"En entrant à Sciences Po, j'étais de gauche"

“J’avais dix-huit ans, j’entrais à Sciences Po, j’étais de gauche parce que je voyais mal comment j’aurais pu ne pas l’être compte tenu de ce que j’étais et de ce que je lisais”*. Nous sommes en 1989, Édouard Philippe vient de réussir “de justesse” le concours d’entrée après une année de classe préparatoire littéraire. S’ouvrent pour lui “trois années de rêve” rue Saint-Guillaume, où le jeune Rouennais, fils d’enseignants, issu d’un milieu “où le socialisme était solidement implanté”, va poursuivre à grands pas son cheminement intellectuel et politique.

“Des qualités pragmatiques d’homme politique”

Curiosité, culture, talent oratoire : la majorité de ses professeurs soulignent les qualités de l’étudiant de la section Service Public, qui découvre les matières - en particulier le droit - avec enthousiasme. “Édouard est un rhétoricien distingué, commente l’enseignante du cours “How Science is Done”.  (...) ses questions étaient parmi les plus pertinentes de la classe. Il a montré (...) des qualités pragmatiques d’homme politique.” Élève “intelligent, fin et cultivé” pour son professeur de relations internationales, il peut “par son travail, rivaliser avec les meilleurs”, entrevoit son professeur d’économie. Et l’on s’amuse à repérer le commentaire du professeur d’un cours consacré aux États-Unis, qui salue “son analyse de la “popularité présidentielle”, bien rédigée, stimulante, bien documentée et réfléchie au niveau des concepts”... Seule une rencontre ratée avec les méthodes quantitatives, où l’enseignant déplore un “ensemble mauvais”, ainsi qu'un 6 de moyenne en volley-ball, tranchent sur ce parcours brillant. “Ma méthode de travail, c’était 1 h très concentré en bibliothèque, une demi-heure de baby-foot, puis une demi-heure au café Le Basile. Ça marchait bien”, confie en souriant Édouard Philippe.

“Lire au-delà de sa zone de confort”

C’est au cours de ces années qu’il découvre que “pour se faire un avis, il faut lire un peu au-delà de sa zone de confort”. Un livre en particulier le “travaille” : La Politique des partis sous la Troisième République, de François Goguel**, qui “n’opposait pas la droite et la gauche (...) mais le parti de l’ordre et celui du mouvement”. Véritable “manuel” pour les étudiants de science politique, cet ouvrage de 1946 ébranle les jeunes certitudes du futur Premier ministre : “et s’il fallait poser les termes de son équation politique et personnelle en termes de contenu plutôt qu’en termes d’appartenance partisane ?”.

Autres découvertes marquantes, celle de John Rawls et de Friedrich Hayek, “regardés de haut ou avec horreur par ceux qui autour de moi faisaient l’opinion”. “Il faut lire des auteurs et sur des périodes que l’on n’aime pas. Une lecture inconfortable frictionne l'âme et l'esprit”, résume Edouard Philippe, qui cite une autre “rencontre surprenante” de cette époque avec l’œuvre de l’historien Raoul Girardet, auteur de L’idée coloniale en France de 1871 à 1962. C’est son professeur d’histoire Elikia M’bokolo qui a fait les présentations (littéraires), et relève dans son appréciation de l’année universitaire 1989-1990 “le bel appétit de connaissances” de l’étudiant Philippe, distingué d’un 15,5 pour ce cours.

Deux années à gauche : “Byzance au petit pied”

En pleine ébullition intellectuelle, l’étudiant talentueux ne rencontre pas que des idées. “J’étais de gauche, j’aimais Rocard, je voulais m’engager, fringant comme un jeune homme, au Parti Socialiste.” Le voici militant de la section PS de Sciences Po.  “Des étudiants passionnés, ambitieux, parfois prêts à tout pour se faire remarquer, qui venaient “militer” pour rencontrer des ministres, obtenir un job chez tel ou tel parlementaire, en espérant décrocher le moment venu, une investiture. Il y en avait même qui étaient sincères !”, ironise-t-il avec assez de verve (“à la fin de l’envoi, je touche”, comme dirait son héros préféré). “Le plus extraordinaire, c’était l’organisation en chapelles, et la tension qui régnait entre elles”, poursuit-il. Deux ans plus tard, en 1991, “écœuré par les conditions de l’éviction du gouvernement de Michel Rocard”, il tire sa révérence et quitte cette “Byzance au petit pied”, où il s’est fait “peu d’amis, mais qui le sont restés”. Toujours de gauche en 1993, “pas assez selon (s)es amis d’alors”, Edouard Philippe, en 1997, est de droite. “Dans l’éternel débat qui (...) confronte liberté et égalité, réalité et utopie, responsabilité individuelle et prise en charge collective, j’avais compris que je privilégiais plutôt les premières.”

