Les vertus de la désobéissance

Contester, refuser, manifester... Pourquoi désobéir est-il si compliqué ? Et, pourquoi, malgré tout, est-ce une vertu en démocratie ? Frédéric Gros, professeur et chercheur en philosophie au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), interroge dans son dernier essai, Désobéir, les ressorts et raisons de la désobéissance.

En quoi le sujet de la désobéissance intéresse-t-il un philosophe ?

Je dirais que la philosophie nous permet de dépasser un premier niveau de sens de la désobéissance, comme par exemple le refus d’exécuter un ordre, de se plier à une règle commune, la révolte contre l’ordre établi, etc. Elle permet d’explorer ce qu’on pourrait appeler les conditions « spirituelles » de la désobéissance. D’abord, parce que son ennemi principal demeure l’opinion passivement partagée (la doxa), c’est-à-dire les préjugés, ces vérités qu’on pense parce que tout le monde les pense ou les a toujours pensées. La philosophie (ironie socratique, doute cartésien, définition kantienne des Lumières, « suspension » phénoménologique) refuse les fausses évidences et les certitudes vagues. Elle interroge et n’accepte rien d’avance. La philosophie se présente enfin comme une pensée « à la première personne ». Par là, je veux dire qu’elle exige de chacun qu’il pense à partir de son propre jugement plutôt que de répéter, même élégamment, même brillamment, la pensée des autres. Elle est ce régime de pensée pour et dans lequel, essentiellement, on ne peut pas se faire remplacer. Cette urgence de la première personne caractérise précisément la désobéissance : personne ne peut désobéir à votre place.

Que nous apprennent les penseurs qui s'y sont intéressés ?

Je crois que les grands penseurs de la désobéissance nous apprennent pourquoi, au fond, une désobéissance authentique, - refuser le diktat du conformisme, dénoncer l’intolérable même si cela représente un coût, accepter d’enfreindre la loi pour écouter sa conscience, etc.-,  est si difficile. Ils explorent les racines de l’obéissance, au-delà de la simple hypothèse de soumission (j’obéirais parce que je n’aurais pas d’autre choix) : la lâcheté, la paresse, la crainte de se retrouver seul, la peur de sa propre liberté. Je ne dis pas que désobéir constituerait forcément un acte glorieux en soi, pas plus que je ne condamne l’obéissance. Le problème, c’est évidemment de savoir à quoi on désobéit. Mais ce que je retiens, par exemple du texte de La Boétie sur « la servitude volontaire », c’est qu’on peut se rendre soi-même complice actif de sa propre obéissance : pour se faire aimer, pour vivre par délégation dans le maître adoré. Nous tressons trop souvent nous-mêmes les liens de notre soumission.

Désobéir est-il compatible avec la démocratie ?

On pourrait se dire qu’après tout désobéir en démocratie, c’est faire preuve d’une résistance coupable. Il n’y aurait de désobéissance légitime, héroïque, vertueuse que dans des régimes despotiques qui imposent par le sang des lois iniques. Désobéir en démocratie, ce serait forcément faire preuve d’une légèreté irresponsable et se comporter en enfant gâté. Après tout, les lois sont votées par des représentants du peuple démocratiquement élus, elles sont censées traduire l’intérêt commun, exprimer la volonté générale. Mais par « démocratie », on ne doit pas simplement entendre un ensemble de procédures, des règles majoritaires de prise de décision. La démocratie est aussi une exigence de justice, une vigilance critique. Les règles de comptabilité ne parviennent qu’à dégager des consensus, cette raison du « plus grand nombre » qui n’est jamais que fonctionnelle.

La notion de désobéissance civile est de plus en plus utilisée. Comment la définissez-vous ?

Il me semble qu’on doit d’abord souligner, au moins pour la distinguer de l’objection de conscience, son caractère collectif. On peut dire aussi de la désobéissance civile que le plus souvent, qu’on se souvienne de Gandhi ou de Martin Luther King, elle fait le choix de la non-violence. Enfin, il s’agit toujours, quand on conteste de manière publique et spectaculaire telle loi ou tel décret, d’en appeler à un principe de justice supérieur. Il me semble que les mouvements de désobéissance civile permettent de faire l’expérience vivante, explosive, de ce que les penseurs de notre modernité politique avaient construit comme ce moment du « contrat social » et qu’ils avaient placé dans une origine reculée et mythique. La désobéissance civile, c’est poser la question des modalités du « faire société ensemble » : que voulons-nous pour nous tous, comment voulons-nous être gouvernés ?

Propos recueillis par Marcelle Bourbier, Centre de recherches politiques (CEVIPOF)

À lire

Désobéir, Albin Michel, 2017, 144 p

En savoir plus

"Un sacré coup de point dans nos habitudes" : découvrez l'enseignement de Frédéric Gros à Sciences Po.

Abonnez-vous à notre newsletter

Les libertés politiques et syndicales

Les libertés politiques et syndicales

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Huitième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, les étudiants réclament les libertés politiques et syndicales au sein de leur école.

Lire la suite
La démocratie en clair-obscur

La démocratie en clair-obscur

Par Olivier Dabène (CERI). À quelques semaines d’intervalle, le Venezuela et la Colombie ont tenu des élections présidentielles que tout oppose. Le 20 mai, au Venezuela, Nicolas Maduro a mis en scène sa réélection à l’issue d’un simulacre de scrutin que l’opposition avait boycotté. La participation électorale n’a pas atteint les 50 %, alors qu’elle avait flirté les 80 % en 2013, et le candidat chaviste a été crédité de 67 % des voix. La Colombie, de son côté, a connu ses premières élections sans violence dans un contexte inédit de post-conflit.

Lire la suite

"Montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
Un nouveau master en marketing et luxe

Un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
Mieux prévenir la criminalité

Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite
Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier, parmi lesquels Yann Algan à Sciences Po. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.

Lire la suite
Le mai des professeurs et des chercheurs

Le mai des professeurs et des chercheurs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Sixième épisode de “Ça s’est passé…”, le 8 juin 1968, les enseignants de Sciences Po se réunissent pour la seconde fois en Assemblée générale. Leur action, conjointe à celle des étudiants, contribue à révolutionner leur statut au sein de l’école.

Lire la suite