5 conseils avant les écrits

Samedi 20 et dimanche 21 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins.

1/ Il s’agit d’un examen, pas d’un concours ! et ça change tout.

On l’oublie trop souvent, mais les épreuves écrites pour entrer à Sciences Po en 1ère année, au Collège Universitaire, portent le doux nom de “procédure par examen”. Dans un concours, le nombre X d’admis est défini à l’avance : on sélectionne les X meilleurs, quels que soient leurs résultats. Dans un examen, comme celui que vous allez passer samedi, il n’y a pas de nombre d’admis prédéfini, mais un niveau à atteindre. Inutile de stresser le jour J en imaginant que vos voisins de salle ont l’air infiniment plus préparés/sérieux/intelligents : votre principal défi, c’est de vous dépasser vous-même !

2/ Il n’y a pas de profil type. Chaque profil a sa chance.

Il n’existe pas de “candidat type” pour nous. Sciences Po est ouvert à tous les profils. La preuve, en 2015, nous avons accueilli 1734 nouveaux admis qui venaient de 878 lycées différents, soit en moyenne 2 admis par lycée. Vous avez vos chances quel que soit votre lycée d’origine et quelle que soit votre série de Baccalauréat. Les résultats en attestent : les chances de réussite des candidats de S, ES et L sont comparables.

3/ Il n’y a pas que vos notes à l’écrit qui comptent (mais ça compte)

Bien sûr, les épreuves des 20 et 21 février prochains sont très importantes. Mais vos notes à l’écrit ne sont pas la seule indication que les évaluateurs vont prendre en considération pour décider ou non si vous êtes admissible. Le dossier que vous avez patiemment constitué, la lettre de motivation que vous avez soigneusement rédigée, tout cela compte aussi. C’est déjà la moitié du chemin vers l’oral que vous avez parcourue, mine de rien !

4/ Vous avez bien révisé (mais un peu de méthode, ça peut aider)

Vous êtes en Terminale : vous avez donc déjà deux ans et demi de révisions derrière vous. L’examen écrit que vous allez passer évalue les (nombreuses) connaissances que vous avez emmagasinées depuis la seconde, et le travail que vous avez déjà entamé pour vous préparer au Baccalauréat à la fin de l’année (et qu’il est nécessaire d’obtenir pour entrer à Sciences Po, rappelons-le). Le jour de l’examen, c’est la capacité à traiter le sujet qui compte : pour cela, nos fiches méthodologiques sur openclassrooms peuvent vous aider.

5/ Ne vous laissez pas impressionner !

En résumé, vous avez déjà la motivation, les révisions, un dossier, et des années de préparation au lycée. Autant d’atouts à garder en mémoire pour rester calme le jour des épreuves et ne se laisser impressionner ni par le lieu de l’examen ni par les autres candidats. Ni trop sûrs de vous, ni trop timides : ayez confiance en vous, tout simplement.

Bonne chance à tous !

Quelques conseils pratiques :

  • Prévoyez d’arriver suffisamment en avance afin de vous installer calmement
  • Assurez-vous d’avoir bien imprimé votre convocation et d’être munis de votre pièce d’identité
  • Apportez de quoi vous restaurer et boire légèrement pendant les épreuves
  • Prenez connaissance des consignes de sécurité dans le cadre du plan Vigipirate,  afin de faciliter les contrôles le jour des épreuves

Liens utiles

"Un sacré coup de poing dans nos habitudes"

C'est parti pour une nouvelle saison de "Prof.", la première websérie de Sciences Po ! À chaque épisode, nous vous emmenons au cœur des salles de cours, dans cette rencontre entre un « Prof. », une discipline, et ses étudiants. Quel est le secret d'un cours réussi ? Une confrontation des points de vue parfois inattendue, souvent drôle, toujours passionnée. Entrée fracassante dans cette nouvelle saison avec Frédéric Gros, le "Prof." qui bouscule les cerveaux et dérange les habitudes.

Lire la suite
Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ?

Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ?

Nous sommes souvent séduits par leurs promesses, mais, très vite, ils nous déçoivent. Est-ce dû à leur inefficacité ? À leur supposée corruption ? Ou au pessimisme des Français, réputés impossibles à gouverner ? En somme, pourquoi détestons-nous autant nos politiques ? Dans l’ouvrage au titre éponyme qu’ils publient aux Presses de Sciences Po, Emiliano Grossman et Nicolas Sauger, chercheurs au Centre d’études européennes de Sciences Po, s’interrogent sur cet étrange mal… qui n’est pas que français et relève plutôt d’un malaise européen. Interview.

Lire la suite
Grand oral pour les candidats à la présidence de l'OMS

Grand oral pour les candidats à la présidence de l'OMS

Le 10 février 2017, Sciences Po accueillait les trois candidats en lice pour la Direction Générale de l'Organisation Mondiale de la Santé, qui sont intervenus devant les étudiants lors d'une conférence consacrée aux grands enjeux de la santé mondiale pour les années à venir. Le Dr David Nabarro, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus et le Dr Sania Nishtar s'expriment au micro de Sciences Po sur leur vision et leurs priorités en matière de gouvernance mondiale de la santé (vidéo en anglais)

Lire la suite
Sciences Po, 2ème université préférée des Erasmus

Sciences Po, 2ème université préférée des Erasmus

Chaque année, plus de 600 étudiants de 50 nationalités différentes choisissent d’aller étudier à Sciences Po dans le cadre du programme Erasmus, qui fête ses 30 ans cette année. Un chiffre qui fait de Sciences Po la 2ème université française la plus populaire parmi les étudiants du célèbre programme d'échange européen, juste derrière l’Université de Strasbourg, d'après les chiffres de la Commission Européenne*. 

Lire la suite
La fabrique de la classe moyenne chinoise

La fabrique de la classe moyenne chinoise

La formation d’une classe moyenne est un des traits majeurs de la nouvelle société chinoise. En quoi cette classe ressemble-t-elle à celles que nous connaissons ? Comment se situe-t-elle entre capitalisme et dirigisme ? Son développement a-t-il un terme ? C’est à ces questions que répond Jean-Louis Rocca, chercheur émérite au CERI, dans son dernier ouvrage The Making of the Chinese Middle Class.  

Lire la suite
L'année présidentielle à Sciences Po

L'année présidentielle à Sciences Po

Dans quelques semaines, les candidats amorceront la dernière ligne droite d’une course à l’Élysée qui déjoue tous les pronostics, défie toutes les attentes. On l’annonçait comme un énième round entre les mêmes protagonistes : il n’en est rien. D’une intensité peu commune, scrutée par toute l’Europe, cette élection présidentielle a déjà balayé tous les sortants et propose un casting politique inédit. Échaudés par les expériences britannique et américaine, médias et sondeurs cherchent à cerner une opinion publique tout sauf indifférente, entre rejet du “système” et quête d’une alternative.

Lire la suite
Médias et élections, quels enjeux ?

Médias et élections, quels enjeux ?

A moins de trois mois de l'élection présidentielle française, les médias sont nombreux à se poser la question de la couverture médiatique du scrutin. Que faire face à la montée du vote FN ? Comment réagir face à la crise de défiance des citoyens envers les journalistes ? Que retenir de la couverture médiatique de l'élection présidentielle américaine ? 

Lire la suite
Les meilleures copies 2016

Les meilleures copies 2016

Vous êtes candidat pour entrer en 1ère année et vous allez devoir passer les épreuves écrites des 18 & 19 février prochains ? Pas de panique, vous n'êtes pas seul(e) : c'est le cas de la majorité des candidat(e)s. De Chateaubriand à la construction de l'identité sociale, en passant par "Berlin dans la Guerre Froide", voici les meilleures copies de l'examen 2016. Une lecture inspirante dans la dernière ligne droite de vos révisions. 

Lire la suite
Penelopegate : la fin du « On a toujours fait comme ça ! »

Penelopegate : la fin du « On a toujours fait comme ça ! »

Par Daniel Boy, chercheur au Cevipof de Sciences Po. L’affaire Fillon et bien d’autres analogues dans le passé récent – Urba Gracco en 1990, affaire Elf en 1994, emplois fictifs de la mairie de Paris en 2011, affaire Cahuzac en 2012, etc. – posent une question intrigante : pourquoi des responsables politiques ou des « puissants » (chefs d’entreprise, dirigeants syndicalistes, sportifs ou artistes renommés), que l’on doit supposer raisonnablement lucides, se laissent-ils prendre à enfreindre grossièrement des règles d’éthique qui, au jour de l’affaire, paraissent au public fondamentales ?

Lire la suite