Quand la bande dessinée raconte l’Histoire

Depuis quelques années, la bande dessinée a gagné ses lettres de noblesse, au point de devenir un objet de recherche en soi. Isabelle Delorme, qui vient de soutenir sa thèse au Centre d’histoire de Sciences Po, s’intéresse à ce qu’elle nomme « les récits mémoriels historiques en bande dessinée », des ouvrages dans lesquels les auteurs croisent histoire familiale et grande Histoire, tel le célèbre Persepolis de Marjane Satrapi. Qu’apporte l’étude de la bande dessinée à la recherche ? Réponse d’une chercheuse passionnée par son sujet.

Isabelle Delorme, vous venez de soutenir une thèse* en histoire sur ce que vous nommez les “récits mémoriels historiques en bande dessinée”. De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’un type de récit dans lequel un auteur raconte en bande dessinée sa mémoire ou celle de ses proches. Ce sont des bandes dessinées qui s’inscrivent dans une veine autobiographique, mais dont les récits sont bornés par de grands moments historiques plutôt que par des dates clés personnelles. Par exemple, Maus, ouvrage dans lequel Art Spiegelman raconte le parcours de ses parents pendant la Seconde Guerre mondiale, débute lors de la Shoah et s’achève avec la fin de la déportation de la famille en 1945. Dans Vietnamerica, l’auteur GB Tran choisit de faire débuter son récit en 1975, lorsque sa famille quitte Saïgon à la fin de la guerre du Vietnam. Autre caractéristique, ce sont souvent des “one shots”, des récits racontés en une seule fois, sans déclinaison dans d’autres albums. Ces histoires sont si intimes et personnelles qu’elles restent uniques.

Pourquoi ces bandes dessinées sont-elles intéressantes du point de vue de la recherche ?

Parce qu’elles constituent un genre à part entière apparu récemment, dans les années 90, et qui reste peu étudié. L’apparition de ce type de récit va de pair avec le développement général de l’intérêt pour la mémoire. Nos sociétés sont de plus en plus “mémorielles” : il y a du tourisme mémoriel, des lois mémorielles… et donc aussi des bandes dessinées mémorielles. C’est un phénomène mondial : il y a aussi bien des auteurs en Europe qu’aux États-Unis ou au Japon. Le chercheur Henry Rousso, historien contemporanéiste et spécialiste des questions mémorielles, parle ainsi d’une « mondialisation de la mémoire ».

Par rapport à d’autres témoignages historiques, quel est leur apport ?

Ces récits donnent un éclairage original et très pointu sur des moments historiques bien précis. Ce sont fréquemment des parcours migratoires, comme dans Persepolis dans lequel on suit l’auteure Marjane Satrapi depuis son enfance au coeur de la révolution iranienne jusqu’en France. Mais pas toujours. Dans Les mauvaises gens, Étienne Davodeau narre ainsi la vie de ses parents ouvriers syndicalistes dans le Maine-et-Loire jusqu’à l’arrivée de Mitterrand au pouvoir en 1981, date qui constitue le marqueur symbolique de la fin de son histoire. Dans tous ces récits, les auteurs sont soucieux de ne pas déformer la réalité et vont chercher une documentation fouillée pour s’assurer de la véracité. On est au coeur de l’histoire, dans le « dire vrai ».

Dans quels courants de recherche votre travail s’inscrit-il ?  

On peut dire que mon travail s’inscrit au croisement de trois courants : les Memory studies, dont les historiens Henry Rousso et Denis Peschanski sont les fers de lance en France, les Visual studies et les Cultural studies. Mon travail a aussi une parenté avec la micro-histoire : s’intéresser aux anonymes, aux « sans-noms », et observer comment l’expression d’une mémoire individuelle peut devenir représentative de la mémoire collective. A ce titre, il est d’ailleurs intéressant de noter que la plupart des auteurs de récits mémoriels historiques étudiés dans ma thèse sont issus de milieux modestes. Peut-être y a-t-il là une volonté inconsciente de préserver une mémoire destinée à disparaître et qui, selon eux, ne le devrait pas, parce que leurs proches, tout aussi anonymes soient-ils, ont eux aussi fait l’Histoire.
 

*Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée, thèse menée sous la direction de Laurence Bertrand Dorléac au Centre d’histoire de Sciences Po.

