Hommage à Stanley Hoffmann, le plus français des politologues américains

Stanley Hoffmann, le plus français des politologues américains, et ancien étudiant de Sciences Po, vient de nous quitter à l’âge de 86 ans sur la terre qui l’avait accueillie dès 1951 comme visiting student puis comme jeune enseignant peu après. Né à Vienne, émigré à Paris, il dut quitter précipitamment la capitale en 1940, deux jours avant l’entrée des armées nazies qui l’avaient déjà contraint à fuir l’Autriche.

C’est cette force du destin qui le porta à s’intéresser à la politique et aux relations internationales dès 1945 en entrant à l’Institut d’Études Politiques, dont il fut l’un des plus brillants étudiants. Comme il l’écrit lui-même dans un texte autobiographique en 1993, « It wasn’t I who chose to study world politics. World politics forced themselves on me at a very early stage ». Toutefois cette passion pour les affaires du monde qu’il développa sa vie durant à Harvard ne lui fit jamais oublier son intérêt pour la vie politique française dont il était, à distance ou sur le terrain, l’un des observateurs les plus avertis, les plus fins et les mieux informés.

Un des observateurs les plus avertis de la vie politique française

Dès 1956, il produisit l’une des rares études sur un soubresaut politique inédit, le « Mouvement Poujade ». Mais surtout, il fut fasciné par De Gaulle, partageant avec lui la conviction que l’État-Nation demeure l’acteur fondamental et résilient des relations internationales. Cela le portait à un certain scepticisme à l’égard de la capacité de l’Union Européenne à s’ériger comme acteur plein et substitut possible des États dans le domaine des relations internationales.

Son admiration - critique - pour de Gaulle et son expérience étudiante,  puis professorale avec des hommes tels que Brejinsky, Huntington ou encore Henry Kissinger expliquent sans doute sa conviction que personnalités et leaders peuvent jouer et jouent un rôle éminent en politique. Avec Kissinger, il fut le créateur et l’animateur, l’âme devrait-on plutôt dire du Center for European Studies (CES) de Harvard, un lieu d’accueil de discussion, de débats où passèrent des milliers de jeunes européens avides de formation, d’Américains à qui il insufflait la passion de la France, de l’Europe et du monde. Passer par le CES était le « must » de ce dernier demi-siècle pour les jeunes et moins jeunes générations.

Le Center lui permettait de conjuguer ses intérêts pour les relations internationales, pour l’Europe dont il était la meilleure expression et pour la France à qui il portait une affection jamais démentie mais toujours raisonnée et surtout pas aveugle. Mieux que quiconque il savait apprécier les atouts, les forces et les vertus de son pays d’accueil. Mais cet amour lui permettait  d’en déceler les faiblesses, les lâchetés et lescrimes. Il pouvait d’autant mieux dire son fait à la France qu’il ne lui était pas « étranger ».

Un précieux héritage intellectuel

Ceux qui l’ont connu conserveront le précieux héritage intellectuel qu’il nous a laissé : des outils pour mieux comprendre le monde tel qu’il est. Jusqu’à la fin de sa vie il n’a cessé de s’interroger et d’analyser les phénomènes nouveaux liés à la globalisation : terrorisme, « failed States », réseaux trans-frontières etc… Ils conserveront aussi le souvenir de cet homme souriant et ironique, de cet œil pétillant et gentiment moqueur, de son incroyable humour où confluaient les héritages cosmopolites viennois, juif, français et anglo-saxon. Lui qui connaissait tout de l’état du monde se refusa toujours d’en devenir un acteur. Lui qui était un maître se refusa toujours d’être un « maître à penser », un qualificatif contraire à sa vérité et à sa façon d’être la plus profonde et un état d’esprit qui lui répugnait. Un jour, au Center for European Studies, lors d’un colloque franco-américain, il eut cette phrase merveilleuse : « In the United States, we don’t have intellectuals. We only have academics…. » Dans la substance comme dans la forme, tout est dit. C’était cela l’art et la manière de Stanley Hoffmann.

par Yves Mény, ancien professeur de science politique à Sciences Po, ancien président de l'Institut universitaire européen de Florence

Pour aller plus loin

Stanley Hoffmann, Harvard professor and scholar, 86 - The Harvard Gazette, September 14, 2015 (eng). 

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite