"Welcome Refugees : reprendre son destin en main"

C’est une histoire de transmission. Un passage entre les étudiants, les professeurs, la direction et les salariés de Sciences Po, tous volontaires, et d’autres jeunes réfugiés des pays en crise et en guerre. Avec ce pari : donner un accès aux connaissances pour reprendre son destin en main. Reportage

Apprendre et créer des liens

Grâce à un partenariat avec l’association Wintegreat et Sciences Po, Welcome Refugees accueille aujourd’hui pour la deuxième promotion du programme, vingt étudiants, réfugiés de Syrie, d'Irak, du Bangladesh, d'Afghanistan et du Kenya. Ils ont entre 21 et 36 ans et possèdent tous une formation supérieure. Ils vont suivre des cours de français et d’anglais, disposer d’une carte d’auditeur libre à Sciences Po, bénéficier de soutiens, rencontrer d’autres étudiants, parler, échanger, recevoir des conseils, créer des liens et des amitiés.

“Saisir ma chance”

C’est un mélange. De cultures, d’horizons divers. Yama, Ali et Omaid viennent d'Afghanistan. Ahmed, du Bangladesh. Arif, également. “Mon père est un politicien”, dit le jeune homme de 22 ans. “Il a dû fuir le pays. Depuis, nous sommes sans nouvelles. Le gouvernement a commencé à nous menacer, ma mère, moi, et le reste de notre famille. J’ai dû fuir aussi”. Etudiant en commerce, Arif veut saisir la chance qui lui est donnée avec ce programme de poursuivre sa formation. Sindi se définit elle-même comme réfugiée. “Je n’ai pas de problème à me dire comme telle”, dit la jeune femme, timide, souriante, émue aussi. “J’ai quitté l’Albanie pour pouvoir continuer à étudier. La France était mon ambition. Depuis que je suis ici, je peux respirer. La liberté n’a pas de prix. Avec les cours et ma formation en français acquise à Sciences Po, la nouvelle famille que j’ai rencontrée ici, je me sens chez moi. Je sais que je peux faire ce que je veux et atteindre des objectifs inimaginables là-bas, comme celui de devenir avocate.”

“Cesser la paralysie des politiques”

Sophie, Guilia et Anthony sont étudiants en master à l’Ecole des affaires internationales (PSIA) à Sciences Po. “La société évolue”, disent-ils. “Il faut mélanger nos expériences, se nourrir des leurs, considérer que ces réfugiés sont une force”. Pap Ndiaye est professeur et directeur du département d’histoire à Sciences Po. “J’ai commencé à fournir des livres aux réfugiés de mon quartier”, dit-il avant de connaître le programme de Sciences Po et de s’y investir comme volontaire. “Ce que nous traversons aujourd’hui est une crise majeure, telle que nous n’en avons pas connu en Europe depuis 1945”. Un test également pour nos démocraties. “C’est là que la culture et la connaissance ont un rôle à jouer. Il faut éradiquer la peur et cesser la paralysie des politiques”, poursuit-il. “Et amplifier les initiatives comme celle de Sciences Po. Aller vers ces réfugiés pour mieux les connaître, se familiariser. Il s’agit de nos frères et de nos soeurs. Après ce qu’ils ont vécu, ils forcent l’admiration mais ils nous grandissent aussi”. Alexis Bernard a parcouru l’Europe en stop, s’est arrêté à Calais, mais aussi à Zagreb. “J’ai vu ces personnes qui avaient traversé la mer. A leur contact, tout prend sens" dit cet étudiant en master de développement international à l’Ecole des affaires internationales. Un sens qui donne envie de s’engager et d’agir.

En savoir plus

Les moments forts de la rentrée

Les moments forts de la rentrée

Alors que de nombreux d’étudiants profitent encore de leurs derniers jours de vacances, les élèves de Sciences Po feront leur rentrée dès la fin du mois d’août, calendrier de la scolarité oblige ! Premiers pas pour certains, retrouvailles pour d’autres, ce moment est un temps fort marqué par les différentes rentrées solennelles : celles de chaque campus du Collège universitaire (1er cycle) et celles de nos 7 écoles de second cycle. Retrouvez le programme complet, et suivez l'actualité de nos rentrées sur Twitter via le hashtag #RentréeScpo.

