Les vertus de la désobéissance

Contester, refuser, manifester... Pourquoi désobéir est-il si compliqué ? Et, pourquoi, malgré tout, est-ce une vertu en démocratie ? Frédéric Gros, professeur et chercheur en philosophie au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), interroge dans son dernier essai, Désobéir, les ressorts et raisons de la désobéissance.

En quoi le sujet de la désobéissance intéresse-t-il un philosophe ?

Je dirais que la philosophie nous permet de dépasser un premier niveau de sens de la désobéissance, comme par exemple le refus d’exécuter un ordre, de se plier à une règle commune, la révolte contre l’ordre établi, etc. Elle permet d’explorer ce qu’on pourrait appeler les conditions « spirituelles » de la désobéissance. D’abord, parce que son ennemi principal demeure l’opinion passivement partagée (la doxa), c’est-à-dire les préjugés, ces vérités qu’on pense parce que tout le monde les pense ou les a toujours pensées. La philosophie (ironie socratique, doute cartésien, définition kantienne des Lumières, « suspension » phénoménologique) refuse les fausses évidences et les certitudes vagues. Elle interroge et n’accepte rien d’avance. La philosophie se présente enfin comme une pensée « à la première personne ». Par là, je veux dire qu’elle exige de chacun qu’il pense à partir de son propre jugement plutôt que de répéter, même élégamment, même brillamment, la pensée des autres. Elle est ce régime de pensée pour et dans lequel, essentiellement, on ne peut pas se faire remplacer. Cette urgence de la première personne caractérise précisément la désobéissance : personne ne peut désobéir à votre place.

Que nous apprennent les penseurs qui s'y sont intéressés ?

Je crois que les grands penseurs de la désobéissance nous apprennent pourquoi, au fond, une désobéissance authentique, - refuser le diktat du conformisme, dénoncer l’intolérable même si cela représente un coût, accepter d’enfreindre la loi pour écouter sa conscience, etc.-,  est si difficile. Ils explorent les racines de l’obéissance, au-delà de la simple hypothèse de soumission (j’obéirais parce que je n’aurais pas d’autre choix) : la lâcheté, la paresse, la crainte de se retrouver seul, la peur de sa propre liberté. Je ne dis pas que désobéir constituerait forcément un acte glorieux en soi, pas plus que je ne condamne l’obéissance. Le problème, c’est évidemment de savoir à quoi on désobéit. Mais ce que je retiens, par exemple du texte de La Boétie sur « la servitude volontaire », c’est qu’on peut se rendre soi-même complice actif de sa propre obéissance : pour se faire aimer, pour vivre par délégation dans le maître adoré. Nous tressons trop souvent nous-mêmes les liens de notre soumission.

Désobéir est-il compatible avec la démocratie ?

On pourrait se dire qu’après tout désobéir en démocratie, c’est faire preuve d’une résistance coupable. Il n’y aurait de désobéissance légitime, héroïque, vertueuse que dans des régimes despotiques qui imposent par le sang des lois iniques. Désobéir en démocratie, ce serait forcément faire preuve d’une légèreté irresponsable et se comporter en enfant gâté. Après tout, les lois sont votées par des représentants du peuple démocratiquement élus, elles sont censées traduire l’intérêt commun, exprimer la volonté générale. Mais par « démocratie », on ne doit pas simplement entendre un ensemble de procédures, des règles majoritaires de prise de décision. La démocratie est aussi une exigence de justice, une vigilance critique. Les règles de comptabilité ne parviennent qu’à dégager des consensus, cette raison du « plus grand nombre » qui n’est jamais que fonctionnelle.

La notion de désobéissance civile est de plus en plus utilisée. Comment la définissez-vous ?

Il me semble qu’on doit d’abord souligner, au moins pour la distinguer de l’objection de conscience, son caractère collectif. On peut dire aussi de la désobéissance civile que le plus souvent, qu’on se souvienne de Gandhi ou de Martin Luther King, elle fait le choix de la non-violence. Enfin, il s’agit toujours, quand on conteste de manière publique et spectaculaire telle loi ou tel décret, d’en appeler à un principe de justice supérieur. Il me semble que les mouvements de désobéissance civile permettent de faire l’expérience vivante, explosive, de ce que les penseurs de notre modernité politique avaient construit comme ce moment du « contrat social » et qu’ils avaient placé dans une origine reculée et mythique. La désobéissance civile, c’est poser la question des modalités du « faire société ensemble » : que voulons-nous pour nous tous, comment voulons-nous être gouvernés ?

Propos recueillis par Marcelle Bourbier, Centre de recherches politiques (CEVIPOF)

À lire

Désobéir, Albin Michel, 2017, 144 p

En savoir plus

"Un sacré coup de point dans nos habitudes" : découvrez l'enseignement de Frédéric Gros à Sciences Po.

