"Le métier de journaliste est tout sauf un exercice solitaire"

L’École de journalisme de Sciences Po a mobilisé tous ses étudiants pour couvrir la Présidentielle 2017. Objectifs : se mettre en situation de reportage comme de vrais journalistes mais, surtout, créer des contenus créatifs résolument orientés vers le digital. Entretien avec Alice Antheaume, directrice exécutive de l’École de journalisme de Sciences Po. #ScPo2017

En quoi est-ce important pour vos étudiants de couvrir la campagne présidentielle française ?

Le but du jeu, c’est que les étudiants vivent les conditions de leur future vie de journalistes. Or, dans ce métier, c’est souvent l’actualité qui décide du travail ! L’année à venir va être rythmée par l’élection présidentielle. C’est intéressant pour nos étudiants de se confronter à cette réalité et de voir comment s’organiser pour livrer des informations intéressantes. L’autre intérêt de leur implication, c’est de permettre d’avoir des promotions qui travaillent ensemble. Le métier de journaliste est tout sauf un exercice solitaire, il faut savoir travailler en équipe. Au gré des couvertures, on découvre comment collaborer avec d’autres, ses talents et ses forces, le « live » et le terrain…Ce sont les conditions réelles, il y a une énorme pression et cela nécessite une organisation importante et souple. Ce que l'on met en place pour la Présidentielle constitue un accélérateur d’apprentissage.

Concrètement, que vont faire les étudiants pendant cette période de campagne ?

Ils sont en train de développer une application mobile, « Contrechamps » disponible fin novembre sur IOS. Cette application innovante abordera 4 thématiques originales et décalées que les médias traditionnels ne suivront pas forcément. Par exemple, les gens qui travaillent dans l’ombre des candidats avec « Les petites mains de la présidentielle », les duos rivaux, amoureux et amicaux avec « Tandem 2017 », ou encore le rapport à la nourriture des candidats « Pain de campagne » et les coulisses des journalistes qui suivent les candidats « Rush 2017 ». Un autre groupe d’étudiants fait partie d’un dispositif que nous avons monté en partenariat avec Twitter qui va leur permettre de suivre les différentes personnalités qui passeront à Sciences Po. Nous avons installé au cœur de Sciences Po une Twitter room, où les étudiants vont interviewer les personnalités avec un dispositif léger, un smartphone ou un Ipad, et posteront leurs contenus depuis le compte twitter officiel de Sciences Po avec le hashtag #ScPo2017. Enfin, lors des deux tours de scrutin, les 23 avril et 7 mai, toute l’école sera mobilisée pour animer une édition spéciale diffusée en direct, avec des envoyés spéciaux, des présentateurs, des sujets tournés en amont…

Comment accompagnez-vous les étudiants sur ce travail d’un point de vue pédagogique ?

Nos 113 étudiants de master 1 et 2 sont mobilisés sur la Présidentielle. Les plus avancés vont travailler sur l’offre éditoriale, mais il n’y a pas de rôle prédéterminé. Ils travaillent aussi bien l’écriture, le tournage de sujets vidéo, le son, les infographies, le passage à l’antenne, la gestion de projet...Ils passent du poste de chef de projet à celui de reporter, de chroniqueur à éditeur, etc. Ils doivent aussi être capables de développer eux-mêmes leur application en mettant les mains dans le code informatique ! En fonctionnant ainsi, chaque étudiant peut s’essayer à diverses pratiques journalistiques lors d’une actualité très intense. Bien sûr, on cadre beaucoup au début de la mise en place des projets, mais on les laisse s’en emparer librement et s’organiser. Ensuite, toutes les équipes de l’école, administrative, pédagogique, technique, s’organisent en mode rédaction pour les accompagner, en validant au fur et à mesure les contenus, c’est une énorme mobilisation qui est possible grâce à l’engagement de nos enseignants, de nos techniciens et bien sûr de notre secrétariat. On couvre des matinales, des nuits…Il faut rester en permanence disponible pour répondre aux questions. L’année sera sans doute très chargée mais ce sera passionnant !

