Une "mobile class" pour prendre la main sur le numérique

Sciences Po lance le 1er octobre son premier cours en “mobile class” : une application du cours “Enjeux sociopolitiques du numérique” entièrement conçue pour les smartphones. Objectif : se réapproprier l’innovation digitale grâce aux sciences sociales. Explications avec Dominique Boullier, professeur à Sciences Po et auteur de ce cours.

Pourquoi créer un cours sur smartphone ?

Dominique Boullier : Plus de la moitié de l’humanité possède un téléphone portable : c’est devenu le premier point d’entrée pour tous les contenus, y compris l’éducation. Nous voulions nous appuyer sur ce nouveau support, et proposer un cours pensé spécialement - et exclusivement - pour cet outil et ses usages. L’application “Enjeux sociopolitiques du numérique” ne sera d’ailleurs disponible que sur smartphone. Nous voulons proposer une véritable expérience de “mobile class” : une salle de cours qui tient dans la poche, avec son prof, sa leçon, ses étudiants et ses discussions.

À quoi ressemble cette “mobile class” ? En quoi ces contenus sont-ils spécialement adaptés aux smartphones ?

D. B. : L’accès à la classe est très simple : il s’agit d’une appli gratuite qui donne accès à huit “saisons” de cours. La première saison est accessible directement. Pour voir les suivantes, il suffit de s’inscrire avec une adresse e-mail. Chaque saison comprend six vidéos de 2 minutes 30 chacune et d’autres documents. Sur smartphone, l’attention des usagers est intermittente, interrompue par de nombreuses sollicitations. Nous avons composé avec ce régime d’attention particulier et calibré ces vidéos en conséquence.

Quelles règles avez-vous adoptées pour ces séquences vidéo ?

D. B. : Il faut compenser en intensité ce que l’on perd en durée d’attention : les vidéos du cours sont très rythmées, grâce au montage, à l’habillage sonore, aux documents visuels, à l’écriture. Dans chaque séquence, on s’efforce de faire passer un concept et trois exemples. Et croyez-moi, c’est plus difficile de réussir cela en 2 minutes 30 secondes qu’en une heure…

Mais que peut-on véritablement apprendre en 2 minutes 30 ?

D. B. : Les vidéos ne représentent qu’une partie de la mobile class. On va capter l’attention du public grâce à l’intensité des séquences vidéo, et la prolonger sur la durée grâce à l’activité coopérative qui se crée via l’application. Chaque usager du cours va rejoindre une équipe de six étudiants. À chaque saison de cours, les équipes vont devoir résoudre collectivement un “challenge”. Pour cela, les étudiants se rencontrent et échangent au sein de mini-forums sur l’application ou via d’autres plate-formes. La réponse à chaque challenge prend la forme d’un document produit collectivement car cela permet d’être actif et d’être soutenu dans son apprentissage

Pouvez-vous donner des exemples de ces challenges coopératifs ?

D. B. : Ils diffèrent en fonction du sujet abordé. Par exemple, on va se saisir d’un constat qui semble évident : “La révolution numérique”, et demander aux étudiants de prendre le contre-pied de cette idée et de produire deux avis opposés, et argumentés, sur ce concept. Un autre challenge consiste à demander aux équipes de décider ensemble de se passer d’une plate-forme (Google, Facebook, ou autre) pendant une journée, et de tirer les leçons de cette expérience. À travers ces défis ludiques, le cours souhaite amener les étudiants à se poser des questions sur des concepts et des usages numériques qui sont rarement interrogés. L’objectif est de sortir des lieux communs, de provoquer une mise à distance critique de ces outils, en montrant qu’il existe en réalité un pluralisme des usages et des solutions : tout ne va pas de soi.

C’est la raison pour laquelle ce cours s’adresse à des élèves qui entrent dans l’enseignement supérieur ?

D. B. : Oui, l’appli se destine en priorité à des jeunes qui viennent de terminer leurs études secondaires - et à leurs professeurs - mais je l’utilise aussi avec mes étudiants de première année de master, et certains des “challenges” proposés seront utilisées avec les professionnels de l’Executive master Digital humanities de Sciences Po. Pour les étudiants, tout ce qui relève du numérique paraît nouveau, évident. Ce cours cherche à remettre ces usages en perspective, à penser le digital au-delà du flot incessant d’idées reçues, du “buzz” à court terme. Les sciences sociales donnent les cadres pour sortir de cette “fatalité numérique”. Elles permettent de se réapproprier le digital dans ce qu’il a de politique. Il n’y a aucune raison que le numérique demeure l’apanage des experts : toutes les générations de citoyens doivent être en mesure de le comprendre et d’agir sur ses enjeux.

> Rejoignez le groupe Facebook de l'application (ouvert à tous)  

> Application gratuite “Enjeux sociopolitiques du numérique”, disponible sur l’App Store et sur Google Play 

> Lire le communiqué de presse du 1er octobre 2015

Au travail, Manuel Valls et Benoît Hamon !

Au travail, Manuel Valls et Benoît Hamon !

Une analyse de Bruno Cautrès, chercheur au CEVIPOF. Durant toute la campagne du premier tour de la primaire, il a été beaucoup reproché à Manuel Valls d’avoir parlé de « deux gauches irréconciliables ». C’est le 15 février 2016, lors d’un rassemblement militant dans sa circonscription, que l’ancien Premier ministre avait voulu rappeler qu’il était opposé au principe d’une primaire de toute la gauche pour 2017.

Lire la suite
2017, année politique

2017, année politique

Comment est perçue la politique ? Comment se dessine le scrutin présidentiel et quelles en seront les conséquences sur la vie partisane ? Aperçu de la conférence animée le 18 janvier 2017 à Sciences Po par Elizabeth Martichoux, chef du service politique d'RTL, avec Olivier Duhamel, président de la FNSP, Pascal Perrineau, professeur des universités à Sciences Po et président des Alumni, et Jérôme Jaffré, directeur du CECOP.

Lire la suite
Un incubateur pour les politiques publiques

Un incubateur pour les politiques publiques

Réaliser du fact-checking pour les responsables politiques, aider les citoyens à se retrouver dans le maquis des aides sociales ou inventer des frigos publics pour lutter contre le gaspillage alimentaire : c'est le type de solutions concrètes qu'entend imaginer le nouvel "incubateur de politiques publiques" de Sciences Po. Lancé par l’École d’affaires publiques le 16 janvier, ce programme rassemble étudiants, chercheurs et partenaires publics et privés autour d'une même conviction : la révolution numérique est aussi une révolution du politique. Reportage en vidéo (ci-dessus). 

Lire la suite
Quand la route de Davos passe par Sciences Po

Quand la route de Davos passe par Sciences Po

La veille de l’ouverture du 47ème Forum Économique Mondial de Davos, plusieurs leaders internationaux s’étaient donné rendez-vous à Paris pour rencontrer les étudiants de Sciences Po lors du Youth&Leaders Summit le 16 janvier 2017. L’objectif de cet événement annuel organisé par l’École des affaires internationales : faire dialoguer les leaders internationaux d’aujourd’hui et ceux de demain. Le best-of en vidéo.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès brillant

Concours juridiques : un palmarès brillant

Après les très bons résultats obtenus à l'examen du barreau 2016 avec 65 admis sur les 78 candidats présentés, l’École de Droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 50 % au concours de l’École Nationale de la Magistrature (ENM).

Lire la suite
“Ne pas laisser la jeunesse aux portes des grandes écoles”

“Ne pas laisser la jeunesse aux portes des grandes écoles”

“Cette jeunesse recèle des talents dont la société ne peut se passer ; nous ne pouvons la laisser aux portes des grandes écoles.” Philippe Bonneville, proviseur du lycée Jean-Jacques Rousseau à Sarcelles, connaît bien le quotidien d’un établissement scolaire situé dans une zone défavorisée. Ses marges de manoeuvres et, malheureusement, aussi, ses limites.

Lire la suite
Assassinats ciblés :

Assassinats ciblés : "Messieurs les Français, tirez les derniers !"

La France – en l’occurrence son exécutif secondé par certains de ses militaires et de ses agents du renseignement – a établi une liste de noms de personnes, des Français notamment, dont les jours sont comptés. Ces personnes devraient être tuées au nom du danger sécuritaire qu’elles représentent pour la vie d’autres Français. Elles se trouvent au Proche-Orient, notamment en Syrie.

Lire la suite
“L’État doit devenir une plateforme mue par la multitude”

“L’État doit devenir une plateforme mue par la multitude”

L’École d’affaires publiques de Sciences Po inaugure lundi 16 janvier son incubateur de politiques publiques qui, associé à d’autres écoles, universités, institutions publiques et entreprises, permettra à des équipes pluridisciplinaires d'imaginer et de développer concrètement des solutions innovantes relevant de l’intérêt général. Le programme combine ingénierie, design et numérique avec les sciences sociales et privilégie l’expérience des citoyens.

Lire la suite
ENA : 82 % des nouveaux admis viennent de Sciences Po

ENA : 82 % des nouveaux admis viennent de Sciences Po

Les étudiants de Sciences Po constituent 82 % de la promotion qui va faire son entrée à l’ENA, mais aussi près de 60 % des futurs adjoints de direction à la Banque de France et un tiers des futurs directeurs d’hôpital. Les derniers résultats des concours administratifs consacrent la préparation assurée par l’École d’affaires publiques comme la meilleure en France pour réussir les concours de la haute fonction publique (en photo ci-dessus, Justine Boniface, l'une des 35 étudiants de Sciences Po qui viennent d'être admis à l'ENA.)

Lire la suite

"Se dire que l’on a autant de chances de réussir que les autres"

Le 13 décembre 2016, à l’occasion du 15ème anniversaire de la création des Conventions éducation prioritaire (CEP), le programme qui permet à des lycéens issus de zones défavorisées d’intégrer Sciences Po, des étudiants, des diplômés et un proviseur de lycée ont raconté leurs parcours et leur vision de l’égalité des chances. Découvrez le témoignage de Pablo Ahumada, originaire de Chelles en région parisienne.

Lire la suite