5 conseils avant les écrits

Samedi 20 et dimanche 21 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins.

1/ Il s’agit d’un examen, pas d’un concours ! et ça change tout.

On l’oublie trop souvent, mais les épreuves écrites pour entrer à Sciences Po en 1ère année, au Collège Universitaire, portent le doux nom de “procédure par examen”. Dans un concours, le nombre X d’admis est défini à l’avance : on sélectionne les X meilleurs, quels que soient leurs résultats. Dans un examen, comme celui que vous allez passer samedi, il n’y a pas de nombre d’admis prédéfini, mais un niveau à atteindre. Inutile de stresser le jour J en imaginant que vos voisins de salle ont l’air infiniment plus préparés/sérieux/intelligents : votre principal défi, c’est de vous dépasser vous-même !

2/ Il n’y a pas de profil type. Chaque profil a sa chance.

Il n’existe pas de “candidat type” pour nous. Sciences Po est ouvert à tous les profils. La preuve, en 2015, nous avons accueilli 1734 nouveaux admis qui venaient de 878 lycées différents, soit en moyenne 2 admis par lycée. Vous avez vos chances quel que soit votre lycée d’origine et quelle que soit votre série de Baccalauréat. Les résultats en attestent : les chances de réussite des candidats de S, ES et L sont comparables.

3/ Il n’y a pas que vos notes à l’écrit qui comptent (mais ça compte)

Bien sûr, les épreuves des 20 et 21 février prochains sont très importantes. Mais vos notes à l’écrit ne sont pas la seule indication que les évaluateurs vont prendre en considération pour décider ou non si vous êtes admissible. Le dossier que vous avez patiemment constitué, la lettre de motivation que vous avez soigneusement rédigée, tout cela compte aussi. C’est déjà la moitié du chemin vers l’oral que vous avez parcourue, mine de rien !

4/ Vous avez bien révisé (mais un peu de méthode, ça peut aider)

Vous êtes en Terminale : vous avez donc déjà deux ans et demi de révisions derrière vous. L’examen écrit que vous allez passer évalue les (nombreuses) connaissances que vous avez emmagasinées depuis la seconde, et le travail que vous avez déjà entamé pour vous préparer au Baccalauréat à la fin de l’année (et qu’il est nécessaire d’obtenir pour entrer à Sciences Po, rappelons-le). Le jour de l’examen, c’est la capacité à traiter le sujet qui compte : pour cela, nos fiches méthodologiques sur openclassrooms peuvent vous aider.

5/ Ne vous laissez pas impressionner !

En résumé, vous avez déjà la motivation, les révisions, un dossier, et des années de préparation au lycée. Autant d’atouts à garder en mémoire pour rester calme le jour des épreuves et ne se laisser impressionner ni par le lieu de l’examen ni par les autres candidats. Ni trop sûrs de vous, ni trop timides : ayez confiance en vous, tout simplement.

Bonne chance à tous !

Quelques conseils pratiques :

  • Prévoyez d’arriver suffisamment en avance afin de vous installer calmement
  • Assurez-vous d’avoir bien imprimé votre convocation et d’être munis de votre pièce d’identité
  • Apportez de quoi vous restaurer et boire légèrement pendant les épreuves
  • Prenez connaissance des consignes de sécurité dans le cadre du plan Vigipirate,  afin de faciliter les contrôles le jour des épreuves

Liens utiles

“Ce campus est un incroyable microcosme culturel

“Ce campus est un incroyable microcosme culturel"

Parmi tous les campus de Sciences Po, celui du Havre est un peu le campus des arts. Visiblement inspirés par l’air du large, les étudiants du Collège universitaire (1er cycle) le choisissent pour le programme Europe-Asie bien sûr, mais aussi pour son intense activité créative. Entretien avec Sixtine Le Bourdonnec, présidente du Bureau des Arts du campus en 2015/2016.

Lire la suite
Présidentielles en Autriche : du catastrophisme au soulagement ? Pas si vite !

Présidentielles en Autriche : du catastrophisme au soulagement ? Pas si vite !

Après un suspense de vingt-quatre heures, les résultats ont enfin été rendus publics ce lundi 23 mai : pour les six prochaines années, la République d’Autriche aura pour président non pas le favori, Norbert Hofer du FPÖ, mais le candidat écologiste, Alexander Van der Bellen. Le professeur d’économie, challenger du premier tour (il avait réuni un peu plus de 20 % des voix) devance de quelques dizaines de milliers de voix issues du vote par correspondance le candidat du parti de la Liberté d’Autriche qui avait, quant à lui, distancé tous ses rivaux à plus de 36 % des voix au premier tour.

Lire la suite
Pourquoi l’État veut gouverner nos comportements

Pourquoi l’État veut gouverner nos comportements

"Manger, bouger", "J'éco-rénove, j'économise", "Les médicaments génériques, c’est génial", "Fumer tue" : Que fait l’État lorsqu’il s’immisce ainsi dans nos vies privées et cherche à orienter nos pratiques ? La sociologue Sophie Dubuisson-Quellier, auteur de l’ouvrage Gouverner les conduites qui vient de paraître aux Presses de Sciences Po,   revient sur ces politiques qui visent autant à façonner le citoyen-consommateur qu’à intervenir sur l’économie.

Lire la suite
Sciences Po parmi les meilleures institutions de recherche en économie au monde

Sciences Po parmi les meilleures institutions de recherche en économie au monde

Les classements Ideas 2016 de la recherche en économie viennent d’être publiés. Établis à partir de la base de données Repec (Research papers in economics), ils se fondent sur les publications et citations scientifiques des dix dernières années. Sciences Po s'y classe parmi les 5% des meilleures institutions de recherche en économie au monde, aux côtés d’Harvard, la première, du Massachussets Institute of Technology (MIT) et de la London School of Economics (LSE).

Lire la suite

"Le blasphème est autant politique que religieux"

Dans son ouvrage, Les bûchers de la liberté, Anastasia Colosimo, doctorante à Sciences Po, analyse la notion de blasphème - d'une actualité brûlante - et ses évolutions. Elle révèle à quel point son usage reste ancré, alors même qu’il aurait dû disparaître dans des sociétés laïques. Et combien ses nouvelles acceptions peuvent s’avérer dangereuses. Explications.  

Lire la suite

"Faire des cartes, c’est acquérir un regard critique"

L’atelier de cartographie de Sciences Po fêtait ses 20 ans en 2015. Depuis sa création, il a imposé la carte comme un outil pédagogique innovant et interdisciplinaire, une marque de fabrique de la formation à Sciences Po. Un savoir-faire unique mis à disposition du grand public grâce à une cartothèque en ligne qui vient de faire peau neuve. Retour sur cette aventure de passionnés avec Patrice Mitrano, géographe-cartographe à l’atelier depuis 18 ans.

Lire la suite
“Génération Erasmus” au pouvoir : 3 questions à Sandro Gozi

“Génération Erasmus” au pouvoir : 3 questions à Sandro Gozi

Sandro Gozi, secrétaire d’État italien aux affaires européennes - et enseignant à Sciences Po depuis une quinzaine d'années - donnera une conférence le 18 mai 2016 sur le thème de son dernier livre, intitulé Génération Erasmus. Ils sont déjà au pouvoir (éd. Plon). Dans cet ouvrage, il met en lumière l'arrivée d'une nouvelle génération de dirigeants, anciens Erasmus comme lui, qui renouvellent les perspectives d'avenir pour l'Union. Entretien. 

Lire la suite
Le retour inattendu de la tolérance

Le retour inattendu de la tolérance

Tous les ans, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) remet au premier ministre un rapport sur « La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie », qui dresse le bilan tant des actes racistes – tels que les recense le ministère de l’Intérieur – que des préjugés, mesurés depuis 1990 par un sondage auprès d’un échantillon national représentatif de la population adulte résidant en France métropolitaine.

Lire la suite