Abonnez-vous à notre newsletter

"Vous êtes romancier ou historien ?"

Le 18 novembre dernier, le traditionnel salon littéraire des étudiants de Sciences Po s’est tenu à la mairie du 7ème arrondissement. La “Journée des Auteurs”, organisée depuis 1947 par le Bureau des Arts, fêtait sa 70e édition en présence, entre autres, de l’auteur de bandes dessinées Joann Sfar et du romancier Olivier Guez, prix Renaudot 2017. Retour sur la littérature française, les filiations littéraires et le sens du romanesque.

Lire la suite
“Tout le monde peut postuler à Sciences Po”

“Tout le monde peut postuler à Sciences Po”

Samedi 25 novembre, Sciences Po ouvre ses portes pour la Journée des masters. L’occasion d’affiner un projet professionnel et d’y rencontrer les responsables des sept écoles de second cycle de Sciences Po. Pourquoi choisir un master à Sciences Po ? Quels sont les profils recherchés ? Réponses en amont de l’événement avec Cornelia Woll, directrice des études et de la scolarité.

Lire la suite
“Être doctorant, c’est être au cœur de la production du savoir”

“Être doctorant, c’est être au cœur de la production du savoir”

Parmi les 7 écoles que compte Sciences Po, l’une a un statut un peu à part : l’École doctorale. Délivrant à la fois des masters et des doctorats, c’est elle qui accompagne les aspirants chercheurs dans leurs premiers pas vers la recherche en droit, économie, histoire, science politique et sociologie. À l’occasion du Forum de la recherche, - événement qui invite chaque année les étudiants  à s’intéresser à une carrière scientifique - , entretien avec le nouveau doyen de l’École doctorale et chercheur au Centre de sociologie des organisations, Pierre François.  

Lire la suite
“L’histoire est aussi importante que la photo”

“L’histoire est aussi importante que la photo”

Avec la série à succès Humans of Paris, il photographie depuis de nombreuses années des personnes croisées dans les rues de Paris et sa page Facebook compte désormais plus de 300 000 fans. Marco Hazan, photographe amoureux des Parisiens, est également étudiant à Sciences Po, où il suit un master Marketing et études. Portrait vidéo d’un photographe convaincu que le digital permet de connecter les gens et d’encourager l’esprit de tolérance.

Lire la suite
Une recherche au cœur du politique

Une recherche au cœur du politique

Mardi 21 novembre, Sciences Po présente son Forum de la recherche. Une occasion unique de découvrir les centres et de dialoguer avec des chercheurs. Mais en quoi consiste la recherche ? Christine Musselin, directrice scientifique, nous éclaire sur ce qui constitue l’un des fondamentaux de Sciences Po.

Lire la suite
“Je veux rester proche des étudiants”

“Je veux rester proche des étudiants”

Elle a passé ses 20 dernières années au coeur du réacteur de la formation à Sciences Po : la direction des études et de la scolarité (DES). “J’ai commencé ma carrière au sein de la direction des systèmes d’information mais, très rapidement, j’ai eu envie de basculer du côté de la formation, le coeur de métier de l’école”, se souvient-elle. Il y a encore peu directrice du pilotage transversal au sein de la DES de Sciences Po, Pascale Leclercq vient d’entamer une nouvelle étape de sa carrière en devenant la toute nouvelle directrice du campus de Poitiers. Portrait.

Lire la suite
Agir face aux urgences du développement

Agir face aux urgences du développement

Rémy Rioux, Directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD) et Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, ont signé le 15 novembre un nouveau partenariat qui vient renforcer et élargir une longue tradition de coopération. Son ambition : alimenter la recherche et le débat public sur les questions de développement, et mieux former les futurs acteurs du développement.

Lire la suite
Un chef étoilé en masterclass

Un chef étoilé en masterclass

Propriétaire du restaurant trois étoiles L’Arpège, Alain Passard est venu donner, ce 8 novembre 2017, une masterclass exceptionnelle aux étudiants de l’École du management et de l’innovation de Sciences Po. Créativité, importance du respect des saisons et des produits ou encore vision du chef d’entreprise, il a partagé ses inspirations.

Lire la suite
Se spécialiser en défense et sécurité

Se spécialiser en défense et sécurité

Une nouvelle formation a vu le jour dans le cadre du master Politiques publiques de l'École d'affaires publiques de Sciences Po : la spécialité Sécurité et défense. Inaugurée à la rentrée 2017 avec une promotion de 62 étudiants,  celle-ci vise à permettre aux étudiants de se forger une culture et une compréhension des enjeux de sécurité et de défense du XXIe siècle : nouvelles menaces, coopération public-privé, cybersurveillance, etc. Les étudiants qui la suivent auront ensuite la possibilité de travailler aussi bien dans des ministères (de l’Intérieur, de la Défense) que dans des entreprises de services de sécurité et de défense.

Lire la suite