"Welcome Refugees : reprendre son destin en main"

C’est une histoire de transmission. Un passage entre les étudiants, les professeurs, la direction et les salariés de Sciences Po, tous volontaires, et d’autres jeunes réfugiés des pays en crise et en guerre. Avec ce pari : donner un accès aux connaissances pour reprendre son destin en main. Reportage

Apprendre et créer des liens

Grâce à un partenariat avec l’association Wintegreat et Sciences Po, Welcome Refugees accueille aujourd’hui pour la deuxième promotion du programme, vingt étudiants, réfugiés de Syrie, d'Irak, du Bangladesh, d'Afghanistan et du Kenya. Ils ont entre 21 et 36 ans et possèdent tous une formation supérieure. Ils vont suivre des cours de français et d’anglais, disposer d’une carte d’auditeur libre à Sciences Po, bénéficier de soutiens, rencontrer d’autres étudiants, parler, échanger, recevoir des conseils, créer des liens et des amitiés.

“Saisir ma chance”

C’est un mélange. De cultures, d’horizons divers. Yama, Ali et Omaid viennent d'Afghanistan. Ahmed, du Bangladesh. Arif, également. “Mon père est un politicien”, dit le jeune homme de 22 ans. “Il a dû fuir le pays. Depuis, nous sommes sans nouvelles. Le gouvernement a commencé à nous menacer, ma mère, moi, et le reste de notre famille. J’ai dû fuir aussi”. Etudiant en commerce, Arif veut saisir la chance qui lui est donnée avec ce programme de poursuivre sa formation. Sindi se définit elle-même comme réfugiée. “Je n’ai pas de problème à me dire comme telle”, dit la jeune femme, timide, souriante, émue aussi. “J’ai quitté l’Albanie pour pouvoir continuer à étudier. La France était mon ambition. Depuis que je suis ici, je peux respirer. La liberté n’a pas de prix. Avec les cours et ma formation en français acquise à Sciences Po, la nouvelle famille que j’ai rencontrée ici, je me sens chez moi. Je sais que je peux faire ce que je veux et atteindre des objectifs inimaginables là-bas, comme celui de devenir avocate.”

“Cesser la paralysie des politiques”

Sophie, Guilia et Anthony sont étudiants en master à l’Ecole des affaires internationales (PSIA) à Sciences Po. “La société évolue”, disent-ils. “Il faut mélanger nos expériences, se nourrir des leurs, considérer que ces réfugiés sont une force”. Pap Ndiaye est professeur et directeur du département d’histoire à Sciences Po. “J’ai commencé à fournir des livres aux réfugiés de mon quartier”, dit-il avant de connaître le programme de Sciences Po et de s’y investir comme volontaire. “Ce que nous traversons aujourd’hui est une crise majeure, telle que nous n’en avons pas connu en Europe depuis 1945”. Un test également pour nos démocraties. “C’est là que la culture et la connaissance ont un rôle à jouer. Il faut éradiquer la peur et cesser la paralysie des politiques”, poursuit-il. “Et amplifier les initiatives comme celle de Sciences Po. Aller vers ces réfugiés pour mieux les connaître, se familiariser. Il s’agit de nos frères et de nos soeurs. Après ce qu’ils ont vécu, ils forcent l’admiration mais ils nous grandissent aussi”. Alexis Bernard a parcouru l’Europe en stop, s’est arrêté à Calais, mais aussi à Zagreb. “J’ai vu ces personnes qui avaient traversé la mer. A leur contact, tout prend sens" dit cet étudiant en master de développement international à l’Ecole des affaires internationales. Un sens qui donne envie de s’engager et d’agir.

En savoir plus

La démocratie en clair-obscur

La démocratie en clair-obscur

Par Olivier Dabène (CERI). À quelques semaines d’intervalle, le Venezuela et la Colombie ont tenu des élections présidentielles que tout oppose. Le 20 mai, au Venezuela, Nicolas Maduro a mis en scène sa réélection à l’issue d’un simulacre de scrutin que l’opposition avait boycotté. La participation électorale n’a pas atteint les 50 %, alors qu’elle avait flirté avec les 80 % en 2013, et le candidat chaviste a été crédité de 67 % des voix. La Colombie, de son côté, a connu ses premières élections sans violence dans un contexte inédit de post-conflit.

Lire la suite

"Montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
Un nouveau master en marketing et luxe

Un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
Mieux prévenir la criminalité

Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite
Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier, parmi lesquels Yann Algan à Sciences Po. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.

Lire la suite
Le mai des professeurs et des chercheurs

Le mai des professeurs et des chercheurs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Sixième épisode de “Ça s’est passé…”, le 8 juin 1968, les enseignants de Sciences Po se réunissent pour la seconde fois en Assemblée générale. Leur action, conjointe à celle des étudiants, contribue à révolutionner leur statut au sein de l’école.

Lire la suite
Le mai de l’administration

Le mai de l’administration

En mai et juin, Sciences Po dévoile, à travers une série d’articles, des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Cinquième épisode de “Ça s’est passé…” : le 21 mai 1968, la direction, ayant pris acte de l’occupation de Sciences Po, cherche à composer avec le mouvement étudiant.

Lire la suite