“Réussir est une possibilité : j’en fais un devoir”

A la fois étudiant à l'École de Journalisme de Sciences Po et apprenti à la rédaction des sports de Canal +, Yanis Bacha réalise des commentaires audio-descriptifs des matches de foot de l’Euro. Un dispositif original mis en place par l’association Cafe Football* pour rendre la compétition accessible aux supporters aveugles et malvoyants. Rencontre avec Yanis, en direct depuis la tribune de presse du Stade de France.

Vous avez un parcours hors normes : handicapé moteur depuis votre enfance, vous avez étudié le droit à l’Université Panthéon-Assas (Paris II) avant d’intégrer l'École de journalisme de Sciences Po. Qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir journaliste ?

Yanis Bacha : C’est d’abord un rêve d’enfant, qui a mûri avec le temps. Difficile de trouver un moment déclencheur. Probablement, ma fascination pour la télévision : des talk-shows de Thierry Ardisson, en passant par les débats politiques ou le journalisme d’investigation. Avec le recul, je dirais que c’est l’idée de transmettre ma passion. On dit souvent que le journaliste est un passeur entre un événement et son audience. Ce rôle me plaît bien : décoder l’information tout en innovant chaque jour pour la rendre plus accessible. Mon parcours universitaire m’a aidé, c’est vrai. Je suis très reconnaissant envers ceux qui m’ont tendu la main, qui ont cru en ce rêve et fait de l’auto-censure un concept à bannir. Évidemment, Sciences Po y a grandement contribué en m’ouvrant ses portes, et en m’ouvrant l’esprit sur le monde !

Vous travaillez depuis quatre ans maintenant à Canal +, en tant que journaliste, rédacteur et reporter spécialisé dans le football. D’où vient votre passion pour ce sport ?

Y. B. : De ma fascination pour ceux qui le pratiquent. Bizarrement, le fait de ne pas pouvoir y jouer moi-même n'est pas une source de frustration, mais de passion. Je me suis dit : “OK, tu ne seras pas footballeur professionnel, mais tu peux en parler et apporter ton regard !” Mon handicap s’est transformé en force, que j’ai investi dans la réalisation de mon rêve. La suite de mon parcours à Canal+ m’a permis de découvrir qu’à travers le prisme du football, on peut traiter une multitude de thèmes socio-politiques. C’est ce qui fait la beauté de ce sport !

Avez-vous un joueur préféré ?

Y. B. : Zinédine Zidane ! Pas seulement pour sa qualité intrinsèque de joueur : c’est surtout l’homme et ce qu’il représente qui m’intéresse. Issu de l’immigration et issu d’un milieu populaire, je me reconnais énormément dans ce personnage. C’est un exemple pour moi ! Après, ses deux buts de la tête le 12 juillet 1998 m’ont aussi aidé à l’apprécier…

Pendant l’Euro, vous faites une audio-description de matches pour les personnes aveugles et malvoyantes. En quoi l’audio-description diffère d’un commentaire sportif “classique” ? Votre formation à l’École de Journalisme vous aide-t-elle pour cet exercice ?

Y. B. : Tout d’abord, j’ai été très fier que Charly Simo et Jean-Marc Streel pensent à moi pour faire cela à l’occasion de l’Euro 2016, dans mon pays : l’événement a forcément une saveur spéciale. Pour pouvoir commenter, la condition requise était d’être étudiant en journalisme. J’ai donc été formé par la Fédération des Aveugles de France et l'association belge ASA dans le cadre du programme “Accès pour Tous”. À titre personnel, l’accessibilité est forcément une question qui me concerne, donc y participer était presque un devoir.

L'École de journalisme de Sciences Po m’a beaucoup aidé. Grâce à ses excellentes infrastructures, j’ai pu me préparer en dehors des cours, tout en étant encadré par des professeurs géniaux (que je ne remercierai jamais assez !) qui ont suivi ma progression. Car l’audio-description repose énormément sur le décryptage des “à côté” du match, comme l’animation dans les tribunes, la disposition tactique. C’est une sorte de commentaire radio, mais en plus détaillé. On doit être très précis et très rigoureux sur nos informations. J’ai été très étonné par la perception du football que les supporters malvoyants peuvent avoir. Certains sont incollables :  il y a donc une pression supplémentaire... qu’on oublie dès que l’arbitre siffle le coup d’envoi !

Le 11 juin vous étiez maître de cérémonie de la Nuit de l’accessibilité, organisée à Paris par J’accede, une association dédiée à améliorer l’accessibilité des lieux publics. Vous vous engagez aussi avec CAFE football pour l’égalité d’accès au football pour tous. Quelles valeurs souhaitez-vous transmettre et mettre en avant au travers de ces engagements ?

Y. B. : J’ai déjà une chance énorme d’avoir parcouru ce chemin. Cela a été possible grâce à des personnes et des organisations qui m’ont fait confiance. Pour moi c’est un devoir que de rendre à mon tour, à travers ces engagements, ce qui m’a été donné.

Je m’investis dans “J’accède” et “CAFE Football” car ils ont envie de faire bouger les lignes et que ces thématiques me concernent au quotidien. Sciences Po m’a clairement donné envie de m’impliquer dans le milieu associatif : c’est inscrit dans l’ADN de notre école. Et j’ai bien conscience qu’à travers ces engagements c’est aussi un peu Sciences Po que j’engage. Les encouragements réguliers que je reçois de la part de Frédéric Mion, notre directeur, vont dans ce sens et me poussent à aller plus loin. Réussir est une possibilité : j’en fais un devoir. Je suis en lutte permanente contre l’autocensure ; je veux faire prendre conscience à ceux qui hésitent qu’on peut se lancer quelle que soit notre condition ou notre origine, que tous les horizons sont possibles.

Quels sont vos pronostics pour l’Euro ? La France a t-elle une chance de gagner ?

Y. B. : Le premier tour aura prouvé, que tout est possible. Le fighting spirit des Islandais peut encore faire des ravages, même si les Allemands n’ont pas dit leur dernier mot. La France joue à domicile avec une belle génération de joueurs : elle a forcément une chance de gagner. J’espère qu’elle ira en demi-finale...

À plus long terme comment voyez-vous votre parcours ? Aimeriez-vous découvrir d’autres domaines ou médias en tant que journaliste ?

Y. B. : Seul l’avenir nous le dira… La richesse d’enseignements dispensés à Sciences Po amène forcément à s’intéresser à d’autres thématiques. Wait and see !

Liens utiles

Cafe Football est le prestataire de l’UEFA pour la mise en accessibilité de la compétition.

L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite