Emmanuel Macron, promotion 2001

“Un étudiant tchèque en échange universitaire qui n’a pas vu un coiffeur depuis des décennies” : c’est ainsi qu’Emmanuel Macron apparaît pour la première fois à Sciences Po à Marc Ferraci, un autre étudiant fraîchement admis, qui va devenir son plus proche ami, et qui sera son témoin de mariage quelques années plus tard - l’occasion de rappeler cette anecdote capillaire dans son discours. Portrait des années d'étudiant du plus jeune président de la Ve République.

Emmanuel Macron a 21 ans quand il entre à Sciences Po. Après trois années de prépa littéraire au lycée Henri IV, soldées par deux échecs au concours d’entrée à l’École Normale Supérieure, il serait entré à Sciences Po pour “panser ses plaies”, voire “avec un certain esprit de revanche”¹. C’est en tout cas un candidat “qui inspire confiance et sympathie” et une “personnalité enthousiaste et vivante” que recommandent ses professeurs de khâgne dans son dossier de candidature pour la rue Saint-Guillaume. Avec en tête un projet d’avenir encore ouvert à toutes les possibilités, plus ou moins porté vers une carrière dans l’enseignement supérieur “peut-être à l’étranger”, qui lui fait choisir la section “Internationale” (l’une des quatre encore à vigueur à l’époque).

“Service public” et philosophie politique

Bien souvent expédiée en une ligne coincée entre son parcours de khâgneux au Quartier Latin et ses années de jeune énarque, son passage à Sciences Po constitue pourtant une période plus décisive qu’il n’y paraît. À commencer par le choix d’une carrière publique : à l’entrée en 3è année - la scolarité n’en comptait alors que trois - il change de section pour rejoindre la section "Service public".  Une troisième - et dernière-  année qu’il effectuera en deux ans, pour pouvoir mener à bien en parallèle ses études de philosophie à l’Université de Nanterre, où il obtient une maîtrise puis un DEA. Deux trajectoires parallèles : ses mémoires sont dédiés à des penseurs politiques : Machiavel et Hegel. Pour compléter l’agenda de ce jeune homme occupé, c’est au même moment qu’il devient l’assistant éditorial de Paul Ricoeur pour son ouvrage La mémoire, l’histoire, l’oubli paru en 2000 au Seuil.

“Facilités évidentes”

Tout cela ne l’empêche pas d’être un brillant étudiant qui ne cesse de progresser. Signe que le choix de la section "Service public" était le bon, ou que la répartition des cours sur deux années lui permet de mieux concilier tous ses engagements universitaires ? L’année de son diplôme, il obtient en tout cas la meilleure note de sa conférence en “Économie approfondie”, “Enjeux politiques” et “ Finance publique”... “Élève brillant”, “doté d’une pensée originale et construite” et d’une “grande maturité” : l’appréciation de son professeur de “Protection sociale” - qui note “sa culture évidente du sujet” - donne le ton : la plupart des commentaires sont élogieux. Ses professeurs soulignent notamment ses “facilités évidentes à l’expression orale, tant sur le fond que sur la forme”. La pratique du théâtre depuis ses années de lycée, complétée par les stages au cours Florent, est appréciée à sa juste valeur dans ce temple de l’éloquence qu’est Sciences Po.

Des rencontres qui comptent

L’étudiant Macron aime visiblement parler, mais pas monologuer. “C’était le meilleur étudiant de ma conférence, se souvient Ali Baddou, qui fut l’un de ses enseignants, mais je me souviens surtout qu’il adorait poser des questions, dialoguer”. Même souvenir du côté des appariteurs de Sciences Po (responsables de l’accueil des étudiants) : “il était proche de nous et venait tout le temps pour discuter”. Son professeur, l’historien François Dosse - qui l’a présenté à Paul Ricœur - souligne “sa capacité de faire la synthèse entre les différents enseignements et de les remobiliser”¹ et “une animation constante des débats dans le groupe, d’un niveau toujours excellent”.

Avec son professeur Jean-Marc Borello, la conversation démarrée à Sciences Po se poursuit depuis dix-sept ans : cet entrepreneur de l'économie sociale (groupe SOS, 15000 salariés) est aujourd'hui l'un des piliers du mouvement En marche ! De même qu’avec son condisciple Aurélien Lechevallier, avec qui il prépara l’ENA, et qui le conseille aujourd’hui pour les affaires internationales; ou Benjamin Griveaux (diplômé en 1999), aujourd’hui porte-parole d’En Marche. Sans oublier son proche ami, l’économiste Marc Ferraci, qui le conseille aujourd’hui sur l’économie. Des liens et des amitiés qui durent davantage que son attirance passagère pour le mouvement chevènementiste : après avoir participé en 1998 à une université d’été du Mouvement des Citoyens à Perpignan, il effectue en 2000 un stage au cabinet de George Sarre, maire du XIè arrondissement et proche de Jean-Pierre Chevènement. “L’aventure s’arrêtera là”, note Nicolas Prissette dans l’ouvrage qu’il consacre à Emmanuel Macron².

“Élégance morale” et “esprit très convivial”

Sa relation avec Sciences Po, en revanche, n’a jamais subi de coup d’arrêt. À peine diplômé de l’ENA, et “alors que les autres membres de l’Inspection Générale des Finances retournent traditionnellement donner des cours d’économie dans les hautes écoles de la République, lui choisit d’enseigner la culture générale à Sciences Po”, note François-Xavier Bourmaud³. Quelques années plus tard, Emmanuel Macron se montrera tout aussi prodigue de ses talents d’orateur pour ses cadets : invité d’honneur de la cérémonie de diplômation en 2015 (à revoir ci-dessous), il revient trois fois en 2016, pour le Gala des étudiants, un colloque de l’École des affaires internationales, un débat sur l’Europe, et...le pot de départ en retraite d’un appariteur avec qui il s’était lié d’amitié.

Avant que l’expérience ne vienne parfaire sa maîtrise de la rhétorique, il arrivait durant ses études à Sciences Po que son enthousiasme et sa facilité à écrire le rende un peu bavard :  en témoignent les “trop long” qui émaillent quelques copies… Autre (petit) défaut de l’étudiant exemplaire “une tendance à être trop certain”, relève un de ses professeurs, “contrebalancée par un esprit très convivial”...Mais c’est probablement l’appréciation de ce grand professeur de Sciences Po en histoire et droit des États qui anticipe le mieux le potentiel du jeune Macron, un “étudiant exceptionnel à tous égards”. “Beaucoup d’intelligence et d’élégance morale, résume-t-il. Une vraie générosité. Des qualités intellectuelles hors du commun”. Titre de cet enseignement où l’étudiant excelle : “L’État en France et sa réforme”...

¹ L’ambigu Monsieur Macron, Marc Endeweld, Flammarion (2015), page 50.

² Emmanuel Macron, en marche vers l'Élysée, François Prissette, Plon (2016), p.79

³ Macron, l’invité surprise, François-Xavier Bourmaud, l’Archipel (2017), page 53

...et retrouvez la sélection d'ouvrages sur Emmanuel Macron par la librairie de Sciences Po. 

Abonnez-vous à nos newsletters !

"Une semaine à Sciences Po", recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Depuis sa création en 1872, Sciences Po a accueilli des milliers d’étudiants issus d’universités outre-Manche. Sir Austen Chamberlain, un diplômé de Cambridge promis à un brillant avenir dans la diplomatie européenne, fut parmi les tout premiers à y étudier. Célèbre pour son rôle dans les négociations des Accords de Locarno, pour lequel il reçut le prix Nobel de la paix, Austen Chamberlain occupa le poste de ministre des Affaires étrangères britannique pendant l’entre-deux-guerres de 1924 à 1929. Qu’a-t-il retenu de son passage à Sciences Po en tant qu’unique élève britannique de la promotion 1886, et comment ce séjour a-t-il forgé sa politique à une époque aussi charnière de l’histoire européenne ?

Lire la suite
“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite