“Par confort, on délègue l’amour”

Avec Chanson douce, Leila Slimani écrivain et ancienne étudiante de Sciences Po dresse le portrait toute en précision d’un quotidien banal. Une famille d’aujourd’hui, des parents, des jeunes enfants, une nounou. Un cadre idéal qui va voler en éclats. SciencesPo l'a rencontrée courant octobre et republie son Interview à l'écrit et en vidéo au lendemain de son Prix Goncourt.

Pourquoi “Chanson douce”?

Le titre du roman est un oxymore. Une contradiction, un signal que j’envoie aux lecteurs. C’est aussi ce qui se trame pendant tout le roman : la douceur peut devenir violence. Les bonheurs se transforment en cauchemars. Le titre du roman ne va pas dans le sens de l’histoire, inspirée d’un fait divers. Celui d’une nounou qui a assassiné les enfants qu’elle gardait.

Tout le livre porte sur la description très précise du quotidien. Comme l’anatomie d’un drame.

Myriam et Paul forment un couple de jeunes trentenaires stressés, qui doivent faire face à plusieurs défis. Ils ont des enfants en bas âge. Ils veulent réussir leur vie et leur carrière, avec ce que ça sous-entend comme sacrifice, aux dépens de leurs enfants, de l’éducation, mais aussi du plaisir tout simple qu’il y a à exister en tant que femme et en tant qu’homme. Le livre fait le récit d’une dérive qui rend mutique, qui fait perdre pied, aux uns et aux autres. Je décris le quotidien pour montrer le lent décrochage de tous les personnages avec le réel, pas seulement celui de la nounou, Louise. Les personnages se laissent envahir par ce quotidien qui, progressivement, aveugle, fait perdre l’acuité du regard. Jusqu’à perdre leur instinct qui aurait pu, peut-être, les sauver.

Les hommes sont assez en retrait dans l’histoire. Pourquoi?

Paul, l’époux et le papa, Pascal, le patron de Myriam, Adam, le petit, restent en périphérie. C’est une affaire de femmes, la maison, la garde des enfants. Dans la réalité, dans 90% des cas, les liens se font entre la maman et la nounou. Le père est peu présent, sauf pour conduire les entretiens ou licencier.

Qui est Louise, le personnage de la nounou?

Elle est l’invisible. C’est une femme qui toute sa vie durant n’a pas su créer des liens, y compris avec sa fille. Elle n’a pas de véritable intimité non plus. Elle n’investit rien d’elle-même, ni le studio dans lequel elle vit, ni sa vie affective. L’intimité d’autrui comble le vide qu’elle a en elle. Elle va donc s’y glisser, jusqu’à semer la confusion avec celle de la famille dont elle est employée. Elle s’y introduit, abolit les frontières. Mais chacun participe, donne son accord. Il y a une absence totale de révolte. Par conforts, on délègue l’amour, le chez-soi. Les liens entre la nounou et les parents deviennent très ambigus. Myriam et Paul engagent chez eux une personne qu’ils paient pour fournir de l’affection à leurs enfants. Ils lui confient les clés de la maison et tout son ordonnancement, sans se rendre compte que cela va trop loin. En cela, Louise l’employée, la domestique, prend le pouvoir. Et parce qu’elle est, depuis longtemps déjà un animal traqué au bord du gouffre, elle fait tout voler en éclats.

En savoir plus

Handicap :

Handicap : "En parler sans tabou"

Diplômée 2018 du master en Sécurité internationale de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Marie-Line a passé le prestigieux concours du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères via une voie spécifique de recrutement dédiée aux personnes en situation de handicap. Dans deux mois, elle prendra son premier emploi en tant que “secrétaire des Affaires étrangères”, un poste de catégorie A. Préparation des concours, futures missions à l’étranger ou encore accompagnement du handicap à Sciences Po, elle nous détaille son parcours.

Lire la suite
De Nairobi à Paris

De Nairobi à Paris

Sciences Po et l’université de Strathmore ouvrent un nouveau double diplôme en bachelor et master. Cette formation permettra aux étudiants de premier cycle inscrits à l’université de Strathmore d’obtenir, en cinq ans, un diplôme de bachelor de l’université de Strathmore suivi d’un diplôme de master de Sciences Po.

Lire la suite

"L'amour des textes"

Qu’est-ce qui peut réunir une ancienne ministre de la Culture et des étudiants réfugiés dans une salle de cours ? L'amour des textes d'Albert Camus et de Victor Hugo ! Avec la culture comme langage universel et outil d’intégration, Aurélie Filippetti transmet sa passion des grands textes aux étudiants réfugiés accueillis par Sciences Po depuis 2015. Quand littérature rime avec ouverture...

Lire la suite
FEMPO, la success story

FEMPO, la success story

FEMPO est une start-up qui propose des culottes en tissu lavable destinées à remplacer les protections hygiéniques. Accompagné par l’incubateur de Sciences Po en 2018, ce projet est né de la rencontre de deux alumnae, Fanny Abes, diplômée du master en politique économique internationale, et Claudette Lovencin, diplômée du master en politique publique. Lire la suite

Une histoire de femmes

Une histoire de femmes

Des premières étudiantes entrées dans nos murs en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment la place des femmes a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Sciences Po 3ème université mondiale en

Sciences Po 3ème université mondiale en "science politique et relations internationales"

Sciences Po améliore encore son positionnement international en "science politique et relations internationales" en passant de la quatrième à la troisième place mondiale dans le classement international QS 2019 des meilleures universités par discipline, dévoilé ce 26 février 2019. Classée derrière Harvard et Oxford, Sciences Po est la première université d'Europe continentale dans cette discipline, devant LSE et Cambridge.

Lire la suite
“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

La persuasion de masse n’est pas née avec Internet, mais le numérique et les réseaux sociaux marquent une révolution dans l’histoire de la propagande. Loin d’avoir disparu avec les régimes totalitaires du XXè siècle, la voici plus présente, plus efficace, et plus dangereuse que jamais pour la démocratie. Entretien avec David Colon, historien et enseignant à Sciences Po, sur son ouvrage Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain.

Lire la suite
Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Avant de devenir l’un des plus célèbres chanteurs français du 20ème siècle, Léo Ferré a usé ses pantalons sur les bancs de Sciences Po, dont il est sorti diplômé en 1939 (non sans péripéties). De la Péniche aux plus grandes scènes françaises, retour sur un parcours rempli d’insouciance et de maladresse.

Lire la suite
Une semaine de visites exceptionnelles à Vienne

Une semaine de visites exceptionnelles à Vienne

Depuis 15 ans, les étudiants du campus de Nancy se rendent pendant une semaine à Vienne, Bruxelles ou Berlin pour y effectuer un séjour d’étude. Cette année, la promotion de première année s’est rendue dans la capitale autrichienne. Au programme : des visites d’institutions européennes et internationales, des rencontres avec des experts et des politiques… mais aussi la culture avec une visite célèbre du célèbre opéra de Vienne. Retour en vidéo sur un séjour riche d’enseignements.

Lire la suite