La Boussole présidentielle : une arme contre l’indécision

Dans cette campagne où le débat de fond a bien souvent fait les frais des révélations sur les affaires, la Boussole présidentielle mise au point par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes, a déjà aidé plus d’un million de citoyens à retrouver le cap. Un outil scientifique et civique qui replace les programmes au centre du jeu. Explications avec Thomas Vitiello, doctorant au Cevipof, qui travaille sur l’outil depuis 2012.

À quoi sert la Boussole présidentielle ? Comment l’avez-vous mise au point ?

Thomas Vitiello : C’est de la science politique appliquée ! Il s’agit tout d’abord d’un site d’aide au vote qui rend service au citoyen et c’est aussi un outil de recherche en science politique. La Boussole présidentielle compare les positions des utilisateurs avec celles des candidats à l’élection présidentielle. Les utilisateurs sont ainsi positionnés dans un espace politique bidimensionnel en fonction de leurs réponses et peuvent comparer leur positionnement à celui des candidats. La Boussole présidentielle n’est pas un jeu, mais il faut tout de même qu'elle soit ludique et plutôt simple pour être utilisée par le plus grand nombre possible d’électeurs. L’élément central de la Boussole présidentielle est la représentation graphique des résultats. Une équipe de chercheurs a construit un espace politique à deux dimensions : une dimension socio-économique et une dimension culturelle.

Comment sait-on que ce sont ces deux dimensions qui structurent nos choix politiques ?

T. V. : Ce sont les études électorales menées en France et en Europe depuis vingt ans qui nous l’enseignent : la première dimension, qui oppose l’interventionnisme étatique au libéralisme économique, continue de structurer les débats. C’est le clivage droite-gauche classique centré autour de la question de la redistribution des richesses. Mais depuis les années 70-80, une nouvelle dimension culturelle est apparue et contribue à structurer les clivages politiques. Cette dimension fait intervenir les valeurs, entre progressisme et conservatisme. Elle concerne des sujets tels que l’autorité, les moeurs, l’immigration, l’écologie, le sentiment d’appartenance, l’euthanasie ou encore la question européenne. Une fois qu’on a défini cet espace politique à deux dimensions, on établit la liste des enjeux à inclure dans la Boussole.

Comment avez-vous ensuite positionné les candidats ?

T. V. : Pour cette étape, l’équipe de chercheurs a analysé point par point les programmes des partis. Sur chacun des enjeux de la Boussole présidentielle, on positionne les candidats. Et on justifie chacune de ces positions avec des citations précises : ces références, sur chaque enjeu, sont d’ailleurs en accès libre pour tous les utilisateurs sur le site de la Boussole. C’est un travail qui permet de centraliser l’information contenue dans les programmes et, on espère, de remettre un peu de fond dans le débat.

C’est donc pour vous un outil civique ?

T. V. : La Boussole a une mission civique, oui. C’est un outil fabriqué à 100 % avec des idées ! Nous essayons de réinjecter du contenu dans le débat public. Le poids démesuré des affaires nous a fait oublier que les cinq principaux candidats présentent des projets très marqués, des programmes qui, sur le fond, sont très différents les uns des autres. Le climat délétère de cette campagne nous fait passer à côté d’un magnifique débat qui passionnerait les Français ! Nous espérons donc que la Boussole peut éclairer les électeurs sur les positionnements des candidats dans le cadre d’une analyse qui ne se limite pas au seul clivage droite-gauche.

À ce titre, la Boussole est-elle une arme contre l’abstention ?

T. V. : Toutes les enquêtes menées dans les pays où l’effet des sites d’aide au vote a été testé - en Allemagne notamment -  le montrent : ce sont des outils qui permettent de faire diminuer l’abstention, notamment auprès des jeunes. Dans cette élection où l’indécision demeure très forte - comme le montre la dernière vague de l’enquête électorale du Cevipof -, c’est donc plus que jamais un enjeu. Et la Boussole a clairement un effet stimulant sur les électeurs qui s’en servent.

Vous êtes à plus d’1 million de connexions en deux semaines : la Boussole est aussi un trésor pour les scientifiques...

T. V. : Bien évidemment, l’autre grande mission scientifique de la Boussole, c’est de collecter des données pour la recherche. La Boussole n’est pas un sondage car elle ne repose pas sur un échantillon représentatif et ne prétend pas prédire le gagnant de l’élection, mais son grand intérêt, c’est qu’elle permet de collecter des données tous les jours. On suit donc l’évolution en temps réel, de manière très fine, quasiment heure par heure ! Et le nombre de répondants est aussi exceptionnel : plus d’1 million de connexions à ce jour, et plus de 300 000 personnes ont terminé le questionnaire. Cela va nous permettre de faire des analyses approfondies sur des sous-groupes de l’électorat : qui sont les électeurs des  « petits candidats » ? Comment voteront les électeurs de Hollande en 2012 ? Et ainsi de suite. Nous pouvons ainsi dresser des profils et retracer les parcours électoraux de nos utilisateurs. Par exemple, à ce stade de la campagne, près de la moitié des utilisateurs qui ont voté Hollande en 2012 s’apprêtent à voter Macron, tandis que l’autre moitié se partage entre Hamon et Mélenchon.

Ce n’est pas un outil de sondage mais… vous avez tout de même de quoi annoncer une tendance ?

T. V. : L’échantillon ne nous le permet pas. En revanche, le nombre très élevé de répondants quotidiens nous permet d’observer les dynamiques de campagne. Et là, nous observons une dynamique en faveur de Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise, qui se traduit par une hausse des probabilités de vote en sa faveur et une hausse très nette de l’évaluation positive de ses traits d’image : il est de plus en plus perçu comme ayant l’étoffe d’un président de la République. Enfin, l’espace politique de la Boussole présidentielle et les positions des candidats dans celui-ci, nous montrent que cette campagne se caractérise par une forte polarisation de l’offre politique, à la fois sur la dimension socio-économique et sur la dimension culturelle. Les positions de nombreux candidats sont très marquées… et ceci libère de l’espace politique au centre.

En savoir plus

Tester vos positions politiques avec la Boussole présidentielle !

Le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof)

Abonnez-vous à nos newsletters !

"Une semaine à Sciences Po", recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

J-7 avant la diplo 2017 !

J-7 avant la diplo 2017 !

Célébrer. Partager. Inspirer. Tels seront les maîtres-mots de la cérémonie du diplôme, qui rassemblera, vendredi 30 juin et samedi 1er juillet 2017, 1800 diplômés et leurs 3200 invités au grand auditorium de la Maison de la Radio. Une fête qui couronne des années fondatrices, et marque l’entrée dans un avenir où toutes les portes sont ouvertes pour nos étudiants. Une cérémonie qui sera à suivre en direct sur notre chaîne Livestream. Et à partager via le hashtag #scpograd2017.

Lire la suite
Cap sur le Moyen-Orient

Cap sur le Moyen-Orient

La connaissance du Moyen-Orient est un enjeu social et politique majeur. Pour faire face à une forte demande de recherche spécialisée sur cette région, Sciences Po s’associe à l’Inalco pour proposer un nouveau double diplôme de recherche.

Lire la suite
Sur le terrain des inégalités scolaires

Sur le terrain des inégalités scolaires

Directrice de recherche CNRS à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) et membre du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP), Agnès van Zanten a reçu une médaille d’argent CNRS 2017. Cette médaille, - très rarement remise à un chercheur en sciences humaines et sociales -, distingue les scientifiques dont les travaux sont reconnus sur le plan national et international. Portrait d’une femme qui se consacre avec passion, curiosité et humanité à l’étude des inégalités scolaires, en France et à l’étranger.

Lire la suite
Juin 1967, la guerre la plus longue

Juin 1967, la guerre la plus longue

Par Samy Cohen (CERI). 1967-2017 : 50 ans sont passés depuis la victoire écrasante de Tsahal sur les armées égyptienne, syrienne et jordanienne, remportée au terme d’une guerre de six jours, la « plus courte de l’histoire d’Israël ». Un puissant sentiment d’optimisme s’emparait alors des Israéliens, sûrs que face à leur armée « invincible », les Arabes n’avaient plus d’autres choix que de négocier un accord de paix. Cette euphorie est assez compréhensible. La population venait de vivre des semaines d’angoisse éprouvantes, convaincue que Gamal Abdel Nasser lancerait une attaque-surprise.

Lire la suite
« Cette France de gauche qui vote Front national »

« Cette France de gauche qui vote Front national »

En se qualifiant pour le second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen a conforté la position du Front national au premier rang des forces politiques en France. Dans son dernier ouvrage, Cette France de gauche qui vote FN (éd. Seuil), Pascal Perrineau, professeur des universités à Sciences Po,  enquête sur ces électeurs de gauche qui ont contribué à installer un parti dit d’extrême-droite sans avoir l’impression de renier en quoi que ce soit leurs convictions. Analyse.

Lire la suite
Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Fondée en 1980, l’association Junior Consulting de Sciences Po est une des premières junior entreprises créées en France. Véritable cabinet de conseil étudiant, Junior Consulting propose aux étudiants des missions dans les conditions du réel. Ou comment acquérir de l’expérience tout en arrondissant ses fins de mois. Rencontre avec Marine Poylo, présidente, Roxane Salabi, responsable qualité, et Rozenn Bichon, responsable affaires publiques de l’association.

Lire la suite
5 chiffres clés sur le projet Welcome Refugees

5 chiffres clés sur le projet Welcome Refugees

Depuis mars 2016, Sciences Po accueille chaque année une promotion d’étudiants demandeurs d’asile ou réfugiés. Cette initiative, lancée par nos étudiants et baptisée Welcome Refugees, est désormais devenue un programme à part entière, en partenariat avec l’ONG Wintegreat. Sciences Po accueillera à la rentrée sa troisième promotion. L’occasion de faire un bilan en 5 chiffres clés.

Lire la suite
Sciences Po passe le Bac

Sciences Po passe le Bac

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec sa nouvelle série vidéo “Sciences Po passe le Bac”. À chaque épisode, un prof de Sciences Po traite un sujet des annales du Bac en sciences sociales. Quel plan ? quelles notions-clés ? que faire des documents ? quel piège à éviter ? En moins de 7 minutes, de quoi se préparer à l’épreuve avec méthode, précision, et clarté.

Lire la suite

"On me dit que je suis trop jeune pour la politique"

Elle est étudiante à Sciences Po, elle a eu 18 ans lors de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle et elle est déjà candidate. Morgane Guerreau est la plus jeune représentante de ces élections législatives 2017, investie sous la bannière du parti Allons Enfants. Ses thèmes de campagne ? L'écologie, l'Europe, le numérique... Morgane Guerreau est représentative d’une jeunesse qui n’a plus envie d’attendre que ses préoccupations soient débattues à l’Assemblée. Interview.

Lire la suite
Réinventer le monde

Réinventer le monde

Du 31 mai au 4 juin, environ 600 étudiants venus du monde entier se sont réunis à Sciences Po pour repenser les relations internationales en participant au Paris International Model United Nations (PIMUN). Cette manifestation, qui se tient chaque année à Paris, a été fondée en 2011 par des étudiants de plusieurs universités prestigieuses, dont Sciences Po, HEC et La Sorbonne.

Lire la suite