La Boussole présidentielle : une arme contre l’indécision

Dans cette campagne où le débat de fond a bien souvent fait les frais des révélations sur les affaires, la Boussole présidentielle mise au point par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes, a déjà aidé plus d’un million de citoyens à retrouver le cap. Un outil scientifique et civique qui replace les programmes au centre du jeu. Explications avec Thomas Vitiello, doctorant au Cevipof, qui travaille sur l’outil depuis 2012.

À quoi sert la Boussole présidentielle ? Comment l’avez-vous mise au point ?

Thomas Vitiello : C’est de la science politique appliquée ! Il s’agit tout d’abord d’un site d’aide au vote qui rend service au citoyen et c’est aussi un outil de recherche en science politique. La Boussole présidentielle compare les positions des utilisateurs avec celles des candidats à l’élection présidentielle. Les utilisateurs sont ainsi positionnés dans un espace politique bidimensionnel en fonction de leurs réponses et peuvent comparer leur positionnement à celui des candidats. La Boussole présidentielle n’est pas un jeu, mais il faut tout de même qu'elle soit ludique et plutôt simple pour être utilisée par le plus grand nombre possible d’électeurs. L’élément central de la Boussole présidentielle est la représentation graphique des résultats. Une équipe de chercheurs a construit un espace politique à deux dimensions : une dimension socio-économique et une dimension culturelle.

Comment sait-on que ce sont ces deux dimensions qui structurent nos choix politiques ?

T. V. : Ce sont les études électorales menées en France et en Europe depuis vingt ans qui nous l’enseignent : la première dimension, qui oppose l’interventionnisme étatique au libéralisme économique, continue de structurer les débats. C’est le clivage droite-gauche classique centré autour de la question de la redistribution des richesses. Mais depuis les années 70-80, une nouvelle dimension culturelle est apparue et contribue à structurer les clivages politiques. Cette dimension fait intervenir les valeurs, entre progressisme et conservatisme. Elle concerne des sujets tels que l’autorité, les moeurs, l’immigration, l’écologie, le sentiment d’appartenance, l’euthanasie ou encore la question européenne. Une fois qu’on a défini cet espace politique à deux dimensions, on établit la liste des enjeux à inclure dans la Boussole.

Comment avez-vous ensuite positionné les candidats ?

T. V. : Pour cette étape, l’équipe de chercheurs a analysé point par point les programmes des partis. Sur chacun des enjeux de la Boussole présidentielle, on positionne les candidats. Et on justifie chacune de ces positions avec des citations précises : ces références, sur chaque enjeu, sont d’ailleurs en accès libre pour tous les utilisateurs sur le site de la Boussole. C’est un travail qui permet de centraliser l’information contenue dans les programmes et, on espère, de remettre un peu de fond dans le débat.

C’est donc pour vous un outil civique ?

T. V. : La Boussole a une mission civique, oui. C’est un outil fabriqué à 100 % avec des idées ! Nous essayons de réinjecter du contenu dans le débat public. Le poids démesuré des affaires nous a fait oublier que les cinq principaux candidats présentent des projets très marqués, des programmes qui, sur le fond, sont très différents les uns des autres. Le climat délétère de cette campagne nous fait passer à côté d’un magnifique débat qui passionnerait les Français ! Nous espérons donc que la Boussole peut éclairer les électeurs sur les positionnements des candidats dans le cadre d’une analyse qui ne se limite pas au seul clivage droite-gauche.

À ce titre, la Boussole est-elle une arme contre l’abstention ?

T. V. : Toutes les enquêtes menées dans les pays où l’effet des sites d’aide au vote a été testé - en Allemagne notamment -  le montrent : ce sont des outils qui permettent de faire diminuer l’abstention, notamment auprès des jeunes. Dans cette élection où l’indécision demeure très forte - comme le montre la dernière vague de l’enquête électorale du Cevipof -, c’est donc plus que jamais un enjeu. Et la Boussole a clairement un effet stimulant sur les électeurs qui s’en servent.

Vous êtes à plus d’1 million de connexions en deux semaines : la Boussole est aussi un trésor pour les scientifiques...

T. V. : Bien évidemment, l’autre grande mission scientifique de la Boussole, c’est de collecter des données pour la recherche. La Boussole n’est pas un sondage car elle ne repose pas sur un échantillon représentatif et ne prétend pas prédire le gagnant de l’élection, mais son grand intérêt, c’est qu’elle permet de collecter des données tous les jours. On suit donc l’évolution en temps réel, de manière très fine, quasiment heure par heure ! Et le nombre de répondants est aussi exceptionnel : plus d’1 million de connexions à ce jour, et plus de 300 000 personnes ont terminé le questionnaire. Cela va nous permettre de faire des analyses approfondies sur des sous-groupes de l’électorat : qui sont les électeurs des  « petits candidats » ? Comment voteront les électeurs de Hollande en 2012 ? Et ainsi de suite. Nous pouvons ainsi dresser des profils et retracer les parcours électoraux de nos utilisateurs. Par exemple, à ce stade de la campagne, près de la moitié des utilisateurs qui ont voté Hollande en 2012 s’apprêtent à voter Macron, tandis que l’autre moitié se partage entre Hamon et Mélenchon.

