Emmanuel Macron, promotion 2001

“Un étudiant tchèque en échange universitaire qui n’a pas vu un coiffeur depuis des décennies” : c’est ainsi qu’Emmanuel Macron apparaît pour la première fois à Sciences Po à Marc Ferraci, un autre étudiant fraîchement admis, qui va devenir son plus proche ami, et qui sera son témoin de mariage quelques années plus tard - l’occasion de rappeler cette anecdote capillaire dans son discours. Portrait des années d'étudiant du plus jeune président de la Ve République.

Emmanuel Macron a 21 ans quand il entre à Sciences Po. Après trois années de prépa littéraire au lycée Henri IV, soldées par deux échecs au concours d’entrée à l’École Normale Supérieure, il serait entré à Sciences Po pour “panser ses plaies”, voire “avec un certain esprit de revanche”¹. C’est en tout cas un candidat “qui inspire confiance et sympathie” et une “personnalité enthousiaste et vivante” que recommandent ses professeurs de khâgne dans son dossier de candidature pour la rue Saint-Guillaume. Avec en tête un projet d’avenir encore ouvert à toutes les possibilités, plus ou moins porté vers une carrière dans l’enseignement supérieur “peut-être à l’étranger”, qui lui fait choisir la section “Internationale” (l’une des quatre encore à vigueur à l’époque).

“Service public” et philosophie politique

Bien souvent expédiée en une ligne coincée entre son parcours de khâgneux au Quartier Latin et ses années de jeune énarque, son passage à Sciences Po constitue pourtant une période plus décisive qu’il n’y paraît. À commencer par le choix d’une carrière publique : à l’entrée en 3è année - la scolarité n’en comptait alors que trois - il change de section pour rejoindre la section "Service public".  Une troisième - et dernière-  année qu’il effectuera en deux ans, pour pouvoir mener à bien en parallèle ses études de philosophie à l’Université de Nanterre, où il obtient une maîtrise puis un DEA. Deux trajectoires parallèles : ses mémoires sont dédiés à des penseurs politiques : Machiavel et Hegel. Pour compléter l’agenda de ce jeune homme occupé, c’est au même moment qu’il devient l’assistant éditorial de Paul Ricoeur pour son ouvrage La mémoire, l’histoire, l’oubli paru en 2000 au Seuil.

“Facilités évidentes”

Tout cela ne l’empêche pas d’être un brillant étudiant qui ne cesse de progresser. Signe que le choix de la section "Service public" était le bon, ou que la répartition des cours sur deux années lui permet de mieux concilier tous ses engagements universitaires ? L’année de son diplôme, il obtient en tout cas la meilleure note de sa conférence en “Économie approfondie”, “Enjeux politiques” et “ Finance publique”... “Élève brillant”, “doté d’une pensée originale et construite” et d’une “grande maturité” : l’appréciation de son professeur de “Protection sociale” - qui note “sa culture évidente du sujet” - donne le ton : la plupart des commentaires sont élogieux. Ses professeurs soulignent notamment ses “facilités évidentes à l’expression orale, tant sur le fond que sur la forme”. La pratique du théâtre depuis ses années de lycée, complétée par les stages au cours Florent, est appréciée à sa juste valeur dans ce temple de l’éloquence qu’est Sciences Po.

Des rencontres qui comptent

L’étudiant Macron aime visiblement parler, mais pas monologuer. “C’était le meilleur étudiant de ma conférence, se souvient Ali Baddou, qui fut l’un de ses enseignants, mais je me souviens surtout qu’il adorait poser des questions, dialoguer”. Même souvenir du côté des appariteurs de Sciences Po (responsables de l’accueil des étudiants) : “il était proche de nous et venait tout le temps pour discuter”. Son professeur, l’historien François Dosse - qui l’a présenté à Paul Ricœur - souligne “sa capacité de faire la synthèse entre les différents enseignements et de les remobiliser”¹ et “une animation constante des débats dans le groupe, d’un niveau toujours excellent”.

Avec son professeur Jean-Marc Borello, la conversation démarrée à Sciences Po se poursuit depuis dix-sept ans : cet entrepreneur de l'économie sociale (groupe SOS, 15000 salariés) est aujourd'hui l'un des piliers du mouvement En marche ! De même qu’avec son condisciple Aurélien Lechevallier, avec qui il prépara l’ENA, et qui le conseille aujourd’hui pour les affaires internationales; ou Benjamin Griveaux (diplômé en 1999), aujourd’hui porte-parole d’En Marche. Sans oublier son proche ami, l’économiste Marc Ferraci, qui le conseille aujourd’hui sur l’économie. Des liens et des amitiés qui durent davantage que son attirance passagère pour le mouvement chevènementiste : après avoir participé en 1998 à une université d’été du Mouvement des Citoyens à Perpignan, il effectue en 2000 un stage au cabinet de George Sarre, maire du XIè arrondissement et proche de Jean-Pierre Chevènement. “L’aventure s’arrêtera là”, note Nicolas Prissette dans l’ouvrage qu’il consacre à Emmanuel Macron².

“Élégance morale” et “esprit très convivial”

Sa relation avec Sciences Po, en revanche, n’a jamais subi de coup d’arrêt. À peine diplômé de l’ENA, et “alors que les autres membres de l’Inspection Générale des Finances retournent traditionnellement donner des cours d’économie dans les hautes écoles de la République, lui choisit d’enseigner la culture générale à Sciences Po”, note François-Xavier Bourmaud³. Quelques années plus tard, Emmanuel Macron se montrera tout aussi prodigue de ses talents d’orateur pour ses cadets : invité d’honneur de la cérémonie de diplômation en 2015 (à revoir ci-dessous), il revient trois fois en 2016, pour le Gala des étudiants, un colloque de l’École des affaires internationales, un débat sur l’Europe, et...le pot de départ en retraite d’un appariteur avec qui il s’était lié d’amitié.

Avant que l’expérience ne vienne parfaire sa maîtrise de la rhétorique, il arrivait durant ses études à Sciences Po que son enthousiasme et sa facilité à écrire le rende un peu bavard :  en témoignent les “trop long” qui émaillent quelques copies… Autre (petit) défaut de l’étudiant exemplaire “une tendance à être trop certain”, relève un de ses professeurs, “contrebalancée par un esprit très convivial”...Mais c’est probablement l’appréciation de ce grand professeur de Sciences Po en histoire et droit des États qui anticipe le mieux le potentiel du jeune Macron, un “étudiant exceptionnel à tous égards”. “Beaucoup d’intelligence et d’élégance morale, résume-t-il. Une vraie générosité. Des qualités intellectuelles hors du commun”. Titre de cet enseignement où l’étudiant excelle : “L’État en France et sa réforme”...

¹ L’ambigu Monsieur Macron, Marc Endeweld, Flammarion (2015), page 50.

² Emmanuel Macron, en marche vers l'Élysée, François Prissette, Plon (2016), p.79

³ Macron, l’invité surprise, François-Xavier Bourmaud, l’Archipel (2017), page 53

...et retrouvez la sélection d'ouvrages sur Emmanuel Macron par la librairie de Sciences Po. 

Abonnez-vous à nos newsletters !

"Une semaine à Sciences Po", recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Réconcilier “humain” et

Réconcilier “humain” et "droits de l’homme”

Pour elle, c’est bien plus qu’une vocation. Étudiante en master "Human Rights and Humanitarian Action" à l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Vanessa Topp se rend chaque semaine dans le quartier de la Porte de la Chapelle à Paris à la rencontre des migrants pour leur apporter son soutien. Portrait vidéo d'une jeune femme pour qui étude des droits de l'homme rime avec engagement.

Lire la suite
Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Par Sylvain Kahn - Viktor Orban et la Fidesz ont remporté les élections législatives en Hongrie dimanche 8 avril 2018. Avec plus de 48 % des suffrages et plus du tiers des sièges, ils progressent significativement par rapport aux deux précédents scrutins qui, déjà, les avaient mené au pouvoir en 2010 et en 2014. Cette troisième victoire de rang signale une évolution structurelle de la vie politique européenne. Cette évolution peut être baptisée « l’orbanisation » de l’Europe.

Lire la suite
Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Ils ont en commun de compter parmi les plus jeunes chefs de gouvernement au monde. À l'occasion de leurs visites officielles en France, Jacinda Ardern, Première ministre de Nouvelle-Zélande, et Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, sont venus donner deux conférences exceptionnelles ce lundi 16 avril 2018 à Sciences Po.

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
S’engager au service des autres

S’engager au service des autres

Nouveauté liée à la réforme du bachelor, le parcours civique propose aux étudiants d’appréhender la citoyenneté et la responsabilité sociale à travers le développement d’un projet personnel au service des autres. Se déroulant hors les murs de Sciences Po, le parcours civique amène les étudiants à rencontrer des personnes de différents milieux travaillant les secteurs de l'éducation, de l'emploi, de l'environnement, de la justice, de la santé, de la paix, etc.

Lire la suite
“C’est la grève générale en France qui a contribué à faire de 1968 une année clé dans le monde”

“C’est la grève générale en France qui a contribué à faire de 1968 une année clé dans le monde”

1968, année de révolutions ? Oui, mais pas seulement en France. Alors que beaucoup cantonnent cette année aux événements de mai et à ses barricades parisiennes, Gerd-Rainer Horn, enseignant-chercheur en histoire politique au Centre d’histoire de Sciences Po, rappelle que de nombreux mouvements étudiants se sont également déroulés partout dans le monde cette année-là. Entretien.

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Vous avez passé l'écrit avec succès ? Bravo ! La deuxième quinzaine du mois de mai 2018, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Nouveau biologisme, version 3.0

Nouveau biologisme, version 3.0

Par Marie-Laure Djelic (CSO). Le positivisme méthodologique n’a jamais été aussi conquérant. L’axiome est simple : tout peut se mesurer et s’objectiver ou plutôt tout ce qui ne se mesure pas n’existe pour ainsi dire pas. Cette version 3.0 du biologisme s’articule étonnamment bien avec la révolution digitale et les progrès de l’intelligence artificielle.

Lire la suite
Qui gouverne en entreprise ?

Qui gouverne en entreprise ?

Actionnaires, conseils d’administration, comités d’entreprise, consommateurs ou clients... Quels sont les rôles et attentes de ces différents acteurs du monde de l'entreprise ? Dans son cours “European Law of corporate governance and capital markets”, la professeure Katja Langenbucher dévoile les ressorts et enjeux de la gouvernance des entreprises. Et nous rappelle que le droit, c’est aussi de la politique.

Lire la suite