"J'ai troqué mon attaché-case pour un sac à dos"

Après dix ans dans la gestion des affaires publiques au niveau européen, Clara Thompson-Lipponen a décidé de se lancer dans un master en un an à Sciences Po. Une expérience qui a donné une nouvelle dimension à sa carrière. Témoignage.

Clara Thompson-Lipponen a obtenu avec les honneurs en 2015 son diplôme de master en un an de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). Désormais conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE, elle raconte comment ce diplôme de master à Sciences Po a donné un coup d’accélérateur à sa carrière, après dix ans dans les affaires publiques européennes.  

Pourquoi avez vous fait le choix de suivre un master en un an à Sciences Po ?

Clara Thompson-Lipponen : J’avais travaillé dans la gestion des affaires publiques à Bruxelles pendant dix ans, pour le Département d’État américain et pour l’industrie européenne des aliments et des boissons. En suivant mon mari dont la carrière l’appelait à Paris, j’ai mis la mienne entre parenthèses pour m’occuper de mon fils. Après ce break, retrouver un poste s’est avéré bien plus difficile que ce à quoi je m’attendais. Après avoir réfléchi à toutes les options, reprendre des études à l’université m’a semblé être la meilleure stratégie. Je souhaitais actualiser mes compétences, et les étendre à des domaines plus quantitatifs, comme les statistiques et l’économie. Je voulais aussi aborder des sujets que j’avais toujours eu envie d’étudier, comme l’agriculture et le droit commercial international. Le master en un an proposé par Sciences Po était la formule idéale pour re-booster ma carrière en un minimum de temps, tout en me donnant accès à toutes les connaissances qui m’intéressaient.

Qu’est-ce que cette expérience a changé dans votre carrière ?

C. T.-L. : Je n’ai pas encore énormément de recul, mais j’ai travaillé sans interruption depuis l’obtention de mon diplôme en juillet 2015 : il n’y a pour moi aucun doute sur le fait que c’est lié à cette nouvelle ligne sur mon CV. Mes diplômes précédents, obtenus en affaires européennes à l’Université Nationale d’Irlande, m’avaient été très utiles durant mon parcours à Bruxelles. Mais après un déménagement et une pause dans ma carrière, j’avais besoin de prouver à mes futurs employeurs que mes compétences étaient toujours pertinentes et affûtées.

Parmi les compétences que vous avez développées durant ce master en un an à Sciences Po, quelles sont celles qui ont le plus compté pour votre poste actuel ?

C. T.-L. : C’est d’abord le contenu des cours eux-mêmes - en agriculture, économie et droit commercial - qui s’est révélé très utile pour ma mission actuelle de conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE.

Ensuite, de manière plus générale, l’intensité de la charge de travail demandée m’a appris à travailler efficacement avec un niveau de pression que je n’avais jamais eu à gérer auparavant ! Ce master m’ a poussée hors de ma zone de confort, que ce soit en termes de volume de travail ou de contenu des enseignements, notamment sur des sujets quantitatifs. Je n’oublierai jamais mon premier examen après 15 ans sans faire de macro-économie : j’avais la peur au ventre ! Mais tout cela en valait vraiment la peine : c’est en troquant mon attaché-case contre un sac-à-dos d’étudiante que j’ai pu donner un coup d’accélérateur à ma carrière.

Y’a-t-il un autre élément essentiel à retenir ?

C. T.-L. : Il y a trois choses que je n’oublierai pas. D’abord beaucoup de nos enseignants étaient particulièrement charismatiques et accompagnaient énormément les étudiants. Ensuite, notre responsable pédagogique, était quelqu’un d’extrêmement avisé, qui ne ménageait pas ses efforts pour nous. Et enfin, mes camarades de cours, qui étaient à la fois les professionnels avec qui nous formions un groupe très soudé, mais aussi des étudiants plus jeunes avec qui nous avions certains cours en commun, et dont je n’oublierai pas l’enthousiasme et l’ouverture d’esprit. Cela a été  une chance exceptionnelle de pouvoir retourner sur les bancs de la fac à ce moment là de ma vie, et de travailler avec des gens de cette qualité.

>> Découvrez nos programmes de master en un an

Égalité femmes-hommes à l’université : où en est-on ?

Égalité femmes-hommes à l’université : où en est-on ?

Les 16 et 17 juin 2016, Sciences Po accueillait un comité des “champions” du programme HeForShe, un mouvement de solidarité lancé par l’ONU Femmes en 2015. Aux côtés de neuf autres universités du monde entier, Sciences Po fait partie des dix “champions universitaires” du programme HeForShe, qui s’engagent à prendre des mesures audacieuses et efficaces pour atteindre l’égalité femmes-hommes, à la fois entre les murs de leurs institutions mais aussi hors les murs. Reportage.

Lire la suite
Les paris risqués de David Cameron

Les paris risqués de David Cameron

Les Britanniques votent ce jeudi 23 juin dans un référendum portant sur le maintien de leur pays dans l’Union européenne. Ce vote leur avait été promis en 2013 par le premier ministre conservateur, David Cameron. Il s’agissait alors pour le leader faible d’un parti divisé d’une promesse dont les coûts paraissaient bien éloignés et la réalisation improbable. Alors qu’il visait surtout à conforter sa position contestée comme leader du Parti conservateur et unioniste (pour le Royaume-Uni), il est possible qu’il reste dans l’Histoire comme l’homme politique responsable de l’éclatement du pays, d’une crise peut-être fatale de l’Union européenne (UE) et, enfin, d’une crise économique.

Lire la suite
Faciliter l'accueil des réfugiés à l'université

Faciliter l'accueil des réfugiés à l'université

Sciences Po et Kiron Open Higher Education viennent de signer un partenariat qui permet la reprise d’études de jeunes étudiants réfugiés. Il s'agit du premier accord signé par l'ONG allemande avec un établissement d'enseignement supérieur français. Il prévoit la mise à disposition par Sciences Po d’une sélection de cours de sciences sociales disponible sur la plateforme numérique de Kiron.

Lire la suite
Sciences Po acquiert l’Hôtel de l’Artillerie

Sciences Po acquiert l’Hôtel de l’Artillerie

Sciences Po a convenu avec l’État d’acquérir l’Hôtel de l’Artillerie, situé dans le VIIe arrondissement de Paris. Cette opération nous donne la capacité de créer un campus multidisciplinaire innovant au cœur de la capitale. Elle inscrit notre projet éducatif et scientifique dans le futur. Quatre ans de travaux sont prévus, pour une ouverture en 2021 : découvrez le projet en vidéo (ci-dessus).

Lire la suite
“Il n’y a qu’une seule solution : aller de l’avant”

“Il n’y a qu’une seule solution : aller de l’avant”

Le 14 juin 2016, Sciences Po, le Centre d’études et de recherches internationales de Montréal (CERIUM) et le centre d’excellence sur l’Union Européenne (CEUE - Université de Montréal/McGill University) organisaient une conférence à Montréal sur le “futur de l’Europe”. À la tribune : Pierre Moscovici, Commissaire européen et ancien Ministre de l’économie et des finances, en compagnie d’Enrico Letta, doyen de l'École des Affaires Internationales de Sciences Po et ancien Premier ministre italien.

Lire la suite
“La gauche doit s’emparer d’un discours de la nation qui serait sans nationalisme”

“La gauche doit s’emparer d’un discours de la nation qui serait sans nationalisme”

Pierre Nora, historien français et membre de l’Académie française, a donné la conférence inaugurale d’un colloque international consacré à "La gauche et la nation en Europe". Cette série de discussions était organisée à l'Alliance française par le centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), le LinX - École Polytechnique et la Fondation Jean Jaurès. Entretien en vidéo.

Lire la suite
Récits controversés de la mondialisation

Récits controversés de la mondialisation

Les 8 et 9 juin 2016, des universitaires de Princeton, Oxford et Sciences Po - entre autres - ont pris part à un workshop organisé à Sciences Po intitulé “Contested narratives of the global” [Récits controversés du village global]. Cet évènement était la première étape d’un projet de recherche visant à placer le “village global” au centre des discussions sur la mondialisation et l’ordre mondial. Aperçu en vidéo (ci-dessus). 

Lire la suite