En savoir plus

Hong Kong : les raisons des mouvements de protestation

Hong Kong : les raisons des mouvements de protestation

Depuis plus de quatre mois, les hongkongais descendent dans la rue pour protester contre un projet de révision du régime d'extradition qui remettrait en cause leur autonomie juridique. Ce n'est pas la première fois que l'île défend ainsi ses droits. Jean-Philippe Béja, directeur de recherche CNRS au Centre de recherches internationales de Sciences Po, décrypte les raisons profondes de ces mouvements de protestation.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Jeudi 17 octobre 2019. 

La détention en Iran de notre collègue Roland Marchal, directeur de recherche CNRS au CERI, vient d'être rendue publique. Pour des raisons de sécurité, les autorités françaises n'avaient pas encore révélé la nouvelle de son arrestation et nous avaient demandé de respecter cette consigne de discrétion.

Lire la suite
Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po

Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po

A l’origine association dédiée uniquement aux jeunes basques, “Des territoires aux grandes écoles” est aujourd’hui une fédération établie à l’échelle de toute la France. Son objectif ? Encourager les lycéens des zones rurales à oser candidater dans l’enseignement supérieur. Interview avec Mandine Pichon Paulard, étudiante et présidente de l’antenne Sciences Po de l’association. 

Lire la suite
16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 académiques permanents ont rejoint Sciences Po en cette rentrée 2019. Une grande diversité les caractérise, qu'il s'agisse de leurs universités d'origine, de leurs parcours, de leurs disciplines ou encore de leurs spécialités.

Lire la suite
Jeremy Rifkin : transformer nos sociétés grâce à un

Jeremy Rifkin : transformer nos sociétés grâce à un "New Deal vert"

Révolutionner l'économie pour sauver la planète : oui, mais comment ? Jeremy Rifkin était le 17 octobre 2019 l'invité de Sciences Po pour défendre son "New Deal vert", un ambitieux programme visant à penser l'après-carbone. Pour l'essayiste américain, spécialiste des questions énergétiques et climatiques, il ne faudra qu'une décennie pour voir les énergies fossiles s'effondrer. Il est dès lors urgent de construire un nouveau modèle de société.

Lire la suite
Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Par Sandrine Perrot et Didier Péclard - Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019, est sociologue, chercheur CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1997. Il a consacré l’essentiel de son œuvre à l’analyse des guerres civiles en Afrique subsaharienne, notamment dans leur rapport à la formation des États. Homme de terrain, chercheur infatigable, méticuleux et exigeant, Roland Marchal est l’un des plus fins connaisseurs de la Somalie, mais son expertise s’étend à toute la Corne de l’Afrique, au Tchad, à la République centrafricaine et au Mali.

Lire la suite
Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Par Jean-François Bayart - Incarcérée depuis le début du mois de juin en Iran, Fariba Adelkhah, spécialiste de l’anthropologie sociale et de l’anthropologie politique de l’Iran postrévolutionnaire, est chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) depuis 1993. Ses travaux initiaux portaient sur les femmes et la Révolution islamique. Ses recherches actuelles portent sur la circulation des clercs chiites entre l’Afghanistan, l’Iran et l’Irak. Portrait scientifique de cette chercheuse de terrain, reconnue internationalement et respectée par ses pairs, aujourd'hui prisonnière scientifique.

Lire la suite
Erasmus : Vivre L’Europe

Erasmus : Vivre L’Europe

Sur l'année universitaire 2018-2019, plus de 500 étudiants de Sciences Po ont participé à un programme Erasmus+, et 650 ont été reçus à Sciences Po : comme chaque année, Sciences Po participe activement au programme Erasmus ! Notre université n’est pas seulement membre active de ce programme, elle est aussi impliquée dans de nombreuses initiatives visant à construire une Europe plus forte et plus unifiée dans les domaines de l'éducation et de la mobilité. 

Lire la suite
Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

La pluridisciplinarité. La troisième année à l’étranger. L’histoire. La science politique. Étudier à Paris. Ne pas étudier à Paris. Chaque étudiant a sa raison bien à lui de choisir le bachelor de Sciences Po. Mais de quelles sciences humaines et sociales parle-t-on ? À quoi cela peut-il bien servir plus tard ? Entretien avec la doyenne du Collège universitaire, Stéphanie Balme, sur cette formation “iconique” du parcours à Sciences Po.

Lire la suite