Les vertus de la désobéissance

Contester, refuser, manifester... Pourquoi désobéir est-il si compliqué ? Et, pourquoi, malgré tout, est-ce une vertu en démocratie ? Frédéric Gros, professeur et chercheur en philosophie au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), interroge dans son dernier essai, Désobéir, les ressorts et raisons de la désobéissance.

En quoi le sujet de la désobéissance intéresse-t-il un philosophe ?

Je dirais que la philosophie nous permet de dépasser un premier niveau de sens de la désobéissance, comme par exemple le refus d’exécuter un ordre, de se plier à une règle commune, la révolte contre l’ordre établi, etc. Elle permet d’explorer ce qu’on pourrait appeler les conditions « spirituelles » de la désobéissance. D’abord, parce que son ennemi principal demeure l’opinion passivement partagée (la doxa), c’est-à-dire les préjugés, ces vérités qu’on pense parce que tout le monde les pense ou les a toujours pensées. La philosophie (ironie socratique, doute cartésien, définition kantienne des Lumières, « suspension » phénoménologique) refuse les fausses évidences et les certitudes vagues. Elle interroge et n’accepte rien d’avance. La philosophie se présente enfin comme une pensée « à la première personne ». Par là, je veux dire qu’elle exige de chacun qu’il pense à partir de son propre jugement plutôt que de répéter, même élégamment, même brillamment, la pensée des autres. Elle est ce régime de pensée pour et dans lequel, essentiellement, on ne peut pas se faire remplacer. Cette urgence de la première personne caractérise précisément la désobéissance : personne ne peut désobéir à votre place.

Que nous apprennent les penseurs qui s'y sont intéressés ?

Je crois que les grands penseurs de la désobéissance nous apprennent pourquoi, au fond, une désobéissance authentique, - refuser le diktat du conformisme, dénoncer l’intolérable même si cela représente un coût, accepter d’enfreindre la loi pour écouter sa conscience, etc.-,  est si difficile. Ils explorent les racines de l’obéissance, au-delà de la simple hypothèse de soumission (j’obéirais parce que je n’aurais pas d’autre choix) : la lâcheté, la paresse, la crainte de se retrouver seul, la peur de sa propre liberté. Je ne dis pas que désobéir constituerait forcément un acte glorieux en soi, pas plus que je ne condamne l’obéissance. Le problème, c’est évidemment de savoir à quoi on désobéit. Mais ce que je retiens, par exemple du texte de La Boétie sur « la servitude volontaire », c’est qu’on peut se rendre soi-même complice actif de sa propre obéissance : pour se faire aimer, pour vivre par délégation dans le maître adoré. Nous tressons trop souvent nous-mêmes les liens de notre soumission.

Désobéir est-il compatible avec la démocratie ?

On pourrait se dire qu’après tout désobéir en démocratie, c’est faire preuve d’une résistance coupable. Il n’y aurait de désobéissance légitime, héroïque, vertueuse que dans des régimes despotiques qui imposent par le sang des lois iniques. Désobéir en démocratie, ce serait forcément faire preuve d’une légèreté irresponsable et se comporter en enfant gâté. Après tout, les lois sont votées par des représentants du peuple démocratiquement élus, elles sont censées traduire l’intérêt commun, exprimer la volonté générale. Mais par « démocratie », on ne doit pas simplement entendre un ensemble de procédures, des règles majoritaires de prise de décision. La démocratie est aussi une exigence de justice, une vigilance critique. Les règles de comptabilité ne parviennent qu’à dégager des consensus, cette raison du « plus grand nombre » qui n’est jamais que fonctionnelle.

La notion de désobéissance civile est de plus en plus utilisée. Comment la définissez-vous ?

Il me semble qu’on doit d’abord souligner, au moins pour la distinguer de l’objection de conscience, son caractère collectif. On peut dire aussi de la désobéissance civile que le plus souvent, qu’on se souvienne de Gandhi ou de Martin Luther King, elle fait le choix de la non-violence. Enfin, il s’agit toujours, quand on conteste de manière publique et spectaculaire telle loi ou tel décret, d’en appeler à un principe de justice supérieur. Il me semble que les mouvements de désobéissance civile permettent de faire l’expérience vivante, explosive, de ce que les penseurs de notre modernité politique avaient construit comme ce moment du « contrat social » et qu’ils avaient placé dans une origine reculée et mythique. La désobéissance civile, c’est poser la question des modalités du « faire société ensemble » : que voulons-nous pour nous tous, comment voulons-nous être gouvernés ?

Propos recueillis par Marcelle Bourbier, Centre de recherches politiques (CEVIPOF)

À lire

Désobéir, Albin Michel, 2017, 144 p

En savoir plus

"Un sacré coup de point dans nos habitudes" : découvrez l'enseignement de Frédéric Gros à Sciences Po.

Abonnez-vous à notre newsletter

Repenser les politiques migratoires  : pour un « GIEC » des migrations et de l’asile

Repenser les politiques migratoires : pour un « GIEC » des migrations et de l’asile

Face aux questions migratoires, Virginie Guiraudon (CNRS/Sciences Po), Hélène Thiollet (CNRS/Sciences Po) et Camille Schmoll (Paris 7/IUF) ont lancé un appel à la communauté scientifique pour la constitution d’un Groupe International d’Experts sur les Migrations et l’Asile (GIEMA). À l'occasion de la première réunion du groupe qui se tient ce 10 décembre 2018, les chercheuses rappellent les enjeux de cette mobilisation.

Lire la suite
Les droits de l'homme : souvent conquis, jamais acquis

Les droits de l'homme : souvent conquis, jamais acquis

Alors que le monde s’apprête à célébrer les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme signée au Palais de Chaillot le 10 décembre 1948, force est de souligner l’importance pratique que revêt aujourd’hui cette déclaration. Souvent décriée, car vague dans son universalisme, ses contempteurs lui reprochent son déficit d’ancrage matériel ou, à l’inverse, son occidentalo-centrisme, bref de ne parler à personne à force de vouloir parler à tous.

Lire la suite
Quels espoirs pour le sommet de Katowice ?

Quels espoirs pour le sommet de Katowice ?

Par Carola Klöck (CERI). Après des températures dépassant les 40°C l’été dernier et qui restent élevées en ce mois de novembre 2018, le thème du changement climatique est sur toutes les lèvres. Il n'en est pas de même de la politique internationale du climat, bien que le sommet de Katowice, qui aura lieu début décembre, soit déjà la troisième rencontre de haut niveau à être organisée cette année autour de ce sujet.

Lire la suite
“La France s’est réarmée contre le terrorisme”

“La France s’est réarmée contre le terrorisme”

Le 8 novembre 2018, Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre et enseignant à Sciences Po, et Jeh Johnson, ex-Secrétaire à la Sécurité intérieure du gouvernement Obama, donnaient une conférence exceptionnelle à Sciences Po sur les enjeux de la coopération transatlantique en matière de lutte contre le terrorisme. Voir la vidéo.

Lire la suite
ENA & concours administratifs : un excellent palmarès 2018

ENA & concours administratifs : un excellent palmarès 2018

Les résultats d’admission au concours externe d’entrée à l’École Nationale d’Administration (ENA) viennent d’être publiés et 27 étudiants de Sciences Po figurent parmi les 40 admis, soit 68 %. Ces résultats témoignent de l’excellence de la préparation que Sciences Po propose pour les concours administratifs français et de la diversité des profils des étudiants qu’elle accueille.

Lire la suite
Étudier à Sciences Po, combien ça coûte ?

Étudier à Sciences Po, combien ça coûte ?

À Sciences Po, nous pensons que les difficultés financières ne doivent pas être un obstacle pour étudier. Avec une politique de droits de scolarité et d'aide sociale engagée et inclusive, nous avons ainsi fait le choix du volontarisme. Un étudiant sur trois ne paie aucun frais de scolarité. Nos droits de scolarité sont par ailleurs inférieurs à ceux pratiqués par la plupart des grandes universités mondiales.

Lire la suite
Tout savoir sur les admissions

Tout savoir sur les admissions

Vous souhaitez étudier à Sciences Po ? Vous pouvez dès à présent vous porter candidat à nos programmes pour la rentrée 2019. Les dates d’ouverture et de fin de dépôt des candidatures dépendent des formations et des procédures d’admission : découvrez quel est votre calendrier d’admission !

Lire la suite
“Le terrorisme est quasiment une donnée constitutive de la démocratie”

“Le terrorisme est quasiment une donnée constitutive de la démocratie”

Ancien fonctionnaire du ministère de la Défense et auteur du livre Politique du Secret : Regards sur le bureau des légendes (PUF, 2018), Yves Trotignon est enseignant à Sciences Po spécialisé dans les questions de terrorisme et de djihadisme. Sécurité, secret défense, contre-terrorisme… Un échange passionnant autour de l’une des principales menaces de ces dernières années.

Lire la suite
Les meilleures copies 2018

Les meilleures copies 2018

Commenter Le Roman inachevé de Louis Aragon, se demander si la Résistance a contribué à transformer la République, ou présenter un extrait de l’autobiographie de Simone Veil, ce sont quelques-unes des épreuves sur lesquelles ont planché les candidats à l’entrée en première année à Sciences Po en 2018. Retrouvez leurs meilleures copies.

Lire la suite