“Par confort, on délègue l’amour”

Avec Chanson douce, Leila Slimani écrivain et ancienne étudiante de Sciences Po dresse le portrait toute en précision d’un quotidien banal. Une famille d’aujourd’hui, des parents, des jeunes enfants, une nounou. Un cadre idéal qui va voler en éclats. SciencesPo l'a rencontrée courant octobre et republie son Interview à l'écrit et en vidéo au lendemain de son Prix Goncourt.

Pourquoi “Chanson douce”?

Le titre du roman est un oxymore. Une contradiction, un signal que j’envoie aux lecteurs. C’est aussi ce qui se trame pendant tout le roman : la douceur peut devenir violence. Les bonheurs se transforment en cauchemars. Le titre du roman ne va pas dans le sens de l’histoire, inspirée d’un fait divers. Celui d’une nounou qui a assassiné les enfants qu’elle gardait.

Tout le livre porte sur la description très précise du quotidien. Comme l’anatomie d’un drame.

Myriam et Paul forment un couple de jeunes trentenaires stressés, qui doivent faire face à plusieurs défis. Ils ont des enfants en bas âge. Ils veulent réussir leur vie et leur carrière, avec ce que ça sous-entend comme sacrifice, aux dépens de leurs enfants, de l’éducation, mais aussi du plaisir tout simple qu’il y a à exister en tant que femme et en tant qu’homme. Le livre fait le récit d’une dérive qui rend mutique, qui fait perdre pied, aux uns et aux autres. Je décris le quotidien pour montrer le lent décrochage de tous les personnages avec le réel, pas seulement celui de la nounou, Louise. Les personnages se laissent envahir par ce quotidien qui, progressivement, aveugle, fait perdre l’acuité du regard. Jusqu’à perdre leur instinct qui aurait pu, peut-être, les sauver.

Les hommes sont assez en retrait dans l’histoire. Pourquoi?

Paul, l’époux et le papa, Pascal, le patron de Myriam, Adam, le petit, restent en périphérie. C’est une affaire de femmes, la maison, la garde des enfants. Dans la réalité, dans 90% des cas, les liens se font entre la maman et la nounou. Le père est peu présent, sauf pour conduire les entretiens ou licencier.

Qui est Louise, le personnage de la nounou?

Elle est l’invisible. C’est une femme qui toute sa vie durant n’a pas su créer des liens, y compris avec sa fille. Elle n’a pas de véritable intimité non plus. Elle n’investit rien d’elle-même, ni le studio dans lequel elle vit, ni sa vie affective. L’intimité d’autrui comble le vide qu’elle a en elle. Elle va donc s’y glisser, jusqu’à semer la confusion avec celle de la famille dont elle est employée. Elle s’y introduit, abolit les frontières. Mais chacun participe, donne son accord. Il y a une absence totale de révolte. Par conforts, on délègue l’amour, le chez-soi. Les liens entre la nounou et les parents deviennent très ambigus. Myriam et Paul engagent chez eux une personne qu’ils paient pour fournir de l’affection à leurs enfants. Ils lui confient les clés de la maison et tout son ordonnancement, sans se rendre compte que cela va trop loin. En cela, Louise l’employée, la domestique, prend le pouvoir. Et parce qu’elle est, depuis longtemps déjà un animal traqué au bord du gouffre, elle fait tout voler en éclats.

En savoir plus

“La fiction permet d’évoquer des questions qui traversent la société”

“La fiction permet d’évoquer des questions qui traversent la société”

Passée par la London School of Economics et par Sciences Po, Fanny Herrero débute une carrière de comédienne avant de devenir scénariste. Elle est la créatrice et la femme-orchestre de l’écriture de la série Dix pour cent, dont la très attendue troisième saison démarre le 14 novembre 2018. Rencontre avec cette "showrunner" qui a façonné la série phare de France 2.

Lire la suite
États-Unis : des militants écologistes de plus en plus organisés

États-Unis : des militants écologistes de plus en plus organisés

Par Mario Del Pero (CHSP). Les questions environnementales n’ont certes pas été au centre de la campagne des midterms au États-Unis. Mais cette réalité ne signifie pas que le déni de Donald Trump concernant le dérèglement climatique et le démantèlement des règles établies par Barack Obama n’ont pas suscité dans le pays une riposte vigoureuse, et souvent efficace, voire une forme de résistance.

Lire la suite
On vous dit tout sur le Collège universitaire !

On vous dit tout sur le Collège universitaire !

Le Collège universitaire, qui donne le grade de bachelor, est la formation de premier cycle de Sciences Po. On répond à vos questions concernant les procédures d'admission, la préparation aux épreuves, les enseignements ou encore la vie quotidienne sur les sept campus de Sciences Po dans nos émissions live en français le 14 novembre à 19h30 et en anglais le 26 novembre à 14h.

Lire la suite
Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Vous êtes lycéen, vous voulez vous porter candidat à Sciences Po ? Enseignements, vie de campus : venez poser toutes vos questions lors des Journées Portes Ouvertes de nos campus en régions. Une occasion unique de rencontrer étudiants, professeurs et responsables pédagogiques du Collège universitaire (le 1er cycle de Sciences Po en trois ans).

Lire la suite
70 chefs d’État au Paris Peace Forum

70 chefs d’État au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2018, se tient à Paris la première édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 6 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 70 chefs d’État ont répondu présents.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite

"La guerre m'a fait oublier bien des choses..."

Au milieu de la Première guerre mondiale, alors que la France connaissait une hécatombe sans précédent, ont été créés des enseignements spéciaux pour les officiers blessés au front. Œuvre patriotique, ces enseignements eurent lieu à l’École libre des Sciences politiques - le premier nom de Sciences Po - alors dirigée par Eugène d’Eichthal, de 1916 à 1920. Une promesse d’avenir pour ces hommes qui sortaient de l’horreur.

Lire la suite