He For She : Sciences Po parmi 10 "champions" mondiaux

Sciences Po figure parmi les dix “champions” universitaires choisis par l’ONU Femmes dans le monde entier pour leur engagement en faveur de l’égalité femmes-hommes et leur capacité d’influence sur le sujet. Une reconnaissance et une énorme responsabilité pour Sciences Po.

Vous vous souvenez de l’incroyable discours d’Emma Watson qui a fait le tour de la Toile et transformé la meilleure amie d’Harry Potter en charismatique égérie du féminisme ? C’était aussi le lancement de la vaste campagne HeforShe de l’ONU Femmes, qui vise à mobiliser les hommes aux côtés des femmes pour lever enfin tous les obstacles à l’égalité entre les sexes.

Pour se mettre en ordre de bataille, l’ONU Femmes à décidé de désigner trente “champions” qui seront les porte-drapeaux de cette initiative mondiale. Nom de code : Impact 10x10x10. Soit dix présidents d’universités, dix chefs d’entreprise, et dix chefs d’État, dont la mission sera de donner une impulsion forte et de rassembler, dans leurs institutions et au-delà, en mettant en oeuvre une politique ambitieuse sur leur propre terrain.

Parmi les dix champions universitaires figure Sciences Po, aux côtés de neuf autres universités du monde entier, sélectionnées pour leur engagement et leur potentiel d’influence sur le sujet : Georgetown University (USA), University of Hong Kong, University of Leicester (UK), Nagoya University (Japon), Oxford University (UK), Stony Brook University (State University of New York, USA), University of Sao Paulo (Brésil), University of Waterloo (Canada), et University of the Witwatersrand (Johannesburg, Afrique du Sud).

Une reconnaissance de l’action pionnière menée par Sciences Po depuis plusieurs années, qui représente aussi une énorme responsabilité. Hélène Kloeckner, responsable égalité femmes-hommes à Sciences Po, nous explique comment l’institution entend se montrer à la hauteur de ce nouveau rôle.

  • Que représente pour Sciences Po cette “nomination” parmi les dix leaders universitaires de la campagne HeForShe de l’ONU Femmes ?

Hélène Kloeckner : C’est d’abord une reconnaissance du rôle pionnier que Sciences Po a joué en matière d’égalité entre les sexes. Depuis 2010, le programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre PRESAGE, développé conjointement par l'OFCE et Sciences Po, insère une réflexion sur le genre dans l’ensemble des activités : enseignement, recherche, formation continue. Le projet européen EGERA (Effective Gender Equality in Research and the Academia - eng.), soutenu par l'Union européenne, nous a permis à partir de 2014 de franchir une nouvelle étape et de structurer une action de terrain cohérente et efficace, basée sur les travaux de la recherche, en lien avec nos partenaires européens.

  • Cela représente aussi un changement d’échelle ?

H.K. : Absolument : nous travaillons déjà en réseau avec les correspondants égalité femmes-hommes de nos partenaires locaux (Sorbonne Paris Cité), nationaux, et européens. Désormais, nous allons pouvoir diffuser et échanger nos bonnes pratiques avec des partenaires de niveau mondial, sur tous les continents. Le but, c’est non seulement d’améliorer nos pratiques dans nos universités, mais aussi de créer un effet d’entraînement à travers les étudiants que nous formons. Les citoyens, les managers, les acteurs politiques de demain, ce sont eux…

  • Concrètement, qu’est-ce que ce nouveau rôle va changer ?

H.K. : Le choix de Sciences Po par l’ONU Femmes montre que nous allons dans le bon sens. Mais il nous pousse surtout à nous engager davantage. C’est à la fois une énorme motivation et une énorme responsabilité : nous devons nous montrer à la hauteur de ce rôle. Et mettre en oeuvre avec d'autant plus de détermination le plan d'action (pdf, 180 Ko) que nous venons de dévoiler, et qui court jusqu'en 2017.

  • Quels sont les engagements pris par Frédéric Mion au nom de Sciences Po dans le cadre de la campagne HeForShe ?

H.K. : Le premier engagement, c'est de favoriser un meilleur partage des responsabilités, professionnelles et familiales. Les hommes doivent pouvoir assumer sereinement leurs responsabilités familiales, et permettre du même coup aux femmes de mieux s'investir dans leur carrière. Nous allons par exemple proposer des entretiens de parentalité, et plus seulement de retour de congé maternité, et inciter les hommes à prendre leur congé paternité. Nous proposons des ateliers sur la négociation de salaire, l'art du réseau ou le partage des tâches à nos étudiants et étudiantes, qui pourraient aussi être ouverts aux salariés.

Le deuxième engagement, c’est de parvenir à la mixité dans tous les postes à responsabilité : il doit y avoir au minimum 40 % de femmes - ou d’hommes ! - parmi les décideurs, qu’il soient académiques ou administratifs. Pour cela, nous allons revoir toutes les procédures de recrutement. Il s'agit aussi de mieux repérer les hauts potentiels féminins, d'aller les chercher et de les promouvoir.

  • La campagne HeForShe insiste sur l’impact que les universités peuvent avoir sur leurs étudiants. Que prévoit le plan d’action en la matière ?

H.K. : C’est à eux que s’adresse notre troisième engagement. Nous mettons actuellement en place un parcours de sensibilisation qui court sur les cinq années du cursus. Ce parcours comprend des enseignements spécifiques et transversaux sur le genre, animés par PRESAGE, des ateliers de coaching organisés avec le Service carrières, une attention portée au choix des intervenants extérieurs, un travail avec les associations... Le but, c’est de construire une culture de l’égalité femmes-hommes dans tout Sciences Po. Et, à travers nos étudiants, de changer la société de demain.

En savoir plus

Que deviennent nos diplômés ?

Que deviennent nos diplômés ?

L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête* !

Lire la suite
“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

Originaire de l’Allier, Salomé Berlioux a livré une longue bataille contre l’autocensure avant d’obtenir son diplôme de l’École d’affaires publiques de Sciences Po. En 2016, elle engage le combat à grande échelle en fondant l’association Chemin d’avenirs, qui aide aujourd’hui 1000 jeunes issus des campagnes et des petites villes à surmonter les obstacles qui entravent leurs ambitions. Entretien avec une alumna déterminée.

Lire la suite
Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po.

Lire la suite
Voyage au coeur de la <em>start-up nation</em>

Voyage au coeur de la start-up nation

Après la Silicon Valley en 2017 et le MIT en 2019, le Centre pour l’Entrepreneuriat a organisé sa troisième Learning Expedition en Israël, pays équivalent en taille à un département français mais qui détient le record mondial du nombre de start-ups par habitant (1 pour 6000). Sur quoi repose ce “miracle entrepreneurial”, et quelles en sont ses limites ? Parmi les douze étudiants qui ont été sélectionnés pour prendre part à l’aventure, Loanne Guérin et Laura Salesse (respectivement en première et deuxième année du master Finance et Stratégie) témoignent. 

Lire la suite