Julia Cagé : vers une autre économie des médias

Économiste, chercheuse passionnée par la presse ou encore femme engagée en politique aux côtés de Benoît Hamon... Julia Cagé, professeur d’économie à Sciences Po, cultive avec talent de multiples cordes à son arc. Mais c’est avant tout une spécialiste des médias, qu’elle scrute au spectre des sciences économiques pour comprendre leur évolution. Interview.

À quel moment de votre parcours vous êtes-vous intéressée à l’économie des médias ?

Dès le lycée, j’étais déjà davantage intéressée par les sciences économiques et sociales que par les mathématiques. J’ai fait une licence, puis un master d’économie à Paris I, et mon mémoire portait sur l’aide au développement et les raisons pour lesquelles elle ne fonctionnait pas. J’ai constaté un problème d’information : quand les citoyens ne savent pas quelles sommes reçoit leur gouvernement, il n’y a pas de responsabilisation des dirigeants. Une étude sur l’Uganda m’a marquée en particulier, de Ritva Reinikka et Jakob Svensson, qui montrait que 90% de l’aide du gouvernement central aux gouvernements locaux  disparaissait, mais que ce taux baissait fortement lorsque la presse locale annonçait les montants qui devaient arriver. J’ai alors voulu comprendre comment l’information était produite, notamment dans les pays africains. J’ai ensuite fait ma thèse à Harvard pour étudier l’industrie des médias de fond en comble, et j’ai construit de nouvelles bases de données, notamment à partir d’un intense travail d’archives.

Vous vous intéressez particulièrement aux médias français... 

Je me suis rendue compte qu’il y avait peu de données sur les médias en France. J’ai alors commencé à collecter des informations auprès des ministères comme des archives nationales ou de la carte de presse. J’ai voulu observer combien de médias un marché pouvait supporter. S’il y a trop de médias sur un marché donné, alors leur audience est trop faible et ils « doivent » faire des économies, ce qui se traduit le plus souvent par une baisse de leur qualité. Et comme la plupart des citoyens ne consomment qu’un seul média sur un support donné, l’information va se dégrader pour tous.
J’ai développé un projet qui a conduit à un livre, L’information à tout prix, avec Nicolas Hervé et Marie-Luce Viaud, chercheurs à l’INA. Depuis plusieurs années, j’étudie avec eux la propagation de l’information sur internet et ses enjeux économiques : si un article est reproduit à grande échelle sur différents sites, comment rentabiliser la production d’une information originale ?
Actuellement, nous orientons notre recherche sur les nouvelles qui apparaissent sur les réseaux sociaux sans être toujours reprises par la presse. On veut explorer ces réseaux, pour savoir pourquoi un contenu n’est pas publié sur un média. Nous comptons également intégrer dans nos études la télévision et la radio, ce qui s’annonce compliqué : on essaie de faire des transcriptions automatiques de contenus, mais il faut développer des algorithmes qui capturent la reformulation, parce qu’on qu’on ne s’exprime pas à la télévision comme on écrit.

Êtes-vous optimiste quant à la situation économique des médias en France ?

Il y a des raisons d’être optimiste, parce qu’il y a des solutions. Mais celles-ci passent beaucoup par le régulateur [l’Etat ndlr], qui ne prend pas les bonnes décisions. On a besoin de mesures fortes pour la remise à plat des aides économiques à la presse, ce qui ne sera sans doute pas fait. Je suis également inquiète du phénomène de concentration des médias autour de quelques grands groupes. Il faudrait ouvrir le statut de fondation aux médias, ce qui permettrait des avantages fiscaux et une limitation des droits de vote pour les actionnaires les plus puissants. Ce qui est positif, c’est que les journalistes qui ont dernièrement fondé des médias tendent vers ce statut : Les Jours ont créé par exemple une société des amis de leur journal qui sera actionnaire et offrira des droits de vote aux lecteurs. Malgré ces esquisses de solutions, la manière dont les médias sont traités reste inquiétante : aux États-Unis, la relation du gouvernement avec les médias risque de faire énormément de mal à la démocratie. En France, le quinquennat semble mal commencer sur ce plan.

Quels sont vos rapports avec les journalistes ?

J’ai une relation privilégiée avec eux parce que je parle d’eux ! J’en rencontre beaucoup pour les aider à créer des médias, ce qui n’est pas la fonction première du chercheur en général ! (rires) En économie, le chercheur a parfois une tendance excessive à s’enfermer dans son bureau, avec parfois l’idée que ce qu’il dit est trop intelligent pour être vulgarisé, là où dans d’autres disciplines les gens écrivent plus de livres. De ce point de vue, je me sens proche des sciences sociales : si j’écris, c’est aussi pour communiquer avec le grand public.

Vous vous êtes engagée en politique en intégrant l’équipe de campagne de Benoît Hamon. Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

Cela fait partie de notre métier de chercheur de prendre position et de participer au débat public et je me retrouvais dans ses idées. C’était une belle campagne, même si on a perdu. On a construit quelque chose d’innovant dans la relation avec les intellectuels : jamais ils n’avaient été aussi concrètement mis en avant dans une campagne. A l’investiture de Benoît Hamon, il y avait une majorité de femmes et d’intellectuels au premier rang, ce qui est rare !
Cela dit, s’investir dans une campagne peut être exaltant, mais il faut savoir vite en sortir car cela occupe à 250%. Dès le lendemain du premier tour, je suis revenue au bureau et je refuse désormais l’intégralité des sollicitations médiatiques pour travailler sur mes prochains projets. J’y reviendrai peut-être d’ici quelques années, mais pour l’instant, j’ai besoin de retrouver du temps pour ma recherche et mes étudiants.

