"En entrant à Sciences Po, j'étais de gauche"

“J’avais dix-huit ans, j’entrais à Sciences Po, j’étais de gauche parce que je voyais mal comment j’aurais pu ne pas l’être compte tenu de ce que j’étais et de ce que je lisais”*. Nous sommes en 1989, Édouard Philippe vient de réussir “de justesse” le concours d’entrée après une année de classe préparatoire littéraire. S’ouvrent pour lui “trois années de rêve” rue Saint-Guillaume, où le jeune Rouennais, fils d’enseignants, issu d’un milieu “où le socialisme était solidement implanté”, va poursuivre à grands pas son cheminement intellectuel et politique.

“Des qualités pragmatiques d’homme politique”

Curiosité, culture, talent oratoire : la majorité de ses professeurs soulignent les qualités de l’étudiant de la section Service Public, qui découvre les matières - en particulier le droit - avec enthousiasme. “Édouard est un rhétoricien distingué, commente l’enseignante du cours “How Science is Done”.  (...) ses questions étaient parmi les plus pertinentes de la classe. Il a montré (...) des qualités pragmatiques d’homme politique.” Élève “intelligent, fin et cultivé” pour son professeur de relations internationales, il peut “par son travail, rivaliser avec les meilleurs”, entrevoit son professeur d’économie. Et l’on s’amuse à repérer le commentaire du professeur d’un cours consacré aux États-Unis, qui salue “son analyse de la “popularité présidentielle”, bien rédigée, stimulante, bien documentée et réfléchie au niveau des concepts”... Seule une rencontre ratée avec les méthodes quantitatives, où l’enseignant déplore un “ensemble mauvais”, ainsi qu'un 6 de moyenne en volley-ball, tranchent sur ce parcours brillant. “Ma méthode de travail, c’était 1 h très concentré en bibliothèque, une demi-heure de baby-foot, puis une demi-heure au café Le Basile. Ça marchait bien”, confie en souriant Édouard Philippe.

“Lire au-delà de sa zone de confort”

C’est au cours de ces années qu’il découvre que “pour se faire un avis, il faut lire un peu au-delà de sa zone de confort”. Un livre en particulier le “travaille” : La Politique des partis sous la Troisième République, de François Goguel**, qui “n’opposait pas la droite et la gauche (...) mais le parti de l’ordre et celui du mouvement”. Véritable “manuel” pour les étudiants de science politique, cet ouvrage de 1946 ébranle les jeunes certitudes du futur Premier ministre : “et s’il fallait poser les termes de son équation politique et personnelle en termes de contenu plutôt qu’en termes d’appartenance partisane ?”.

Autres découvertes marquantes, celle de John Rawls et de Friedrich Hayek, “regardés de haut ou avec horreur par ceux qui autour de moi faisaient l’opinion”. “Il faut lire des auteurs et sur des périodes que l’on n’aime pas. Une lecture inconfortable frictionne l'âme et l'esprit”, résume Edouard Philippe, qui cite une autre “rencontre surprenante” de cette époque avec l’œuvre de l’historien Raoul Girardet, auteur de L’idée coloniale en France de 1871 à 1962. C’est son professeur d’histoire Elikia M’bokolo qui a fait les présentations (littéraires), et relève dans son appréciation de l’année universitaire 1989-1990 “le bel appétit de connaissances” de l’étudiant Philippe, distingué d’un 15,5 pour ce cours.

Deux années à gauche : “Byzance au petit pied”

En pleine ébullition intellectuelle, l’étudiant talentueux ne rencontre pas que des idées. “J’étais de gauche, j’aimais Rocard, je voulais m’engager, fringant comme un jeune homme, au Parti Socialiste.” Le voici militant de la section PS de Sciences Po.  “Des étudiants passionnés, ambitieux, parfois prêts à tout pour se faire remarquer, qui venaient “militer” pour rencontrer des ministres, obtenir un job chez tel ou tel parlementaire, en espérant décrocher le moment venu, une investiture. Il y en avait même qui étaient sincères !”, ironise-t-il avec assez de verve (“à la fin de l’envoi, je touche”, comme dirait son héros préféré). “Le plus extraordinaire, c’était l’organisation en chapelles, et la tension qui régnait entre elles”, poursuit-il. Deux ans plus tard, en 1991, “écœuré par les conditions de l’éviction du gouvernement de Michel Rocard”, il tire sa révérence et quitte cette “Byzance au petit pied”, où il s’est fait “peu d’amis, mais qui le sont restés”. Toujours de gauche en 1993, “pas assez selon (s)es amis d’alors”, Edouard Philippe, en 1997, est de droite. “Dans l’éternel débat qui (...) confronte liberté et égalité, réalité et utopie, responsabilité individuelle et prise en charge collective, j’avais compris que je privilégiais plutôt les premières.”

Les idées rencontrées au cours de ces années fondatrices ont mûri. Entre temps, Édouard Philippe a fait l’ENA, et “c’était moins marrant”. Fidèle - nostalgique ? - de ses années passées à Sciences Po, Édouard Philippe y revient volontiers. En tant que maire et député, il ne manque aucune des rentrées solennelles du campus de Sciences Po au Havre. Le 30 août 2017, quelques mois après sa nomination, c’est avec un bonheur visible qu’Édouard Philippe est venu dispenser la leçon inaugurale devant les étudiants de première année. Avec une ambition manifeste : les inciter à lire “hors de leur zone de confort”.