Les idées rencontrées au cours de ces années fondatrices ont mûri. Entre temps, Édouard Philippe a fait l’ENA, et “c’était moins marrant”. Fidèle - nostalgique ? - de ses années passées à Sciences Po, Édouard Philippe y revient volontiers. En tant que maire et député, il ne manque aucune des rentrées solennelles du campus de Sciences Po au Havre. Le 30 août 2017, quelques mois après sa nomination, c’est avec un bonheur visible qu’Édouard Philippe est venu dispenser la leçon inaugurale devant les étudiants de première année. Avec une ambition manifeste : les inciter à lire “hors de leur zone de confort”.

*Cette citation et les suivantes sont extraites de l'ouvrage Des hommes qui lisent, Édouard Philippe, éd. JC Lattès (2017).

** Le politiste François Goguel, fondateur de la sociologie électorale, a enseigné à Sciences Po de 1948 à 1974. 

Les conseils de lecture dispensés par Édouard Philippe lors de la leçon inaugurale :

Mais aussi les auteurs suivants :

Abonnez-vous à notre newsletter

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

À la rentrée de l’année 2000, 42 étudiants rejoignaient le premier campus régional de Sciences Po, inauguré par Richard Descoings, et dont l’ouverture précéderait celle des sites de Reims, du Havre, de Poitiers, de Dijon et de Menton. Ce campus accueille aujourd’hui 300 étudiants (dont plus de la moitié sont internationaux) pour les deux premières années d’un bachelor avec une spécialisation géographique sur l’Europe et l’espace franco-allemand. En 20 ans, plus de 2000 étudiants sont passés par ce campus. 

Lire la suite

"Le romantisme de l'Amérique latine"

L’Amérique Latine, continent des écrivains, de la passion et des révolutions ? Oui, mais pas seulement ! Avec le cours “Relations Internationales en Amérique Latine”, Kevin Parthenay invite les étudiants du campus de Poitiers à poser un regard neuf sur ce continent qui, loin de jouer les seconds couteaux, est en fait au coeur des dynamiques mondiales. 

Lire la suite

" C'est toi qui t'occupes des enfants aujourd'hui ? "

En période de confinement, les uns sont-ils “plus égaux que les autres” ? La Chaire pour l’Entrepreneuriat des Femmes à Sciences Po, en coopération avec Ipsos, a mené l’enquête auprès de 1000 actifs constituant un échantillon national représentatif de la population active âgée de 18 ans et plus en France. Cette enquête nous livre une image contrastée : si les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle que les hommes, elles sont aussi 30% dans les couples hétérosexuels à avoir constaté une meilleure répartition des tâches domestiques, et 24% à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale (contre 19% des hommes). Quelles perspectives cela dessine-t-il pour l’avenir ? Quelques jours avant la publication d’un document de travail portant sur l’analyse des données de l’enquête, Anne Boring, directrice de la chaire, nous livre ses premières conclusions. 

Lire la suite
Drôle d'économie !

Drôle d'économie !

Les personnes dotées de grands pieds sont-elles meilleures en orthographe ? Quel rapport entre le PIB, le réchauffement climatique et une crosse de hockey ? Peut-on mesurer le Bonheur National Brut ? Questions bizarroïdes et réponses tout en couleurs : c’est la marque de fabrique d’Econofides, un projet qui a pour ambition de redonner le goût de l’économie aux élèves de lycée par le biais d’une pédagogie interactive, narrative et ludique. 

Lire la suite
Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Le samedi 16 mars 2020, Sciences Po a appris la condamnation de Fariba Adelkhah, chercheuse au CERI, par la 15e chambre du tribunal de Téhéran. Détenue depuis près un an dans la prison d'Evin, Fariba s'est opposée à une libération conditionnelle en échange de l'arrêt de ses recherches. Elle a été condamnée à six ans de prison, la peine la plus lourde qu'elle encourait. 

Lire la suite
Un été connecté : rejoignez la Summer School

Un été connecté : rejoignez la Summer School

Sciences Po s'adapte à la crise sanitaire mondiale et propose une Summer School 2020 entièrement en ligne. Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts : le programme universitaire, à destination des étudiants, et le programme pré-universitaire, à destination des lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Autocratie : la dictature moderne

Autocratie : la dictature moderne

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Une rentrée 2020 inédite et novatrice

Une rentrée 2020 inédite et novatrice

Comment organiser la rentrée universitaire dans le contexte actuel ? Après un semestre à distance, Sciences Po continue de se mobiliser afin de garantir à tous ses étudiants une scolarité complète et exigeante, fidèle à sa vocation de former des esprits libres, engagés et critiques, structurés intellectuellement par la recherche, les expériences de terrain et les contacts avec les professionnels, et de leur donner les moyens d’agir plus que jamais dans un monde incertain.

Lire la suite
De Sciences Po au grand bleu

De Sciences Po au grand bleu

L’une se consacre à en bannir le plastique, l’autre y replante des coraux : deux diplômées racontent pourquoi et comment elles ont créé leur entreprise au service de la protection des océans. À l’occasion du premier Forum des métiers de la transition écologique, nous avons rencontré Marie Le Texier, Fondatrice du cabinet ConsultantSeas, et Anne-Sophie Roux, Fondatrice de Tenaka.

Lire la suite