En savoir plus

Isabelle Delorme

Le récit mémoriel historique en bande dessinée… expliqué en bande dessinée

Faire sa thèse à Sciences Po avec l'École doctorale

Le Centre d’histoire de Sciences Po

 

Abonnez-vous à Une semaine à Sciences Po, et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po.

Découvrez Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

“La révolution numérique a déplacé le centre de gravité de la démocratie”

“La révolution numérique a déplacé le centre de gravité de la démocratie”

Depuis septembre 2017, Dominique Cardon dirige le medialab de Sciences Po, succédant ainsi à Bruno Latour, le créateur de ce laboratoire qui fait un peu figure d’ovni dans le paysage scientifique. Auparavant chercheur au Laboratoire des usages d’Orange Labs et professeur associé à l’Université Paris Est/LATTS, Dominique Cardon est un spécialiste des usages d’internet. Ses travaux les plus récents portent sur les algorithmes du web et les big data. À l’occasion de sa participation à la Nuit des idées à Sciences Po, il revient sur la révolution numérique et son impact sociologique, sujet au cœur des recherches menées au medialab.

Lire la suite
Yémen, terra incognita

Yémen, terra incognita

Alors que le conflit qui ravage le Yémen est à l’origine d’une grave crise humanitaire, il n’est pourtant que furtivement évoqué dans les médias. Pour comprendre ce quasi-silence, Laurent Bonnefoy, chercheur au Centre de recherches internationales de Sciences Po, invite à se pencher sur l’histoire riche et fantasmée de ce pays dans son dernier ouvrage : Le Yémen. De l’Arabie heureuse à la guerre (éd. Fayard).

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès brillant

Concours juridiques : un palmarès brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 53 % au concours 2017 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 170 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours,  90 ont été admis. Neuf d’entre eux, dont la major, figurent dans les dix premiers du classement.

Lire la suite
Les économistes se mobilisent pour la zone euro

Les économistes se mobilisent pour la zone euro

Alors que l’Europe connaît une embellie économique après une longue période de stagnation, 14 éminents économistes appellent les gouvernements européens à mettre en place de nouvelles règles économiques pour la zone euro dans un rapport publié aujourd'hui. Philippe Martin, enseignant-chercheur au Département d’économie de Sciences Po, est l’un d’entre eux. Il explique pourquoi il est urgent de réformer.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2018 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Artillerie : découvrez notre futur campus !

Artillerie : découvrez notre futur campus !

Une nouvelle histoire débute pour Sciences Po. L’équipe qui a été choisie pour redessiner le site de l’Artillerie, acquis fin 2016, vient d’être révélée : le projet sera emmené par Sogelym Dixence, avec les architectes Jean-Michel Wilmotte, Moreau-Kusunoki et Sasaki. Au delà du défi architectural - transformer en campus universitaire durable et innovant un ancien noviciat fondé au XVIIè siècle - c’est pour Sciences Po une véritable refondation, 150 ans après sa création.

Lire la suite
“Les peuples arabes n’ont pas dit leur dernier mot”

“Les peuples arabes n’ont pas dit leur dernier mot”

Syrie, Égypte, Libye, Yémen… Après avoir connu, en 2011, un élan  démocratique sans précédent, ces pays subissent aujourd’hui un retournement glaçant avec une répression féroce et des guerres meurtrières. Dans son dernier ouvrage « Généraux, gangsters et jihadistes. Histoire de la contre-révolution arabe » (La Découverte), Jean-Pierre Filiu, historien à Sciences Po, s’emploie à décrire la fragilité de régimes autoritaires trop souvent présentés comme un “moindre mal”.

Lire la suite
Projet Artillerie : premières impressions

Projet Artillerie : premières impressions

Sciences Po dévoilait jeudi 11 janvier 2018 le projet architectural qui va redessiner le site de l'Artillerie, acquis en 2016, et plus largement recomposer son campus parisien à l'horizon 2022, date de ses 150 ans. Premières impressions de nos étudiants, partenaires, alumni et invités lors de l'événement organisé sur place à cette occasion. 

Lire la suite
Qui possède les médias ?

Qui possède les médias ?

Qui possède les médias ? Pas facile de répondre à cette question tant l’actionnariat des médias d’information se caractérise par sa complexité et son manque de transparence. Dans une étude récente, Julia Cagé, Assistant Professor au Département d’économie et chercheuse affiliée au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po, tente de retracer qui détient nos radios, télés et médias de presse écrite et en ligne, en France et en Espagne.

Lire la suite