Ce que les riches pensent des pauvres

Comment les classes supérieures vivant dans les beaux quartiers se représentent-elles les pauvres et les classes populaires ? Comment expliquent-elles les différences entre elles et les plus démunis ? Y voient-elles un danger, un problème social ou une injustice à réparer ? Pour répondre à ces questions, quatre sociologues, au nombre desquels Bruno Cousin, Assistant Professor au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE), ont réalisé une enquête de terrain comparant des environnements a priori différents :  Paris, São Paulo et Delhi. Ils ont exposé leurs résultats dans un ouvrage : Ce que les riches pensent des pauvres (éd. Seuil). Entretien avec Bruno Cousin.

En quoi est-ce intéressant de savoir ce que les “riches” pensent des “pauvres” ?

Pour vraiment comprendre les inégalités et la pauvreté, il faut aussi s’intéresser à la vision qu’en ont celles et ceux qui bénéficient le plus de l’état actuel de la répartition des diverses ressources : les classes supérieures. Celles-ci ont un poids disproportionné sur les décisions individuelles et collectives – des choix ordinaires en matière résidentielle, scolaires ou d’embauche jusqu’aux grandes orientations politiques – qui contribuent à la perpétuation voire à l’aggravation des inégalités, ainsi qu’au caractère plus ou moins généreux ou répressif des politiques de lutte contre la pauvreté. Les classes supérieures ont aussi un rôle important dans la diffusion des représentations et des divers registres argumentatifs sur lesquels s’appuie la stigmatisation des pauvres. En exprimant plus ou moins explicitement, lorsqu’elles parlent des pauvres, des jugements sur ce qui est moralement respectable, distinctif sur le plan culturel ou valable du point de vue économique, elles peuvent contribuer au marquage et à la consolidation des frontières sociales ou, au contraire, à leur effacement ou leur déplacement.

Vous avez enquêté dans trois villes très différentes : Paris, São Paulo et Delhi...

Les trois villes choisies pour l’enquête, - on a réalisé 80 entretiens approfondis dans chacune d’entre elles, auprès de classes supérieures habitant dans les quartiers les plus exclusifs -, sont les plus importantes métropoles de trois grandes démocraties. Enquêter par entretiens sur ces sujets dans un pays au régime autoritaire aurait sans doute été plus compliqué ; on aurait été davantage confrontés à des refus de participer à l’enquête et à de l’autocensure. Mais, au-delà des points communs, il s’agit aussi de trois pays très différents en termes d’État-providence, de niveaux d’inégalités et d’évolution récente de ces dernières (on peut notamment renvoyer à ce sujet au Rapport sur les inégalités mondiales 2018). Du coup, les points communs qui pourraient ressortir de la comparaison de ces cas avaient de fortes chances d’être généralisables.

Visiblement, le souci qu’ont les classes supérieures est de préserver un certain "ordre moral" qui leur est propre est un élément structurant dans leurs relations aux milieux considérés comme “pauvres”

Ce qui ressort d’abord de l’enquête, c’est qu’au quotidien le souci principal des classes supérieures, en termes de stratégie de distinction et d’éducation, n’est pas de se démarquer des plus pauvres. Principalement parce que, pour elles, cette distinction va le plus souvent de soi. D’autant que, dans le cas francilien, la plus grande partie des classes populaires habite à distance des beaux quartiers, si bien que les occasions d’interaction sont plutôt rares. Nos interviewés cherchent plutôt à se démarquer des classes moyennes-supérieures et moyennes, plus proches d’eux et vis-à-vis desquelles ils tiennent à affirmer leur supériorité statutaire et à défendre leurs avantages. Pour des raisons indissociablement identitaires et stratégiques en termes de reproduction sociale, ils tiennent par exemple à ce que leurs enfants grandissent dans des quartiers et fréquentent des écoles « qui leur correspondent », et ils définissent de façon très élitiste et restrictive la classe sociale à laquelle ils s’identifient ou à laquelle ils aspirent et qu’ils prennent pour modèle.

Néanmoins, c’est lors des rares occasions où cet ordre moral local est effectivement "menacé" par la perspective d’une mixité avec des classes populaires que l’on observe les réactions les plus péremptoires et violentes. Cela a notamment été le cas avec le projet de construire un centre d’accueil dans le XVIe arrondissement de Paris ou, à Delhi, quand a été émise l’idée de contraindre les écoles de la grande bourgeoisie à accueillir des élèves de milieux défavorisés.

Ces habitants des beaux quartiers cherchent alors – soulignez-vous – à éviter les “pauvres” ou à s’en protéger. Pourquoi ?

Au-delà des dynamiques d’agrégation affinitaire et de recherche d’un entre-soi, nos interviewés évoquent aussi des logiques plus explicitement motivées par la répulsion à l’égard des pauvres. Ils cherchent à se protéger des interactions avec les classes populaires lorsqu’elles semblent menacer leur mode de vie ou, ce qui est plus souvent le cas dans les villes que nous avons étudiées, leur apparaissent mettre en danger leur sécurité physique ou sanitaire. Mais si l’on retrouve dans chacune de ces trois villes une stigmatisation des pauvres en termes de péril physique et d’atteinte à la propreté, ce n’est pas dans la même mesure. Les interviewés parisiens considèrent moins les pauvres comme dangereux et sales que ce n’est le cas à São Paulo, où – il faut bien le reconnaître – les taux et niveaux de violence sont particulièrement élevés, la police n’étant d’ailleurs pas en reste. De même, la représentation des pauvres comme sales, potentiellement malades, désordonnés et enlaidissant la ville est davantage prononcée et récurrente à Delhi. Le rapport aux espaces publics est aussi différent dans chacune des trois villes : les Parisiens aisés les fréquentent régulièrement mais souhaitent voir s’imposer partout les normes de politesse et d’urbanité qui sont celles de la bourgeoisie ; les riches delhiites considèrent comme allant de soi de ne fréquenter que ceux de certains quartiers soigneusement sélectionnés, entre lesquels ils évoluent selon une routine qui les rassure pleinement ; tandis que leurs homologues paulistains sont davantage dans un repli obsidional sur les espaces privés.

Ces représentations sont-elles un frein à la solidarité ?

Un chapitre du livre est consacré à la façon dont les habitants des beaux quartiers (s’)expliquent la pauvreté et en déduisent d’éventuelles « solutions » à la question sociale. Une rhétorique dénonçant le caractère hérité, et donc largement irrémédiable, de la situation des pauvres se combine alors souvent avec un argumentaire les accusant de ne pas savoir y remédier par eux-mêmes… Cette articulation entre naturalisation de la pauvreté et culpabilisation des pauvres peut par exemple s’opérer en faisant du soi-disant penchant pour la paresse des pauvres une tendance certes héréditaire, mais à laquelle ils seraient coupables de ne pas résister. À Paris, où la grande majorité des interviewés évoquent spontanément les déterminants sociaux de la pauvreté et considèrent comme évident que tous les enfants ne disposent pas des mêmes opportunités et chances de réussite, ils n’en sont pas moins nombreux à affirmer que les adultes qui restent pauvres manquent de volonté pour s’extraire de leur condition. Ainsi, on retrouve dans les entretiens les critiques de l’État-Providence caractéristiques de la rhétorique réactionnaire. L’aide aux pauvres serait à la fois ou alternativement : sans effet véritable sur le problème qu’elle cherche à résoudre, perverse car désincitant les individus à faire des efforts, et dangereuse pour l’équilibre des finances publiques et donc pour l’État lui-même… Donc oui, indubitablement : tout ceci se révèle peu propice à la solidarité.

Bruno Cousin, Assistant professor au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po, est sociologue. Ses recherches, conduites dans une perspective internationale, portent sur les rapports des classes supérieures européennes à la mixité, la ségrégation urbaine, les inégalités et formes de sociabilité et les processus de légitimation des élites.

Aller plus loin

Abonnez-vous à notre newsletter

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite
Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

L’âpre controverse qui l’a opposé à plusieurs historiens de Sciences Po a failli l’occulter : Zeev Sternhell, mort le 21 juin 2020, fut à Sciences Po un étudiant de 3è cycle remarquable et remarqué. Sous la direction admirative de Jean Touchard, il soutint en octobre 1969 sa thèse sur Maurice Barrès, à l’issue d’une idylle intellectuelle dont témoigne son dossier de scolarité... 

Lire la suite