"J'ai troqué mon attaché-case pour un sac à dos"

Après dix ans dans la gestion des affaires publiques au niveau européen, Clara Thompson-Lipponen a décidé de se lancer dans un master en un an à Sciences Po. Une expérience qui a donné une nouvelle dimension à sa carrière. Témoignage.

Clara Thompson-Lipponen a obtenu avec les honneurs en 2015 son diplôme de master en un an de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). Désormais conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE, elle raconte comment ce diplôme de master à Sciences Po a donné un coup d’accélérateur à sa carrière, après dix ans dans les affaires publiques européennes.  

Pourquoi avez vous fait le choix de suivre un master en un an à Sciences Po ?

Clara Thompson-Lipponen : J’avais travaillé dans la gestion des affaires publiques à Bruxelles pendant dix ans, pour le Département d’État américain et pour l’industrie européenne des aliments et des boissons. En suivant mon mari dont la carrière l’appelait à Paris, j’ai mis la mienne entre parenthèses pour m’occuper de mon fils. Après ce break, retrouver un poste s’est avéré bien plus difficile que ce à quoi je m’attendais. Après avoir réfléchi à toutes les options, reprendre des études à l’université m’a semblé être la meilleure stratégie. Je souhaitais actualiser mes compétences, et les étendre à des domaines plus quantitatifs, comme les statistiques et l’économie. Je voulais aussi aborder des sujets que j’avais toujours eu envie d’étudier, comme l’agriculture et le droit commercial international. Le master en un an proposé par Sciences Po était la formule idéale pour re-booster ma carrière en un minimum de temps, tout en me donnant accès à toutes les connaissances qui m’intéressaient.

Qu’est-ce que cette expérience a changé dans votre carrière ?

C. T.-L. : Je n’ai pas encore énormément de recul, mais j’ai travaillé sans interruption depuis l’obtention de mon diplôme en juillet 2015 : il n’y a pour moi aucun doute sur le fait que c’est lié à cette nouvelle ligne sur mon CV. Mes diplômes précédents, obtenus en affaires européennes à l’Université Nationale d’Irlande, m’avaient été très utiles durant mon parcours à Bruxelles. Mais après un déménagement et une pause dans ma carrière, j’avais besoin de prouver à mes futurs employeurs que mes compétences étaient toujours pertinentes et affûtées.

Parmi les compétences que vous avez développées durant ce master en un an à Sciences Po, quelles sont celles qui ont le plus compté pour votre poste actuel ?

C. T.-L. : C’est d’abord le contenu des cours eux-mêmes - en agriculture, économie et droit commercial - qui s’est révélé très utile pour ma mission actuelle de conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE.

Ensuite, de manière plus générale, l’intensité de la charge de travail demandée m’a appris à travailler efficacement avec un niveau de pression que je n’avais jamais eu à gérer auparavant ! Ce master m’ a poussée hors de ma zone de confort, que ce soit en termes de volume de travail ou de contenu des enseignements, notamment sur des sujets quantitatifs. Je n’oublierai jamais mon premier examen après 15 ans sans faire de macro-économie : j’avais la peur au ventre ! Mais tout cela en valait vraiment la peine : c’est en troquant mon attaché-case contre un sac-à-dos d’étudiante que j’ai pu donner un coup d’accélérateur à ma carrière.

Y’a-t-il un autre élément essentiel à retenir ?

C. T.-L. : Il y a trois choses que je n’oublierai pas. D’abord beaucoup de nos enseignants étaient particulièrement charismatiques et accompagnaient énormément les étudiants. Ensuite, notre responsable pédagogique, était quelqu’un d’extrêmement avisé, qui ne ménageait pas ses efforts pour nous. Et enfin, mes camarades de cours, qui étaient à la fois les professionnels avec qui nous formions un groupe très soudé, mais aussi des étudiants plus jeunes avec qui nous avions certains cours en commun, et dont je n’oublierai pas l’enthousiasme et l’ouverture d’esprit. Cela a été  une chance exceptionnelle de pouvoir retourner sur les bancs de la fac à ce moment là de ma vie, et de travailler avec des gens de cette qualité.

>> Découvrez nos programmes de master en un an

Concours juridiques : un palmarès brillant

Concours juridiques : un palmarès brillant

Après les très bons résultats obtenus à l'examen du barreau 2016 avec 65 admis sur les 78 candidats présentés, l’École de Droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 50 % au concours de l’École Nationale de la Magistrature (ENM).

Lire la suite
“Ne pas laisser la jeunesse aux portes des grandes écoles”

“Ne pas laisser la jeunesse aux portes des grandes écoles”

“Cette jeunesse recèle des talents dont la société ne peut se passer ; nous ne pouvons la laisser aux portes des grandes écoles.” Philippe Bonneville, proviseur du lycée Jean-Jacques Rousseau à Sarcelles, connaît bien le quotidien d’un établissement scolaire situé dans une zone défavorisée. Ses marges de manoeuvres et, malheureusement, aussi, ses limites.

Lire la suite
Assassinats ciblés :

Assassinats ciblés : "Messieurs les Français, tirez les derniers !"

La France – en l’occurrence son exécutif secondé par certains de ses militaires et de ses agents du renseignement – a établi une liste de noms de personnes, des Français notamment, dont les jours sont comptés. Ces personnes devraient être tuées au nom du danger sécuritaire qu’elles représentent pour la vie d’autres Français. Elles se trouvent au Proche-Orient, notamment en Syrie.

Lire la suite
“L’État doit devenir une plateforme mue par la multitude”

“L’État doit devenir une plateforme mue par la multitude”

L’École d’affaires publiques de Sciences Po inaugure lundi 16 janvier son incubateur de politiques publiques qui, associé à d’autres écoles, universités, institutions publiques et entreprises, permettra à des équipes pluridisciplinaires d'imaginer et de développer concrètement des solutions innovantes relevant de l’intérêt général. Le programme combine ingénierie, design et numérique avec les sciences sociales et privilégie l’expérience des citoyens.

Lire la suite
ENA : 82 % des nouveaux admis viennent de Sciences Po

ENA : 82 % des nouveaux admis viennent de Sciences Po

Les étudiants de Sciences Po constituent 82 % de la promotion qui va faire son entrée à l’ENA, mais aussi près de 60 % des futurs adjoints de direction à la Banque de France et un tiers des futurs directeurs d’hôpital. Les derniers résultats des concours administratifs consacrent la préparation assurée par l’École d’affaires publiques comme la meilleure en France pour réussir les concours de la haute fonction publique (en photo ci-dessus, Justine Boniface, l'une des 35 étudiants de Sciences Po qui viennent d'être admis à l'ENA.)

Lire la suite

"Se dire que l’on a autant de chances de réussir que les autres"

Le 13 décembre 2016, à l’occasion du 15ème anniversaire de la création des Conventions éducation prioritaire (CEP), le programme qui permet à des lycéens issus de zones défavorisées d’intégrer Sciences Po, des étudiants, des diplômés et un proviseur de lycée ont raconté leurs parcours et leur vision de l’égalité des chances. Découvrez le témoignage de Pablo Ahumada, originaire de Chelles en région parisienne.

Lire la suite
Summer School 2017 : à vos candidatures !

Summer School 2017 : à vos candidatures !

C'est parti : les candidatures pour l'édition 2017 de la Summer School sont ouvertes. Avec deux programmes distincts, un pour les étudiants, et un pour les lycéens, c'est une opportunité de découvrir l'expérience Sciences Po le temps d'un été. Voici tout ce qu'il faut savoir avant de candidater. 

Lire la suite
Israël : les raisons de la paix

Israël : les raisons de la paix

Dans son dernier ouvrage, Israël et ses colombes. Enquête sur le camp de la paix, Samy Cohen, chercheur émérite au CERI, retrace l’évolution du camp de la paix en Israël, nous permettant de mieux comprendre l’état d’esprit de la population israélienne à l’égard du conflit israélo-palestinien. Interview

Lire la suite
Les données du savoir

Les données du savoir

Dans le cadre du Sommet mondial d’un Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) qui s’est tenu à Paris début décembre, Soufiane Lemqari, alumni Sciences Po, revient sur les enjeux de partager en toute transparence les données et les biens numériques. Surtout en matière d'éducation. En écho à sa start-up, créée dans son pays d'origine le Maroc, avec pour objectif, l’accès au savoir et à l’enseignement pour tous. Interview

Lire la suite