"J'ai troqué mon attaché-case pour un sac à dos"

Après dix ans dans la gestion des affaires publiques au niveau européen, Clara Thompson-Lipponen a décidé de se lancer dans un master en un an à Sciences Po. Une expérience qui a donné une nouvelle dimension à sa carrière. Témoignage.

Clara Thompson-Lipponen a obtenu avec les honneurs en 2015 son diplôme de master en un an de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). Désormais conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE, elle raconte comment ce diplôme de master à Sciences Po a donné un coup d’accélérateur à sa carrière, après dix ans dans les affaires publiques européennes.  

Pourquoi avez vous fait le choix de suivre un master en un an à Sciences Po ?

Clara Thompson-Lipponen : J’avais travaillé dans la gestion des affaires publiques à Bruxelles pendant dix ans, pour le Département d’État américain et pour l’industrie européenne des aliments et des boissons. En suivant mon mari dont la carrière l’appelait à Paris, j’ai mis la mienne entre parenthèses pour m’occuper de mon fils. Après ce break, retrouver un poste s’est avéré bien plus difficile que ce à quoi je m’attendais. Après avoir réfléchi à toutes les options, reprendre des études à l’université m’a semblé être la meilleure stratégie. Je souhaitais actualiser mes compétences, et les étendre à des domaines plus quantitatifs, comme les statistiques et l’économie. Je voulais aussi aborder des sujets que j’avais toujours eu envie d’étudier, comme l’agriculture et le droit commercial international. Le master en un an proposé par Sciences Po était la formule idéale pour re-booster ma carrière en un minimum de temps, tout en me donnant accès à toutes les connaissances qui m’intéressaient.

Qu’est-ce que cette expérience a changé dans votre carrière ?

C. T.-L. : Je n’ai pas encore énormément de recul, mais j’ai travaillé sans interruption depuis l’obtention de mon diplôme en juillet 2015 : il n’y a pour moi aucun doute sur le fait que c’est lié à cette nouvelle ligne sur mon CV. Mes diplômes précédents, obtenus en affaires européennes à l’Université Nationale d’Irlande, m’avaient été très utiles durant mon parcours à Bruxelles. Mais après un déménagement et une pause dans ma carrière, j’avais besoin de prouver à mes futurs employeurs que mes compétences étaient toujours pertinentes et affûtées.

Parmi les compétences que vous avez développées durant ce master en un an à Sciences Po, quelles sont celles qui ont le plus compté pour votre poste actuel ?

C. T.-L. : C’est d’abord le contenu des cours eux-mêmes - en agriculture, économie et droit commercial - qui s’est révélé très utile pour ma mission actuelle de conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE.

Ensuite, de manière plus générale, l’intensité de la charge de travail demandée m’a appris à travailler efficacement avec un niveau de pression que je n’avais jamais eu à gérer auparavant ! Ce master m’ a poussée hors de ma zone de confort, que ce soit en termes de volume de travail ou de contenu des enseignements, notamment sur des sujets quantitatifs. Je n’oublierai jamais mon premier examen après 15 ans sans faire de macro-économie : j’avais la peur au ventre ! Mais tout cela en valait vraiment la peine : c’est en troquant mon attaché-case contre un sac-à-dos d’étudiante que j’ai pu donner un coup d’accélérateur à ma carrière.

Y’a-t-il un autre élément essentiel à retenir ?

C. T.-L. : Il y a trois choses que je n’oublierai pas. D’abord beaucoup de nos enseignants étaient particulièrement charismatiques et accompagnaient énormément les étudiants. Ensuite, notre responsable pédagogique, était quelqu’un d’extrêmement avisé, qui ne ménageait pas ses efforts pour nous. Et enfin, mes camarades de cours, qui étaient à la fois les professionnels avec qui nous formions un groupe très soudé, mais aussi des étudiants plus jeunes avec qui nous avions certains cours en commun, et dont je n’oublierai pas l’enthousiasme et l’ouverture d’esprit. Cela a été  une chance exceptionnelle de pouvoir retourner sur les bancs de la fac à ce moment là de ma vie, et de travailler avec des gens de cette qualité.

>> Découvrez nos programmes de master en un an

Bilan des admissions 2016 : Sciences Po conforte son attractivité

Bilan des admissions 2016 : Sciences Po conforte son attractivité

Le bilan des admissions 2016 confirme la progression de l’attractivité de chacun des trois cycles de Sciences Po, avec une hausse totale des candidatures de 7% par rapport à 2015. Toutes les procédures d’admissions : examen, procédure internationale et Conventions éducation prioritaire (CEP) voient leur nombre de candidats augmenter. La stabilité du taux d’admis et la diversité des profils sont garantes de l’excellence de la formation. Les effectifs totaux, qui comptent 59% de femmes, restent quasi stables cette année. #AdmissionsScPo

Lire la suite
L'ambition toujours plus haute de Sciences Po en faveur de l'égalité Femmes-Hommes

L'ambition toujours plus haute de Sciences Po en faveur de l'égalité Femmes-Hommes

Sciences Po est engagé depuis plusieurs années en faveur de l’égalité femmes-hommes grâce à toute une série d’actions concrètes : la création du programme d’étude sur le genre PRESAGE, la coordination du projet européen pour l’égalité EGERA, la participation au mouvement HeForShe à l’ONU, la création d’une Cellule de veille sur le harcèlement sexuel. En 2015, Sciences Po avec en son sein une référente dédiée, lance un plan d’action ambitieux pour l’égalité femmes-hommes qui a pour but de sensibiliser aux questions d’égalité, de discrimination et de violences morales et sexuelles. Du 25 novembre au 10 décembre, la direction de la vie universitaire de Sciences Po a mobilisé toute la communauté de l’institution autour de cet enjeu : les étudiant-e-s, les personnels administratifs et académiques. Qu’en pensent-ils ? Où en est-on ? Un salarié de l'institution une chercheure et un étudiant en témoignent.

Lire la suite
La transition numérique est une révolution politique

La transition numérique est une révolution politique

Du 7 au 9 décembre se tient à Paris le Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO). Présidé par la France, ce sommet mondial vise à promouvoir la transparence de l’action publique et l’innovation démocratique en exploitant les possibilités offertes par les outils numériques. Près de 80 pays y sont représentés : membres de de gouvernements, acteurs de la société civile dont l'École d’affaires publiques de Sciences Po. Entretien avec Yann Algan, doyen de l'École d’affaires publiques et chercheur au Département d'économie, qui a fait des questions de data et de bien public l’un des fers de lance de ses travaux.

Lire la suite
Classement PISA : ce qui se confirme et ce qui change

Classement PISA : ce qui se confirme et ce qui change

Le cru 2015 de l’enquête Pisa est arrivé et, particulièrement réactif, le ministère de l’Éducation a déjà publié deux « Notes d’information » téléchargeables pour présenter les principaux résultats. Gageons que la presse va se faire relativement discrète, vu que la stabilité domine quant aux performances des élèves français, telles qu’observées dans PISA, notamment depuis 2006. On ne pourra pas cette fois pointer la dégradation du niveau moyen ni notre dégringolade dans le classement.

Lire la suite
La clinique du droit, une école à cœur ouvert

La clinique du droit, une école à cœur ouvert

Marier la théorie et la pratique, en invitant les étudiants à travailler sur des cas concrets, d'intérêt général, auprès d'entreprises, d'institutions ou d'associations : c'est l'objectif de la "clinique du droit" initiée par l'École de droit de Sciences Po. Voir la vidéo

Lire la suite
“André Malraux et moi”

“André Malraux et moi”

Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherche CNRS émérite au CEVIPOF, a rencontré André Malraux à la fin des années 1960 dans le cadre de sa thèse qui portait sur les liens que l’intellectuel entretenait avec le gaullisme. À l’occasion du colloque qui s’est déroulé à Sciences Po les 23 et 24 novembre 2016 sur la "réception d'André Malraux aujourd'hui", Janine Mossuz-Laveau revient sur l’homme qu’elle a connu et avec lequel elle a noué une riche et grande amitié. Interview

Lire la suite
14 nouveaux chercheurs rejoignent Sciences Po

14 nouveaux chercheurs rejoignent Sciences Po

Depuis 2009, plus de cent chercheurs ont intégré les unités de recherche de Sciences Po. Cette année, ils sont quatorze à rejoindre l’institution pour enrichir la recherche et les enseignements. Ils sont économistes, historiens, juristes, politistes, sociologues ou encore géographes. Découvrez leur parcours et leurs axes de recherche.

Lire la suite
La recherche au cœur de Sciences Po

La recherche au cœur de Sciences Po

Le Forum de la recherche s’est déroulé à Sciences Po le 15 novembre avec pour objectif de présenter les champs d'activités de la recherche et de permettre de rencontrer des chercheurs et des doctorants. Quels sont les domaines d’études de nos chercheurs et à quoi correspondent les différents labos de recherche? 

Lire la suite