Une "mobile class" pour prendre la main sur le numérique

Sciences Po lance le 1er octobre son premier cours en “mobile class” : une application du cours “Enjeux sociopolitiques du numérique” entièrement conçue pour les smartphones. Objectif : se réapproprier l’innovation digitale grâce aux sciences sociales. Explications avec Dominique Boullier, professeur à Sciences Po et auteur de ce cours.

Pourquoi créer un cours sur smartphone ?

Dominique Boullier : Plus de la moitié de l’humanité possède un téléphone portable : c’est devenu le premier point d’entrée pour tous les contenus, y compris l’éducation. Nous voulions nous appuyer sur ce nouveau support, et proposer un cours pensé spécialement - et exclusivement - pour cet outil et ses usages. L’application “Enjeux sociopolitiques du numérique” ne sera d’ailleurs disponible que sur smartphone. Nous voulons proposer une véritable expérience de “mobile class” : une salle de cours qui tient dans la poche, avec son prof, sa leçon, ses étudiants et ses discussions.

À quoi ressemble cette “mobile class” ? En quoi ces contenus sont-ils spécialement adaptés aux smartphones ?

D. B. : L’accès à la classe est très simple : il s’agit d’une appli gratuite qui donne accès à huit “saisons” de cours. La première saison est accessible directement. Pour voir les suivantes, il suffit de s’inscrire avec une adresse e-mail. Chaque saison comprend six vidéos de 2 minutes 30 chacune et d’autres documents. Sur smartphone, l’attention des usagers est intermittente, interrompue par de nombreuses sollicitations. Nous avons composé avec ce régime d’attention particulier et calibré ces vidéos en conséquence.

Quelles règles avez-vous adoptées pour ces séquences vidéo ?

D. B. : Il faut compenser en intensité ce que l’on perd en durée d’attention : les vidéos du cours sont très rythmées, grâce au montage, à l’habillage sonore, aux documents visuels, à l’écriture. Dans chaque séquence, on s’efforce de faire passer un concept et trois exemples. Et croyez-moi, c’est plus difficile de réussir cela en 2 minutes 30 secondes qu’en une heure…

Mais que peut-on véritablement apprendre en 2 minutes 30 ?

D. B. : Les vidéos ne représentent qu’une partie de la mobile class. On va capter l’attention du public grâce à l’intensité des séquences vidéo, et la prolonger sur la durée grâce à l’activité coopérative qui se crée via l’application. Chaque usager du cours va rejoindre une équipe de six étudiants. À chaque saison de cours, les équipes vont devoir résoudre collectivement un “challenge”. Pour cela, les étudiants se rencontrent et échangent au sein de mini-forums sur l’application ou via d’autres plate-formes. La réponse à chaque challenge prend la forme d’un document produit collectivement car cela permet d’être actif et d’être soutenu dans son apprentissage

Pouvez-vous donner des exemples de ces challenges coopératifs ?

D. B. : Ils diffèrent en fonction du sujet abordé. Par exemple, on va se saisir d’un constat qui semble évident : “La révolution numérique”, et demander aux étudiants de prendre le contre-pied de cette idée et de produire deux avis opposés, et argumentés, sur ce concept. Un autre challenge consiste à demander aux équipes de décider ensemble de se passer d’une plate-forme (Google, Facebook, ou autre) pendant une journée, et de tirer les leçons de cette expérience. À travers ces défis ludiques, le cours souhaite amener les étudiants à se poser des questions sur des concepts et des usages numériques qui sont rarement interrogés. L’objectif est de sortir des lieux communs, de provoquer une mise à distance critique de ces outils, en montrant qu’il existe en réalité un pluralisme des usages et des solutions : tout ne va pas de soi.

C’est la raison pour laquelle ce cours s’adresse à des élèves qui entrent dans l’enseignement supérieur ?

D. B. : Oui, l’appli se destine en priorité à des jeunes qui viennent de terminer leurs études secondaires - et à leurs professeurs - mais je l’utilise aussi avec mes étudiants de première année de master, et certains des “challenges” proposés seront utilisées avec les professionnels de l’Executive master Digital humanities de Sciences Po. Pour les étudiants, tout ce qui relève du numérique paraît nouveau, évident. Ce cours cherche à remettre ces usages en perspective, à penser le digital au-delà du flot incessant d’idées reçues, du “buzz” à court terme. Les sciences sociales donnent les cadres pour sortir de cette “fatalité numérique”. Elles permettent de se réapproprier le digital dans ce qu’il a de politique. Il n’y a aucune raison que le numérique demeure l’apanage des experts : toutes les générations de citoyens doivent être en mesure de le comprendre et d’agir sur ses enjeux.

> Rejoignez le groupe Facebook de l'application (ouvert à tous)  

> Application gratuite “Enjeux sociopolitiques du numérique”, disponible sur l’App Store et sur Google Play 

> Lire le communiqué de presse du 1er octobre 2015

Bilan des admissions 2016 : Sciences Po conforte son attractivité

Bilan des admissions 2016 : Sciences Po conforte son attractivité

Le bilan des admissions 2016 confirme la progression de l’attractivité de chacun des trois cycles de Sciences Po, avec une hausse totale des candidatures de 7% par rapport à 2015. Toutes les procédures d’admissions : examen, procédure internationale et Conventions éducation prioritaire (CEP) voient leur nombre de candidats augmenter. La stabilité du taux d’admis et la diversité des profils sont garantes de l’excellence de la formation. Les effectifs totaux, qui comptent 59% de femmes, restent quasi stables cette année. #AdmissionsScPo

Lire la suite
L'ambition toujours plus haute de Sciences Po en faveur de l'égalité Femmes-Hommes

L'ambition toujours plus haute de Sciences Po en faveur de l'égalité Femmes-Hommes

Sciences Po est engagé depuis plusieurs années en faveur de l’égalité femmes-hommes grâce à toute une série d’actions concrètes : la création du programme d’étude sur le genre PRESAGE, la coordination du projet européen pour l’égalité EGERA, la participation au mouvement HeForShe à l’ONU, la création d’une Cellule de veille sur le harcèlement sexuel. En 2015, Sciences Po avec en son sein une référente dédiée, lance un plan d’action ambitieux pour l’égalité femmes-hommes qui a pour but de sensibiliser aux questions d’égalité, de discrimination et de violences morales et sexuelles. Du 25 novembre au 10 décembre, la direction de la vie universitaire de Sciences Po a mobilisé toute la communauté de l’institution autour de cet enjeu : les étudiant-e-s, les personnels administratifs et académiques. Qu’en pensent-ils ? Où en est-on ? Un salarié de l'institution une chercheure et un étudiant en témoignent.

Lire la suite
La transition numérique est une révolution politique

La transition numérique est une révolution politique

Du 7 au 9 décembre se tient à Paris le Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO). Présidé par la France, ce sommet mondial vise à promouvoir la transparence de l’action publique et l’innovation démocratique en exploitant les possibilités offertes par les outils numériques. Près de 80 pays y sont représentés : membres de de gouvernements, acteurs de la société civile dont l'École d’affaires publiques de Sciences Po. Entretien avec Yann Algan, doyen de l'École d’affaires publiques et chercheur au Département d'économie, qui a fait des questions de data et de bien public l’un des fers de lance de ses travaux.

Lire la suite
Classement PISA : ce qui se confirme et ce qui change

Classement PISA : ce qui se confirme et ce qui change

Le cru 2015 de l’enquête Pisa est arrivé et, particulièrement réactif, le ministère de l’Éducation a déjà publié deux « Notes d’information » téléchargeables pour présenter les principaux résultats. Gageons que la presse va se faire relativement discrète, vu que la stabilité domine quant aux performances des élèves français, telles qu’observées dans PISA, notamment depuis 2006. On ne pourra pas cette fois pointer la dégradation du niveau moyen ni notre dégringolade dans le classement.

Lire la suite
La clinique du droit, une école à cœur ouvert

La clinique du droit, une école à cœur ouvert

Marier la théorie et la pratique, en invitant les étudiants à travailler sur des cas concrets, d'intérêt général, auprès d'entreprises, d'institutions ou d'associations : c'est l'objectif de la "clinique du droit" initiée par l'École de droit de Sciences Po. Voir la vidéo

Lire la suite
“André Malraux et moi”

“André Malraux et moi”

Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherche CNRS émérite au CEVIPOF, a rencontré André Malraux à la fin des années 1960 dans le cadre de sa thèse qui portait sur les liens que l’intellectuel entretenait avec le gaullisme. À l’occasion du colloque qui s’est déroulé à Sciences Po les 23 et 24 novembre 2016 sur la "réception d'André Malraux aujourd'hui", Janine Mossuz-Laveau revient sur l’homme qu’elle a connu et avec lequel elle a noué une riche et grande amitié. Interview

Lire la suite
14 nouveaux chercheurs rejoignent Sciences Po

14 nouveaux chercheurs rejoignent Sciences Po

Depuis 2009, plus de cent chercheurs ont intégré les unités de recherche de Sciences Po. Cette année, ils sont quatorze à rejoindre l’institution pour enrichir la recherche et les enseignements. Ils sont économistes, historiens, juristes, politistes, sociologues ou encore géographes. Découvrez leur parcours et leurs axes de recherche.

Lire la suite
La recherche au cœur de Sciences Po

La recherche au cœur de Sciences Po

Le Forum de la recherche s’est déroulé à Sciences Po le 15 novembre avec pour objectif de présenter les champs d'activités de la recherche et de permettre de rencontrer des chercheurs et des doctorants. Quels sont les domaines d’études de nos chercheurs et à quoi correspondent les différents labos de recherche? 

Lire la suite