Lévi-Strauss : un portrait sensible

Emmanuelle Loyer, historienne à Sciences Po, a été couronnée cet automne du prix Femina essai 2015 pour sa biographie de Lévi-Strauss. S’appuyant sur des archives encore inexploitées, Emmanuelle Loyer nous invite avec cet ouvrage à découvrir le parcours d’une figure sans égale dont l’amour du sensible a façonné la pensée. Interview.

L’identité multiple de Claude Lévi-Strauss est un des traits les plus frappants qui apparaît dans votre biographie : il semble vouloir appartenir à plusieurs époques, plusieurs cultures…

Emmanuelle Loyer : En effet, Lévi-Strauss est habité par des époques qu'il n'a pas vécues. Je donne une grande place à ces passés qui le constituent : il dit être un homme du XIXe siècle et affectionne la "fraîcheur" du regard du XVIe siècle. Lorsqu’il se rend au Brésil, il a en poche Jean de Lery (Le Voyage faict en la terre du Brésil). Sur son terrain brésilien, il rêve de cette rencontre inaugurale de la modernité entre le premier Indien et le premier Européen, en espérant retrouver à son tour, intacte, une forme de sidération.

En vous lisant, on découvre un jeune Lévi-Strauss, professeur de philosophie et militant socialiste. Deux expériences qu’il semble avoir reniées par la suite.

E. L. : La correspondance familiale que j'ai consultée (et qui vient d'être publiée) nous fait découvrir l'inimaginable : un Lévi-Strauss jeune et piaffant, féru de voitures (mais avec quelques difficultés à passer son permis), qui trouve tout passionnant et "épatant" (un mot d'époque)-  y compris les cours de philosophie -  un peu laborieux  - qu’il délivre au lycée de Mont de Marsan, son premier poste en 1933. Pour autant, dans Tristes Tropiques, il consacre des pages très dures à l'enseignement de la philosophie à la Sorbonne qu'il décrit comme une rhétorique artificielle qui "manque" le monde et le laisse terriblement insatisfait.  Sur le plan politique, il a  en effet été un socialiste zélé, non seulement aspirant à théoriser la philosophie du parti mais aussi un militant de terrain. Il s’est ensuite éloigné de la politique et a sous-estimé ce que cette expérience lui a apporté.

À travers cette biographie, on découvre aussi l’émergence de l’ethnologie et celle du structuralisme, tout du moins en France.

E. L. : L'ethnologie a "émergé" bien avant Lévi-Strauss mais on pourrait dire qu'il a refondé l'ethnologie en la renommant "anthropologie" et en l'arrimant à un programme théorique fort -le structuralisme -, une ambition de connaissance concurrente de celle de la philosophie. Ce changement sémantique se produit dans les années 1950, au retour de son séjour aux États-Unis. Il l'installe au cœur de l'institution scientifique française en intitulant sa chaire au Collège de France: "Anthropologie sociale". À travers la biographie, j'ai en effet voulu écrire l'histoire de ces regroupements de savoirs qu'on appelle "disciplines" et qui sont mouvants dans l'histoire.

Vous expliquez que lorsque Lévi-Strauss enseignait à l’Université de São Paulo, il se refusait à distiller une science figée et encourageait les étudiants à forger leurs propres visions du monde.

E. L. : Le jeune professeur Lévi-Strauss est  nommé au Brésil pour enseigner la sociologie philosophante d'Auguste Comte et de Durkheim tel qu'ils sont interprétés côté brésilien. Mais lui  veut, au contraire, ancrer la science sociale dans la recherche empirique et l'enquête. Le Brésil lui semble un merveilleux laboratoire, notamment la ville de São Paulo, un modèle d'urbanité américaine à l'état pur. C'est pourquoi il envoie ses étudiants dans les rues et dans les archives et les fait travailler de façon très expérimentale sur un terrain. C'est assez mal vu à l'université qui pratique plutôt les cours magistraux ex cathedra.

Sur le tard, il devient une figure incarnant sagesse et modestie, deux valeurs qu’il considère comme étant la meilleure façon d’aborder les sciences et notamment les sciences sociales.

E. L. : Absolument. Modestie car la péremption est le destin fatal des théories et des résultats dans les sciences qui fonctionnent par accumulation et révision de savoirs. Sagesse car les sciences sociales ne peuvent aspirer à la forme de vérité des sciences dites dures : leurs prévisions sont souvent fausses et leurs conclusions approximatives. La sagesse, c'est le destin "à mi-hauteur" des sciences sociales, entre la connaissance et l'action, tout en n'étant totalement ni l'une ni l'autre. Sagesse aussi en ce que le travail scientifique, qui est vraiment digne et beau chez Lévi-Strauss à l'égale de l'art, n'est jamais terminé : toute quête scientifique mène à se poser de nouvelles questions et permet de comprendre pourquoi cela sera sans fin.

Malgré sa stature de penseur de premier ordre, un certain nombre de ses positions ont été et sont encore critiquées.

E. L. : On peut distinguer deux types de critiques : celles, venant du milieu anthropologique, souvent anglo-saxon, et qui va l'attaquer sur les fondements éruditionnels de son travail, remettre en cause telle ou telle analyse factuelle en sous-entendant que tout cela est assez "fumeux" et très "French thinking". D'autre part, à partir du début des années 1970 (et même avant en fait), le paradigme structuraliste est contesté par tout un pan de la pensée philosophique mais aussi des sciences sociales (l'ethnologie marxisante, la sociologie bourdieusienne, la philosophie post-structuraliste, etc) sans compter les attaques proprement idéologiques après 1968 qui voient dans le structuralisme une pensée surplombante, objectivante, néo-coloniale : on remet alors en avant les acteurs sociaux contre la structure, les stratégies contre les règles, les récits pluriels et décentrés contre le grand Récit unique, etc.

Comment expliquer que c’est Tristes tropiques qui lui a valu sa célébrité alors que du point de vue scientifique, il ne s’agit pas de son œuvre majeure ?

E. L. : Tristes Tropiques représente un moment et occupe un statut particuliers dans son œuvre. Il l'écrit dans une dynamique d'exutoire après une période d'échec professionnel: il brûle ses vaisseaux et accouche d'un livre au genre indéfini, mi voyage philosophique, mi ethnographic account. Il est reçu comme une véritable déflagration par un grand public sensible à la beauté du texte autant qu'aux enjeux critiques qu'il recèle. Ensuite, Lévi-Strauss n'écrira plus de "littérature". Mais en réalité, toute son œuvre brouille la frontière entre science et littérature.  

Il se montre profondément pessimiste quant à l’évolution des sociétés occidentales, à la modernité.

E. L. : Oui, son regard d'ethnologue puis de vieil homme (il vit jusqu'à presque 101 ans !) lui donnent la capacité de regarder notre monde à distance. Et ce qu'il voit lui déplaît. Dans la critique de la modernité occidentale, il vise surtout l'arrogance d'un humanisme qui a installé l'homme en maître du cosmos - avec les conséquences non seulement écologiques mais historiques que l'on sait. Pour lui par exemple, les tragédies historiques du type génocide, s'expliquent par cette sanctuarisation du règne des humains et de la séparation instituée entre les hommes et les autres êtres vivants. L'expulsion périodique d'une partie de l'humanité par une autre lui semble en découler. Au contraire, les sociétés sauvages mettent beaucoup d'énergie à conserver un équilibre entre la nature, les animaux et les hommes. Mais son pessimisme sur l'uniformisation presque fatale des sociétés est tempéré par son sentiment de la contingence en histoire.

Il était aussi esthète et a accordé beaucoup d’attention au monde sensible

E. L. : Dans son œuvre, il vise avant tout à réconcilier le sensible et l'intelligible. Dans sa vie, il fut constamment bercé par les arts, la musique, la peinture, la littérature, mais aussi des arts plus populaires comme la cuisine qui mobilise pleinement le goût et l'odorat. Les descriptions vibrantes de Tristes Tropiques montrent à quel point il vit par les cinq sens.

Son dernier livre - Regarder, écouter, lire - est consacré à l'esthétique - celle de son monde (Poussin, Rameau…) mais aussi de celui des sociétés qu'il a étudiées (les masques, l'art de la vannerie). L'énigme du Beau joue un rôle crucial dans sa vie comme dans sa pensée. Et finalement, les questions d'esthétique lui semblent être les problèmes majeurs pour les sciences de l'homme.

En savoir plus

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite