Entreprenariat : pourquoi les filles osent moins

Moins présentes que les garçons dans les projets de start-up incubés à Sciences Po, les étudiantes ne se sentent parfois pas suffisamment légitimes pour se lancer. Anne Boring, économiste, spécialiste des inégalités femmes-hommes et chargée de mission à Sciences Po, nous explique pourquoi. Et comment s’attaquer aux stéréotypes qui les freinent.

Pourquoi faudrait-il inciter davantage les filles à se lancer dans la création d’entreprise ?

Anne Boring : Les filles osent moins franchir le cap de l’entreprenariat : c’est un constat. Nous l’avons vérifié à Sciences Po : dans le cours d'initiation à l'entreprenariat, il y a autant d’étudiantes que d’étudiants, et elles réussissent aussi bien. Mais dans l’incubateur de Sciences Po, on ne compte que 30 % de projets avec au moins une co-fondatrice. Si vous comptez la proportion de filles dans l’ensemble des projets passés par l’incubateur, on tombe à 20 % du total.

Comment expliquer cela ?

A. B. : Nous avons mené une étude auprès d’étudiantes de Sciences Po qui se trouvaient à différents stades de leur projet de création d’entreprise. La motivation principale pour les filles, c’est le désir d’autonomie, et l’envie de travailler dans un projet où elles ne seront pas qu’un petit maillon de la chaîne. Elles souhaitent s’investir dans un projet qui a un sens pour elles. Quant aux obstacles qu’elles perçoivent, ils sont nombreux. Globalement, elles ne se sentent pas suffisamment compétentes ou légitimes pour se lancer... et leur fameux “syndrome de perfection” n’aide pas. La pression familiale n’incite pas toujours à la prise de risque. Il faut citer aussi le côté très compétitif du milieu, et la peur de devoir gérer des situations où elles se retrouvent seules dans un contexte largement masculin.    

Que peut-on faire pour lutter contre ces freins à l’entreprenariat des étudiantes ?

A. B. : Pour changer les mentalités des filles et des garçons, il faut sensibiliser. Nous avons un projet de chaire sur l’entreprenariat des femmes. L’objectif sera de proposer des cours, des ateliers, des interventions destinés en priorité aux étudiantes qui veulent se lancer. C’est entre le moment du projet et le passage à l’action qu’il faut intervenir. Nous avons déjà réalisé il y a quelques semaines un atelier d’initiation au “design thinking” pour les étudiantes.

En quoi le “design thinking” peut aider spécifiquement les filles à se lancer ?

A. B. : La méthode du design thinking est une approche qui permet d’identifier les besoins et de développer sa créativité. C’est une méthode efficace pour tout le monde, mais c’est intéressant pour les étudiantes car il n’y a pas de jugement sur la créativité. Cela permet de se libérer de la peur de ne pas être à la hauteur. Et surtout, cela donne des points de départ pour celles qui ne savent pas par où commencer : on se met à la place de l’autre, c’est l’observation et l’écoute qui fait naître les idées.

Vous souhaitez aussi travailler sur le poids des stéréotypes négatifs…

A. B. : Oui, car ils pèsent lourd dans la vision que les étudiantes ont d’elles-mêmes. De très nombreuses études ont mis en évidence la “menace du stéréotype” : le fait d’être confronté à un stéréotype négatif qui concerne sa propre personne conduit à sous-performer. Nous devrons examiner quels sont les stéréotypes que l’on diffuse à Sciences Po, parfois sans le vouloir. Car ils peuvent avoir des conséquences lourdes sur la scolarité des étudiantes et sur l’image qu’elles projettent d’elles-mêmes et de leur avenir.

En savoir plus

Repenser les politiques migratoires  : pour un « GIEC » des migrations et de l’asile

Repenser les politiques migratoires : pour un « GIEC » des migrations et de l’asile

Face aux questions migratoires, Virginie Guiraudon (CNRS/Sciences Po), Hélène Thiollet (CNRS/Sciences Po) et Camille Schmoll (Paris 7/IUF) ont lancé un appel à la communauté scientifique pour la constitution d’un Groupe International d’Experts sur les Migrations et l’Asile (GIEMA). À l'occasion de la première réunion du groupe qui se tient ce 10 décembre 2018, les chercheuses rappellent les enjeux de cette mobilisation.

