La Boussole présidentielle : une arme contre l’indécision

Dans cette campagne où le débat de fond a bien souvent fait les frais des révélations sur les affaires, la Boussole présidentielle mise au point par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes, a déjà aidé plus d’un million de citoyens à retrouver le cap. Un outil scientifique et civique qui replace les programmes au centre du jeu. Explications avec Thomas Vitiello, doctorant au Cevipof, qui travaille sur l’outil depuis 2012.

À quoi sert la Boussole présidentielle ? Comment l’avez-vous mise au point ?

Thomas Vitiello : C’est de la science politique appliquée ! Il s’agit tout d’abord d’un site d’aide au vote qui rend service au citoyen et c’est aussi un outil de recherche en science politique. La Boussole présidentielle compare les positions des utilisateurs avec celles des candidats à l’élection présidentielle. Les utilisateurs sont ainsi positionnés dans un espace politique bidimensionnel en fonction de leurs réponses et peuvent comparer leur positionnement à celui des candidats. La Boussole présidentielle n’est pas un jeu, mais il faut tout de même qu'elle soit ludique et plutôt simple pour être utilisée par le plus grand nombre possible d’électeurs. L’élément central de la Boussole présidentielle est la représentation graphique des résultats. Une équipe de chercheurs a construit un espace politique à deux dimensions : une dimension socio-économique et une dimension culturelle.

Comment sait-on que ce sont ces deux dimensions qui structurent nos choix politiques ?

T. V. : Ce sont les études électorales menées en France et en Europe depuis vingt ans qui nous l’enseignent : la première dimension, qui oppose l’interventionnisme étatique au libéralisme économique, continue de structurer les débats. C’est le clivage droite-gauche classique centré autour de la question de la redistribution des richesses. Mais depuis les années 70-80, une nouvelle dimension culturelle est apparue et contribue à structurer les clivages politiques. Cette dimension fait intervenir les valeurs, entre progressisme et conservatisme. Elle concerne des sujets tels que l’autorité, les moeurs, l’immigration, l’écologie, le sentiment d’appartenance, l’euthanasie ou encore la question européenne. Une fois qu’on a défini cet espace politique à deux dimensions, on établit la liste des enjeux à inclure dans la Boussole.

Comment avez-vous ensuite positionné les candidats ?

T. V. : Pour cette étape, l’équipe de chercheurs a analysé point par point les programmes des partis. Sur chacun des enjeux de la Boussole présidentielle, on positionne les candidats. Et on justifie chacune de ces positions avec des citations précises : ces références, sur chaque enjeu, sont d’ailleurs en accès libre pour tous les utilisateurs sur le site de la Boussole. C’est un travail qui permet de centraliser l’information contenue dans les programmes et, on espère, de remettre un peu de fond dans le débat.

C’est donc pour vous un outil civique ?

T. V. : La Boussole a une mission civique, oui. C’est un outil fabriqué à 100 % avec des idées ! Nous essayons de réinjecter du contenu dans le débat public. Le poids démesuré des affaires nous a fait oublier que les cinq principaux candidats présentent des projets très marqués, des programmes qui, sur le fond, sont très différents les uns des autres. Le climat délétère de cette campagne nous fait passer à côté d’un magnifique débat qui passionnerait les Français ! Nous espérons donc que la Boussole peut éclairer les électeurs sur les positionnements des candidats dans le cadre d’une analyse qui ne se limite pas au seul clivage droite-gauche.

À ce titre, la Boussole est-elle une arme contre l’abstention ?

T. V. : Toutes les enquêtes menées dans les pays où l’effet des sites d’aide au vote a été testé - en Allemagne notamment -  le montrent : ce sont des outils qui permettent de faire diminuer l’abstention, notamment auprès des jeunes. Dans cette élection où l’indécision demeure très forte - comme le montre la dernière vague de l’enquête électorale du Cevipof -, c’est donc plus que jamais un enjeu. Et la Boussole a clairement un effet stimulant sur les électeurs qui s’en servent.

Vous êtes à plus d’1 million de connexions en deux semaines : la Boussole est aussi un trésor pour les scientifiques...

T. V. : Bien évidemment, l’autre grande mission scientifique de la Boussole, c’est de collecter des données pour la recherche. La Boussole n’est pas un sondage car elle ne repose pas sur un échantillon représentatif et ne prétend pas prédire le gagnant de l’élection, mais son grand intérêt, c’est qu’elle permet de collecter des données tous les jours. On suit donc l’évolution en temps réel, de manière très fine, quasiment heure par heure ! Et le nombre de répondants est aussi exceptionnel : plus d’1 million de connexions à ce jour, et plus de 300 000 personnes ont terminé le questionnaire. Cela va nous permettre de faire des analyses approfondies sur des sous-groupes de l’électorat : qui sont les électeurs des  « petits candidats » ? Comment voteront les électeurs de Hollande en 2012 ? Et ainsi de suite. Nous pouvons ainsi dresser des profils et retracer les parcours électoraux de nos utilisateurs. Par exemple, à ce stade de la campagne, près de la moitié des utilisateurs qui ont voté Hollande en 2012 s’apprêtent à voter Macron, tandis que l’autre moitié se partage entre Hamon et Mélenchon.

Ce n’est pas un outil de sondage mais… vous avez tout de même de quoi annoncer une tendance ?

T. V. : L’échantillon ne nous le permet pas. En revanche, le nombre très élevé de répondants quotidiens nous permet d’observer les dynamiques de campagne. Et là, nous observons une dynamique en faveur de Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise, qui se traduit par une hausse des probabilités de vote en sa faveur et une hausse très nette de l’évaluation positive de ses traits d’image : il est de plus en plus perçu comme ayant l’étoffe d’un président de la République. Enfin, l’espace politique de la Boussole présidentielle et les positions des candidats dans celui-ci, nous montrent que cette campagne se caractérise par une forte polarisation de l’offre politique, à la fois sur la dimension socio-économique et sur la dimension culturelle. Les positions de nombreux candidats sont très marquées… et ceci libère de l’espace politique au centre.

En savoir plus

Tester vos positions politiques avec la Boussole présidentielle !

Le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof)

Abonnez-vous à nos newsletters !

"Une semaine à Sciences Po", recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

ENA : 29 admis sur 40 issus de Sciences Po

ENA : 29 admis sur 40 issus de Sciences Po

Les résultats d’admission au concours externe d’entrée à l’École Nationale d’Administration sont tombés  : 29 étudiants issus de Sciences Po ont été admis. Ils représentent ainsi 73% de la nouvelle promotion. Les étudiants de Sciences Po forment ainsi la majorité des admis à l’ENA comme aux autres concours administratifs auxquels prépare l’École d’affaires publiques de Sciences Po : le Sénat, l’Assemblée nationale ou les futurs Adjoints de la Banque de France.

Lire la suite
Engagé pour l’Afrique

Engagé pour l’Afrique

Il vient du Burkina Faso et travaille sur un projet pour faciliter l’accès à l’eau dans son village. Romaric Compaoré fait partie de la première promotion des boursiers Sciences Po - MasterCard Foundation, un programme qui permet d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés.

Lire la suite
Mieux comprendre la finance pour mieux la réguler

Mieux comprendre la finance pour mieux la réguler

L’École de droit et l’École du management et de l’innovation de Sciences Po créent le premier cursus intégré qui combine une formation en droit et une formation en finance au sein d’un même établissement. Ce master joint en trois ans est destiné aux étudiants de Licence 3 (ou niveau équivalent), et ne nécessite aucun prérequis en droit ou en finance à l’entrée de la formation. La première promotion fera sa rentrée en septembre 2018. Entretien croisé avec Christophe Jamin, doyen de l’École de droit, et Marie-Laure Djelic, co-doyenne de l’École du management et de l’innovation, qui assurent la direction scientifique de ce programme.

Lire la suite
Docteurs honoris causa : 3 profils exceptionnels

Docteurs honoris causa : 3 profils exceptionnels

Après Vaclav Havel, Boutros Boutros Ghali ou Lakhdar Brahimi, Sciences Po s’apprête à honorer, le 12 décembre, trois nouveaux docteurs honoris causa. Une promotion 2017 exceptionnelle à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle distinguera deux femmes, qui rejoignent Helen Wallace, première Docteure honorée en 2011. C’est également la première fois que Sciences Po décerne ce titre à un universitaire d’Afrique subsaharienne. Trois profils remarquables et inédits à découvrir ci-dessous.

Lire la suite
Quartiers fragiles

Quartiers fragiles

Année après année, les politiques dédiées aux quartiers dits “sensibles” s’enchaînent et… rien ne semble changer. Clément Boisseuil, chercheur au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE) s’est intéressé à l’application de ces politiques, en comparant les méthodes utilisées à Chicago et à Paris. Il nous explique pourquoi une telle différence entre les objectifs affichés et des résultats mitigés.

Lire la suite
Sociologie et basket-ball

Sociologie et basket-ball

Après avoir étudié pendant deux années sur le campus de Reims, Lukas Noah Drammeh s’est envolé pour les États-Unis où il effectue actuellement sa troisième année à l’Université de Caroline du Nord, à Chapel Hill. L’occasion d’approfondir ses connaissances en sociologie et en études afro-américaines, mais aussi de réaliser un vieux rêve : intégrer une équipe de basket-ball réputée et jouer une saison sur le sol américain. Portrait vidéo d’un fan de basket.

Lire la suite
Apprendre, ça s’apprend

Apprendre, ça s’apprend

Comment apprendre à apprendre ? C'est le défi de tout élève, en particulier au moment de l'arrivée dans l'enseignement supérieur. Sciences Po a mis en place depuis septembre 2017 une innovation pédagogique qui apporte des réponses pratiques à ce défi :  des cours inédits baptisés "ateliers de métacognition". Objectif de ces séances : mieux connaître le fonctionnement de son cerveau pour améliorer ses stratégies d’apprentissage. 

Lire la suite
Tous inégaux face aux banques ?

Tous inégaux face aux banques ?

Besoin d’un crédit bancaire ? Mieux vaut être un homme blanc. C’est le résultat d’une large opération de test de discrimination menée à l’initiative de la municipalité de Villeurbanne auprès des banques locales. Jeanne Lazarus, sociologue au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po (CSO) qui travaille sur les rapports des citoyens aux institutions monétaires, faisait partie du comité scientifique de ce testing. Elle commente les résultats de cette opération.

Lire la suite
Travailler le dimanche est-il vraiment utile ?

Travailler le dimanche est-il vraiment utile ?

Travailler le dimanche est-il utile ? Non, répondent Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard dans leur dernier ouvrage Les Batailles du dimanche. Dépassant les habituels clivages idéologiques, les deux sociologues ont analysé le travail dominical sous l’angle de son utilité sociale. Interview de Laurent Lesnard, chercheur à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) de Sciences Po.

Lire la suite