Ce n’est pas un outil de sondage mais… vous avez tout de même de quoi annoncer une tendance ?

T. V. : L’échantillon ne nous le permet pas. En revanche, le nombre très élevé de répondants quotidiens nous permet d’observer les dynamiques de campagne. Et là, nous observons une dynamique en faveur de Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise, qui se traduit par une hausse des probabilités de vote en sa faveur et une hausse très nette de l’évaluation positive de ses traits d’image : il est de plus en plus perçu comme ayant l’étoffe d’un président de la République. Enfin, l’espace politique de la Boussole présidentielle et les positions des candidats dans celui-ci, nous montrent que cette campagne se caractérise par une forte polarisation de l’offre politique, à la fois sur la dimension socio-économique et sur la dimension culturelle. Les positions de nombreux candidats sont très marquées… et ceci libère de l’espace politique au centre.

En savoir plus

Tester vos positions politiques avec la Boussole présidentielle !

Le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof)

Abonnez-vous à nos newsletters !

"Une semaine à Sciences Po", recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Le Parti Socialiste : transformation ou destruction ?

Le Parti Socialiste : transformation ou destruction ?

Par Fadi Kassem, agrégé et doctorant au Centre d’histoire. Pour la première fois depuis 1974, le candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle a obtenu (largement) moins de 10 % des suffrages au premier tour. Doublé sur sa droite par Emmanuel Macron reprenant le projet giscardien de créer un grand centre, et sur sa gauche par Jean-Luc Mélenchon qui envisage une sortie des traités européens pour mener une politique ancrée à gauche, le PS a connu un échec sans précédent depuis 1969. Incontestablement, l’élection présidentielle de 2017 constitue un tournant et amène à s’interroger sur la survie du Parti né au Congrès d’Epinay en 1971.

Lire la suite
50% d'admis à l'agrégation de science politique issus de Sciences Po

50% d'admis à l'agrégation de science politique issus de Sciences Po

Concours très sélectif organisé tous les deux ans, l’agrégation de science politique permet d’accéder directement au titre de Professeur des universités. L’édition 2017 constitue un cru exceptionnel pour l’École doctorale de Sciences Po : ses jeunes docteurs représentent en effet 50% des admis, soit deux sur quatre. Entretien avec Carole Bachelot et Simon Persico, reçus respectivement premier et troisième, qui reviennent sur leur préparation et leur parcours scientifique.

Lire la suite
Emmanuel Macron, promotion 2001

Emmanuel Macron, promotion 2001

“Un étudiant tchèque en échange universitaire qui n’a pas vu un coiffeur depuis des décennies” : c’est ainsi qu’Emmanuel Macron apparaît pour la première fois à Sciences Po à Marc Ferraci, un autre étudiant fraîchement admis, qui va devenir son plus proche ami, et qui sera son témoin de mariage quelques années plus tard - l’occasion de rappeler cette anecdote capillaire dans son discours. Portrait des années d'étudiant du plus jeune président de la Ve République.

Lire la suite
Savez-vous prendre la parole dans les médias ?

Savez-vous prendre la parole dans les médias ?

Structurer ses idées pour être lu, utiliser les réseaux sociaux, écrire une tribune ou encore répondre à une interview face caméra ou à la radio. Autant de situations auxquelles les diplômés peuvent être confrontés un jour dans leur vie professionnelle. Afin d’y répondre, l’École de journalisme de Sciences Po crée son « Centre des médias » et propose aux étudiants non-journalistes de se former à la logique et aux techniques des médias.

Lire la suite
«Une privatisation de la démocratie est en train de s'opérer»

«Une privatisation de la démocratie est en train de s'opérer»

Fracture entre le peuple et les élites, inégalités, rejet du projet européen, tentation du nationalisme… De quoi ces signaux sont-ils le nom ? Dans La Démocratie de l’entre-soi, plusieurs chercheurs de Sciences Po livrent une nouvelle grille d’analyse pour comprendre pourquoi notre démocratie doute. Entretien avec Luc Rouban, co-directeur de publication de l’ouvrage et chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF).

Lire la suite

"Staff Ride" en Normandie : rejouer le Débarquement

C’est une première. 40 étudiants du master International Security de l’École des Affaires internationales de Sciences Po (PSIA), ont participé, dans le cadre de leur formation au premier "Normandy Student Staff Ride", un cours innovant permettant la mise en application pratique sur les champs de bataille de la théorie apprise en classe.

Lire la suite
Perturbateurs endocriniens : au cœur des controverses

Perturbateurs endocriniens : au cœur des controverses

Jean-Noël Jouzel, chercheur au Centre de sociologie des organisations, concentre ses recherches sur les risques environnementaux tels qu’ils sont traités (ou pas) dans les milieux professionnels. Aujourd’hui il nous éclaire sur la question des perturbateurs endocriniens. Peu centrale dans la campagne qui vient de s’achever, elle figure toutefois dans le programme du président élu, Emmanuel Macron, qui prévoit de “protéger les Français de leur exposition” à ces substances, notamment en évaluant mieux leurs effets. C’est là l’objet d’une intense controverse alimentée par les industriels pour retarder l’adoption de mesures contraignantes. Un enjeu scientifique, juridique, et économique de premier plan pour la santé des Français et des Européens.

Lire la suite