Lire la suite
De Sciences Po à Harvard

De Sciences Po à Harvard

Après avoir soutenu sa thèse à Sciences Po sur « L’État social et les jeunes en Europe », Tom Chevalier va mener un projet de recherche au Center for European Studies de Harvard, grâce à la bourse d’étude German John F. Kennedy Memorial Fellowship. De Sciences Po à Harvard, en passant par le champ, - encore peu connu en France -, de l’économie politique comparée, Tom Chevalier nous raconte son parcours de chercheur.

Lire la suite
Curiosité littéraire

Curiosité littéraire

Cet été, la librairie de Sciences Po vous fait partager sa bibliothèque idéale. Du roman au manuel pratique, en passant par la bande dessinée, une sélection de livres pour mieux comprendre le monde ! Cette semaine, Dans la dèche à Paris et à Londres, le récit des années de jeunesse du célèbre inventeur du concept de « Big Brother », George Orwell. 

Lire la suite
 Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Vous vous remettez à peine de son entrée en CP. Autant dire que la perspective que votre petit(e) passe le Bac l'année prochaine vous paraît surréaliste. Quant à savoir s'il faut ou pas lui conseiller d'aller à Sciences Po, voilà qui relève de la science-fiction. Nous ne pouvons pas grand-chose pour vous aider à passer le cap. Nous sommes sûrs en revanche que Sciences Po va aider votre enfant à se construire un parcours qui lui ressemble. Voici pourquoi.

Lire la suite
Rétro #4

Rétro #4 "Le fantasme d'un Sciences Po parisien et inaccessible"

Tout au long de l’été, nous vous proposons de revivre des moments forts de l’année universitaire 2016-2017. Aujourd’hui, retour sur les 15 ans des Conventions éducation prioritaire. Pour fêter cet anniversaire, Sciences Po donnait la parole à quelques uns des 1600 étudiants entrés par ce dispositif créé en 2001. Parmi ces témoins, Bastien Desclaux, est venu raconter comment les CEP ont changé sa vie... et ses préjugés sur Sciences Po.

Lire la suite
Les coulisses du métier de magistrate

Les coulisses du métier de magistrate

Cet été, la librairie de Sciences Po vous fait partager sa bibliothèque idéale. Du roman au manuel pratique, en passant par la bande dessinée, une sélection de livres pour mieux comprendre le monde ! Cette semaine, La Juge de trente ans de Céline Roux, le témoignage d’une jeune magistrate à ses débuts qui fait découvrir l’envers du décor de ce métier.  

Lire la suite
« Soft power » : culture et diplomatie

« Soft power » : culture et diplomatie

Invitée aux Centre et Département d'histoire de Sciences Po, Jessica Gienow-Hecht, professeur au John F. Kennedy Institute for North American Studies d'histoire de la Freie Universität de Berlin, s'est spécialisée dans le rôle de la culture dans les relations internationales. De l'implication des journalistes en situation de conflit, en passant par les enjeux diplomatiques que peuvent représenter certains musiciens, interview d'une spécialiste du « soft power ».

Lire la suite
Rétro #3 : un nouveau campus pour se réinventer

Rétro #3 : un nouveau campus pour se réinventer

Tout au long de l’été, nous vous proposons de revivre des moments forts de l’année universitaire 2016-2017. Aujourd’hui, retour sur un événement qui fait désormais partie de l’histoire de Sciences Po : la signature officielle de l’acte d’acquisition de l’hôtel de l’Artillerie, le 23 décembre 2016. L’aboutissement de plus de trois ans de travail. Et la promesse d’une réinvention de Sciences Po autour d’un campus parisien entièrement repensé. Prochaine étape du projet, baptisé Campus 2022 : la désignation du lauréat et la présentation du projet architectural fin 2017.

Lire la suite
« Encourager le dialogue Orient-Occident »

« Encourager le dialogue Orient-Occident »

Les enseignements proposés sur le campus de Menton se concentrent sur le Moyen-Orient et les pays du pourtour méditerranéen. Si dialogue interculturel et débat interreligieux sont de mise sur le campus, c’est surtout grâce à son directeur, Bernard El Ghoul, qui a su imposer des valeurs de vivre ensemble et de tolérance à des étudiants venus d’ici et d’ailleurs. Portrait d’un directeur apprécié, surnommé affectueusement par ses étudiants le « Di Caprio libanais ».

Lire la suite