Les vertus de la désobéissance

Contester, refuser, manifester... Pourquoi désobéir est-il si compliqué ? Et, pourquoi, malgré tout, est-ce une vertu en démocratie ? Frédéric Gros, professeur et chercheur en philosophie au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), interroge dans son dernier essai, Désobéir, les ressorts et raisons de la désobéissance.

En quoi le sujet de la désobéissance intéresse-t-il un philosophe ?

Je dirais que la philosophie nous permet de dépasser un premier niveau de sens de la désobéissance, comme par exemple le refus d’exécuter un ordre, de se plier à une règle commune, la révolte contre l’ordre établi, etc. Elle permet d’explorer ce qu’on pourrait appeler les conditions « spirituelles » de la désobéissance. D’abord, parce que son ennemi principal demeure l’opinion passivement partagée (la doxa), c’est-à-dire les préjugés, ces vérités qu’on pense parce que tout le monde les pense ou les a toujours pensées. La philosophie (ironie socratique, doute cartésien, définition kantienne des Lumières, « suspension » phénoménologique) refuse les fausses évidences et les certitudes vagues. Elle interroge et n’accepte rien d’avance. La philosophie se présente enfin comme une pensée « à la première personne ». Par là, je veux dire qu’elle exige de chacun qu’il pense à partir de son propre jugement plutôt que de répéter, même élégamment, même brillamment, la pensée des autres. Elle est ce régime de pensée pour et dans lequel, essentiellement, on ne peut pas se faire remplacer. Cette urgence de la première personne caractérise précisément la désobéissance : personne ne peut désobéir à votre place.

Que nous apprennent les penseurs qui s'y sont intéressés ?

Je crois que les grands penseurs de la désobéissance nous apprennent pourquoi, au fond, une désobéissance authentique, - refuser le diktat du conformisme, dénoncer l’intolérable même si cela représente un coût, accepter d’enfreindre la loi pour écouter sa conscience, etc.-,  est si difficile. Ils explorent les racines de l’obéissance, au-delà de la simple hypothèse de soumission (j’obéirais parce que je n’aurais pas d’autre choix) : la lâcheté, la paresse, la crainte de se retrouver seul, la peur de sa propre liberté. Je ne dis pas que désobéir constituerait forcément un acte glorieux en soi, pas plus que je ne condamne l’obéissance. Le problème, c’est évidemment de savoir à quoi on désobéit. Mais ce que je retiens, par exemple du texte de La Boétie sur « la servitude volontaire », c’est qu’on peut se rendre soi-même complice actif de sa propre obéissance : pour se faire aimer, pour vivre par délégation dans le maître adoré. Nous tressons trop souvent nous-mêmes les liens de notre soumission.

Désobéir est-il compatible avec la démocratie ?

On pourrait se dire qu’après tout désobéir en démocratie, c’est faire preuve d’une résistance coupable. Il n’y aurait de désobéissance légitime, héroïque, vertueuse que dans des régimes despotiques qui imposent par le sang des lois iniques. Désobéir en démocratie, ce serait forcément faire preuve d’une légèreté irresponsable et se comporter en enfant gâté. Après tout, les lois sont votées par des représentants du peuple démocratiquement élus, elles sont censées traduire l’intérêt commun, exprimer la volonté générale. Mais par « démocratie », on ne doit pas simplement entendre un ensemble de procédures, des règles majoritaires de prise de décision. La démocratie est aussi une exigence de justice, une vigilance critique. Les règles de comptabilité ne parviennent qu’à dégager des consensus, cette raison du « plus grand nombre » qui n’est jamais que fonctionnelle.

La notion de désobéissance civile est de plus en plus utilisée. Comment la définissez-vous ?

Il me semble qu’on doit d’abord souligner, au moins pour la distinguer de l’objection de conscience, son caractère collectif. On peut dire aussi de la désobéissance civile que le plus souvent, qu’on se souvienne de Gandhi ou de Martin Luther King, elle fait le choix de la non-violence. Enfin, il s’agit toujours, quand on conteste de manière publique et spectaculaire telle loi ou tel décret, d’en appeler à un principe de justice supérieur. Il me semble que les mouvements de désobéissance civile permettent de faire l’expérience vivante, explosive, de ce que les penseurs de notre modernité politique avaient construit comme ce moment du « contrat social » et qu’ils avaient placé dans une origine reculée et mythique. La désobéissance civile, c’est poser la question des modalités du « faire société ensemble » : que voulons-nous pour nous tous, comment voulons-nous être gouvernés ?

Propos recueillis par Marcelle Bourbier, Centre de recherches politiques (CEVIPOF)

À lire

Désobéir, Albin Michel, 2017, 144 p

En savoir plus

"Un sacré coup de point dans nos habitudes" : découvrez l'enseignement de Frédéric Gros à Sciences Po.

Abonnez-vous à notre newsletter

Paroles d'étudiants

Paroles d'étudiants

Pourquoi ont-ils choisi Sciences Po ? Quelles sont leurs premières impressions ? À l'occasion des rentrées du Collège universitaire sur nos 7 campus, paroles de nouveaux étudiants.

Lire la suite
La ritournelle des emplois non pourvus

La ritournelle des emplois non pourvus

Par Hadrien Clouet (CSO). Dimanche 16 septembre, interpellé par un horticulteur sans emploi, le président de la République Emmanuel Macron lui a répondu « je traverse la rue, je vous trouve un emploi ». Cette phrase relance un vieux mythe : les chômeurs sont responsables de leur propre chômage, car ils accompliraient trop peu d’efforts pour retrouver un emploi.

Lire la suite
Choix scolaires : une « orientation heureuse » est-elle possible ?

Choix scolaires : une « orientation heureuse » est-elle possible ?

Par Marie Duru-Bellat (OSC). Depuis qu’il existe un dispositif d’orientation institutionnalisé, répartissant les jeunes entre les filières scolaires, puis vers des métiers, on n’a de cesse de dénoncer les difficultés et la cruauté de ce système. Mais peut-il y avoir, dans la société telle qu’elle est, une « orientation heureuse » ?

Lire la suite
“On assiste à une capture du politique par les intérêts privés”

“On assiste à une capture du politique par les intérêts privés”

La démocratie est-elle capturée par le poids de l’argent privé ? Financement des partis et des campagnes électorales, dons aux fondations ou achats de médias, les outils à disposition pour tenter d’influencer les termes du débat public ne manquent pas.  Après avoir réfléchi à la question de l’indépendance des médias, Julia Cagé, chercheuse à Sciences Po, appelle dans son dernier ouvrage - le Prix de la démocratie (éd. Fayard) - à une réforme radicale du financement des partis et des élections. Entretien.

Lire la suite
Une semaine dans la Silicon Valley

Une semaine dans la Silicon Valley

Afin de sensibiliser les étudiants aux révolutions du digital, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po a proposé à quinze d’entre eux de découvrir la Silicon Valley à la rencontre des acteurs du numérique : Facebook, Google, Airbnb... Yaël, en master recherche de théorie politique à l’École doctorale de Sciences Po, et Thomas, étudiant ingénieur à l'École polytechnique, faisaient partie de ce road trip original d’apprentissage par l’immersion. Machine learning, blockchain, data sciences… Ils nous expliquent tout.

Lire la suite

"Faire l'Europe dans un monde de brutes"

Pour sa rentrée solennelle, L'École des affaires internationales (PSIA) recevait mercredi 5 septembre 2018 Nathalie Loiseau, ministre des Affaires européennes, qui s’est livré à un ardent plaidoyer pour l’avenir de l’Europe avant d’échanger avec les étudiants.

Lire la suite
Sur les planches avec Rhinocéros

Sur les planches avec Rhinocéros

Créée en 2008, Rhinocéros est une association de théâtre qui réunit des passionnés d’art dramatique. Chaque année, l'association organise son festival de théâtre Festiféros. Découvrez les réalisations de la troupe !

Lire la suite
Après Nicolas Hulot, François de Rugy et les dilemmes de l’écologie politique

Après Nicolas Hulot, François de Rugy et les dilemmes de l’écologie politique

Par Daniel Boy (Cevipof) - Si elle ne change pas de façon radicale la difficulté de l'écologie à réussir en politique, la nomination au poste de ministre de la Transition écologique de François de Rugy en remplacement de Nicolas Hulot présente certains atouts pour la désignation à ce poste délicat. Celui-ci satisfait tout d'abord clairement à la condition de compétence et de sérieux sur les enjeux environnementaux. Il est aussi reconnu du monde de l'écologie politique comme un homme qui a milité sur le terrain et su gravir avec habileté les échelons classiques de la carrière politique. Mais il serait évidemment vain de croire que ces qualités lui vaudront le soutien des associations environnementales ou du parti des Verts.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite
Simone Veil, 1927-2017

Simone Veil, 1927-2017

Il y a un peu plus de 40 ans, Simone Veil prononçait à l’Assemblée Nationale le discours qui allait ouvrir la voie à l’autorisation de l’avortement en France. Ce discours historique compte parmi les plus grands, les plus controversés et les plus importants de l’histoire de la Ve République. Ce n’était pas la première fois que Simone Veil avait rendez-vous avec l’histoire ou qu’elle devait imposer ses convictions dans un monde d’hommes… Simone Veil avait été diplômée de Sciences Po en 1948. Hommage à une femme d’exception devenue figure majeure de l’Histoire.

Lire la suite