"J'ai troqué mon attaché-case pour un sac à dos"

Après dix ans dans la gestion des affaires publiques au niveau européen, Clara Thompson-Lipponen a décidé de se lancer dans un master en un an à Sciences Po. Une expérience qui a donné une nouvelle dimension à sa carrière. Témoignage.

Clara Thompson-Lipponen a obtenu avec les honneurs en 2015 son diplôme de master en un an de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). Désormais conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE, elle raconte comment ce diplôme de master à Sciences Po a donné un coup d’accélérateur à sa carrière, après dix ans dans les affaires publiques européennes.  

Pourquoi avez vous fait le choix de suivre un master en un an à Sciences Po ?

Clara Thompson-Lipponen : J’avais travaillé dans la gestion des affaires publiques à Bruxelles pendant dix ans, pour le Département d’État américain et pour l’industrie européenne des aliments et des boissons. En suivant mon mari dont la carrière l’appelait à Paris, j’ai mis la mienne entre parenthèses pour m’occuper de mon fils. Après ce break, retrouver un poste s’est avéré bien plus difficile que ce à quoi je m’attendais. Après avoir réfléchi à toutes les options, reprendre des études à l’université m’a semblé être la meilleure stratégie. Je souhaitais actualiser mes compétences, et les étendre à des domaines plus quantitatifs, comme les statistiques et l’économie. Je voulais aussi aborder des sujets que j’avais toujours eu envie d’étudier, comme l’agriculture et le droit commercial international. Le master en un an proposé par Sciences Po était la formule idéale pour re-booster ma carrière en un minimum de temps, tout en me donnant accès à toutes les connaissances qui m’intéressaient.

Qu’est-ce que cette expérience a changé dans votre carrière ?

C. T.-L. : Je n’ai pas encore énormément de recul, mais j’ai travaillé sans interruption depuis l’obtention de mon diplôme en juillet 2015 : il n’y a pour moi aucun doute sur le fait que c’est lié à cette nouvelle ligne sur mon CV. Mes diplômes précédents, obtenus en affaires européennes à l’Université Nationale d’Irlande, m’avaient été très utiles durant mon parcours à Bruxelles. Mais après un déménagement et une pause dans ma carrière, j’avais besoin de prouver à mes futurs employeurs que mes compétences étaient toujours pertinentes et affûtées.

Parmi les compétences que vous avez développées durant ce master en un an à Sciences Po, quelles sont celles qui ont le plus compté pour votre poste actuel ?

C. T.-L. : C’est d’abord le contenu des cours eux-mêmes - en agriculture, économie et droit commercial - qui s’est révélé très utile pour ma mission actuelle de conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE.

Ensuite, de manière plus générale, l’intensité de la charge de travail demandée m’a appris à travailler efficacement avec un niveau de pression que je n’avais jamais eu à gérer auparavant ! Ce master m’ a poussée hors de ma zone de confort, que ce soit en termes de volume de travail ou de contenu des enseignements, notamment sur des sujets quantitatifs. Je n’oublierai jamais mon premier examen après 15 ans sans faire de macro-économie : j’avais la peur au ventre ! Mais tout cela en valait vraiment la peine : c’est en troquant mon attaché-case contre un sac-à-dos d’étudiante que j’ai pu donner un coup d’accélérateur à ma carrière.

Y’a-t-il un autre élément essentiel à retenir ?

C. T.-L. : Il y a trois choses que je n’oublierai pas. D’abord beaucoup de nos enseignants étaient particulièrement charismatiques et accompagnaient énormément les étudiants. Ensuite, notre responsable pédagogique, était quelqu’un d’extrêmement avisé, qui ne ménageait pas ses efforts pour nous. Et enfin, mes camarades de cours, qui étaient à la fois les professionnels avec qui nous formions un groupe très soudé, mais aussi des étudiants plus jeunes avec qui nous avions certains cours en commun, et dont je n’oublierai pas l’enthousiasme et l’ouverture d’esprit. Cela a été  une chance exceptionnelle de pouvoir retourner sur les bancs de la fac à ce moment là de ma vie, et de travailler avec des gens de cette qualité.

>> Découvrez nos programmes de master en un an

“Ce campus est un incroyable microcosme culturel

“Ce campus est un incroyable microcosme culturel"

Parmi tous les campus de Sciences Po, celui du Havre est un peu le campus des arts. Visiblement inspirés par l’air du large, les étudiants du Collège universitaire (1er cycle) le choisissent pour le programme Europe-Asie bien sûr, mais aussi pour son intense activité créative. Entretien avec Sixtine Le Bourdonnec, présidente du Bureau des Arts du campus en 2015/2016.

Lire la suite
Présidentielles en Autriche : du catastrophisme au soulagement ? Pas si vite !

Présidentielles en Autriche : du catastrophisme au soulagement ? Pas si vite !

Après un suspense de vingt-quatre heures, les résultats ont enfin été rendus publics ce lundi 23 mai : pour les six prochaines années, la République d’Autriche aura pour président non pas le favori, Norbert Hofer du FPÖ, mais le candidat écologiste, Alexander Van der Bellen. Le professeur d’économie, challenger du premier tour (il avait réuni un peu plus de 20 % des voix) devance de quelques dizaines de milliers de voix issues du vote par correspondance le candidat du parti de la Liberté d’Autriche qui avait, quant à lui, distancé tous ses rivaux à plus de 36 % des voix au premier tour.

Lire la suite
Pourquoi l’État veut gouverner nos comportements

Pourquoi l’État veut gouverner nos comportements

"Manger, bouger", "J'éco-rénove, j'économise", "Les médicaments génériques, c’est génial", "Fumer tue" : Que fait l’État lorsqu’il s’immisce ainsi dans nos vies privées et cherche à orienter nos pratiques ? La sociologue Sophie Dubuisson-Quellier, auteur de l’ouvrage Gouverner les conduites qui vient de paraître aux Presses de Sciences Po,   revient sur ces politiques qui visent autant à façonner le citoyen-consommateur qu’à intervenir sur l’économie.

Lire la suite
Sciences Po parmi les meilleures institutions de recherche en économie au monde

Sciences Po parmi les meilleures institutions de recherche en économie au monde

Les classements Ideas 2016 de la recherche en économie viennent d’être publiés. Établis à partir de la base de données Repec (Research papers in economics), ils se fondent sur les publications et citations scientifiques des dix dernières années. Sciences Po s'y classe parmi les 5% des meilleures institutions de recherche en économie au monde, aux côtés d’Harvard, la première, du Massachussets Institute of Technology (MIT) et de la London School of Economics (LSE).

Lire la suite

"Le blasphème est autant politique que religieux"

Dans son ouvrage, Les bûchers de la liberté, Anastasia Colosimo, doctorante à Sciences Po, analyse la notion de blasphème - d'une actualité brûlante - et ses évolutions. Elle révèle à quel point son usage reste ancré, alors même qu’il aurait dû disparaître dans des sociétés laïques. Et combien ses nouvelles acceptions peuvent s’avérer dangereuses. Explications.  

Lire la suite

"Faire des cartes, c’est acquérir un regard critique"

L’atelier de cartographie de Sciences Po fêtait ses 20 ans en 2015. Depuis sa création, il a imposé la carte comme un outil pédagogique innovant et interdisciplinaire, une marque de fabrique de la formation à Sciences Po. Un savoir-faire unique mis à disposition du grand public grâce à une cartothèque en ligne qui vient de faire peau neuve. Retour sur cette aventure de passionnés avec Patrice Mitrano, géographe-cartographe à l’atelier depuis 18 ans.

Lire la suite
“Génération Erasmus” au pouvoir : 3 questions à Sandro Gozi

“Génération Erasmus” au pouvoir : 3 questions à Sandro Gozi

Sandro Gozi, secrétaire d’État italien aux affaires européennes - et enseignant à Sciences Po depuis une quinzaine d'années - donnera une conférence le 18 mai 2016 sur le thème de son dernier livre, intitulé Génération Erasmus. Ils sont déjà au pouvoir (éd. Plon). Dans cet ouvrage, il met en lumière l'arrivée d'une nouvelle génération de dirigeants, anciens Erasmus comme lui, qui renouvellent les perspectives d'avenir pour l'Union. Entretien. 

Lire la suite
Le retour inattendu de la tolérance

Le retour inattendu de la tolérance

Tous les ans, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) remet au premier ministre un rapport sur « La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie », qui dresse le bilan tant des actes racistes – tels que les recense le ministère de l’Intérieur – que des préjugés, mesurés depuis 1990 par un sondage auprès d’un échantillon national représentatif de la population adulte résidant en France métropolitaine.

Lire la suite