Hommage à Stanley Hoffmann, le plus français des politologues américains

Stanley Hoffmann, le plus français des politologues américains, et ancien étudiant de Sciences Po, vient de nous quitter à l’âge de 86 ans sur la terre qui l’avait accueillie dès 1951 comme visiting student puis comme jeune enseignant peu après. Né à Vienne, émigré à Paris, il dut quitter précipitamment la capitale en 1940, deux jours avant l’entrée des armées nazies qui l’avaient déjà contraint à fuir l’Autriche.

C’est cette force du destin qui le porta à s’intéresser à la politique et aux relations internationales dès 1945 en entrant à l’Institut d’Études Politiques, dont il fut l’un des plus brillants étudiants. Comme il l’écrit lui-même dans un texte autobiographique en 1993, « It wasn’t I who chose to study world politics. World politics forced themselves on me at a very early stage ». Toutefois cette passion pour les affaires du monde qu’il développa sa vie durant à Harvard ne lui fit jamais oublier son intérêt pour la vie politique française dont il était, à distance ou sur le terrain, l’un des observateurs les plus avertis, les plus fins et les mieux informés.

Un des observateurs les plus avertis de la vie politique française

Dès 1956, il produisit l’une des rares études sur un soubresaut politique inédit, le « Mouvement Poujade ». Mais surtout, il fut fasciné par De Gaulle, partageant avec lui la conviction que l’État-Nation demeure l’acteur fondamental et résilient des relations internationales. Cela le portait à un certain scepticisme à l’égard de la capacité de l’Union Européenne à s’ériger comme acteur plein et substitut possible des États dans le domaine des relations internationales.

Son admiration - critique - pour de Gaulle et son expérience étudiante,  puis professorale avec des hommes tels que Brejinsky, Huntington ou encore Henry Kissinger expliquent sans doute sa conviction que personnalités et leaders peuvent jouer et jouent un rôle éminent en politique. Avec Kissinger, il fut le créateur et l’animateur, l’âme devrait-on plutôt dire du Center for European Studies (CES) de Harvard, un lieu d’accueil de discussion, de débats où passèrent des milliers de jeunes européens avides de formation, d’Américains à qui il insufflait la passion de la France, de l’Europe et du monde. Passer par le CES était le « must » de ce dernier demi-siècle pour les jeunes et moins jeunes générations.

Le Center lui permettait de conjuguer ses intérêts pour les relations internationales, pour l’Europe dont il était la meilleure expression et pour la France à qui il portait une affection jamais démentie mais toujours raisonnée et surtout pas aveugle. Mieux que quiconque il savait apprécier les atouts, les forces et les vertus de son pays d’accueil. Mais cet amour lui permettait  d’en déceler les faiblesses, les lâchetés et lescrimes. Il pouvait d’autant mieux dire son fait à la France qu’il ne lui était pas « étranger ».

Un précieux héritage intellectuel

Ceux qui l’ont connu conserveront le précieux héritage intellectuel qu’il nous a laissé : des outils pour mieux comprendre le monde tel qu’il est. Jusqu’à la fin de sa vie il n’a cessé de s’interroger et d’analyser les phénomènes nouveaux liés à la globalisation : terrorisme, « failed States », réseaux trans-frontières etc… Ils conserveront aussi le souvenir de cet homme souriant et ironique, de cet œil pétillant et gentiment moqueur, de son incroyable humour où confluaient les héritages cosmopolites viennois, juif, français et anglo-saxon. Lui qui connaissait tout de l’état du monde se refusa toujours d’en devenir un acteur. Lui qui était un maître se refusa toujours d’être un « maître à penser », un qualificatif contraire à sa vérité et à sa façon d’être la plus profonde et un état d’esprit qui lui répugnait. Un jour, au Center for European Studies, lors d’un colloque franco-américain, il eut cette phrase merveilleuse : « In the United States, we don’t have intellectuals. We only have academics…. » Dans la substance comme dans la forme, tout est dit. C’était cela l’art et la manière de Stanley Hoffmann.

par Yves Mény, ancien professeur de science politique à Sciences Po, ancien président de l'Institut universitaire européen de Florence

Pour aller plus loin

Stanley Hoffmann, Harvard professor and scholar, 86 - The Harvard Gazette, September 14, 2015 (eng). 

"Un cours comme un point d'interrogation"

Quoi de plus iconique qu’un cours sur “l’abécédaire du politique” à Sciences Po ? Un grand classique, certes, mais qui n’exclut pas l’originalité. En convoquant théorie politique, philosophie, littérature, et anthropologie, Astrid Von Busekist questionne le champ du politique et mène les étudiants vers une réflexion “un peu ordonnée” avec un seul credo : penser, c’est argumenter. 

Lire la suite
L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

Par Luis Martinez (CERI) - Aux yeux de l’armée, le mouvement dit Hirak, qui balaie l’Algérie depuis maintenant près d’un an, exprime avant tout la colère du peuple à l’encontre du système Bouteflika – un système caractérisé par la présence au gouvernement de nombreux civils, souvent accusés de corruption. La réponse politique des militaires, qui tiennent les rênes du pays depuis la démission de Bouteflika en avril 2019, a donc été de mettre en place un gouvernement de technocrates présentés comme compétents et intègres. L’armée ne souhaite pas démocratiser le régime, mais seulement améliorer la gouvernance afin de pouvoir répondre aux besoins socio-économiques de la population.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite
Amérindiens, leur combat pour la planète

Amérindiens, leur combat pour la planète

Les peuples amérindiens qui vivent en dehors de la mondialisation industrielle représentent près de 400 millions de personnes dans le monde. Ils constituent une part significative de la population de certains pays et régions et leur survie n'est pas seulement un enjeu à l'échelle de leurs peuples. "Nous avons besoin de ces populations pour préserver les 4/5e de la diversité biologique qui se trouvent concentrés sur leurs terres", souligne ainsi Sébastien Treyer, directeur général de l'Iddri. Ce 29 janvier, Davi Kopenawa, chaman et porte-parole des Indiens Yanomami du Brésil et Almir Narayamoga Surui, leader des Paiter Surui du Brésil, sont venus débattre à Sciences Po de leur combat.

Lire la suite
Après le Brexit, une Europe des 27 plus unie ?

Après le Brexit, une Europe des 27 plus unie ?

Par Christian Lequesne et Thierry Chopin. Le Brexit n’est pas une bonne nouvelle pour l’Union européenne : il représente une amputation, en termes de poids commercial, politique et stratégique. Il rend aussi plus difficile le discours normatif sur le modèle européen de régionalisme dans le monde. Au Brésil, en Inde ou en Afrique du Sud, le modèle apparaît comme une entreprise qui se délite. Par ailleurs, le Brexit acte la possibilité d’une véritable réversibilité politique, si bien que certains ont même parlé d’une désintégration de l’Union européenne. Malgré cela, du point de vue des gouvernements nationaux, il est remarquable que les 27 autres États membres aient présenté dans les négociations un « front uni » face aux divisions britanniques.

Lire la suite