Entreprenariat : pourquoi les filles osent moins

Moins présentes que les garçons dans les projets de start-up incubés à Sciences Po, les étudiantes ne se sentent parfois pas suffisamment légitimes pour se lancer. Anne Boring, économiste, spécialiste des inégalités femmes-hommes et chargée de mission à Sciences Po, nous explique pourquoi. Et comment s’attaquer aux stéréotypes qui les freinent.

Pourquoi faudrait-il inciter davantage les filles à se lancer dans la création d’entreprise ?

Anne Boring : Les filles osent moins franchir le cap de l’entreprenariat : c’est un constat. Nous l’avons vérifié à Sciences Po : dans le cours d'initiation à l'entreprenariat, il y a autant d’étudiantes que d’étudiants, et elles réussissent aussi bien. Mais dans l’incubateur de Sciences Po, on ne compte que 30 % de projets avec au moins une co-fondatrice. Si vous comptez la proportion de filles dans l’ensemble des projets passés par l’incubateur, on tombe à 20 % du total.

Comment expliquer cela ?

A. B. : Nous avons mené une étude auprès d’étudiantes de Sciences Po qui se trouvaient à différents stades de leur projet de création d’entreprise. La motivation principale pour les filles, c’est le désir d’autonomie, et l’envie de travailler dans un projet où elles ne seront pas qu’un petit maillon de la chaîne. Elles souhaitent s’investir dans un projet qui a un sens pour elles. Quant aux obstacles qu’elles perçoivent, ils sont nombreux. Globalement, elles ne se sentent pas suffisamment compétentes ou légitimes pour se lancer... et leur fameux “syndrome de perfection” n’aide pas. La pression familiale n’incite pas toujours à la prise de risque. Il faut citer aussi le côté très compétitif du milieu, et la peur de devoir gérer des situations où elles se retrouvent seules dans un contexte largement masculin.    

Que peut-on faire pour lutter contre ces freins à l’entreprenariat des étudiantes ?

A. B. : Pour changer les mentalités des filles et des garçons, il faut sensibiliser. Nous avons un projet de chaire sur l’entreprenariat des femmes. L’objectif sera de proposer des cours, des ateliers, des interventions destinés en priorité aux étudiantes qui veulent se lancer. C’est entre le moment du projet et le passage à l’action qu’il faut intervenir. Nous avons déjà réalisé il y a quelques semaines un atelier d’initiation au “design thinking” pour les étudiantes.

En quoi le “design thinking” peut aider spécifiquement les filles à se lancer ?

A. B. : La méthode du design thinking est une approche qui permet d’identifier les besoins et de développer sa créativité. C’est une méthode efficace pour tout le monde, mais c’est intéressant pour les étudiantes car il n’y a pas de jugement sur la créativité. Cela permet de se libérer de la peur de ne pas être à la hauteur. Et surtout, cela donne des points de départ pour celles qui ne savent pas par où commencer : on se met à la place de l’autre, c’est l’observation et l’écoute qui fait naître les idées.

Vous souhaitez aussi travailler sur le poids des stéréotypes négatifs…

A. B. : Oui, car ils pèsent lourd dans la vision que les étudiantes ont d’elles-mêmes. De très nombreuses études ont mis en évidence la “menace du stéréotype” : le fait d’être confronté à un stéréotype négatif qui concerne sa propre personne conduit à sous-performer. Nous devrons examiner quels sont les stéréotypes que l’on diffuse à Sciences Po, parfois sans le vouloir. Car ils peuvent avoir des conséquences lourdes sur la scolarité des étudiantes et sur l’image qu’elles projettent d’elles-mêmes et de leur avenir.

En savoir plus

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po.

Lire la suite
Voyage au coeur de la <em>start-up nation</em>

Voyage au coeur de la start-up nation

Après la Silicon Valley en 2017 et le MIT en 2019, le Centre pour l’Entrepreneuriat a organisé sa troisième Learning Expedition en Israël, pays équivalent en taille à un département français mais qui détient le record mondial du nombre de start-ups par habitant (1 pour 6000). Sur quoi repose ce “miracle entrepreneurial”, et quelles en sont ses limites ? Parmi les douze étudiants qui ont été sélectionnés pour prendre part à l’aventure, Loanne Guérin et Laura Salesse (respectivement en première et deuxième année du master Finance et Stratégie) témoignent. 

Lire la suite
Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Sophie Dubuisson-Quellier, directrice adjointe du Centre de Sociologie des Organisations, a rejoint à la fin de l’année 2019 le Haut conseil pour le climat. A l’occasion de la publication d’un rapport intitulé Climat, santé : mieux prévenir, mieux guérir - consacré aux enseignements à tirer de la crise sanitaire du Covid-19 et aux suites à donner pour atteindre nos objectifs vers la neutralité carbone - elle nous présente cet organisme et ses réflexions en cours.

Lire la suite
3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

La quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous, se poursuit : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour ceux qui voudraient se lancer (en toute sécurité). 

Lire la suite