Une "mobile class" pour prendre la main sur le numérique

Sciences Po lance le 1er octobre son premier cours en “mobile class” : une application du cours “Enjeux sociopolitiques du numérique” entièrement conçue pour les smartphones. Objectif : se réapproprier l’innovation digitale grâce aux sciences sociales. Explications avec Dominique Boullier, professeur à Sciences Po et auteur de ce cours.

Pourquoi créer un cours sur smartphone ?

Dominique Boullier : Plus de la moitié de l’humanité possède un téléphone portable : c’est devenu le premier point d’entrée pour tous les contenus, y compris l’éducation. Nous voulions nous appuyer sur ce nouveau support, et proposer un cours pensé spécialement - et exclusivement - pour cet outil et ses usages. L’application “Enjeux sociopolitiques du numérique” ne sera d’ailleurs disponible que sur smartphone. Nous voulons proposer une véritable expérience de “mobile class” : une salle de cours qui tient dans la poche, avec son prof, sa leçon, ses étudiants et ses discussions.

À quoi ressemble cette “mobile class” ? En quoi ces contenus sont-ils spécialement adaptés aux smartphones ?

D. B. : L’accès à la classe est très simple : il s’agit d’une appli gratuite qui donne accès à huit “saisons” de cours. La première saison est accessible directement. Pour voir les suivantes, il suffit de s’inscrire avec une adresse e-mail. Chaque saison comprend six vidéos de 2 minutes 30 chacune et d’autres documents. Sur smartphone, l’attention des usagers est intermittente, interrompue par de nombreuses sollicitations. Nous avons composé avec ce régime d’attention particulier et calibré ces vidéos en conséquence.

Quelles règles avez-vous adoptées pour ces séquences vidéo ?

D. B. : Il faut compenser en intensité ce que l’on perd en durée d’attention : les vidéos du cours sont très rythmées, grâce au montage, à l’habillage sonore, aux documents visuels, à l’écriture. Dans chaque séquence, on s’efforce de faire passer un concept et trois exemples. Et croyez-moi, c’est plus difficile de réussir cela en 2 minutes 30 secondes qu’en une heure…

Mais que peut-on véritablement apprendre en 2 minutes 30 ?

D. B. : Les vidéos ne représentent qu’une partie de la mobile class. On va capter l’attention du public grâce à l’intensité des séquences vidéo, et la prolonger sur la durée grâce à l’activité coopérative qui se crée via l’application. Chaque usager du cours va rejoindre une équipe de six étudiants. À chaque saison de cours, les équipes vont devoir résoudre collectivement un “challenge”. Pour cela, les étudiants se rencontrent et échangent au sein de mini-forums sur l’application ou via d’autres plate-formes. La réponse à chaque challenge prend la forme d’un document produit collectivement car cela permet d’être actif et d’être soutenu dans son apprentissage

Pouvez-vous donner des exemples de ces challenges coopératifs ?

D. B. : Ils diffèrent en fonction du sujet abordé. Par exemple, on va se saisir d’un constat qui semble évident : “La révolution numérique”, et demander aux étudiants de prendre le contre-pied de cette idée et de produire deux avis opposés, et argumentés, sur ce concept. Un autre challenge consiste à demander aux équipes de décider ensemble de se passer d’une plate-forme (Google, Facebook, ou autre) pendant une journée, et de tirer les leçons de cette expérience. À travers ces défis ludiques, le cours souhaite amener les étudiants à se poser des questions sur des concepts et des usages numériques qui sont rarement interrogés. L’objectif est de sortir des lieux communs, de provoquer une mise à distance critique de ces outils, en montrant qu’il existe en réalité un pluralisme des usages et des solutions : tout ne va pas de soi.

C’est la raison pour laquelle ce cours s’adresse à des élèves qui entrent dans l’enseignement supérieur ?

D. B. : Oui, l’appli se destine en priorité à des jeunes qui viennent de terminer leurs études secondaires - et à leurs professeurs - mais je l’utilise aussi avec mes étudiants de première année de master, et certains des “challenges” proposés seront utilisées avec les professionnels de l’Executive master Digital humanities de Sciences Po. Pour les étudiants, tout ce qui relève du numérique paraît nouveau, évident. Ce cours cherche à remettre ces usages en perspective, à penser le digital au-delà du flot incessant d’idées reçues, du “buzz” à court terme. Les sciences sociales donnent les cadres pour sortir de cette “fatalité numérique”. Elles permettent de se réapproprier le digital dans ce qu’il a de politique. Il n’y a aucune raison que le numérique demeure l’apanage des experts : toutes les générations de citoyens doivent être en mesure de le comprendre et d’agir sur ses enjeux.

> Rejoignez le groupe Facebook de l'application (ouvert à tous)  

> Application gratuite “Enjeux sociopolitiques du numérique”, disponible sur l’App Store et sur Google Play 

> Lire le communiqué de presse du 1er octobre 2015

32 idées pour tenir les Objectifs de développement durable

32 idées pour tenir les Objectifs de développement durable

Comment trouver des solutions concrètes aux Objectifs de développement durable des Nations Unies ? C’était l’objet de la conférence annuelle du réseau GPPN - pour Global Public Policy Network - qui se tenait à Sciences Po les 17&18 février 2017. L’occasion pour des étudiants des meilleures universités en affaires publiques du monde entier de s’affronter sur le terrain des idées en présentant des projets innovants. Retour en images sur l’événement.

Lire la suite
Trump, ou comment faire du faux neuf avec du vrai vieux

Trump, ou comment faire du faux neuf avec du vrai vieux

Par Bertrand Badie. Il n’y a plus d’élections tranquilles : le propos pourrait être élargi à toutes les consultations populaires, si on en croit l’émotion légitime qui a accompagné le référendum britannique sur le Brexit. Il était un temps, lorsque disparaissait la bipolarité, où certains se croyaient autorisés à prédire l’apothéose de la démocratie apaisée. William Clinton renchérissait en annonçant le triomphe universel de cette forme de gouvernement dont le leadership naturel reviendrait au pays qui en était la plus « grande » des incarnations.

Lire la suite

"Un sacré coup de poing dans nos habitudes"

C'est parti pour une nouvelle saison de "Prof.", la première websérie de Sciences Po ! À chaque épisode, nous vous emmenons au cœur des salles de cours, dans cette rencontre entre un « Prof. », une discipline, et ses étudiants. Quel est le secret d'un cours réussi ? Une confrontation des points de vue parfois inattendue, souvent drôle, toujours passionnée. Entrée fracassante dans cette nouvelle saison avec Frédéric Gros, le "Prof." qui bouscule les cerveaux et dérange les habitudes.

Lire la suite
Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ?

Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ?

Nous sommes souvent séduits par leurs promesses, mais, très vite, ils nous déçoivent. Est-ce dû à leur inefficacité ? À leur supposée corruption ? Ou au pessimisme des Français, réputés impossibles à gouverner ? En somme, pourquoi détestons-nous autant nos politiques ? Dans l’ouvrage au titre éponyme qu’ils publient aux Presses de Sciences Po, Emiliano Grossman et Nicolas Sauger, chercheurs au Centre d’études européennes de Sciences Po, s’interrogent sur cet étrange mal… qui n’est pas que français et relève plutôt d’un malaise européen. Interview.

Lire la suite
Grand oral pour les candidats à la présidence de l'OMS

Grand oral pour les candidats à la présidence de l'OMS

Le 10 février 2017, Sciences Po accueillait les trois candidats en lice pour la Direction Générale de l'Organisation Mondiale de la Santé, qui sont intervenus devant les étudiants lors d'une conférence consacrée aux grands enjeux de la santé mondiale pour les années à venir. Le Dr David Nabarro, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus et le Dr Sania Nishtar s'expriment au micro de Sciences Po sur leur vision et leurs priorités en matière de gouvernance mondiale de la santé (vidéo en anglais)

Lire la suite
Sciences Po, 2ème université préférée des Erasmus

Sciences Po, 2ème université préférée des Erasmus

Chaque année, plus de 600 étudiants de 50 nationalités différentes choisissent d’aller étudier à Sciences Po dans le cadre du programme Erasmus, qui fête ses 30 ans cette année. Un chiffre qui fait de Sciences Po la 2ème université française la plus populaire parmi les étudiants du célèbre programme d'échange européen, juste derrière l’Université de Strasbourg, d'après les chiffres de la Commission Européenne*. 

Lire la suite
La fabrique de la classe moyenne chinoise

La fabrique de la classe moyenne chinoise

La formation d’une classe moyenne est un des traits majeurs de la nouvelle société chinoise. En quoi cette classe ressemble-t-elle à celles que nous connaissons ? Comment se situe-t-elle entre capitalisme et dirigisme ? Son développement a-t-il un terme ? C’est à ces questions que répond Jean-Louis Rocca, chercheur émérite au CERI, dans son dernier ouvrage The Making of the Chinese Middle Class.  

Lire la suite
L'année présidentielle à Sciences Po

L'année présidentielle à Sciences Po

Dans quelques semaines, les candidats amorceront la dernière ligne droite d’une course à l’Élysée qui déjoue tous les pronostics, défie toutes les attentes. On l’annonçait comme un énième round entre les mêmes protagonistes : il n’en est rien. D’une intensité peu commune, scrutée par toute l’Europe, cette élection présidentielle a déjà balayé tous les sortants et propose un casting politique inédit. Échaudés par les expériences britannique et américaine, médias et sondeurs cherchent à cerner une opinion publique tout sauf indifférente, entre rejet du “système” et quête d’une alternative.

Lire la suite
Médias et élections, quels enjeux ?

Médias et élections, quels enjeux ?

A moins de trois mois de l'élection présidentielle française, les médias sont nombreux à se poser la question de la couverture médiatique du scrutin. Que faire face à la montée du vote FN ? Comment réagir face à la crise de défiance des citoyens envers les journalistes ? Que retenir de la couverture médiatique de l'élection présidentielle américaine ? 

Lire la suite