Lire la suite
Les droits de l'homme : souvent conquis, jamais acquis

Les droits de l'homme : souvent conquis, jamais acquis

Alors que le monde s’apprête à célébrer les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme signée au Palais de Chaillot le 10 décembre 1948, force est de souligner l’importance pratique que revêt aujourd’hui cette déclaration. Souvent décriée, car vague dans son universalisme, ses contempteurs lui reprochent son déficit d’ancrage matériel ou, à l’inverse, son occidentalo-centrisme, bref de ne parler à personne à force de vouloir parler à tous.

Lire la suite
Les 7 écoles de Sciences Po répondent à vos questions

Les 7 écoles de Sciences Po répondent à vos questions

Tout au long des mois de novembre et de décembre 2018, les sept écoles de Sciences Po présentent leur offre de masters lors d'émissions en direct sur le site web Campus-Channel. Pendant 40 minutes, les candidats peuvent poser toutes leurs questions aux doyens et aux étudiants de Sciences Po, afin de mieux connaître les programmes et les métiers auxquels préparent les écoles.

Lire la suite
Quels espoirs pour le sommet de Katowice ?

Quels espoirs pour le sommet de Katowice ?

Par Carola Klöck (CERI). Après des températures dépassant les 40°C l’été dernier et qui restent élevées en ce mois de novembre 2018, le thème du changement climatique est sur toutes les lèvres. Il n'en est pas de même de la politique internationale du climat, bien que le sommet de Katowice, qui aura lieu début décembre, soit déjà la troisième rencontre de haut niveau à être organisée cette année autour de ce sujet.

Lire la suite
“La France s’est réarmée contre le terrorisme”

“La France s’est réarmée contre le terrorisme”

Le 8 novembre 2018, Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre et enseignant à Sciences Po, et Jeh Johnson, ex-Secrétaire à la Sécurité intérieure du gouvernement Obama, donnaient une conférence exceptionnelle à Sciences Po sur les enjeux de la coopération transatlantique en matière de lutte contre le terrorisme. Voir la vidéo.

Lire la suite
ENA & concours administratifs : un excellent palmarès 2018

ENA & concours administratifs : un excellent palmarès 2018

Les résultats d’admission au concours externe d’entrée à l’École Nationale d’Administration (ENA) viennent d’être publiés et 27 étudiants de Sciences Po figurent parmi les 40 admis, soit 68 %. Ces résultats témoignent de l’excellence de la préparation que Sciences Po propose pour les concours administratifs français et de la diversité des profils des étudiants qu’elle accueille.

Lire la suite
Étudier à Sciences Po, combien ça coûte ?

Étudier à Sciences Po, combien ça coûte ?

À Sciences Po, nous pensons que les difficultés financières ne doivent pas être un obstacle pour étudier. Avec une politique de droits de scolarité et d'aide sociale engagée et inclusive, nous avons ainsi fait le choix du volontarisme. Un étudiant sur trois ne paie aucun frais de scolarité. Nos droits de scolarité sont par ailleurs inférieurs à ceux pratiqués par la plupart des grandes universités mondiales.

Lire la suite
Tout savoir sur les admissions

Tout savoir sur les admissions

Vous souhaitez étudier à Sciences Po ? Vous pouvez dès à présent vous porter candidat à nos programmes pour la rentrée 2019. Les dates d’ouverture et de fin de dépôt des candidatures dépendent des formations et des procédures d’admission : découvrez quel est votre calendrier d’admission !

Lire la suite
“Le terrorisme est quasiment une donnée constitutive de la démocratie”

“Le terrorisme est quasiment une donnée constitutive de la démocratie”

Ancien fonctionnaire du ministère de la Défense et auteur du livre Politique du Secret : Regards sur le bureau des légendes (PUF, 2018), Yves Trotignon est enseignant à Sciences Po spécialisé dans les questions de terrorisme et de djihadisme. Sécurité, secret défense, contre-terrorisme… Un échange passionnant autour de l’une des principales menaces de ces dernières années.

Lire la suite