L’Europe mobile : les leçons d'une expérience unique au monde

Dans son nouvel ouvrage Mobile Europe (eng), Ettore Recchi, professeur de sociologie à l’OSC, apporte des éléments de réflexion sur un sujet qui est au cœur de ses problématiques de recherche depuis plusieurs années* : la mobilité et l’intégration européenne. Les tenants d’une relance de l’intégration y trouveront  là matière à réflexion.

Auparavant, les européens émigraient. Maintenant ils se déplacent.

Les visas, passeports et la pléthore d’autres autorisations de déplacement sont révolus depuis longtemps pour les personnes désireuses de franchir les frontières de l’Union Européenne. L’intégration européenne a créé une vaste zone supranationale dans laquelle le contrôle de l’État sur les déplacements des individus s’est singulièrement restreint, créant une expérience naturelle et originale au niveau mondial : une région sans frontière.

L’UE a ainsi bâti, sur la base d’un marché commun, une infrastructure politique offrant un système de mobilité individuelle, via un principe de libre circulation des ressortissants de l’UE.  En vertu de celui-ci, les citoyens bénéficient du droit unique de se déplacer comme ils l’entendent à travers les 28 états souverains.

En dépit de la multiplication des accords et alliances internationales dans les différentes régions du monde, rien de tel n’existe ailleurs. La liberté individuelle de mobilité transfrontalière distingue l’UE d’autres projets d’intégration d’inspiration néo-libérale comme l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain). C’est dans l’histoire une réalisation inhabituelle et avant-gardiste qui est vraisemblablement aujourd’hui trop mésestimée, au moment où souffle un vent de pessimisme sur l’avenir de l’UE.

Mobile Europe décrit en premier lieu l’histoire et les principes de ce régime politico-économique, puis s’intéresse à ses effets sur la vie des citoyens européens. Démographiquement, la libre circulation a gagné du terrain au fil du temps, notamment lors des élargissements des années 2000. Les mobilités internes à l’UE remplacent en partie les flux de main d’œuvre provenant des réservoirs situés dans des pays tiers. La libre circulation est cependant bien plus que cela : elle recouvre une grande diversité de mobilités qui ne correspondent pas aux schémas traditionnels de migration. Elle est aussi un cadre politique qui s’adapte à une appétence croissante pour la mobilité spatiale. Partout dans le monde le nombre de personnes franchissant les frontières des états-nations s’est accru de manière exponentielle, quelles qu’en soient les raisons - des migrations économiques aux différentes formes de tourisme.  

Mais quelle est l’influence de ces expériences de mobilités internationales, en forte expansion, sur les pratiques de citoyenneté et le sentiment d’appartenance ? Sur la base de données originales recueillies depuis le début des années 2000, l’auteur avance l’idée que les mouvements intra-européens nourrissent certes un intérêt et des pratiques cosmopolites, mais ils ne sont pas suffisants en eux-mêmes pour générer une adhésion et une participation citoyennes à l’UE. Les européens mobiles constituent néanmoins une population stratégique pour la relance d’une intégration européenne plus portée par une vision politique commune que par des référentiels économiques.    

* Les données utilisées ont été principalement recueillies dans le cadre de 3 projets de recherche internationaux sur la mobilité en Europe, financés par la Commission européenne : PIONEUR, Moveact, Eucross.

En savoir plus sur

L'ouvrage : Mobile Europe. The Theory and Practice of Free Movement in the EU (eng).

L'auteur : Ettore Recchi

Des sculptures pour le futur campus : découvrez l’artiste lauréat !

Des sculptures pour le futur campus : découvrez l’artiste lauréat !

À son ouverture, le nouveau site du 1, Saint Thomas accueillera des étudiants, des chercheurs, des enseignants, mais aussi des sculptures ! Celles d’un jeune artiste colombien, Iván Argote, que notre jury vient de choisir pour inviter la création contemporaine dans cet écrin patrimonial. Avec un groupe d’étudiants, il démarre la création d’une série d’œuvres, parfois bancs, parfois sculptures, toujours porteuses de symboles et de messages... Découvrez son parcours et sa vision. 

Lire la suite
Covid-19 : une crise organisationnelle

Covid-19 : une crise organisationnelle

La crise du Covid-19 révèle la difficulté des décideurs à appréhender des problèmes complexes : pour les sociologues Olivier Borraz et Henri Bergeron (CSO), le réflexe qui consiste à créer de nouvelles organisations en réponse à l’incertitude a fait la preuve de son inefficacité. Selon eux, les dirigeants devraient, face aux défis de la crise sanitaire en cours, adopter une démarche scientifique plutôt que d’attendre de la science une vérité absolue. Entretien.                        

Lire la suite
Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

C’est une leçon de rentrée historique à tous points de vue qui s’est déroulée ce jeudi 10 septembre 2020 : délivrée en ligne, l’intervention d’Olivier Duhamel, président de la Fondation nationale des sciences politiques, s’adressait à tous les étudiants du Collège universitaire, mais aussi à un large public grâce à une diffusion en direct sur Youtube. “Argumentez, doutez, écrivez, découvrez qui vous êtes, et faites l’amitié” : l’éminent Professeur de droit constitutionnel a prodigué ses conseils et répondu aux questions des étudiants. Une ode à l’esprit de liberté, à revoir en intégralité. 

Lire la suite
3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

Plus que quelques jours pour participer à la quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour se lancer. 

Lire la suite
Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Après un semestre de printemps qui a basculé en ligne dans l'urgence, le semestre d'automne démarre à Sciences Po sous le signe du "double campus", avec des cours au format largement réinventé. À quelques jours de la rentrée fixée au 14 septembre 2020, tour d'horizon de cette réinvention pédagogique avec Delphine Grouès, Directrice de l'Institut des compétences et de l'innovation. 

Lire la suite

Paris : quoi de neuf sur le chantier du futur campus ?

Paris : quoi de neuf sur le chantier du futur campus ?

Lorsque l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue, il deviendra le cœur du futur campus parisien. Pour le moment, sous les échafaudages, le lieu poursuit sa transformation grâce aux grandes machines et aux hommes de l’art. Aperçu du chantier sous l’œil de notre photographe, Martin Argyroglo.

Lire la suite
“Apprendre le droit sans le sacraliser”

“Apprendre le droit sans le sacraliser”

Doyen délégué de l’École de droit depuis un an, Sébastien Pimont prend à la rentrée de septembre 2020 la succession de Christophe Jamin en tant que doyen. Une relève préparée de longue date, et qui intervient dans un contexte pédagogique inédit. Pas de quoi effrayer ce Professeur des universités qui y voit l’opportunité de poursuivre la réinvention pédagogique permanente, marque de fabrique de l’École de droit. Entretien.

Lire la suite