*Cette citation et les suivantes sont extraites de l'ouvrage Des hommes qui lisent, Édouard Philippe, éd. JC Lattès (2017).

** Le politiste François Goguel, fondateur de la sociologie électorale, a enseigné à Sciences Po de 1948 à 1974. 

Les conseils de lecture dispensés par Édouard Philippe lors de la leçon inaugurale :

Mais aussi les auteurs suivants :

Abonnez-vous à notre newsletter

“Sciences Po valorise l’engagement

“Sciences Po valorise l’engagement"

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”.  Cette semaine, place à Léa Moukanas, étudiante sur le campus de Paris, qui se passionne pour…  les questions de santé.

Lire la suite
Femmes-hommes : 10 idées pour faire avancer l'égalité

Femmes-hommes : 10 idées pour faire avancer l'égalité

C’était en 2010 : Sciences Po innovait en créant un programme de recherche et d’enseignements des savoirs sur le genre. Un engagement précurseur qui s’intègre désormais - depuis 2014 - à une politique globale en faveur de l’égalité réelle. L’action pionnière de Sciences Po a été reconnue par le programme HeForShe de l’ONU, qui a nommé Frédéric Mion, son directeur parmi les 10 champions universitaires mondiaux pour l’égalité femmes-hommes. À l’occasion de la publication du second Rapport pour l’égalité hommes-femmes HeForShe IMPACT, retour sur 10 actions testées à Sciences Po pour faire avancer les mentalités et les pratiques.

Lire la suite
Le campus du Havre fête ses 10 ans

Le campus du Havre fête ses 10 ans

Je savais que le campus du Havre était le bon endroit pour moi !”. Alice Jetin-Duceux, étudiante en première année, ne cache pas son plaisir d’effectuer sa rentrée aux côtés des 160 autres étudiants du campus du Havre. Mais cette rentrée 2017 a aussi une tonalité particulière pour Sciences Po. Il y a tout juste 10 ans, le campus du Havre ouvrait en effet ses portes à sa première promotion. A l'occasion de cet anniversaire, souvenirs et récits d'étudiants et d'anciens.

Lire la suite
À la recherche des cités perdues

À la recherche des cités perdues

Thomas Chaney, chercheur au Département d’économie à Sciences Po, est spécialiste du commerce international, de la finance et des réseaux. Lauréat de nombreux prix, et nominé cette année au prestigieux Prix du meilleur jeune économiste, il mène des recherches qui croisent modèles théoriques et d’autres champs inattendus comme... l’archéologie. Ou comment un économiste s’est mis en quête de cités disparues il y a plusieurs millénaires à l’aide d’équations.

Lire la suite
Journées du Patrimoine : 1700 visiteurs à l'Artillerie

Journées du Patrimoine : 1700 visiteurs à l'Artillerie

Qui pourrait soupçonner que cette porte discrète, à l’ombre de l’orgueilleuse façade baroque de l’Église Saint Thomas d’Aquin, ouvre sur un cloître du XVIIè siècle en plein Paris ? Acquis par Sciences Po fin 2016, le site de l’hôtel de l’Artillerie ouvrait ses portes au public pour la première fois samedi 16 septembre, à l’occasion des Journées du Patrimoine. Des centaines de visiteurs ont saisi cette occasion unique de découvrir ce site avant le début des travaux qui en feront le nouveau coeur du campus parisien de Sciences Po, en 2021.

Lire la suite

"Je veux défendre la dignité humaine et la liberté"

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”. Cette semaine, place à Malak Gadalla, étudiante égyptienne qui s’enthousiasme pour l’étude du Moyen-Orient sur notre campus de Menton.

Lire la suite
« Journalistes : préservez l’écrit »

« Journalistes : préservez l’écrit »

À l’occasion de sa rentrée, l’École de journalisme de Sciences Po a invité Mike Pride, ancien administrateur des prix Pulitzer, à s’exprimer lors d’une conférence exceptionnelle. Cet ancien journaliste et expert des médias, qui a vu muter le monde de l’information avec l’arrivée du digital, a tracé les pistes d’avenir du secteur devant les journalistes en herbe de Sciences Po.

Lire la suite
Julia Cagé : vers une autre économie des médias

Julia Cagé : vers une autre économie des médias

Économiste, chercheuse passionnée par la presse ou encore femme engagée en politique aux côtés de Benoît Hamon... Julia Cagé, professeur d’économie à Sciences Po, cultive avec talent de multiples cordes à son arc. Mais c’est avant tout une spécialiste des médias, qu’elle scrute au spectre des sciences économiques pour comprendre leur évolution. Interview.

Lire la suite
“Sciences Po est un voyage fort en émotions”

“Sciences Po est un voyage fort en émotions”

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”.  Cette semaine, place à Jasdeep Singh Hundal, 19 ans, venu du Singapour pour étudier sur le campus de Reims en double diplôme avec Berkeley.

Lire la suite