“Une trahison du projet européen”

Professeur et chercheur à Sciences Po, l’historien et géographe Sylvain Kahn enseigne les questions européennes et l’espace mondial. Près de 15 000 personnes ont suivi en 2015 son MOOC (cours en ligne) ”Géopolitique de l’Europe”. Dans cette interview du 15 juillet, il revient sur “l’issue” de la crise grecque et ses conséquences sur le projet européen. 

Lundi dernier, après de longues heures de négociations, les dirigeants de la zone euro se sont mis d’accord pour accorder un 3ème plan d’aide à la Grèce. Que penser de la “conclusion” de ce nouvel épisode de “crise grecque” ?

Sylvain Kahn : Il y a deux analyses possibles. Certains soutiennent que cet “accord” est le fruit d’un compromis qui, en évitant un Grexit, sauve la zone euro et avec elle le projet européen. D’autres analystes - et je suis de ceux-là, y voient une trahison sans précédent du projet européen…

Pourquoi parlez-vous de “trahison” ?

S.K. : Pour moi, l’Europe telle qu’on l’a connue jusqu’à ce lundi 13 juillet repose sur une mutualisation des souverainetés. Ce qui se passe avec cet accord est différent : il entérine la prise de contrôle de la souveraineté d’un État par les 18 autres. Il s’agit d’une mise sous tutelle pure et simple. Dans d’autres contextes, en Bosnie ou au Kosovo, on appelle ça du “state building”. Sauf que dans ces cas-là, l’intervention se fait à la demande des peuples concernés.

Avec cet accord, 18 membres de la zone euro forcent la Grèce à lancer des réformes extrêmement vigoureuses, avec une réduction considérable du périmètre de l’État, et une réforme de son fonctionnement.

Difficile de parler “d’accord” dans ces conditions...

S.K. : Ce soi-disant “accord” ne reflète aucun compromis, si ce n’est entre la France et l’Allemagne. On n’a cédé sur aucune demande des Grecs. Un véritable compromis aurait consisté à proposer le même plan avec une restructuration de la dette du pays, réclamée massivement par les Grecs à travers les 61% de “non’ au référendum. Ce qui vient d’être imposé à la Grèce est une humiliation : un plan de réformes drastiques sans aucune contrepartie. Même le FMI, et aujourd’hui la BCE, sont convaincus qu’il faut restructurer la dette grecque ! C’est effarant d’en arriver là. On leur fait payer d’un coût exorbitant des prêts nouveaux pour rembourser les prêts antérieurs.Tout se passe comme si certains pariaient sur la déstabilisation du gouvernement formé par Syriza. C’est une dangereuse erreur de jugement !

Quel est le danger que cet accord fait peser sur l’avenir politique de la Grèce, et de l’Europe ?

S.K. : Les Grecs ont “essayé” le centre gauche, puis le centre droit, puis la gauche radicale avec Syriza....le prochain sur la liste, c’est l’extrême droite avec Aube Dorée. Je suis surpris de l’étroitesse de vue des dirigeants européens sur ce sujet. Quoi qu’on pense de Syriza et de son référendum du 5 juillet, le message qui est envoyé là, c’est qu’on s’assoit sur l’expression et la dignité populaires, c’est à dire la démocratie, dès lors qu’il s’agit de la dette.

Comment en est-on arrivé là ?

S.K. : C’est d’abord un affrontement politique droite/gauche qui structure tout cet épisode. D’un côté, une majorité de gouvernements de centre droit, pour certains soutenus par des partis d’extrême droite. De l’autre, un gouvernement de gauche radicale, dont l’arrivée au pouvoir a considérablement crispé le camp d’en face.

La deuxième ligne de front oppose les tenants de la doctrine économique ordo-libérale, dominante en Europe, aux néo-keynésiens, dont se réclame Syriza. Les premiers défendent un encadrement très strict des politiques publiques par des normes juridiques pour éviter les dérapages. Les seconds prônent une forte sollicitation contracyclique de la puissance publique.

Vous semblez voir dans ce texte du 13 juillet imposé à la Grèce un tournant dans l’histoire de l’Europe ?

S.K. : Le projet européen a construit un édifice inédit dans l’espace mondial. Politiquement, chaque État représente le même poids : on ne trouve aucun équivalent de ce principe ailleurs ! Autre principe sans précédent : la coopération encadrée par le droit, entre des membres qui se font confiance au point de mettre en œuvre des politiques décidées par une majorité d’États et non à l’unanimité dans le cadre des normes communes que sont les traités. C’est l’équilibre entre ces deux piliers qui fait de l’Union européenne une authentique démocratie d’États-nations.

L’issue de ce sommet européen représente un tournant, parce que 18 membres de la zone euro ont sacrifié le principe d’égale dignité des États-membres sur l’autel du respect  rigide des normes, Au passage, ils désespèrent tout un peuple en méprisant le principe du respect de la démocratie exprimée. C’est à mon sens une faute politique très grave à l’encontre de l’histoire de l’Europe, mais aussi de son avenir.

Pour quelle raison ?

S.K. : L’équilibre entre les deux piliers est rompu. C’est donc tout l’édifice qui est menacé de ruine.

Je pense qu’il était possible d’arriver à un accord, d’aider les Grecs et de sauver la zone euro, en ménageant les fondements du projet européen : égale dignité de chaque membre et mutualisation des souverainetés, respect des règles et solidarité.  

Comment voyez-vous la suite des événements ?

S.K. : J’espère vraiment que l’Europe ne va pas s’enfermer dans cette position. Pour le moment, nous sommes en plein retour au XIXème siècle, avec une génération de dirigeants qui gère des politiques publiques à partir d’une vision comptable et punitive. C’est du Balzac ! Ce conseil de l’Eurozone des 12 et 13 juillet 2015 fut un hybride de conseil syndical et de conseil de discipline.

Surtout, chacun défend son intérêt particulier, et fait comme si tout d’un coup les Grecs étaient seuls responsables. Alors que tout le monde savait, quand la Grèce est entrée dans l’euro, qu’il y avait des soucis sur ses comptes publics. La Grèce a rejoint l’UE en 1981. En 35 ans, l’Europe aurait eu le temps de pousser graduellement et à froid les Grecs sur la voie des réformes de l’État. Elle ne l’a pas fait : une part de la responsabilité est collective. Tout cela est confondant, et pendant ce temps-là, on n’avance pas sur d’autres problèmes bien plus graves.

Lesquels ?

S.K. : Avec l’État islamique à nos portes, le conflit avec la Russie à l’Est, le problème des migrants, sans parler du dévissage de la bourse chinoise, l’Europe doit faire face à des défis à côté desquels la crise grecque est mineure ! Et pourtant, depuis six mois, le seul message politique affiché par la zone euro, c’est comment faire entendre raison aux Grecs. Il est vital de restructurer cette dette grecque, et de commencer à s’occuper des problèmes pour lesquels l’Europe a une vraie utilité.

Pour aller plus loin

Femmes-hommes : 10 idées pour faire avancer l'égalité

Femmes-hommes : 10 idées pour faire avancer l'égalité

C’était en 2010 : Sciences Po innovait en créant un programme de recherche et d’enseignements des savoirs sur le genre. Un engagement précurseur qui s’intègre désormais - depuis 2014 - à une politique globale en faveur de l’égalité réelle. L’action pionnière de Sciences Po a été reconnue par le programme HeForShe de l’ONU, qui a nommé Frédéric Mion, son directeur parmi les 10 champions universitaires mondiaux pour l’égalité femmes-hommes. À l’occasion de la publication du second Rapport pour l’égalité hommes-femmes HeForShe IMPACT, retour sur 10 actions testées à Sciences Po pour faire avancer les mentalités et les pratiques.

Lire la suite
Le campus du Havre fête ses 10 ans

Le campus du Havre fête ses 10 ans

Je savais que le campus du Havre était le bon endroit pour moi !”. Alice Jetin-Duceux, étudiante en première année, ne cache pas son plaisir d’effectuer sa rentrée aux côtés des 160 autres étudiants du campus du Havre. Mais cette rentrée 2017 a aussi une tonalité particulière pour Sciences Po. Il y a tout juste 10 ans, le campus du Havre ouvrait en effet ses portes à sa première promotion. A l'occasion de cet anniversaire, souvenirs et récits d'étudiants et d'anciens.

Lire la suite
À la recherche des cités perdues

À la recherche des cités perdues

Thomas Chaney, chercheur au Département d’économie à Sciences Po, est spécialiste du commerce international, de la finance et des réseaux. Lauréat de nombreux prix, et nominé cette année au prestigieux Prix du meilleur jeune économiste, il mène des recherches qui croisent modèles théoriques et d’autres champs inattendus comme... l’archéologie. Ou comment un économiste s’est mis en quête de cités disparues il y a plusieurs millénaires à l’aide d’équations.

Lire la suite
Journées du Patrimoine : 1700 visiteurs à l'Artillerie

Journées du Patrimoine : 1700 visiteurs à l'Artillerie

Qui pourrait soupçonner que cette porte discrète, à l’ombre de l’orgueilleuse façade baroque de l’Église Saint Thomas d’Aquin, ouvre sur un cloître du XVIIè siècle en plein Paris ? Acquis par Sciences Po fin 2016, le site de l’hôtel de l’Artillerie ouvrait ses portes au public pour la première fois samedi 16 septembre, à l’occasion des Journées du Patrimoine. Des centaines de visiteurs ont saisi cette occasion unique de découvrir ce site avant le début des travaux qui en feront le nouveau coeur du campus parisien de Sciences Po, en 2021.

Lire la suite

"Je veux défendre la dignité humaine et la liberté"

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”. Cette semaine, place à Malak Gadalla, étudiante égyptienne qui s’enthousiasme pour l’étude du Moyen-Orient sur notre campus de Menton.

Lire la suite
« Journalistes : préservez l’écrit »

« Journalistes : préservez l’écrit »

À l’occasion de sa rentrée, l’École de journalisme de Sciences Po a invité Mike Pride, ancien administrateur des prix Pulitzer, à s’exprimer lors d’une conférence exceptionnelle. Cet ancien journaliste et expert des médias, qui a vu muter le monde de l’information avec l’arrivée du digital, a tracé les pistes d’avenir du secteur devant les journalistes en herbe de Sciences Po.

Lire la suite
Julia Cagé : vers une autre économie des médias

Julia Cagé : vers une autre économie des médias

Économiste, chercheuse passionnée par la presse ou encore femme engagée en politique aux côtés de Benoît Hamon... Julia Cagé, professeur d’économie à Sciences Po, cultive avec talent de multiples cordes à son arc. Mais c’est avant tout une spécialiste des médias, qu’elle scrute au spectre des sciences économiques pour comprendre leur évolution. Interview.

Lire la suite
“Sciences Po est un voyage fort en émotions”

“Sciences Po est un voyage fort en émotions”

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”.  Cette semaine, place à Jasdeep Singh Hundal, 19 ans, venu du Singapour pour étudier sur le campus de Reims en double diplôme avec Berkeley.

Lire la suite
“Mon plus grand succès n'est pas mon prix Nobel”

“Mon plus grand succès n'est pas mon prix Nobel”

En 1983, elle découvrait le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) à l’origine du sida. Françoise Barré-Sinoussi, chercheuse française en virologie de l'Institut Pasteur, a reçu en 2008, avec Luc Montagnier, le prix Nobel de médecine pour cette découverte qui a permis d’élaborer les premiers traitements contre la maladie. Ce 2 septembre 2017, elle était l’invitée de l'École d'affaires publiques de Sciences Po pour la leçon inaugurale de la rentrée. Ses messages ? Décloisonner les disciplines, faire preuve de persistance et, surtout, “avoir envie d’apporter aux autres”. Interview.

Lire la suite

"En entrant à Sciences Po, j'étais de gauche"

“J’avais dix-huit ans, j’entrais à Sciences Po, j’étais de gauche parce que je voyais mal comment j’aurais pu ne pas l’être compte tenu de ce que j’étais et de ce que je lisais”*. Nous sommes en 1989, Édouard Philippe vient de réussir “de justesse” le concours d’entrée après une année de classe préparatoire littéraire. S’ouvrent pour lui “trois années de rêve” rue Saint-Guillaume, où le jeune Rouennais, fils d’enseignants, issu d’un milieu “où le socialisme était solidement implanté”, va poursuivre à grands pas son cheminement intellectuel et politique.

Lire la suite