Une "mobile class" pour prendre la main sur le numérique

Sciences Po lance le 1er octobre son premier cours en “mobile class” : une application du cours “Enjeux sociopolitiques du numérique” entièrement conçue pour les smartphones. Objectif : se réapproprier l’innovation digitale grâce aux sciences sociales. Explications avec Dominique Boullier, professeur à Sciences Po et auteur de ce cours.

Pourquoi créer un cours sur smartphone ?

Dominique Boullier : Plus de la moitié de l’humanité possède un téléphone portable : c’est devenu le premier point d’entrée pour tous les contenus, y compris l’éducation. Nous voulions nous appuyer sur ce nouveau support, et proposer un cours pensé spécialement - et exclusivement - pour cet outil et ses usages. L’application “Enjeux sociopolitiques du numérique” ne sera d’ailleurs disponible que sur smartphone. Nous voulons proposer une véritable expérience de “mobile class” : une salle de cours qui tient dans la poche, avec son prof, sa leçon, ses étudiants et ses discussions.

À quoi ressemble cette “mobile class” ? En quoi ces contenus sont-ils spécialement adaptés aux smartphones ?

D. B. : L’accès à la classe est très simple : il s’agit d’une appli gratuite qui donne accès à huit “saisons” de cours. La première saison est accessible directement. Pour voir les suivantes, il suffit de s’inscrire avec une adresse e-mail. Chaque saison comprend six vidéos de 2 minutes 30 chacune et d’autres documents. Sur smartphone, l’attention des usagers est intermittente, interrompue par de nombreuses sollicitations. Nous avons composé avec ce régime d’attention particulier et calibré ces vidéos en conséquence.

Quelles règles avez-vous adoptées pour ces séquences vidéo ?

D. B. : Il faut compenser en intensité ce que l’on perd en durée d’attention : les vidéos du cours sont très rythmées, grâce au montage, à l’habillage sonore, aux documents visuels, à l’écriture. Dans chaque séquence, on s’efforce de faire passer un concept et trois exemples. Et croyez-moi, c’est plus difficile de réussir cela en 2 minutes 30 secondes qu’en une heure…

Mais que peut-on véritablement apprendre en 2 minutes 30 ?

D. B. : Les vidéos ne représentent qu’une partie de la mobile class. On va capter l’attention du public grâce à l’intensité des séquences vidéo, et la prolonger sur la durée grâce à l’activité coopérative qui se crée via l’application. Chaque usager du cours va rejoindre une équipe de six étudiants. À chaque saison de cours, les équipes vont devoir résoudre collectivement un “challenge”. Pour cela, les étudiants se rencontrent et échangent au sein de mini-forums sur l’application ou via d’autres plate-formes. La réponse à chaque challenge prend la forme d’un document produit collectivement car cela permet d’être actif et d’être soutenu dans son apprentissage

Pouvez-vous donner des exemples de ces challenges coopératifs ?

D. B. : Ils diffèrent en fonction du sujet abordé. Par exemple, on va se saisir d’un constat qui semble évident : “La révolution numérique”, et demander aux étudiants de prendre le contre-pied de cette idée et de produire deux avis opposés, et argumentés, sur ce concept. Un autre challenge consiste à demander aux équipes de décider ensemble de se passer d’une plate-forme (Google, Facebook, ou autre) pendant une journée, et de tirer les leçons de cette expérience. À travers ces défis ludiques, le cours souhaite amener les étudiants à se poser des questions sur des concepts et des usages numériques qui sont rarement interrogés. L’objectif est de sortir des lieux communs, de provoquer une mise à distance critique de ces outils, en montrant qu’il existe en réalité un pluralisme des usages et des solutions : tout ne va pas de soi.

C’est la raison pour laquelle ce cours s’adresse à des élèves qui entrent dans l’enseignement supérieur ?

D. B. : Oui, l’appli se destine en priorité à des jeunes qui viennent de terminer leurs études secondaires - et à leurs professeurs - mais je l’utilise aussi avec mes étudiants de première année de master, et certains des “challenges” proposés seront utilisées avec les professionnels de l’Executive master Digital humanities de Sciences Po. Pour les étudiants, tout ce qui relève du numérique paraît nouveau, évident. Ce cours cherche à remettre ces usages en perspective, à penser le digital au-delà du flot incessant d’idées reçues, du “buzz” à court terme. Les sciences sociales donnent les cadres pour sortir de cette “fatalité numérique”. Elles permettent de se réapproprier le digital dans ce qu’il a de politique. Il n’y a aucune raison que le numérique demeure l’apanage des experts : toutes les générations de citoyens doivent être en mesure de le comprendre et d’agir sur ses enjeux.

> Rejoignez le groupe Facebook de l'application (ouvert à tous)  

> Application gratuite “Enjeux sociopolitiques du numérique”, disponible sur l’App Store et sur Google Play 

> Lire le communiqué de presse du 1er octobre 2015

Qu’apprend-on à l’École urbaine ?

Qu’apprend-on à l’École urbaine ?

Les masters de l’École urbaine ont été constituées pour travailler à la fois sur des questions de gouvernance et de mise en oeuvre de politiques publiques, en s’appuyant sur les sciences sociales.” - Patrick Le Galès, Doyen de l'École urbaine de Sciences Po. Découvrez en vidéo l’École qui forme des “fabricants de politiques publiques des villes et des territoires.”

Lire la suite
Qu'ont-ils retenu de leur parcours à Sciences Po ?

Qu'ont-ils retenu de leur parcours à Sciences Po ?

Stéphane Colin : “L’expérience Sciences Po a été différente pour chacun d’entre nous mais je pense que nous en retiendrons tous, et avant tout, une formidable expérience humaine et intellectuelle”

Avec une moyenne générale de 16,61, Stéphane Colin est le major, tous masters confondus, de l'École des affaires internationales de Sciences Po (eng.). Brillant diplômé de l’École Polytechnique, il fut blessé de guerre en mission en Afrique  et est aujourd’hui tétraplégique. Ce jeune homme courageux et brillant avait rejoint Sciences Po en 2014

Lire la suite
Votre soutien-gorge imprimé en 3D

Votre soutien-gorge imprimé en 3D

Claire Chabaud, étudiante en Master Economics and Business à Sciences Po vient de remporter avec Anastasia Ruiz, étudiante en design de mode à ESMOD le premier prix du concours étudiant de Bpifrance “#PitchTonInno”. Grâce à la bourse FrenchTech de 30 000 euros qu’elles viennent de remporter, le projet de lingerie féminine sur-mesure imprimée en 3D  de ces deux étudiantes va pouvoir voir le jour. Nous avons rencontré Claire Chabaud.

Lire la suite
Un avant-goût de Sciences Po

Un avant-goût de Sciences Po

Organisé pour la première fois cette année sur le campus de Reims, le programme “Booster” accueillait du 6 au 13 juillet 2016 une cinquantaine d’étudiants venant d'être admise en première année du Collège universitaire (1er cycle). Ce programme de découverte permet aux participants désireux de bénéficier d’un renforcement académique de se familiariser avec Sciences Po, ses enseignements et ses méthodes. 

Lire la suite

"J'ai appris à avoir confiance en moi"

Les tout premiers diplômés du programme Europe-Afrique viennent de célébrer la fin de leur parcours à Sciences Po ! Né il y a cinq ans, ce programme est l'un des cursus thématiques proposés aux étudiants du Collège universitaire, le premier cycle de Sciences Po en trois ans. Les étudiants y suivent le même programme que tous les étudiants du Collège universitaire, avec des enseignements d'approfondissement consacrés aux problématiques du continent africain. Rencontre avec les premiers diplômés de l’année 2016 en vidéo.

Lire la suite
Paul-Loup Chatin, pilote & étudiant

Paul-Loup Chatin, pilote & étudiant

Récemment admis en Master Communication, Paul-Loup Chatin rejoindra l’École de la communication de Sciences Po à la rentrée. Ce futur étudiant est aussi l’un des plus jeunes pilotes automobile français. Nous l’avons interrogé sur son parcours hors-normes.

Lire la suite
Emmanuel Macron, plus proche de Juppé que de Hollande dans les urnes virtuelles

Emmanuel Macron, plus proche de Juppé que de Hollande dans les urnes virtuelles

Emmanuel Macron défraye la chronique électorale depuis plusieurs mois en revendiquant le rôle d’un modernisateur de la vie politique, épris d’un réalisme économique qui dépasserait le clivage gauche-droite traditionnel. Son ascension dans les sondages d’opinion semble confirmer la demande des électeurs pour un personnel politique rajeuni, peu enraciné dans le monde de la politique professionnelle et ayant l’expérience du secteur privé. La question se pose néanmoins de savoir de quel électorat potentiel dispose Emmanuel Macron, qui se présente comme un homme de gauche, s’il était candidat à la présidence de la République en 2017.

Lire la suite