Agir face aux urgences du développement

Rémy Rioux, Directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD) et Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, ont signé le 15 novembre un nouveau partenariat qui vient renforcer et élargir une longue tradition de coopération. Son ambition : alimenter la recherche et le débat public sur les questions de développement, et mieux former les futurs acteurs du développement.

L'AFD et Sciences Po produisent toutes deux de la recherche et de l'expertise sur le développement. Qu'attendez-vous de ce rapprochement en matière de production de connaissances ?

Rémy Rioux :  Nous avons de nombreux chercheurs qui, aux côtés de notre chef économiste, Gaël Giraud - qui intervient à Sciences Po mercredi 15 novembre (ndlr) - produisent et diffusent des travaux axés notamment autour des biens communs, de la transition vers une société décarbonée, et du lien social. L’idée de ce partenariat est de partager nos savoirs et de co-construire de l’expertise pluridisciplinaire avec l’ensemble de la communauté académique de Sciences Po. La rencontre de ces mondes sera, j’en suis certain, fructueuse !

Frédéric Mion : L'AFD a récemment intégré de nouvelles compétences, géographiques ou thématiques, sur lesquelles les chercheurs de Sciences Po peuvent apporter une expertise utile. Ce partenariat va également inciter à la création de nouveaux projets de recherche au travers de l’organisation de séminaires communs. Nous avons aussi l’ambition d’irriguer le débat public sur les enjeux de développement partout en France et, pour cela, de renforcer les liens entre l’AFD et les six campus de Sciences Po en région.

Ce partenariat prévoit de favoriser des innovations pédagogiques tournées vers les solutions concrètes. Comment mieux former les futurs acteurs du développement ?

Rémy Rioux : Nous avons souhaité innover sur le plan pédagogique dans ce partenariat avec des études de cas concrets et l’immersion dans nos projets. Cela permet de former plus efficacement les futurs acteurs du développement. Car il y a urgence à agir – pour le climat, pour les plus vulnérables. Avec 85 agences dans le monde, des projets dans plus de 100 pays, nous avons de formidables capteurs pour saisir toutes les innovations en cours, au plus près du terrain. Nous souhaitons en faire profiter les enseignements et la recherche afin que ces innovations nous inspirent en retour, ici et là-bas.

Frédéric Mion : À Sciences Po, nous veillons à associer, au sein de nos formations, l’expertise universitaire et le savoir-faire des meilleurs praticiens. Les formats d’enseignements innovants que nous développons au sein de nos sept Écoles de deuxième cycle et de notre formation continue – études de cas, simulations, projets collectifs, policy briefs – sont d’excellents outils pour cela. Grâce à l’AFD, nous allons proposer à nos étudiants de travailler sur des études de cas et des problématiques puisées au cœur des missions de l'AFD. Les experts de l'AFD bénéficieront en retour de la créativité et du talent de nos étudiants, dont les travaux sont très proches d'un rendu professionnel – et parfois plus innovants grâce à leur regard neuf.

L'AFD est surtout connue pour son rôle de banque de développement. Pourquoi s'engager, avec cette convention, sur la formation des étudiants et des cadres et sur la recherche ?

Rémy Rioux : L’AFD et Sciences Po partagent des valeurs communes : l’ouverture à l’international, le goût du débat public, la volonté d’agir pour un monde meilleur. Grâce à ce partenariat, nous allons pouvoir croiser les regards sur le développement et faire appel à tous les talents parmi les étudiants, les chercheurs et les praticiens. L’éducation au développement et à la solidarité internationale fait partie du mandat de l’AFD. Ensemble avec Sciences Po, nous allons donner de la voix à cette politique publique transformatrice.

Pourquoi l'accent est-il mis sur la zone Afrique ? En quoi est-ce aujourd'hui une thématique importante pour Sciences Po ?

Frédéric Mion : Le développement repose en grande partie sur la capacité à former des élites et à permettre au plus grand nombre d’accéder à l’enseignement supérieur. Sciences Po s'est donc dotée d'une véritable « stratégie Afrique », dont j'ai fait une priorité. Nous avons lancé un programme Europe-Afrique en 2011 en premier cycle et nous avons créé des concentrations ou des programmes tournés vers ce continent au niveau master, comme un programme consacré aux villes africaines au sein de l’École urbaine. Nous avons développé des partenariats avec une vingtaine d’universités africaines sur l'ensemble du continent. Avec nos partenaires, nous menons des projets, comme un Mooc "Afrique et mondialisation" que nous allons lancer sur la plateforme Coursera. Fort d'un réseau d'alumni solidement implanté, nous entendons poursuivre ce développement ; l'appui de l'AFD sur le continent nous sera donc très précieux.

En savoir plus

Abonnez-vous à notre newsletter ! 

Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Grâce à une nouvelle plateforme collaborative, “Climate Action: Make it Work”, les différentes communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique via une série de consultations en ligne.

Lire la suite
Voyager autrement avec Stop & Go

Voyager autrement avec Stop & Go

Stop & Go est une association étudiante de Sciences Po qui vise à remettre au goût du jour la pratique de l’auto-stop. Voyages, week-ends ou festival en stop : autant d’ activités ludiques et festives qui portent un message écologique. Rencontre avec la présidente de Stop & Go, Apolline Tarbé de Saint-Hardouin. 

Lire la suite
" Entre jazz et Moyen-Orient "

" Entre jazz et Moyen-Orient "

Chanter en arabe, en farsi, en hébreu ou en persan. Rencontrer un célèbre joueur de oud ou apprendre à en jouer. Explorer la musique sous un angle anthropologique, technique, vocal. Le cours "Chant, écriture plurilingue et anthropologie de la musique" enseigné par Cécile Jarnot sur le campus de Menton, c'est tout cela à la fois et c'est bien plus qu'un cours de chant. Ou comment aborder les textes et cultures du Proche et du Moyen-Orient d'une manière résolument différente.

Lire la suite