9 nouveaux chercheurs rejoignent Sciences Po

Depuis la rentrée, la faculté permanente de Sciences Po s’est enrichie d’historien-ne-s, d’économistes, d'un juriste, de politistes et d'un sociologue. Spécialistes du droit international, des questions de genre, du Moyen-Orient, des marchés financiers, des réseaux sociaux et de la démocratie : autant de chercheur-e-s aux profils internationaux qui viennent alimenter nos questionnements, nos savoirs, et nos enseignements.

Droit

  • Professeur des Universités, Jean d’Aspremont a rejoint l’École de Droit de Sciences Po. Docteur en droit de l’Université de Louvain, il a notamment exercé à l’Université d’Amsterdam et a été Conseil devant la Cour internationale de Justice. Il a par ailleurs créé le Manchester International Law Centre au sein duquel il est titulaire de la chaire de droit international public. Il consacre ses travaux - tant théoriques que empiriques - à l’analyse de cette branche du droit, et en particulier aux questions relatives aux organisations internationales, aux sources du droit international, à la responsabilité de l’État, aux fondements du droit et à la méthodologie.

Économie

  • Ghazala Azmat, professeure des Universités, rejoint le Département d’économie et le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po. Docteure de la London School of Economics, Ghazala Azmat a exercé à l’Université de Pompeu Fabra puis à la Queen Mary University. Chercheuse associée au Centre for Economic Performance (LSE) et affiliée au prestigieux CEPR, elle est spécialisée en microéconomie appliquée et empirique. Elle consacre tout particulièrement ses travaux aux questions relatives à la concurrence, aux incitations économiques et aux structures organisationnelles, ainsi qu’à l’économie du travail, l’éducation et l’économie publique.

Histoire

  • Historienne et politiste, Stéphanie Latte Abdallah, chargée de recherche CNRS a rejoint le Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po. Arabisante, elle a notamment travaillé à l'Institut français du Proche-Orient des Territoires palestiniens. Ayant tout d’abord étudié l'histoire des réfugiés palestiniens et notamment celle des femmes dans les camps, elle a développé des recherches sur le genre et les féminismes dans les sociétés arabes, dont le féminisme islamique. Plus récemment, elle s’est penchée sur la question des frontières dans les espaces israélo-palestiniens, le milieu carcéral en Israël-Palestine et les mobilisations citoyennes et alternatives.

Sciences computationnelles

  • Jean-Philippe Cointet a rejoint le médialab en qualité d’Associate Professor. Ingénieur de l'École Polytechnique et des Eaux et Forêts, il soutient son doctorat à l'Institut des Systèmes Complexes et débute sa carrière de chercheur à l'INRA où il développe des méthodes d'analyse textuelle pour les sciences sociales. Il développe une partie de ses recherches en collaboration avec le centre INCITE de l’Université de Columbia. De par leur caractère méthodologique, ses questions de recherche l'amènent à travailler sur des terrains empiriques variés : entre autres presse, communautés scientifiques, réseaux sociaux, commentaires en ligne, discours politiques.

Science politique

  • Anne-Laure Beaussier, chargée de recherche CNRS, rejoint le Centre de sociologie des organisations (CSO) de Sciences Po. Docteure de l’Université de Montpellier, Anne-Laure Beaussier a poursuivi ses travaux au King's College de Londres. Ses recherches, orientées sur la comparaison internationale et basées sur des méthodologies qualitatives, portent sur la régulation des risques en Europe et sur les politiques de santé aux États-Unis et en Europe. Elle travaille notamment sur la protection maladie aux États-Unis, l’accès aux soins, la régulation de la qualité des soins médicaux en Europe.
  • Eberhard Kienle, directeur de recherche CNRS rejoint le Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po. Après avoir exercé en Europe (Berlin, Londres...) et au Moyen-Orient (Le Caire, Beyrouth),  Eberhard Kienle a été directeur de l'Institut français du Proche-Orient (IFPO). Il étudie les dimensions politiques et économiques des sociétés du Moyen-Orient. Ses travaux sur la transformation des régimes politiques et des États dans cette région et sur les bouleversements qu’elle connaît depuis les printemps arabes connaissent un écho important. Engagé, il met également son expertise au service du débat public.
  • Annabelle Lever, professeure des Universités, rejoint le Centre de recherches politiques (CEVIPOF) de Sciences Po, après avoir occupé de nombreux postes à l’étranger. Politiste et historienne, ses recherches se situent à l’intersection de la philosophie politique contemporaine et de l’éthique. Elles portent principalement sur les politiques publiques mais aussi sur des questions relatives à la vie privée, l’égalité entre les sexes, la démocratie et la sécurité, leur appréhension et leur combinaison. Enfin, elle développe une réflexion approfondie sur l'éthique du vote.
  • Professeure de science politique, Laura Morales, rejoint le Centre d’études européennes (CEE) de Sciences Po, après avoir mené ses recherches en Espagne et en Grande-Bretagne. Dans une démarche comparatiste, elle étudie la vie politique, les partis et l’opinion publique. Elle conduit également des recherches sur les politiques d’immigration. Dans le cadre d’un projet financé par le Conseil européen de la recherche (ERC), elle entreprend à présent des travaux sur la réactivité des gouvernements face aux modes d’expression mobilisées dans les démocraties.
  • Matthias Thiemann rejoint le Centre d’études européennes (CEE) de Sciences Po en qualité d’Assistant Professor. Docteur de l’Université Columbia de New York, Matthias Thiemann était auparavant membre de l’Université Goethe de Francfort. Il consacre ses recherches à la régulation du système bancaire et des marchés financiers en s'intéressant notamment aux interactions entre régulation, régulateurs et régulés. Un autre axe majeur de ses recherches porte sur l’étude des risques systémiques, telle que l’emblématique crise des subprimes de 2008.

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Aux origines du sondage

Aux origines du sondage

Initialement publié le 12 mars 2020 - Qui est apparu en premier : le sondage ou l’opinion publique ? « Si la question de la priorité de l'œuf sur la poule ou de la poule sur l'œuf vous embarrasse, c'est que vous supposez que les animaux ont été originairement ce qu'ils sont à présent. Quelle folie ! » Comme Denis Diderot, Martial Foucault invite ses étudiants à revenir aux origines du sondage, pour comprendre comment cet outil mal-aimé a évolué au fil du temps et de quelle façon on peut s’en servir aujourd’hui. 

Lire la suite
Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir"

Article initialement publié le 30 décembre 2019 - “Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite