"En entrant à Sciences Po, j'étais de gauche"

“J’avais dix-huit ans, j’entrais à Sciences Po, j’étais de gauche parce que je voyais mal comment j’aurais pu ne pas l’être compte tenu de ce que j’étais et de ce que je lisais”*. Nous sommes en 1989, Édouard Philippe vient de réussir “de justesse” le concours d’entrée après une année de classe préparatoire littéraire. S’ouvrent pour lui “trois années de rêve” rue Saint-Guillaume, où le jeune Rouennais, fils d’enseignants, issu d’un milieu “où le socialisme était solidement implanté”, va poursuivre à grands pas son cheminement intellectuel et politique.

“Des qualités pragmatiques d’homme politique”

Curiosité, culture, talent oratoire : la majorité de ses professeurs soulignent les qualités de l’étudiant de la section Service Public, qui découvre les matières - en particulier le droit - avec enthousiasme. “Édouard est un rhétoricien distingué, commente l’enseignante du cours “How Science is Done”.  (...) ses questions étaient parmi les plus pertinentes de la classe. Il a montré (...) des qualités pragmatiques d’homme politique.” Élève “intelligent, fin et cultivé” pour son professeur de relations internationales, il peut “par son travail, rivaliser avec les meilleurs”, entrevoit son professeur d’économie. Et l’on s’amuse à repérer le commentaire du professeur d’un cours consacré aux États-Unis, qui salue “son analyse de la “popularité présidentielle”, bien rédigée, stimulante, bien documentée et réfléchie au niveau des concepts”... Seule une rencontre ratée avec les méthodes quantitatives, où l’enseignant déplore un “ensemble mauvais”, ainsi qu'un 6 de moyenne en volley-ball, tranchent sur ce parcours brillant. “Ma méthode de travail, c’était 1 h très concentré en bibliothèque, une demi-heure de baby-foot, puis une demi-heure au café Le Basile. Ça marchait bien”, confie en souriant Édouard Philippe.

“Lire au-delà de sa zone de confort”

C’est au cours de ces années qu’il découvre que “pour se faire un avis, il faut lire un peu au-delà de sa zone de confort”. Un livre en particulier le “travaille” : La Politique des partis sous la Troisième République, de François Goguel**, qui “n’opposait pas la droite et la gauche (...) mais le parti de l’ordre et celui du mouvement”. Véritable “manuel” pour les étudiants de science politique, cet ouvrage de 1946 ébranle les jeunes certitudes du futur Premier ministre : “et s’il fallait poser les termes de son équation politique et personnelle en termes de contenu plutôt qu’en termes d’appartenance partisane ?”.

Autres découvertes marquantes, celle de John Rawls et de Friedrich Hayek, “regardés de haut ou avec horreur par ceux qui autour de moi faisaient l’opinion”. “Il faut lire des auteurs et sur des périodes que l’on n’aime pas. Une lecture inconfortable frictionne l'âme et l'esprit”, résume Edouard Philippe, qui cite une autre “rencontre surprenante” de cette époque avec l’œuvre de l’historien Raoul Girardet, auteur de L’idée coloniale en France de 1871 à 1962. C’est son professeur d’histoire Elikia M’bokolo qui a fait les présentations (littéraires), et relève dans son appréciation de l’année universitaire 1989-1990 “le bel appétit de connaissances” de l’étudiant Philippe, distingué d’un 15,5 pour ce cours.

Deux années à gauche : “Byzance au petit pied”

En pleine ébullition intellectuelle, l’étudiant talentueux ne rencontre pas que des idées. “J’étais de gauche, j’aimais Rocard, je voulais m’engager, fringant comme un jeune homme, au Parti Socialiste.” Le voici militant de la section PS de Sciences Po.  “Des étudiants passionnés, ambitieux, parfois prêts à tout pour se faire remarquer, qui venaient “militer” pour rencontrer des ministres, obtenir un job chez tel ou tel parlementaire, en espérant décrocher le moment venu, une investiture. Il y en avait même qui étaient sincères !”, ironise-t-il avec assez de verve (“à la fin de l’envoi, je touche”, comme dirait son héros préféré). “Le plus extraordinaire, c’était l’organisation en chapelles, et la tension qui régnait entre elles”, poursuit-il. Deux ans plus tard, en 1991, “écœuré par les conditions de l’éviction du gouvernement de Michel Rocard”, il tire sa révérence et quitte cette “Byzance au petit pied”, où il s’est fait “peu d’amis, mais qui le sont restés”. Toujours de gauche en 1993, “pas assez selon (s)es amis d’alors”, Edouard Philippe, en 1997, est de droite. “Dans l’éternel débat qui (...) confronte liberté et égalité, réalité et utopie, responsabilité individuelle et prise en charge collective, j’avais compris que je privilégiais plutôt les premières.”

Les idées rencontrées au cours de ces années fondatrices ont mûri. Entre temps, Édouard Philippe a fait l’ENA, et “c’était moins marrant”. Fidèle - nostalgique ? - de ses années passées à Sciences Po, Édouard Philippe y revient volontiers. En tant que maire et député, il ne manque aucune des rentrées solennelles du campus de Sciences Po au Havre. Le 30 août 2017, quelques mois après sa nomination, c’est avec un bonheur visible qu’Édouard Philippe est venu dispenser la leçon inaugurale devant les étudiants de première année. Avec une ambition manifeste : les inciter à lire “hors de leur zone de confort”.

*Cette citation et les suivantes sont extraites de l'ouvrage Des hommes qui lisent, Édouard Philippe, éd. JC Lattès (2017).

** Le politiste François Goguel, fondateur de la sociologie électorale, a enseigné à Sciences Po de 1948 à 1974. 

Les conseils de lecture dispensés par Édouard Philippe lors de la leçon inaugurale :

Mais aussi les auteurs suivants :

Abonnez-vous à notre newsletter

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite
Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

L’âpre controverse qui l’a opposé à plusieurs historiens de Sciences Po a failli l’occulter : Zeev Sternhell, mort le 21 juin 2020, fut à Sciences Po un étudiant de 3è cycle remarquable et remarqué. Sous la direction admirative de Jean Touchard, il soutint en octobre 1969 sa thèse sur Maurice Barrès, à l’issue d’une idylle intellectuelle dont témoigne son dossier de scolarité... 

Lire la suite
Promo 2020 : une année historique

Promo 2020 : une année historique

Après deux ou cinq années d’efforts, ils ont accompli toutes les étapes les menant au précieux diplôme de Sciences Po, plus une : avoir vécu et réussi un semestre en pleine pandémie. Quel impact aura ce moment historique sur leur vie future ? En attendant de le savoir, voici le portrait d’une promo à nulle autre pareille : félicitations aux diplômés 2020 !

Lire la suite