Quand la bande dessinée raconte l’Histoire

Depuis quelques années, la bande dessinée a gagné ses lettres de noblesse, au point de devenir un objet de recherche en soi. Isabelle Delorme, qui vient de soutenir sa thèse au Centre d’histoire de Sciences Po, s’intéresse à ce qu’elle nomme « les récits mémoriels historiques en bande dessinée », des ouvrages dans lesquels les auteurs croisent histoire familiale et grande Histoire, tel le célèbre Persepolis de Marjane Satrapi. Qu’apporte l’étude de la bande dessinée à la recherche ? Réponse d’une chercheuse passionnée par son sujet.

Isabelle Delorme, vous venez de soutenir une thèse* en histoire sur ce que vous nommez les “récits mémoriels historiques en bande dessinée”. De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’un type de récit dans lequel un auteur raconte en bande dessinée sa mémoire ou celle de ses proches. Ce sont des bandes dessinées qui s’inscrivent dans une veine autobiographique, mais dont les récits sont bornés par de grands moments historiques plutôt que par des dates clés personnelles. Par exemple, Maus, ouvrage dans lequel Art Spiegelman raconte le parcours de ses parents pendant la Seconde Guerre mondiale, débute lors de la Shoah et s’achève avec la fin de la déportation de la famille en 1945. Dans Vietnamerica, l’auteur GB Tran choisit de faire débuter son récit en 1975, lorsque sa famille quitte Saïgon à la fin de la guerre du Vietnam. Autre caractéristique, ce sont souvent des “one shots”, des récits racontés en une seule fois, sans déclinaison dans d’autres albums. Ces histoires sont si intimes et personnelles qu’elles restent uniques.

Pourquoi ces bandes dessinées sont-elles intéressantes du point de vue de la recherche ?

Parce qu’elles constituent un genre à part entière apparu récemment, dans les années 90, et qui reste peu étudié. L’apparition de ce type de récit va de pair avec le développement général de l’intérêt pour la mémoire. Nos sociétés sont de plus en plus “mémorielles” : il y a du tourisme mémoriel, des lois mémorielles… et donc aussi des bandes dessinées mémorielles. C’est un phénomène mondial : il y a aussi bien des auteurs en Europe qu’aux États-Unis ou au Japon. Le chercheur Henry Rousso, historien contemporanéiste et spécialiste des questions mémorielles, parle ainsi d’une « mondialisation de la mémoire ».

Par rapport à d’autres témoignages historiques, quel est leur apport ?

Ces récits donnent un éclairage original et très pointu sur des moments historiques bien précis. Ce sont fréquemment des parcours migratoires, comme dans Persepolis dans lequel on suit l’auteure Marjane Satrapi depuis son enfance au coeur de la révolution iranienne jusqu’en France. Mais pas toujours. Dans Les mauvaises gens, Étienne Davodeau narre ainsi la vie de ses parents ouvriers syndicalistes dans le Maine-et-Loire jusqu’à l’arrivée de Mitterrand au pouvoir en 1981, date qui constitue le marqueur symbolique de la fin de son histoire. Dans tous ces récits, les auteurs sont soucieux de ne pas déformer la réalité et vont chercher une documentation fouillée pour s’assurer de la véracité. On est au coeur de l’histoire, dans le « dire vrai ».

Dans quels courants de recherche votre travail s’inscrit-il ?  

On peut dire que mon travail s’inscrit au croisement de trois courants : les Memory studies, dont les historiens Henry Rousso et Denis Peschanski sont les fers de lance en France, les Visual studies et les Cultural studies. Mon travail a aussi une parenté avec la micro-histoire : s’intéresser aux anonymes, aux « sans-noms », et observer comment l’expression d’une mémoire individuelle peut devenir représentative de la mémoire collective. A ce titre, il est d’ailleurs intéressant de noter que la plupart des auteurs de récits mémoriels historiques étudiés dans ma thèse sont issus de milieux modestes. Peut-être y a-t-il là une volonté inconsciente de préserver une mémoire destinée à disparaître et qui, selon eux, ne le devrait pas, parce que leurs proches, tout aussi anonymes soient-ils, ont eux aussi fait l’Histoire.
 

*Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée, thèse menée sous la direction de Laurence Bertrand Dorléac au Centre d’histoire de Sciences Po.

En savoir plus

Isabelle Delorme

Le récit mémoriel historique en bande dessinée… expliqué en bande dessinée

Faire sa thèse à Sciences Po avec l'École doctorale

Le Centre d’histoire de Sciences Po

 

Abonnez-vous à Une semaine à Sciences Po, et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po.

Découvrez Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

“Nous devons tous habiter quelque part”

“Nous devons tous habiter quelque part”

Le logement est-il un bien ? Est-il un droit ? De Bombay à Paris, en passant par les grandes villes des États-Unis, Sukriti Issar invite chaque semaine ses étudiants à réfléchir au rôle du logement au sein des villes et dans la vie des individus. Un sujet qui mêle l’intime à l’économie, la sociologie au droit, à la croisée des disciplines.

Lire la suite
Fin du blocage des bâtiments à Sciences Po

Fin du blocage des bâtiments à Sciences Po

Après deux jours de blocage par un groupe d'étudiants mobilisés contre la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE), l'occupation du site principal du campus parisien de Sciences Po a pris fin vendredi 20 avril en début d'après-midi. L’accès à tous les bâtiments du campus de Sciences Po à Paris est à nouveau possible pour l’ensemble des étudiants, enseignants et salariés. Les enseignements ont repris normalement dès vendredi après-midi.

Lire la suite
Réconcilier “humain” et

Réconcilier “humain” et "droits de l’homme”

Pour elle, c’est bien plus qu’une vocation. Étudiante en master "Human Rights and Humanitarian Action" à l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Vanessa Topp se rend chaque semaine dans le quartier de la Porte de la Chapelle à Paris à la rencontre des migrants pour leur apporter son soutien. Portrait vidéo d'une jeune femme pour qui étude des droits de l'homme rime avec engagement.

Lire la suite
Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Par Sylvain Kahn - Viktor Orban et la Fidesz ont remporté les élections législatives en Hongrie dimanche 8 avril 2018. Avec plus de 48 % des suffrages et plus du tiers des sièges, ils progressent significativement par rapport aux deux précédents scrutins qui, déjà, les avaient mené au pouvoir en 2010 et en 2014. Cette troisième victoire de rang signale une évolution structurelle de la vie politique européenne. Cette évolution peut être baptisée « l’orbanisation » de l’Europe.

Lire la suite
Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Ils ont en commun de compter parmi les plus jeunes chefs de gouvernement au monde. À l'occasion de leurs visites officielles en France, Jacinda Ardern, Première ministre de Nouvelle-Zélande, et Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, sont venus donner deux conférences exceptionnelles ce lundi 16 avril 2018 à Sciences Po.

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
S’engager au service des autres

S’engager au service des autres

Nouveauté liée à la réforme du bachelor, le parcours civique propose aux étudiants d’appréhender la citoyenneté et la responsabilité sociale à travers le développement d’un projet personnel au service des autres. Se déroulant hors les murs de Sciences Po, le parcours civique amène les étudiants à rencontrer des personnes de différents milieux travaillant les secteurs de l'éducation, de l'emploi, de l'environnement, de la justice, de la santé, de la paix, etc.

Lire la suite
“C’est la grève générale en France qui a contribué à faire de 1968 une année clé dans le monde”

“C’est la grève générale en France qui a contribué à faire de 1968 une année clé dans le monde”

1968, année de révolutions ? Oui, mais pas seulement en France. Alors que beaucoup cantonnent cette année aux événements de mai et à ses barricades parisiennes, Gerd-Rainer Horn, enseignant-chercheur en histoire politique au Centre d’histoire de Sciences Po, rappelle que de nombreux mouvements étudiants se sont également déroulés partout dans le monde cette année-là. Entretien.

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Vous avez passé l'écrit avec succès ? Bravo ! La deuxième quinzaine du mois de mai 2018, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite