"Welcome Refugees : reprendre son destin en main"

C’est une histoire de transmission. Un passage entre les étudiants, les professeurs, la direction et les salariés de Sciences Po, tous volontaires, et d’autres jeunes réfugiés des pays en crise et en guerre. Avec ce pari : donner un accès aux connaissances pour reprendre son destin en main. Reportage

Apprendre et créer des liens

Grâce à un partenariat avec l’association Wintegreat et Sciences Po, Welcome Refugees accueille aujourd’hui pour la deuxième promotion du programme, vingt étudiants, réfugiés de Syrie, d'Irak, du Bangladesh, d'Afghanistan et du Kenya. Ils ont entre 21 et 36 ans et possèdent tous une formation supérieure. Ils vont suivre des cours de français et d’anglais, disposer d’une carte d’auditeur libre à Sciences Po, bénéficier de soutiens, rencontrer d’autres étudiants, parler, échanger, recevoir des conseils, créer des liens et des amitiés.

“Saisir ma chance”

C’est un mélange. De cultures, d’horizons divers. Yama, Ali et Omaid viennent d'Afghanistan. Ahmed, du Bangladesh. Arif, également. “Mon père est un politicien”, dit le jeune homme de 22 ans. “Il a dû fuir le pays. Depuis, nous sommes sans nouvelles. Le gouvernement a commencé à nous menacer, ma mère, moi, et le reste de notre famille. J’ai dû fuir aussi”. Etudiant en commerce, Arif veut saisir la chance qui lui est donnée avec ce programme de poursuivre sa formation. Sindi se définit elle-même comme réfugiée. “Je n’ai pas de problème à me dire comme telle”, dit la jeune femme, timide, souriante, émue aussi. “J’ai quitté l’Albanie pour pouvoir continuer à étudier. La France était mon ambition. Depuis que je suis ici, je peux respirer. La liberté n’a pas de prix. Avec les cours et ma formation en français acquise à Sciences Po, la nouvelle famille que j’ai rencontrée ici, je me sens chez moi. Je sais que je peux faire ce que je veux et atteindre des objectifs inimaginables là-bas, comme celui de devenir avocate.”

“Cesser la paralysie des politiques”

Sophie, Guilia et Anthony sont étudiants en master à l’Ecole des affaires internationales (PSIA) à Sciences Po. “La société évolue”, disent-ils. “Il faut mélanger nos expériences, se nourrir des leurs, considérer que ces réfugiés sont une force”. Pap Ndiaye est professeur et directeur du département d’histoire à Sciences Po. “J’ai commencé à fournir des livres aux réfugiés de mon quartier”, dit-il avant de connaître le programme de Sciences Po et de s’y investir comme volontaire. “Ce que nous traversons aujourd’hui est une crise majeure, telle que nous n’en avons pas connu en Europe depuis 1945”. Un test également pour nos démocraties. “C’est là que la culture et la connaissance ont un rôle à jouer. Il faut éradiquer la peur et cesser la paralysie des politiques”, poursuit-il. “Et amplifier les initiatives comme celle de Sciences Po. Aller vers ces réfugiés pour mieux les connaître, se familiariser. Il s’agit de nos frères et de nos soeurs. Après ce qu’ils ont vécu, ils forcent l’admiration mais ils nous grandissent aussi”. Alexis Bernard a parcouru l’Europe en stop, s’est arrêté à Calais, mais aussi à Zagreb. “J’ai vu ces personnes qui avaient traversé la mer. A leur contact, tout prend sens" dit cet étudiant en master de développement international à l’Ecole des affaires internationales. Un sens qui donne envie de s’engager et d’agir.

En savoir plus

J-7 avant la diplo 2017 !

J-7 avant la diplo 2017 !

Célébrer. Partager. Inspirer. Tels seront les maîtres-mots de la cérémonie du diplôme, qui rassemblera, vendredi 30 juin et samedi 1er juillet 2017, 1800 diplômés et leurs 3200 invités au grand auditorium de la Maison de la Radio. Une fête qui couronne des années fondatrices, et marque l’entrée dans un avenir où toutes les portes sont ouvertes pour nos étudiants. Une cérémonie qui sera à suivre en direct sur notre chaîne Livestream. Et à partager via le hashtag #scpograd2017.

Lire la suite
Cap sur le Moyen-Orient

Cap sur le Moyen-Orient

La connaissance du Moyen-Orient est un enjeu social et politique majeur. Pour faire face à une forte demande de recherche spécialisée sur cette région, Sciences Po s’associe à l’Inalco pour proposer un nouveau double diplôme de recherche.

Lire la suite
Sur le terrain des inégalités scolaires

Sur le terrain des inégalités scolaires

Directrice de recherche CNRS à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) et membre du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP), Agnès van Zanten a reçu une médaille d’argent CNRS 2017. Cette médaille, - très rarement remise à un chercheur en sciences humaines et sociales -, distingue les scientifiques dont les travaux sont reconnus sur le plan national et international. Portrait d’une femme qui se consacre avec passion, curiosité et humanité à l’étude des inégalités scolaires, en France et à l’étranger.

Lire la suite
Juin 1967, la guerre la plus longue

Juin 1967, la guerre la plus longue

Par Samy Cohen (CERI). 1967-2017 : 50 ans sont passés depuis la victoire écrasante de Tsahal sur les armées égyptienne, syrienne et jordanienne, remportée au terme d’une guerre de six jours, la « plus courte de l’histoire d’Israël ». Un puissant sentiment d’optimisme s’emparait alors des Israéliens, sûrs que face à leur armée « invincible », les Arabes n’avaient plus d’autres choix que de négocier un accord de paix. Cette euphorie est assez compréhensible. La population venait de vivre des semaines d’angoisse éprouvantes, convaincue que Gamal Abdel Nasser lancerait une attaque-surprise.

Lire la suite
« Cette France de gauche qui vote Front national »

« Cette France de gauche qui vote Front national »

En se qualifiant pour le second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen a conforté la position du Front national au premier rang des forces politiques en France. Dans son dernier ouvrage, Cette France de gauche qui vote FN (éd. Seuil), Pascal Perrineau, professeur des universités à Sciences Po,  enquête sur ces électeurs de gauche qui ont contribué à installer un parti dit d’extrême-droite sans avoir l’impression de renier en quoi que ce soit leurs convictions. Analyse.

Lire la suite
Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Fondée en 1980, l’association Junior Consulting de Sciences Po est une des premières junior entreprises créées en France. Véritable cabinet de conseil étudiant, Junior Consulting propose aux étudiants des missions dans les conditions du réel. Ou comment acquérir de l’expérience tout en arrondissant ses fins de mois. Rencontre avec Marine Poylo, présidente, Roxane Salabi, responsable qualité, et Rozenn Bichon, responsable affaires publiques de l’association.

Lire la suite
5 chiffres clés sur le projet Welcome Refugees

5 chiffres clés sur le projet Welcome Refugees

Depuis mars 2016, Sciences Po accueille chaque année une promotion d’étudiants demandeurs d’asile ou réfugiés. Cette initiative, lancée par nos étudiants et baptisée Welcome Refugees, est désormais devenue un programme à part entière, en partenariat avec l’ONG Wintegreat. Sciences Po accueillera à la rentrée sa troisième promotion. L’occasion de faire un bilan en 5 chiffres clés.

Lire la suite
Sciences Po passe le Bac

Sciences Po passe le Bac

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec sa nouvelle série vidéo “Sciences Po passe le Bac”. À chaque épisode, un prof de Sciences Po traite un sujet des annales du Bac en sciences sociales. Quel plan ? quelles notions-clés ? que faire des documents ? quel piège à éviter ? En moins de 7 minutes, de quoi se préparer à l’épreuve avec méthode, précision, et clarté.

Lire la suite

"On me dit que je suis trop jeune pour la politique"

Elle est étudiante à Sciences Po, elle a eu 18 ans lors de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle et elle est déjà candidate. Morgane Guerreau est la plus jeune représentante de ces élections législatives 2017, investie sous la bannière du parti Allons Enfants. Ses thèmes de campagne ? L'écologie, l'Europe, le numérique... Morgane Guerreau est représentative d’une jeunesse qui n’a plus envie d’attendre que ses préoccupations soient débattues à l’Assemblée. Interview.

Lire la suite
Réinventer le monde

Réinventer le monde

Du 31 mai au 4 juin, environ 600 étudiants venus du monde entier se sont réunis à Sciences Po pour repenser les relations internationales en participant au Paris International Model United Nations (PIMUN). Cette manifestation, qui se tient chaque année à Paris, a été fondée en 2011 par des étudiants de plusieurs universités prestigieuses, dont Sciences Po, HEC et La Sorbonne.

Lire la suite