétation du passé urbain et la nécessité croissante d'identifier pour le plus grand nombre l'objet métropolitain, les savants – architectes, ingénieurs, archéologues, géologues, paléontologues ou botanistes – questionnent l'unité urbaine. Celle-ci est-elle définie par son étendue, sa densité démographique, son bâti, sa fonctionnalité économique ou politique, sa profondeur historique, ses caractéristiques géologiques ? Est-elle encore un territoire naturel comme le suggèrent la thèse des grands bassins géologiques (parisien, londonien…) ou les recherches botaniques ? L'entreprise commune de toutes ces disciplines et de ces différents corps de savants bute sur la diversité des unités de mesure et sur la multiplicité des points de vue, même si une même démarche historique traverse l'ensemble de ces pratiques. Dans un tel contexte, l'atlas historique a pu constituer l’un des genres épistémiques les plus adaptés à la plasticité et à la mobilité de ces cadres d'analyse.

Thema
Ganin ya fi ji/Voir est mieux qu’entendre : lire l’identité sur la peau (Sahel central, XIXe siècle)
Camille Lefebvre
39-59

Les scarifications faciales pratiquées sur le continent africain sont le plus souvent assimilées à des marques ethniques ou tribales. Cette lecture simplificatrice, influencée par les présupposés coloniaux, ne rend pas compte de la diversité de leurs usages dans le temps et dans l’espace. Cet article propose un nouveau regard sur les pratiques de scarifications faciales et corporelles dans le Sahel et le Sahara central au XIXe siècle, notamment grâce à l’analyse des usages verbaux vernaculaires conservés dans les sources linguistiques haoussa et kanouri collectées au XIXe siècle. Les scarifications ne sont pas des marques génériques portées de tout temps de la même manière par l’ensemble d’un groupe donné. Elles reflètent au contraire des pratiques dynamiques aux fonctions diverses (politiques, identitaires, médicales, sociales ou esthétiques) qui évoluent constamment.

Thema
La voix et le regard : les régimes visuels des concours d’autobiographies polonais, 1930-1984
Katherine Lebow
61-79

Les récits produits dans le cadre de concours d’autobiographies en Pologne, avant et après la seconde guerre mondiale, peuvent servir d’entrée pour étudier les « règles culturelles tacites des divers régimes scopiques » (Martin Jay). À chaque période, en effet, les autobiographies ont participé de projets politiques plus vastes que le simple recueil de témoignages et dont la vocation était d’accréditer de nouvelles manières de voir. Ces projets, de même que leurs tentatives d’intervention dans le domaine de la visualité, apparaissent à première vue très dissemblables : les mouvements ouvriers et paysans de l’entre-deux-guerres, contestant les postulats culturels relatifs à la « noirceur » et à « l’ignorance » des classes inférieures, revendiquaient la légitimité de regards subalternes fondés sur les expériences biographiques des ouvriers et des paysans ; le communisme d’après guerre a défendu l’existence d’aptitudes uniques, chez les individus politiquement conscients, à voir au-delà des réalités présentes les possibilités révolutionnaires futures. Dans la pratique cependant, les autobiographies ne se sont que partiellement conformées à ces scripts. Ainsi n’est-il pas rare qu’elles aient démontré les limites de ces deux projets visionnaires, faisant de la « contrevisualité », au-delà des découpages temporels, un dénominateur commun.

Thema
Voir et devoir voir le passé. Retour sur une exposition historique à visée commémorative
Sarah Gensburger
81-99

Depuis leur naissance au XIXe siècle, les musées d’histoire sont dotés d’un rôle social. Aujourd’hui, ils sont plus précisément censés diffuser une « mémoire partagée » et favoriser une « citoyenneté tolérante ». Cet état de fait a inspiré de nombreux travaux. Pourtant, le fameux visitors’ gaze confronté à une exposition d’histoire reste encore largement à décoder. Il est abordé ici à partir d’un matériau original : l’exposition historique organisée à l’initiative du maire de Paris pour commémorer la rafle du Vel’ d’Hiv’ en 2012. Le fait d’avoir été nommée commissaire de l'exposition m’a permis de réaliser un terrain d'observation participante sur sa genèse et ainsi de saisir, à partir d'une approche et d'un matériau inédits, comment un récit public sur l’histoire est construit par le politique. En d’autres termes, que signifie donner à voir le passé ? Dans un second temps, une enquête collective auprès des visiteurs a été conduite afin de saisir la manière dont la mise en images du passé proposée était vue (ou ne l’était pas). Autrement dit, que voit-on du passé quand il est donné à voir ?

Varia
Le concept de clientélisme résiste-t-il à la participation populaire ? Une comparaison Brésil-Venezuela
Marie-Hélène Sa Vilas Boas, Federico Tarragoni
103-124

Dans les travaux récents consacrés aux dispositifs participatifs en Amérique latine, la notion de clientélisme joue souvent un rôle paradoxal : on ne sait pas exactement s’il s’apparente à une nouvelle logique perverse de ces dispositifs ou à un trait historique presque immémorial des démocraties latino-américaines. Quoi qu’il en soit, il parasite souvent l’explication des logiques politiques de la participation, particulièrement des groupes subalternes. Les acceptions très diverses du concept de clientélisme mobilisées pour l’explication sociologique mériteraient déjà en elles-mêmes un effort de clarification. Le propos est ici de mettre à profit l’archéologie du concept qui a déjà été faite en science politique pour rendre intelligible le lien causal – et ses tropismes – entre dispositifs participatifs, politisation populaire et « effets pervers » de nature clientéliste. L’hypothèse se déploie selon une double perspective : d’une part, nombre d’usages contemporains du concept de clientélisme hypothèquent l’appréhension de la richesse des formes de politisation populaire induites par les dynamiques participatives ; d’autre part, derrière les tropismes d’usage de ce concept se cache l’histoire d’un ensemble de jugements indissociablement positifs et normatifs sur l’histoire latino-américaine, et notamment sur sa modernité politique démocratique.

Varia
Circulations révolutionnaires, légitimations croisées : Cuba-Nicaragua-Venezuela
Marie-Laure Geoffray, Jan Verlin
125-144

Étudier les flux circulatoires entre trois gouvernements qui se présentent comme « révolutionnaires » – Cuba (1959-), le Nicaragua sandiniste (1979-1990 et 2006-) et le Venezuela chaviste (1998-), à la fois sous la guerre froide et après le tournant du XXIe siècle – permet de mieux prendre en compte la dimension transnationale de ces « révolutions », rarement étudiées hors de leur espace national. Il s’avère tout d’abord que les circulations favorisent la constitution d’une communauté révolutionnaire historique qui se recompose avec le Venezuela dans les années 2000. Ensuite, elles font l’objet d’usages politiques à des fins de légitimations croisées entre gouvernements révolutionnaires vis-à-vis de publics locaux et internationaux. Cependant, il existe aussi des usages critiques de ces circulations de la part des oppositions politiques aux gouvernements révolutionnaires, qui les délégitiment en les accusant de porter atteinte à la souveraineté nationale.

Varia
Le vieillissement actif : élaboration, légitimation et tentatives de diffusion d’un référentiel transversal en Europe
Laure Kaeser, Pierre-Alain Roch
145-169

Le rôle endossé par la Commission européenne dans le processus de diffusion du vieillissement actif permet de comprendre comment est élaboré et légitimé le quasi-consensus politique relatif à la nécessité de maintenir en activité les personnes âgées pour répondre au « problème » du vieillissement. L’émergence de la notion de vieillissement actif au regard des politiques sociales internationales est présentée dans un but de contextualisation et de mise en sens. Sont identifiés les organisations internationales et leur rôle dans la définition du vieillissement actif en fonction de leur place dans le champ des politiques sociales internationales. Le volet empirique se focalise sur les mécanismes que la CE met en place pour légitimer et diffuser la notion de vieillissement actif. Cette contribution mobilise les méthodes de l’analyse de contenu et de l’analyse lexicométrique, et s’appuie sur des matériaux différenciés et illustratifs des modes d’élaboration et de diffusion adoptés par la CE. Il est ainsi démontré que l’efficacité aussi bien technique que politique du référentiel transversal du vieillissement actif vient de ce qu’il est présenté comme une solution positive et consensuelle par l’élusion des déterminants sociaux inhérents au processus du vieillissement.

Lectures
État de littérature. Actualité de la recherche sur le mouvement communiste et la lutte armée aux Philippines
Gwenola Ricordeau
173-179

État de littérature. Actualité de la recherche sur le mouvement communiste et la lutte armée aux Philippines

Lectures
Lecture
Magali Chelpi-den Hamer
181-184

Marielle Debos, Le métier des armes au Tchad : le gouvernement de l’entre-guerres, Paris, Karthala, 2013, 256 pages.

Lectures
Lecture
Élizabeth Picard
185-190

Mohammed Hachemaoui, Clientélisme et patronage dans l’Algérie contemporaine, Paris, Karthala/Aix-en-Provence, IREMAM, 2013, 204 pages + 8 pages de photos

Lectures
Lecture
Benoît de Tréglodé
191-194

Céline Marangé, Le communisme vietnamien (1919-1991). Construction d’un État-nation entre Moscou et Pékin, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, 611 pages.