"Il faut se connaître soi-même avant de faire un plan de carrière"

Katrin Büchenbacher, étudiante en master à l’École de la communication de Sciences Po, a suivi l’atelier “Career building” proposé par le Service Carrières de Sciences Po. Une formation qui l’a aidée à comprendre à quel point il est important de bien se connaître avant de pouvoir définir son plan de carrière.

Pourquoi avez-vous participé à cet atelier ?

Je m’intéresse à des secteurs très différents et j’avais déjà fait des stages en journalisme et en communication politique. Mais je me suis dit que ce n’est pas parce je trouvais ces domaines intéressants qu’ils étaient forcément faits pour moi. Pour mon prochain stage, je voulais trouver une mission dans un secteur qui correspond vraiment à ma personnalité, sur le plan personnel comme professionnel. Je me suis inscrite à cet atelier en pensant que cela pouvait m’aider à faire un choix plus éclairé.

Quelle était la pédagogie choisie par le formateur ?

Le coach était vraiment inspirant. Il s'agit de Magali Folmer, une diplômée de Sciences Po : elle s’est mise facilement à notre place, et nous a aidé à prendre nos distances avec les images toutes faites sur ce que l’on attend d’un diplômé de Sciences Po, ce qu’il est supposé faire après son diplôme.

Au début, nous pensions qu’on allait travailler sur notre CV et améliorer la façon dont nous nous présentons face aux recruteurs. Mais en réalité, la formatrice nous a aidés à prendre conscience des ressources que nous avons en nous.

Elle nous a amenés à définir nos valeurs, nos atouts, et les secteurs qui nous attirent vraiment. C’est un exercice difficile et exigeant, parce que nous n’avons pas l’habitude de cette introspection. Elle nous a poussé à travailler sur nous-mêmes, pas de façon individuelle, mais toujours en petits groupes. Nous devions partager nos découvertes personnelles avec les autres. Et elle nous a encouragés à nous projeter sur le long terme. Par exemple, l’un des exercices consistait à imaginer le titre d’un article de journal qui aurait fait notre portrait dans 40 ans. Et à retracer chacune des étapes à franchir pour arriver jusque là.

Qu’avez-vous retenu de l’atelier ?

Avant l’atelier, je n’avais qu’une idée confuse de mon avenir. Je savais ce que j’aimais bien, ce que je n’aimais pas, j’avais une idée assez précise de mes centres d’intérêt, mais aucune vision claire de la trajectoire professionnelle dans laquelle je voulais m’engager.

L’atelier m’a appris à mieux me connaître. Je sais que j’ai besoin d’indépendance, et que je ne veux pas intégrer une entreprise où la hiérarchie est très rigide. L’atelier a aussi révélé que je suis créative et que le travail en équipe compte beaucoup pour moi. Ce qui est devenu très clair en fait, c’est mon travail doit avoir du sens. J’ai besoin d’une mission dans laquelle je m’engage. Quand on commence à se connaître, à réfléchir au type d’organisation dans laquelle on se projette, et au niveau d’indépendance dont on a besoin, on peut vraiment commencer à imaginer à quoi va ressembler son plan de carrière.

En savoir plus

“Le choix du nucléaire engage des générations qui ne sont pas encore nées”

“Le choix du nucléaire engage des générations qui ne sont pas encore nées”

Conflits et tensions dans le monde, arsenaux en voie de modernisation, nouveaux traités de régulation… Les armes nucléaires sont aujourd’hui plus que jamais un sujet de préoccupation. Mais se pose-t-on les bonnes questions ? Fondateur du programme d'étude des savoirs nucléaires, Nuclear Knowledges, au Centre des relations internationales de Sciences Po (CERI), le chercheur Benoît Pelopidas rend possible une prise en compte des enjeux éthiques et démocratiques du nucléaire. Ou comment la recherche peut-elle oeuvrer à une meilleure information des citoyens.

Lire la suite
“La fiction permet d’évoquer des questions qui traversent la société”

“La fiction permet d’évoquer des questions qui traversent la société”

Passée par la London School of Economics et par Sciences Po, Fanny Herrero débute une carrière de comédienne avant de devenir scénariste. Elle est la créatrice et la femme-orchestre de l’écriture de la série Dix pour cent, dont la très attendue troisième saison démarre le 14 novembre 2018. Rencontre avec cette "showrunner" qui a façonné la série phare de France 2.

Lire la suite
On vous dit tout sur le Collège universitaire !

On vous dit tout sur le Collège universitaire !

Le Collège universitaire, qui donne le grade de bachelor, est la formation de premier cycle de Sciences Po. On répond à vos questions concernant les procédures d'admission, la préparation aux épreuves, les enseignements ou encore la vie quotidienne sur les sept campus de Sciences Po dans nos émissions live en français le 14 novembre à 19h30 et en anglais le 26 novembre à 14h.

Lire la suite
Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Vous êtes lycéen, vous voulez vous porter candidat à Sciences Po ? Enseignements, vie de campus : venez poser toutes vos questions lors des Journées Portes Ouvertes de nos campus en régions. Une occasion unique de rencontrer étudiants, professeurs et responsables pédagogiques du Collège universitaire (le 1er cycle de Sciences Po en trois ans).

Lire la suite
États-Unis : des militants écologistes de plus en plus organisés

États-Unis : des militants écologistes de plus en plus organisés

Par Mario Del Pero (CHSP). Les questions environnementales n’ont certes pas été au centre de la campagne des midterms au États-Unis. Mais cette réalité ne signifie pas que le déni de Donald Trump concernant le dérèglement climatique et le démantèlement des règles établies par Barack Obama n’ont pas suscité dans le pays une riposte vigoureuse, et souvent efficace, voire une forme de résistance.

Lire la suite
70 chefs d’État au Paris Peace Forum

70 chefs d’État au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2018, se tient à Paris la première édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 6 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 70 chefs d’État ont répondu présents.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite