5 conseils avant les écrits

Samedi 20 et dimanche 21 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins.

1/ Il s’agit d’un examen, pas d’un concours ! et ça change tout.

On l’oublie trop souvent, mais les épreuves écrites pour entrer à Sciences Po en 1ère année, au Collège Universitaire, portent le doux nom de “procédure par examen”. Dans un concours, le nombre X d’admis est défini à l’avance : on sélectionne les X meilleurs, quels que soient leurs résultats. Dans un examen, comme celui que vous allez passer samedi, il n’y a pas de nombre d’admis prédéfini, mais un niveau à atteindre. Inutile de stresser le jour J en imaginant que vos voisins de salle ont l’air infiniment plus préparés/sérieux/intelligents : votre principal défi, c’est de vous dépasser vous-même !

2/ Il n’y a pas de profil type. Chaque profil a sa chance.

Il n’existe pas de “candidat type” pour nous. Sciences Po est ouvert à tous les profils. La preuve, en 2015, nous avons accueilli 1734 nouveaux admis qui venaient de 878 lycées différents, soit en moyenne 2 admis par lycée. Vous avez vos chances quel que soit votre lycée d’origine et quelle que soit votre série de Baccalauréat. Les résultats en attestent : les chances de réussite des candidats de S, ES et L sont comparables.

3/ Il n’y a pas que vos notes à l’écrit qui comptent (mais ça compte)

Bien sûr, les épreuves des 20 et 21 février prochains sont très importantes. Mais vos notes à l’écrit ne sont pas la seule indication que les évaluateurs vont prendre en considération pour décider ou non si vous êtes admissible. Le dossier que vous avez patiemment constitué, la lettre de motivation que vous avez soigneusement rédigée, tout cela compte aussi. C’est déjà la moitié du chemin vers l’oral que vous avez parcourue, mine de rien !

4/ Vous avez bien révisé (mais un peu de méthode, ça peut aider)

Vous êtes en Terminale : vous avez donc déjà deux ans et demi de révisions derrière vous. L’examen écrit que vous allez passer évalue les (nombreuses) connaissances que vous avez emmagasinées depuis la seconde, et le travail que vous avez déjà entamé pour vous préparer au Baccalauréat à la fin de l’année (et qu’il est nécessaire d’obtenir pour entrer à Sciences Po, rappelons-le). Le jour de l’examen, c’est la capacité à traiter le sujet qui compte : pour cela, nos fiches méthodologiques sur openclassrooms peuvent vous aider.

5/ Ne vous laissez pas impressionner !

En résumé, vous avez déjà la motivation, les révisions, un dossier, et des années de préparation au lycée. Autant d’atouts à garder en mémoire pour rester calme le jour des épreuves et ne se laisser impressionner ni par le lieu de l’examen ni par les autres candidats. Ni trop sûrs de vous, ni trop timides : ayez confiance en vous, tout simplement.

Bonne chance à tous !

Quelques conseils pratiques :

  • Prévoyez d’arriver suffisamment en avance afin de vous installer calmement
  • Assurez-vous d’avoir bien imprimé votre convocation et d’être munis de votre pièce d’identité
  • Apportez de quoi vous restaurer et boire légèrement pendant les épreuves
  • Prenez connaissance des consignes de sécurité dans le cadre du plan Vigipirate,  afin de faciliter les contrôles le jour des épreuves

Liens utiles

“A Sciences Po, on apprend l’engagement”

“A Sciences Po, on apprend l’engagement”

A peine diplômés de Sciences Po, Sophie Briante Guillemont et Hugo Ferrer ont créé une start-up inédite : ils accompagnent les candidats aux élections législatives en imaginant de A à Z leur campagne électorale. De la stratégie de communication au management de l’équipe de campagne. Rencontre.

Lire la suite
“On n’écrit pas seulement avec sa mémoire, mais avec la vie des autres”

“On n’écrit pas seulement avec sa mémoire, mais avec la vie des autres”

Romancier, poète, essayiste, l’académicien, Dany Laferrière porte en lui une vision du monde, poétique mais aussi politique. Son histoire personnelle, celle d’un exilé d'Haïti, son île natale, c'est l'histoire d'une résistance à la dictature, mais aussi la quête infinie de la liberté et de l'harmonie avec l'Autre. Alors pourquoi l'inviter à Sciences Po pour inaugurer la rentrée des étudiants du Collège universitaire?

Lire la suite
“Les algorithmes peuvent aider Aung San Suu Kyi à reconstruire la Birmanie”

“Les algorithmes peuvent aider Aung San Suu Kyi à reconstruire la Birmanie”

Sciences Po fourmille d’entrepreneurs. Data science, fabrication de mousses de fruits label musical, marques de vêtements ou encore jeux pour enfants, les exemples de start-up fondées par des anciens du 27, rue Saint-Guillaume s'enchaînent et ne se ressemblent pas. En voici un, éloquent : Paul Duan, 23 ans, diplômé de Sciences Po et fondateur de la toute jeune société Bayes Impact, une ONG qui veut résoudre des problèmes critiques de société en utilisant les algorithmes. Portrait

Lire la suite
Kit de survie pour nouveaux arrivants

Kit de survie pour nouveaux arrivants

Finies les vacances, c’est la rentrée ! Et vous commencez à Sciences Po. Inscriptions administratives et pédagogiques, vie associative, vocabulaire maison et un nouvel emploi du temps vous attendent. En somme, un nouveau monde ! Voilà le guide pour vous aider à faire vos premiers pas. 

Lire la suite
Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Vous vous remettez à peine de son entrée en CP. Autant dire que la perspective que votre tout-petit(e) passe le Bac à la fin de l'année vous paraît surréaliste. Quant à savoir s'il faut ou pas lui conseiller d'aller à Sciences Po, voilà qui relève de la science-fiction. Nous ne pouvons pas grand-chose pour vous aider à passer le cap. Nous sommes sûrs en revanche que Sciences Po va aider votre enfant à se construire un parcours qui lui ressemble. Voici pourquoi :

Lire la suite

"Découvrir un pays qui tranche avec ma culture d'origine"

A Sciences Po, tous les élèves du Collège universitaire (1er cycle) passent leur troisième année d’études à l’étranger, en stage ou dans une université partenaire. Marion Vonfeld a fait un choix atypique : après avoir étudié pendant deux ans les relations transatlantiques sur le campus de Reims, elle a décidé d’aller passer sa troisième année à l’Universidad ICESI de Cali, une ville de l’ouest de la Colombie.

Lire la suite