Une "mobile class" pour prendre la main sur le numérique

Sciences Po lance le 1er octobre son premier cours en “mobile class” : une application du cours “Enjeux sociopolitiques du numérique” entièrement conçue pour les smartphones. Objectif : se réapproprier l’innovation digitale grâce aux sciences sociales. Explications avec Dominique Boullier, professeur à Sciences Po et auteur de ce cours.

Pourquoi créer un cours sur smartphone ?

Dominique Boullier : Plus de la moitié de l’humanité possède un téléphone portable : c’est devenu le premier point d’entrée pour tous les contenus, y compris l’éducation. Nous voulions nous appuyer sur ce nouveau support, et proposer un cours pensé spécialement - et exclusivement - pour cet outil et ses usages. L’application “Enjeux sociopolitiques du numérique” ne sera d’ailleurs disponible que sur smartphone. Nous voulons proposer une véritable expérience de “mobile class” : une salle de cours qui tient dans la poche, avec son prof, sa leçon, ses étudiants et ses discussions.

À quoi ressemble cette “mobile class” ? En quoi ces contenus sont-ils spécialement adaptés aux smartphones ?

D. B. : L’accès à la classe est très simple : il s’agit d’une appli gratuite qui donne accès à huit “saisons” de cours. La première saison est accessible directement. Pour voir les suivantes, il suffit de s’inscrire avec une adresse e-mail. Chaque saison comprend six vidéos de 2 minutes 30 chacune et d’autres documents. Sur smartphone, l’attention des usagers est intermittente, interrompue par de nombreuses sollicitations. Nous avons composé avec ce régime d’attention particulier et calibré ces vidéos en conséquence.

Quelles règles avez-vous adoptées pour ces séquences vidéo ?

D. B. : Il faut compenser en intensité ce que l’on perd en durée d’attention : les vidéos du cours sont très rythmées, grâce au montage, à l’habillage sonore, aux documents visuels, à l’écriture. Dans chaque séquence, on s’efforce de faire passer un concept et trois exemples. Et croyez-moi, c’est plus difficile de réussir cela en 2 minutes 30 secondes qu’en une heure…

Mais que peut-on véritablement apprendre en 2 minutes 30 ?

D. B. : Les vidéos ne représentent qu’une partie de la mobile class. On va capter l’attention du public grâce à l’intensité des séquences vidéo, et la prolonger sur la durée grâce à l’activité coopérative qui se crée via l’application. Chaque usager du cours va rejoindre une équipe de six étudiants. À chaque saison de cours, les équipes vont devoir résoudre collectivement un “challenge”. Pour cela, les étudiants se rencontrent et échangent au sein de mini-forums sur l’application ou via d’autres plate-formes. La réponse à chaque challenge prend la forme d’un document produit collectivement car cela permet d’être actif et d’être soutenu dans son apprentissage

Pouvez-vous donner des exemples de ces challenges coopératifs ?

D. B. : Ils diffèrent en fonction du sujet abordé. Par exemple, on va se saisir d’un constat qui semble évident : “La révolution numérique”, et demander aux étudiants de prendre le contre-pied de cette idée et de produire deux avis opposés, et argumentés, sur ce concept. Un autre challenge consiste à demander aux équipes de décider ensemble de se passer d’une plate-forme (Google, Facebook, ou autre) pendant une journée, et de tirer les leçons de cette expérience. À travers ces défis ludiques, le cours souhaite amener les étudiants à se poser des questions sur des concepts et des usages numériques qui sont rarement interrogés. L’objectif est de sortir des lieux communs, de provoquer une mise à distance critique de ces outils, en montrant qu’il existe en réalité un pluralisme des usages et des solutions : tout ne va pas de soi.

C’est la raison pour laquelle ce cours s’adresse à des élèves qui entrent dans l’enseignement supérieur ?

D. B. : Oui, l’appli se destine en priorité à des jeunes qui viennent de terminer leurs études secondaires - et à leurs professeurs - mais je l’utilise aussi avec mes étudiants de première année de master, et certains des “challenges” proposés seront utilisées avec les professionnels de l’Executive master Digital humanities de Sciences Po. Pour les étudiants, tout ce qui relève du numérique paraît nouveau, évident. Ce cours cherche à remettre ces usages en perspective, à penser le digital au-delà du flot incessant d’idées reçues, du “buzz” à court terme. Les sciences sociales donnent les cadres pour sortir de cette “fatalité numérique”. Elles permettent de se réapproprier le digital dans ce qu’il a de politique. Il n’y a aucune raison que le numérique demeure l’apanage des experts : toutes les générations de citoyens doivent être en mesure de le comprendre et d’agir sur ses enjeux.

> Rejoignez le groupe Facebook de l'application (ouvert à tous)  

> Application gratuite “Enjeux sociopolitiques du numérique”, disponible sur l’App Store et sur Google Play 

> Lire le communiqué de presse du 1er octobre 2015

“Ce campus est un incroyable microcosme culturel

“Ce campus est un incroyable microcosme culturel"

Parmi tous les campus de Sciences Po, celui du Havre est un peu le campus des arts. Visiblement inspirés par l’air du large, les étudiants du Collège universitaire (1er cycle) le choisissent pour le programme Europe-Asie bien sûr, mais aussi pour son intense activité créative. Entretien avec Sixtine Le Bourdonnec, présidente du Bureau des Arts du campus en 2015/2016.

Lire la suite
Présidentielles en Autriche : du catastrophisme au soulagement ? Pas si vite !

Présidentielles en Autriche : du catastrophisme au soulagement ? Pas si vite !

Après un suspense de vingt-quatre heures, les résultats ont enfin été rendus publics ce lundi 23 mai : pour les six prochaines années, la République d’Autriche aura pour président non pas le favori, Norbert Hofer du FPÖ, mais le candidat écologiste, Alexander Van der Bellen. Le professeur d’économie, challenger du premier tour (il avait réuni un peu plus de 20 % des voix) devance de quelques dizaines de milliers de voix issues du vote par correspondance le candidat du parti de la Liberté d’Autriche qui avait, quant à lui, distancé tous ses rivaux à plus de 36 % des voix au premier tour.

Lire la suite
Pourquoi l’État veut gouverner nos comportements

Pourquoi l’État veut gouverner nos comportements

"Manger, bouger", "J'éco-rénove, j'économise", "Les médicaments génériques, c’est génial", "Fumer tue" : Que fait l’État lorsqu’il s’immisce ainsi dans nos vies privées et cherche à orienter nos pratiques ? La sociologue Sophie Dubuisson-Quellier, auteur de l’ouvrage Gouverner les conduites qui vient de paraître aux Presses de Sciences Po,   revient sur ces politiques qui visent autant à façonner le citoyen-consommateur qu’à intervenir sur l’économie.

Lire la suite
Sciences Po parmi les meilleures institutions de recherche en économie au monde

Sciences Po parmi les meilleures institutions de recherche en économie au monde

Les classements Ideas 2016 de la recherche en économie viennent d’être publiés. Établis à partir de la base de données Repec (Research papers in economics), ils se fondent sur les publications et citations scientifiques des dix dernières années. Sciences Po s'y classe parmi les 5% des meilleures institutions de recherche en économie au monde, aux côtés d’Harvard, la première, du Massachussets Institute of Technology (MIT) et de la London School of Economics (LSE).

Lire la suite

"Le blasphème est autant politique que religieux"

Dans son ouvrage, Les bûchers de la liberté, Anastasia Colosimo, doctorante à Sciences Po, analyse la notion de blasphème - d'une actualité brûlante - et ses évolutions. Elle révèle à quel point son usage reste ancré, alors même qu’il aurait dû disparaître dans des sociétés laïques. Et combien ses nouvelles acceptions peuvent s’avérer dangereuses. Explications.  

Lire la suite

"Faire des cartes, c’est acquérir un regard critique"

L’atelier de cartographie de Sciences Po fêtait ses 20 ans en 2015. Depuis sa création, il a imposé la carte comme un outil pédagogique innovant et interdisciplinaire, une marque de fabrique de la formation à Sciences Po. Un savoir-faire unique mis à disposition du grand public grâce à une cartothèque en ligne qui vient de faire peau neuve. Retour sur cette aventure de passionnés avec Patrice Mitrano, géographe-cartographe à l’atelier depuis 18 ans.

Lire la suite
“Génération Erasmus” au pouvoir : 3 questions à Sandro Gozi

“Génération Erasmus” au pouvoir : 3 questions à Sandro Gozi

Sandro Gozi, secrétaire d’État italien aux affaires européennes - et enseignant à Sciences Po depuis une quinzaine d'années - donnera une conférence le 18 mai 2016 sur le thème de son dernier livre, intitulé Génération Erasmus. Ils sont déjà au pouvoir (éd. Plon). Dans cet ouvrage, il met en lumière l'arrivée d'une nouvelle génération de dirigeants, anciens Erasmus comme lui, qui renouvellent les perspectives d'avenir pour l'Union. Entretien. 

Lire la suite
Le retour inattendu de la tolérance

Le retour inattendu de la tolérance

Tous les ans, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) remet au premier ministre un rapport sur « La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie », qui dresse le bilan tant des actes racistes – tels que les recense le ministère de l’Intérieur – que des préjugés, mesurés depuis 1990 par un sondage auprès d’un échantillon national représentatif de la population adulte résidant en France métropolitaine.

Lire la suite
Le système de santé français à l'honneur dans “The Lancet”

Le système de santé français à l'honneur dans “The Lancet”

Des chercheurs de Sciences Po dans une revue médicale ? C'est une première que l'on doit à trois chercheurs du Centre de Sociologie des Organisations de Sciences Po. Daniel Benamouzig, Henri Bergeron et Patrick Castel ont publié dans un numéro spécial de la prestigieuse revue scientifique The Lancet (eng.) portant sur le système de santé français. Entretien en vidéo. 

Lire la suite