Une "mobile class" pour prendre la main sur le numérique

Sciences Po lance le 1er octobre son premier cours en “mobile class” : une application du cours “Enjeux sociopolitiques du numérique” entièrement conçue pour les smartphones. Objectif : se réapproprier l’innovation digitale grâce aux sciences sociales. Explications avec Dominique Boullier, professeur à Sciences Po et auteur de ce cours.

Pourquoi créer un cours sur smartphone ?

Dominique Boullier : Plus de la moitié de l’humanité possède un téléphone portable : c’est devenu le premier point d’entrée pour tous les contenus, y compris l’éducation. Nous voulions nous appuyer sur ce nouveau support, et proposer un cours pensé spécialement - et exclusivement - pour cet outil et ses usages. L’application “Enjeux sociopolitiques du numérique” ne sera d’ailleurs disponible que sur smartphone. Nous voulons proposer une véritable expérience de “mobile class” : une salle de cours qui tient dans la poche, avec son prof, sa leçon, ses étudiants et ses discussions.

À quoi ressemble cette “mobile class” ? En quoi ces contenus sont-ils spécialement adaptés aux smartphones ?

D. B. : L’accès à la classe est très simple : il s’agit d’une appli gratuite qui donne accès à huit “saisons” de cours. La première saison est accessible directement. Pour voir les suivantes, il suffit de s’inscrire avec une adresse e-mail. Chaque saison comprend six vidéos de 2 minutes 30 chacune et d’autres documents. Sur smartphone, l’attention des usagers est intermittente, interrompue par de nombreuses sollicitations. Nous avons composé avec ce régime d’attention particulier et calibré ces vidéos en conséquence.

Quelles règles avez-vous adoptées pour ces séquences vidéo ?

D. B. : Il faut compenser en intensité ce que l’on perd en durée d’attention : les vidéos du cours sont très rythmées, grâce au montage, à l’habillage sonore, aux documents visuels, à l’écriture. Dans chaque séquence, on s’efforce de faire passer un concept et trois exemples. Et croyez-moi, c’est plus difficile de réussir cela en 2 minutes 30 secondes qu’en une heure…

Mais que peut-on véritablement apprendre en 2 minutes 30 ?

D. B. : Les vidéos ne représentent qu’une partie de la mobile class. On va capter l’attention du public grâce à l’intensité des séquences vidéo, et la prolonger sur la durée grâce à l’activité coopérative qui se crée via l’application. Chaque usager du cours va rejoindre une équipe de six étudiants. À chaque saison de cours, les équipes vont devoir résoudre collectivement un “challenge”. Pour cela, les étudiants se rencontrent et échangent au sein de mini-forums sur l’application ou via d’autres plate-formes. La réponse à chaque challenge prend la forme d’un document produit collectivement car cela permet d’être actif et d’être soutenu dans son apprentissage

Pouvez-vous donner des exemples de ces challenges coopératifs ?

D. B. : Ils diffèrent en fonction du sujet abordé. Par exemple, on va se saisir d’un constat qui semble évident : “La révolution numérique”, et demander aux étudiants de prendre le contre-pied de cette idée et de produire deux avis opposés, et argumentés, sur ce concept. Un autre challenge consiste à demander aux équipes de décider ensemble de se passer d’une plate-forme (Google, Facebook, ou autre) pendant une journée, et de tirer les leçons de cette expérience. À travers ces défis ludiques, le cours souhaite amener les étudiants à se poser des questions sur des concepts et des usages numériques qui sont rarement interrogés. L’objectif est de sortir des lieux communs, de provoquer une mise à distance critique de ces outils, en montrant qu’il existe en réalité un pluralisme des usages et des solutions : tout ne va pas de soi.

C’est la raison pour laquelle ce cours s’adresse à des élèves qui entrent dans l’enseignement supérieur ?

D. B. : Oui, l’appli se destine en priorité à des jeunes qui viennent de terminer leurs études secondaires - et à leurs professeurs - mais je l’utilise aussi avec mes étudiants de première année de master, et certains des “challenges” proposés seront utilisées avec les professionnels de l’Executive master Digital humanities de Sciences Po. Pour les étudiants, tout ce qui relève du numérique paraît nouveau, évident. Ce cours cherche à remettre ces usages en perspective, à penser le digital au-delà du flot incessant d’idées reçues, du “buzz” à court terme. Les sciences sociales donnent les cadres pour sortir de cette “fatalité numérique”. Elles permettent de se réapproprier le digital dans ce qu’il a de politique. Il n’y a aucune raison que le numérique demeure l’apanage des experts : toutes les générations de citoyens doivent être en mesure de le comprendre et d’agir sur ses enjeux.

> Rejoignez le groupe Facebook de l'application (ouvert à tous)  

> Application gratuite “Enjeux sociopolitiques du numérique”, disponible sur l’App Store et sur Google Play 

> Lire le communiqué de presse du 1er octobre 2015

“L'avenir des marques est en Chine et en Inde”

“L'avenir des marques est en Chine et en Inde”

L'avenir des marques se situe-t-il en Chine, voire en Inde? Ces pays sont-ils en train de devenir les centres mondiaux de l'innovation? C'est ce que pense Nirmalya Kumar, directeur de la stratégie chez Tata Sons, que nous avons rencontré lors de sa conférence à Sciences Po. Pour devenir des leaders, dit-il, il faut rester curieux et développer son désir d'apprendre. La France, souligne-t-il encore, est un pays riche d'entrepreneurs et d'idées. Voir la vidéo

Lire la suite
Les 5 bonnes raisons de choisir le Collège universitaire

Les 5 bonnes raisons de choisir le Collège universitaire

C’est à Paris mais aussi partout en France. On y parle toutes les langues et toutes les nationalités du monde s’y côtoient. On s’y forge une solide culture générale grâce aux sciences sociales. On y apprend à analyser, à parler, en public et surtout, à développer et approfondir ses connaissances. Bienvenue au Collège universitaire.

Lire la suite

"Ces années sont les plus belles de votre existence"

Ils s’appellent Levon, Sylvie, Reihane, Jonathan, Jaya...Ils sont de nationalité française, allemande, autrichienne, canadienne, américaine, indienne, japonaise ou uruguayenne. Ils parlent toutes les langues et figurent parmi plus de 4830 étudiants qui ont intégré cette année le Collège universitaire de Sciences Po.

Lire la suite
La poésie en résistance

La poésie en résistance

"La poésie depuis toujours s'est posée sur cette ligne de front qu'est celle de la résistance à la terreur" : c'est sur ces mots que le nouveau directeur du Théâtre de la Colline Wajdi Mouawad a introduit la 3ème édition de Sciences Poésie, le mercredi 14 septembre 2016 sur le thème "Poètes en résistance, la liberté est au bout du poème", en collaboration avec le Printemps des Poètes.

Lire la suite
“L'histoire permet de garder confiance en notre capacité à surmonter les crises”

“L'histoire permet de garder confiance en notre capacité à surmonter les crises”

Face au réveil des intégrismes et de la violence extrême, Jean Picq, professeur de philosophie politique à Sciences Po et président honoraire à la Cour des comptes, nous invite à relire l’histoire de France, tiraillée entre la politique et la religion. Et de repérer les temps forts qui ont permis de définir de nouveaux rapports entre le spirituel et le temporel pour voir triompher la raison au service de la paix civile.

Lire la suite