Enrico Letta, nouveau doyen de PSIA

Enrico Letta, ancien premier ministre italien, succède à Ghassan Salamé en tant que doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po (Paris School of International Affairs - PSIA). Un nouveau défi pour cet acteur de premier plan du monde contemporain, qui a contribué à de multiples titres depuis vingt ans à l'effort de construction européenne. Entretien sur ses ambitions pour PSIA. 

Ghassan Salamé, doyen de l’Ecole des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), ayant souhaité se consacrer à d’autres projets au terme de l’année universitaire 2014-2015, Frédéric Mion a choisi Enrico Letta pour lui succéder. Il prendra ses fonctions le 1er septembre 2015.

Un acteur de premier plan du monde contemporain et de la construction européenne

Diplômé en droit international de l’Université de Pise et titulaire d’un doctorat en droit communautaire de l’École supérieure Saint-Anne de Pise, Enrico Letta enseigne depuis un an à Sciences Po et participe aux activités du Centre d’études européennes. Il est un acteur de premier plan du monde contemporain et a contribué à de multiples titres depuis vingt ans à l'effort de construction européenne.

Député du parlement italien, il a été successivement ministre des Affaires européennes (1998-1999), ministre de l’industrie et du commerce extérieur (1999-2001), député au Parlement européen (2004-2006) avant d’être Président du Conseil des Ministres (2013-2014). Il saura consolider la réussite de l’école des affaires internationales de Sciences Po devenue en cinq ans, sous la direction de Ghassan Salamé, son fondateur, la plus grande école d’affaires internationales dans le monde.

1500 étudiants dont 70% d'internationaux 

Elle rassemble plus de 1500 étudiants dont 70% sont internationaux, provenant de plus de 100 pays. La réussite de l’école à laquelle a œuvré Ghassan Salamé doit beaucoup à son corps professoral composé à parts égales d’universitaires et de praticiens, tous réputés dans leur domaine et leur champ d’action.

Parmi les 350 enseignants de l’école, outre le corps d'enseignants permanents de Sciences Po, on compte des personnalités aussi diverses que Lakhdar Brahimi, ancien Ministre des affaires étrangères d’Algérie et ancien représentant du Secrétaire général des Nations Unies en Afrique du Sud, en Haïti, en Afghanistan et en Syrie; Howard Davies, Chairman de la Royal Bank of Scotland, ancien Président de la London School of Economics; Olivier de Schutter, Professeur de droit international à l’Université Catholique de Louvain et au Collège d’Europe; Miguel Angel Moratinos, ancien ministre des affaires étrangères d'Espagne, ou encore Sir Paul Collier, professeur à Oxford.

Une école d'affaires internationales de renommée mondiale

Avec 30 programmes, l’école offre un curriculum riche et divers. Elle a noué des partenariats et créé des doubles diplômes avec des universités de premier rang telles que la LSE, Columbia University ou l'université de Pékin (Beida). Sa réputation et son attractivité, attestées par plus de 2000 candidatures internationales chaque année, tiennent également à la place qu’occupe l’école dans les débats sur les sujets internationaux. Régulièrement, des personnalités au cœur des affaires internationales y donnent des conférences ouvertes à tous les élèves de Sciences Po. Les étudiants ont ainsi pu échanger avec Kofi Annan, Irina Bokova, le Général David Petraeus, Jimmy Carter, Laurent Fabius et bien d’autres.

Pour Ghassan Salamé, "Sciences Po, et en particulier PSIA, sont au carrefour de la formation universitaire et de l’action publique. Je me rejouis qu’un homme de l'envergure d'Enrico Letta ait fait le choix de s'y engager. Il saura perpétuer l'identité et le rôle de notre jeune école des affaires internationales auprès des jeunes de tous pays et conforter la place de premier rang qu'elle a acquise en quelques années". Enrico Letta: "J'ai décidé de consacrer mon énergie et ma passion à la formation des responsables de demain. C'est la raison pour laquelle je quitterai mon mandat au parlement italien le 1er septembre prochain. Je suis honoré de rejoindre Sciences Po à la demande de Frédéric Mion pour y poursuivre le travail si brillamment engagé à la tête de PSIA par Ghassan Salamé, auquel je dis ma reconnaissance et mon admiration". 

Pour aller plus loin

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Depuis sa création en 1872, Sciences Po a accueilli des milliers d’étudiants issus d’universités outre-Manche. Sir Austen Chamberlain, un diplômé de Cambridge promis à un brillant avenir dans la diplomatie européenne, fut parmi les tout premiers à y étudier. Célèbre pour son rôle dans les négociations des Accords de Locarno, pour lequel il reçut le prix Nobel de la paix, Austen Chamberlain occupa le poste de ministre des Affaires étrangères britannique pendant l’entre-deux-guerres de 1924 à 1929. Qu’a-t-il retenu de son passage à Sciences Po en tant qu’unique élève britannique de la promotion 1886, et comment ce séjour a-t-il forgé sa politique à une époque aussi charnière de l’histoire européenne ?

Lire la suite
“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite