Enrico Letta, nouveau doyen de PSIA

Enrico Letta, ancien premier ministre italien, succède à Ghassan Salamé en tant que doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po (Paris School of International Affairs - PSIA). Un nouveau défi pour cet acteur de premier plan du monde contemporain, qui a contribué à de multiples titres depuis vingt ans à l'effort de construction européenne. Entretien sur ses ambitions pour PSIA. 

Ghassan Salamé, doyen de l’Ecole des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), ayant souhaité se consacrer à d’autres projets au terme de l’année universitaire 2014-2015, Frédéric Mion a choisi Enrico Letta pour lui succéder. Il prendra ses fonctions le 1er septembre 2015.

Un acteur de premier plan du monde contemporain et de la construction européenne

Diplômé en droit international de l’Université de Pise et titulaire d’un doctorat en droit communautaire de l’École supérieure Saint-Anne de Pise, Enrico Letta enseigne depuis un an à Sciences Po et participe aux activités du Centre d’études européennes. Il est un acteur de premier plan du monde contemporain et a contribué à de multiples titres depuis vingt ans à l'effort de construction européenne.

Député du parlement italien, il a été successivement ministre des Affaires européennes (1998-1999), ministre de l’industrie et du commerce extérieur (1999-2001), député au Parlement européen (2004-2006) avant d’être Président du Conseil des Ministres (2013-2014). Il saura consolider la réussite de l’école des affaires internationales de Sciences Po devenue en cinq ans, sous la direction de Ghassan Salamé, son fondateur, la plus grande école d’affaires internationales dans le monde.

1500 étudiants dont 70% d'internationaux 

Elle rassemble plus de 1500 étudiants dont 70% sont internationaux, provenant de plus de 100 pays. La réussite de l’école à laquelle a œuvré Ghassan Salamé doit beaucoup à son corps professoral composé à parts égales d’universitaires et de praticiens, tous réputés dans leur domaine et leur champ d’action.

Parmi les 350 enseignants de l’école, outre le corps d'enseignants permanents de Sciences Po, on compte des personnalités aussi diverses que Lakhdar Brahimi, ancien Ministre des affaires étrangères d’Algérie et ancien représentant du Secrétaire général des Nations Unies en Afrique du Sud, en Haïti, en Afghanistan et en Syrie; Howard Davies, Chairman de la Royal Bank of Scotland, ancien Président de la London School of Economics; Olivier de Schutter, Professeur de droit international à l’Université Catholique de Louvain et au Collège d’Europe; Miguel Angel Moratinos, ancien ministre des affaires étrangères d'Espagne, ou encore Sir Paul Collier, professeur à Oxford.

Une école d'affaires internationales de renommée mondiale

Avec 30 programmes, l’école offre un curriculum riche et divers. Elle a noué des partenariats et créé des doubles diplômes avec des universités de premier rang telles que la LSE, Columbia University ou l'université de Pékin (Beida). Sa réputation et son attractivité, attestées par plus de 2000 candidatures internationales chaque année, tiennent également à la place qu’occupe l’école dans les débats sur les sujets internationaux. Régulièrement, des personnalités au cœur des affaires internationales y donnent des conférences ouvertes à tous les élèves de Sciences Po. Les étudiants ont ainsi pu échanger avec Kofi Annan, Irina Bokova, le Général David Petraeus, Jimmy Carter, Laurent Fabius et bien d’autres.

Pour Ghassan Salamé, "Sciences Po, et en particulier PSIA, sont au carrefour de la formation universitaire et de l’action publique. Je me rejouis qu’un homme de l'envergure d'Enrico Letta ait fait le choix de s'y engager. Il saura perpétuer l'identité et le rôle de notre jeune école des affaires internationales auprès des jeunes de tous pays et conforter la place de premier rang qu'elle a acquise en quelques années". Enrico Letta: "J'ai décidé de consacrer mon énergie et ma passion à la formation des responsables de demain. C'est la raison pour laquelle je quitterai mon mandat au parlement italien le 1er septembre prochain. Je suis honoré de rejoindre Sciences Po à la demande de Frédéric Mion pour y poursuivre le travail si brillamment engagé à la tête de PSIA par Ghassan Salamé, auquel je dis ma reconnaissance et mon admiration". 

Pour aller plus loin

Sarah, entre études et ballon rond

Sarah, entre études et ballon rond

Allier études en affaires publiques et football, c’est le pari fait par Sarah Boudaoud, étudiante en master Public Policy - spécialité Management and Public Affairs et joueuse professionnelle au prestigieux club de football féminin d’Issy-les-Moulineaux. Comment alterne-t-elle études à Sciences Po, séances d’entraînement et matchs, et un CDD d’assistante parlementaire ? Découvrez son parcours en vidéo !

Lire la suite
Handicap :

Handicap : "En parler sans tabou"

Diplômée 2018 du master en Sécurité internationale de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Marie-Line a passé le prestigieux concours du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères via une voie spécifique de recrutement dédiée aux personnes en situation de handicap. Dans deux mois, elle prendra son premier emploi en tant que “secrétaire des Affaires étrangères”, un poste de catégorie A. Préparation des concours, futures missions à l’étranger ou encore accompagnement du handicap à Sciences Po, elle nous détaille son parcours.

Lire la suite
“Les réseaux sont des espaces culturels”

“Les réseaux sont des espaces culturels”

La Joconde aurait-elle fait un selfie ? Présents à chaque instant dans la vie des étudiants, les réseaux sociaux bouleversent aussi la création : ils créent de nouveaux usages, renouvellent l’expression de soi, réinventent les codes. Dans son cours sur les “Sociologies des cultures web”, Naveen Minai emmène les étudiants explorer ces espaces de la modernité culturelle…

Lire la suite
De Nairobi à Paris

De Nairobi à Paris

Sciences Po et l’université de Strathmore ouvrent un nouveau double diplôme en bachelor et master. Cette formation permettra aux étudiants de premier cycle inscrits à l’université de Strathmore d’obtenir, en cinq ans, un diplôme de bachelor de l’université de Strathmore suivi d’un diplôme de master de Sciences Po.

Lire la suite

"L'amour des textes"

Qu’est-ce qui peut réunir une ancienne ministre de la Culture et des étudiants réfugiés dans une salle de cours ? L'amour des textes d'Albert Camus et de Victor Hugo ! Avec la culture comme langage universel et outil d’intégration, Aurélie Filippetti transmet sa passion des grands textes aux étudiants réfugiés accueillis par Sciences Po depuis 2015. Quand littérature rime avec ouverture...

Lire la suite
FEMPO, la success story

FEMPO, la success story

FEMPO est une start-up qui propose des culottes en tissu lavable destinées à remplacer les protections hygiéniques. Accompagné par l’incubateur de Sciences Po en 2018, ce projet est né de la rencontre de deux alumnae, Fanny Abes, diplômée du master en politique économique internationale, et Claudette Lovencin, diplômée du master en politique publique. Lire la suite

Une histoire de femmes

Une histoire de femmes

Des premières étudiantes entrées dans nos murs en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment la place des femmes a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Sciences Po 3ème université mondiale en

Sciences Po 3ème université mondiale en "science politique et relations internationales"

Sciences Po améliore encore son positionnement international en "science politique et relations internationales" en passant de la quatrième à la troisième place mondiale dans le classement international QS 2019 des meilleures universités par discipline, dévoilé ce 26 février 2019. Classée derrière Harvard et Oxford, Sciences Po est la première université d'Europe continentale dans cette discipline, devant LSE et Cambridge.

Lire la suite
“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

La persuasion de masse n’est pas née avec Internet, mais le numérique et les réseaux sociaux marquent une révolution dans l’histoire de la propagande. Loin d’avoir disparu avec les régimes totalitaires du XXè siècle, la voici plus présente, plus efficace, et plus dangereuse que jamais pour la démocratie. Entretien avec David Colon, historien et enseignant à Sciences Po, sur son ouvrage Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain.

Lire la suite