De Marcel Proust à Florian Zeller : les écrivains diplômés de Sciences Po

Sciences Po est, depuis sa création, une grande école des plumes françaises. Une trentaine d’écrivains s’y sont succédé entre 1886 et 2001, sur quatre générations.

La première génération regroupe des écrivains nés dans les années 1860-1890. Inscrit en 1886, Paul Claudel deviendra diplomate et un membre éminent de l’Académie française. Marcel Proust et Paul Morand suivent un double cursus, comme c’est alors l’usage, en s’inscrivant en parallèle à la faculté de droit. Une note d’Albert Sorel, sur la participation de Proust à son cours d’histoire diplomatique, évoque un étudiant « fort intelligent ». Inscrit en 1910, Pierre Drieu La Rochelle ne sera pas diplômé.

Paul Claudel, Paul Morand, puis Julien Gracq et Léo Ferré

La génération suivante est celle des étudiants nés dans les années de la Première Guerre mondiale et diplômés dans les années 1930. Elle compte des essayistes et romanciers célèbres - Julien Gracq, Roger Peyrefitte, Gilbert Cesbron, Louis-René Pineau des Forêts, Maurice Druon - et un poète, qui fut aussi un auteur-compositeur-interprète : Léo Ferré. Peyrefitte réalise une thèse sur le cacao sous la direction d’André Siegfried, dont il fit don à la bibliothèque, considérant cette dernière comme un « tombeau auguste ».

Étudiant en géographie, Gracq poursuit en parallèle un cursus à l’École normale, à l’instar de son condisciple Georges Pompidou. Écrivains engagés, Pineau des Forêts et Druon ont tous deux été des résistants, dont les œuvres ont été récompensées par de nombreux prix et distinctions.

Les Carrère de mère en fils, et la “Promo 86”

La génération des écrivains qui va de l’après-guerre jusqu’aux années 1980 compte pour la première fois une femme, Hélène Carrère d’Encausse. Plus de la moitié des futurs écrivains inscrits à l’IEP fréquente la section service public : Hélène et Emmanuel Carrère, Frédéric Mitterrand, Christian Combaz, François Sureau, Marc Lambron. L’écrivain germanopratin Matthieu Galey, célèbre pour son Journal, et Jean-Christophe Rufin suivent la section relations internationales, alors qu’Erik Orsenna et Renaud Camus sont diplômés de la section politique et sociale.

Célébrée dans La Promo Sciences Po 1986, livre autobiographique d’Ariane Chemin, une poignée d’écrivains en herbe a été diplômée au seuil des années 1990 : Alexandre Jardin et Frédéric Beigbeder, respectivement en 1986 et 1987, et Pauline Dreyfus et Yann Moix leur succèdent dans le milieu des années 1990, date de publication des premiers ouvrages de ce dernier. L’écrivain le plus jeune de la nouvelle génération des écrivains nés au seuil des années 80, Florian Zeller, a été diplômé en 2001.

par Goulven Le Brech, Responsable de la Mission Archives de Sciences Po
 

“La première élection vraiment européenne”

“La première élection vraiment européenne”

Brexit, changement de mode de scrutin, montée des populismes… Autant d’enjeux inédits pour ces élections européennes. “Ce sont les élections des premières fois”, souligne Enrico Letta, ancien Premier ministre d’Italie et doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po. À l’occasion du scrutin européen, Sciences Po organise ce dimanche 26 mai une soirée de commentaires et d’analyses des résultats du scrutin dans son emblématique théâtre Boutmy avec les meilleurs experts. Elle est ouverte à tous. Venez nombreux !

Lire la suite
Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Par Sophie Dubuisson - Quellier (CSO - Sciences Po) et Solange Martin (ADEME). Dans le contexte de la lutte contre le dérèglement climatique, les interventions publiques ciblent aujourd’hui les individus. Il s’agit d’encourager certaines pratiques – prendre les transports en commun, manger des fruits de saison – et d’en décourager d’autres – laisser ses appareils en veille ou renouveler trop fréquemment ses vêtements.

Lire la suite
L’éthique du hacker

L’éthique du hacker

Les révolutions commencent souvent par des histoires, des colères ou des frustrations a priori insignifiantes, anecdotiques. C’est le cas de la culture dite libre qui est probablement un des développements démocratiques les plus importants du numérique et dont l’origine n’a tenu qu’à un problème d’impression !

Lire la suite
Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite