Une "mobile class" pour prendre la main sur le numérique

Sciences Po lance le 1er octobre son premier cours en “mobile class” : une application du cours “Enjeux sociopolitiques du numérique” entièrement conçue pour les smartphones. Objectif : se réapproprier l’innovation digitale grâce aux sciences sociales. Explications avec Dominique Boullier, professeur à Sciences Po et auteur de ce cours.

Pourquoi créer un cours sur smartphone ?

Dominique Boullier : Plus de la moitié de l’humanité possède un téléphone portable : c’est devenu le premier point d’entrée pour tous les contenus, y compris l’éducation. Nous voulions nous appuyer sur ce nouveau support, et proposer un cours pensé spécialement - et exclusivement - pour cet outil et ses usages. L’application “Enjeux sociopolitiques du numérique” ne sera d’ailleurs disponible que sur smartphone. Nous voulons proposer une véritable expérience de “mobile class” : une salle de cours qui tient dans la poche, avec son prof, sa leçon, ses étudiants et ses discussions.

À quoi ressemble cette “mobile class” ? En quoi ces contenus sont-ils spécialement adaptés aux smartphones ?

D. B. : L’accès à la classe est très simple : il s’agit d’une appli gratuite qui donne accès à huit “saisons” de cours. La première saison est accessible directement. Pour voir les suivantes, il suffit de s’inscrire avec une adresse e-mail. Chaque saison comprend six vidéos de 2 minutes 30 chacune et d’autres documents. Sur smartphone, l’attention des usagers est intermittente, interrompue par de nombreuses sollicitations. Nous avons composé avec ce régime d’attention particulier et calibré ces vidéos en conséquence.

Quelles règles avez-vous adoptées pour ces séquences vidéo ?

D. B. : Il faut compenser en intensité ce que l’on perd en durée d’attention : les vidéos du cours sont très rythmées, grâce au montage, à l’habillage sonore, aux documents visuels, à l’écriture. Dans chaque séquence, on s’efforce de faire passer un concept et trois exemples. Et croyez-moi, c’est plus difficile de réussir cela en 2 minutes 30 secondes qu’en une heure…

Mais que peut-on véritablement apprendre en 2 minutes 30 ?

D. B. : Les vidéos ne représentent qu’une partie de la mobile class. On va capter l’attention du public grâce à l’intensité des séquences vidéo, et la prolonger sur la durée grâce à l’activité coopérative qui se crée via l’application. Chaque usager du cours va rejoindre une équipe de six étudiants. À chaque saison de cours, les équipes vont devoir résoudre collectivement un “challenge”. Pour cela, les étudiants se rencontrent et échangent au sein de mini-forums sur l’application ou via d’autres plate-formes. La réponse à chaque challenge prend la forme d’un document produit collectivement car cela permet d’être actif et d’être soutenu dans son apprentissage

Pouvez-vous donner des exemples de ces challenges coopératifs ?

D. B. : Ils diffèrent en fonction du sujet abordé. Par exemple, on va se saisir d’un constat qui semble évident : “La révolution numérique”, et demander aux étudiants de prendre le contre-pied de cette idée et de produire deux avis opposés, et argumentés, sur ce concept. Un autre challenge consiste à demander aux équipes de décider ensemble de se passer d’une plate-forme (Google, Facebook, ou autre) pendant une journée, et de tirer les leçons de cette expérience. À travers ces défis ludiques, le cours souhaite amener les étudiants à se poser des questions sur des concepts et des usages numériques qui sont rarement interrogés. L’objectif est de sortir des lieux communs, de provoquer une mise à distance critique de ces outils, en montrant qu’il existe en réalité un pluralisme des usages et des solutions : tout ne va pas de soi.

C’est la raison pour laquelle ce cours s’adresse à des élèves qui entrent dans l’enseignement supérieur ?

D. B. : Oui, l’appli se destine en priorité à des jeunes qui viennent de terminer leurs études secondaires - et à leurs professeurs - mais je l’utilise aussi avec mes étudiants de première année de master, et certains des “challenges” proposés seront utilisées avec les professionnels de l’Executive master Digital humanities de Sciences Po. Pour les étudiants, tout ce qui relève du numérique paraît nouveau, évident. Ce cours cherche à remettre ces usages en perspective, à penser le digital au-delà du flot incessant d’idées reçues, du “buzz” à court terme. Les sciences sociales donnent les cadres pour sortir de cette “fatalité numérique”. Elles permettent de se réapproprier le digital dans ce qu’il a de politique. Il n’y a aucune raison que le numérique demeure l’apanage des experts : toutes les générations de citoyens doivent être en mesure de le comprendre et d’agir sur ses enjeux.

> Rejoignez le groupe Facebook de l'application (ouvert à tous)  

> Application gratuite “Enjeux sociopolitiques du numérique”, disponible sur l’App Store et sur Google Play 

> Lire le communiqué de presse du 1er octobre 2015

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

Envie de faire une thèse en sociologie ? Discipline-phare enseignée dès le Collège universitaire, la sociologie est aussi l’un des piliers de la recherche à Sciences Po. Comment la pratique-t-on ? Comment trouver un sujet de thèse dans cette discipline ? Les conseils et réponses de Ettore Recchi, sociologue et directeur des études doctorales en sociologie. 

Lire la suite
“Guérir le capitalisme”

“Guérir le capitalisme”

Transition économique, transition sociétale, politique ou encore écologique... Et si tout cela était lié ? “Une société doit placer l’humain au coeur de son développement. Pour moi, c'est cela le vrai sens de "être libéral”", rappelle Marie-Laure Djelic. Chaque semaine, dans son cours “The Great Transition”, Marie-Laure Djelic invite les étudiants de Sciences Po à interroger les transformations du capitalisme. Avec un objectif : repenser notre modèle économique pour qu’il devienne plus humain et durable.

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Le bilan très lourd de la politique migratoire

Le bilan très lourd de la politique migratoire

L’Europe est devenue aujourd’hui la première destination mondiale de l’immigration en termes de flux. Face au drame qui se joue chaque jour en Méditerranée, le continent devrait-il ouvrir plus largement ses frontières ? Si oui, à quelles conditions ? Chaque semaine, dans son cours “Migrations”, Catherine de Wenden analyse avec les étudiants les enjeux de la crise migratoire dans une perspective transversale et comparatiste. Replacer l’immigration dans son contexte historique, analyser les politiques d’accueil qui fonctionnent, rappeler qu’une frontière n’est pas que territoriale mais aussi culturelle... Ou comment apprendre aux étudiants à penser un enjeu contemporain aux solutions infiniment complexes.

Lire la suite
« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

Par Alizée Delpierre (CSO). Une jeune Parisienne construisant un dispensaire dans une région désertique de l’Inde, un Danois à peine sorti du lycée forant un puits au fin fond du Ghana, un groupe d’Italiens tout sourires, posant pour l’objectif dans une rizière du Mékong… qui n’a pas été un jour confronté à l’idée de voyager en offrant ses services et son aide à l’autre bout du monde ?

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
Les multiples trajectoires des printemps arabes

Les multiples trajectoires des printemps arabes

Printemps 2011. Le monde arabe est secoué par des mouvements contestataires. Rapidement, certains “Printemps” se transforment en cauchemars, d’autres donnent naissance à des régimes démocratiques, d’autres encore tournent court. Pourquoi des trajectoires si différentes ? Entretien avec Eberhard Kienle, directeur de recherche au CERI, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient et auteur de “The Arab Uprisings. Transforming and Challenging State Power”.

Lire la suite

"Il faut oser et ne jamais hésiter"

“Il faut oser et ne jamais hésiter !”. Réaliser ses rêves et ne se mettre aucune barrière, c’est le message de Mathys Foreau, étudiant aveugle en deuxième année à Sciences Po et très impliqué dans son cursus comme dans la vie sportive et associative. Son objectif ? Devenir journaliste.

Lire la suite