Noé Michalon, étudiant à l’École de journalisme de Sciences Po

Julia Cagé enseigne l’économie du développement et l’économie des médias à Sciences Po

En savoir plus

“Sciences Po valorise l’engagement

“Sciences Po valorise l’engagement"

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”.  Cette semaine, place à Léa Moukanas, étudiante sur le campus de Paris, qui se passionne pour…  les questions de santé.

Lire la suite
Femmes-hommes : 10 idées pour faire avancer l'égalité

Femmes-hommes : 10 idées pour faire avancer l'égalité

C’était en 2010 : Sciences Po innovait en créant un programme de recherche et d’enseignements des savoirs sur le genre. Un engagement précurseur qui s’intègre désormais - depuis 2014 - à une politique globale en faveur de l’égalité réelle. L’action pionnière de Sciences Po a été reconnue par le programme HeForShe de l’ONU, qui a nommé Frédéric Mion, son directeur parmi les 10 champions universitaires mondiaux pour l’égalité femmes-hommes. À l’occasion de la publication du second Rapport pour l’égalité hommes-femmes HeForShe IMPACT, retour sur 10 actions testées à Sciences Po pour faire avancer les mentalités et les pratiques.

Lire la suite
Le campus du Havre fête ses 10 ans

Le campus du Havre fête ses 10 ans

Je savais que le campus du Havre était le bon endroit pour moi !”. Alice Jetin-Duceux, étudiante en première année, ne cache pas son plaisir d’effectuer sa rentrée aux côtés des 160 autres étudiants du campus du Havre. Mais cette rentrée 2017 a aussi une tonalité particulière pour Sciences Po. Il y a tout juste 10 ans, le campus du Havre ouvrait en effet ses portes à sa première promotion. A l'occasion de cet anniversaire, souvenirs et récits d'étudiants et d'anciens.

Lire la suite
À la recherche des cités perdues

À la recherche des cités perdues

Thomas Chaney, chercheur au Département d’économie à Sciences Po, est spécialiste du commerce international, de la finance et des réseaux. Lauréat de nombreux prix, et nominé cette année au prestigieux Prix du meilleur jeune économiste, il mène des recherches qui croisent modèles théoriques et d’autres champs inattendus comme... l’archéologie. Ou comment un économiste s’est mis en quête de cités disparues il y a plusieurs millénaires à l’aide d’équations.

Lire la suite
Journées du Patrimoine : 1700 visiteurs à l'Artillerie

Journées du Patrimoine : 1700 visiteurs à l'Artillerie

Qui pourrait soupçonner que cette porte discrète, à l’ombre de l’orgueilleuse façade baroque de l’Église Saint Thomas d’Aquin, ouvre sur un cloître du XVIIè siècle en plein Paris ? Acquis par Sciences Po fin 2016, le site de l’hôtel de l’Artillerie ouvrait ses portes au public pour la première fois samedi 16 septembre, à l’occasion des Journées du Patrimoine. Des centaines de visiteurs ont saisi cette occasion unique de découvrir ce site avant le début des travaux qui en feront le nouveau coeur du campus parisien de Sciences Po, en 2021.

Lire la suite

"Je veux défendre la dignité humaine et la liberté"

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”. Cette semaine, place à Malak Gadalla, étudiante égyptienne qui s’enthousiasme pour l’étude du Moyen-Orient sur notre campus de Menton.

Lire la suite
« Journalistes : préservez l’écrit »

« Journalistes : préservez l’écrit »

À l’occasion de sa rentrée, l’École de journalisme de Sciences Po a invité Mike Pride, ancien administrateur des prix Pulitzer, à s’exprimer lors d’une conférence exceptionnelle. Cet ancien journaliste et expert des médias, qui a vu muter le monde de l’information avec l’arrivée du digital, a tracé les pistes d’avenir du secteur devant les journalistes en herbe de Sciences Po.

Lire la suite
“Sciences Po est un voyage fort en émotions”

“Sciences Po est un voyage fort en émotions”

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”.  Cette semaine, place à Jasdeep Singh Hundal, 19 ans, venu du Singapour pour étudier sur le campus de Reims en double diplôme avec Berkeley.

Lire la suite
“Mon plus grand succès n'est pas mon prix Nobel”

“Mon plus grand succès n'est pas mon prix Nobel”

En 1983, elle découvrait le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) à l’origine du sida. Françoise Barré-Sinoussi, chercheuse française en virologie de l'Institut Pasteur, a reçu en 2008, avec Luc Montagnier, le prix Nobel de médecine pour cette découverte qui a permis d’élaborer les premiers traitements contre la maladie. Ce 2 septembre 2017, elle était l’invitée de l'École d'affaires publiques de Sciences Po pour la leçon inaugurale de la rentrée. Ses messages ? Décloisonner les disciplines, faire preuve de persistance et, surtout, “avoir envie d’apporter aux autres”. Interview.

Lire la suite