"J'ai troqué mon attaché-case pour un sac à dos"

Après dix ans dans la gestion des affaires publiques au niveau européen, Clara Thompson-Lipponen a décidé de se lancer dans un master en un an à Sciences Po. Une expérience qui a donné une nouvelle dimension à sa carrière. Témoignage.

Clara Thompson-Lipponen a obtenu avec les honneurs en 2015 son diplôme de master en un an de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). Désormais conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE, elle raconte comment ce diplôme de master à Sciences Po a donné un coup d’accélérateur à sa carrière, après dix ans dans les affaires publiques européennes.  

Pourquoi avez vous fait le choix de suivre un master en un an à Sciences Po ?

Clara Thompson-Lipponen : J’avais travaillé dans la gestion des affaires publiques à Bruxelles pendant dix ans, pour le Département d’État américain et pour l’industrie européenne des aliments et des boissons. En suivant mon mari dont la carrière l’appelait à Paris, j’ai mis la mienne entre parenthèses pour m’occuper de mon fils. Après ce break, retrouver un poste s’est avéré bien plus difficile que ce à quoi je m’attendais. Après avoir réfléchi à toutes les options, reprendre des études à l’université m’a semblé être la meilleure stratégie. Je souhaitais actualiser mes compétences, et les étendre à des domaines plus quantitatifs, comme les statistiques et l’économie. Je voulais aussi aborder des sujets que j’avais toujours eu envie d’étudier, comme l’agriculture et le droit commercial international. Le master en un an proposé par Sciences Po était la formule idéale pour re-booster ma carrière en un minimum de temps, tout en me donnant accès à toutes les connaissances qui m’intéressaient.

Qu’est-ce que cette expérience a changé dans votre carrière ?

C. T.-L. : Je n’ai pas encore énormément de recul, mais j’ai travaillé sans interruption depuis l’obtention de mon diplôme en juillet 2015 : il n’y a pour moi aucun doute sur le fait que c’est lié à cette nouvelle ligne sur mon CV. Mes diplômes précédents, obtenus en affaires européennes à l’Université Nationale d’Irlande, m’avaient été très utiles durant mon parcours à Bruxelles. Mais après un déménagement et une pause dans ma carrière, j’avais besoin de prouver à mes futurs employeurs que mes compétences étaient toujours pertinentes et affûtées.

Parmi les compétences que vous avez développées durant ce master en un an à Sciences Po, quelles sont celles qui ont le plus compté pour votre poste actuel ?

C. T.-L. : C’est d’abord le contenu des cours eux-mêmes - en agriculture, économie et droit commercial - qui s’est révélé très utile pour ma mission actuelle de conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE.

Ensuite, de manière plus générale, l’intensité de la charge de travail demandée m’a appris à travailler efficacement avec un niveau de pression que je n’avais jamais eu à gérer auparavant ! Ce master m’ a poussée hors de ma zone de confort, que ce soit en termes de volume de travail ou de contenu des enseignements, notamment sur des sujets quantitatifs. Je n’oublierai jamais mon premier examen après 15 ans sans faire de macro-économie : j’avais la peur au ventre ! Mais tout cela en valait vraiment la peine : c’est en troquant mon attaché-case contre un sac-à-dos d’étudiante que j’ai pu donner un coup d’accélérateur à ma carrière.

Y’a-t-il un autre élément essentiel à retenir ?

C. T.-L. : Il y a trois choses que je n’oublierai pas. D’abord beaucoup de nos enseignants étaient particulièrement charismatiques et accompagnaient énormément les étudiants. Ensuite, notre responsable pédagogique, était quelqu’un d’extrêmement avisé, qui ne ménageait pas ses efforts pour nous. Et enfin, mes camarades de cours, qui étaient à la fois les professionnels avec qui nous formions un groupe très soudé, mais aussi des étudiants plus jeunes avec qui nous avions certains cours en commun, et dont je n’oublierai pas l’enthousiasme et l’ouverture d’esprit. Cela a été  une chance exceptionnelle de pouvoir retourner sur les bancs de la fac à ce moment là de ma vie, et de travailler avec des gens de cette qualité.

>> Découvrez nos programmes de master en un an

“On n’écrit pas seulement avec sa mémoire, mais avec la vie des autres”

“On n’écrit pas seulement avec sa mémoire, mais avec la vie des autres”

Romancier, poète, essayiste, l’académicien, Dany Laferrière porte en lui une vision du monde, poétique mais aussi politique. Son histoire personnelle, celle d’un exilé d'Haïti, son île natale, c'est l'histoire d'une résistance à la dictature, mais aussi la quête infinie de la liberté et de l'harmonie avec l'Autre. Alors pourquoi l'inviter à Sciences Po pour inaugurer la rentrée des étudiants du Collège universitaire?

Parce que ce moment unique ne peut qu’enrichir les étudiants de Sciences Po. L'écrivain en est convaincu : “Les romans, la poésie, le regard de l’écrivain ont leur importance dans la zone de sensibilité d’une jeune femme ou d’un jeune homme qui veut non seulement comprendre le monde, mais agir sur le monde”.

Lire la suite
“Les algorithmes peuvent aider Aung San Suu Kyi à reconstruire la Birmanie”

“Les algorithmes peuvent aider Aung San Suu Kyi à reconstruire la Birmanie”

Sciences Po fourmille d’entrepreneurs. Data science, fabrication de mousses de fruits label musical, marques de vêtements ou encore jeux pour enfants, les exemples de start-up fondées par des anciens du 27, rue Saint-Guillaume s'enchaînent et ne se ressemblent pas. En voici un, éloquent : Paul Duan, 23 ans, diplômé de Sciences Po et fondateur de la toute jeune société Bayes Impact, une ONG qui veut résoudre des problèmes critiques de société en utilisant les algorithmes. Portrait

Lire la suite
Kit de survie pour nouveaux arrivants

Kit de survie pour nouveaux arrivants

Finies les vacances, c’est la rentrée ! Et vous commencez à Sciences Po. Inscriptions administratives et pédagogiques, vie associative, vocabulaire maison et un nouvel emploi du temps vous attendent. En somme, un nouveau monde ! Voilà le guide pour vous aider à faire vos premiers pas. 

Lire la suite
Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Vous vous remettez à peine de son entrée en CP. Autant dire que la perspective que votre tout-petit(e) passe le Bac à la fin de l'année vous paraît surréaliste. Quant à savoir s'il faut ou pas lui conseiller d'aller à Sciences Po, voilà qui relève de la science-fiction. Nous ne pouvons pas grand-chose pour vous aider à passer le cap. Nous sommes sûrs en revanche que Sciences Po va aider votre enfant à se construire un parcours qui lui ressemble. Voici pourquoi :

Lire la suite

"Découvrir un pays qui tranche avec ma culture d'origine"

A Sciences Po, tous les élèves du Collège universitaire (1er cycle) passent leur troisième année d’études à l’étranger, en stage ou dans une université partenaire. Marion Vonfeld a fait un choix atypique : après avoir étudié pendant deux ans les relations transatlantiques sur le campus de Reims, elle a décidé d’aller passer sa troisième année à l’Universidad ICESI de Cali, une ville de l’ouest de la Colombie.

Lire la suite
“L’engagement citoyen est un des plus grands leviers de résolution de crise”

“L’engagement citoyen est un des plus grands leviers de résolution de crise”

Anne-Sophie Roux est étudiante dans le master Science Politique de l'École doctorale de Sciences Po. Elle a choisi d’effectuer une année de césure pour un projet personnel bien particulier : en juillet 2016, elle partira en voyage humanitaire. L’objectif de ce projet est de réaliser des reportages sur des populations concernées par les dérèglements climatiques.

Lire la suite